Un juge syrien dénonce les crimes du régime et démissionne


Chargé par les autorités syriennes de mener une enquête sur le massacre du village de Mazraat Al Qoubbeir (gouvernorat de Hama), intervenu le 6 juin 2012, soit moins de deux semaines après celui de Houla (25 mai 2012) et à peine plus d’un mois avant celui de Treimseh (13 juillet 2012), le juge Talal Houchan, procureur en chef du tribunal de Mhardeh, vient d’annoncer sa démission.

Mazraat al Qoubbeir

Dans une déclaration mise en ligne sur internet le 25 juillet, il présente son initiative comme une expression de protestation pour les crimes commis délibérément par le régime, qu’il accuse d’exécuter les femmes et les enfants, de bombarder les villes à l’aide de ses chars, de ses armes lourdes et de son aviation, et de détruire les maisons sur la tête de leurs habitants.

Il indique avoir personnellement examiné les dépouilles de plusieurs enfants, transportés pour les besoins de l’enquête du lieu du crime à sa ville de Mhardeh. Il a alors constaté que, tués de balles tirées à une distance inférieure à 1 mètre, ils avaient été victimes d’exécutions sommaires et non atteints et tués par la chute d’obus tirés au hasard. Se fondant sur les propos d’un témoin du drame, il accuse l’armée du régime et les chabbiha d’être les auteurs de ce massacre.

En conséquence, il appelle ses collègues juges dans l’ensemble de la Syrie à prendre position contre les crimes ordonnés par Bachar Al Assad, afin de préserver l’image de la Justice en Syrie.

Comme l’avait fait avant elle la défection du juge Adnan Bakkour, procureur général du gouvernorat de Hama, cette démission ne manquera pas de susciter la polémique. Certains se réjouiront du courage du magistrat de Mhardeh. D’autres estimeront que les propos de Talal Houchan lui ont été arrachés sous la contrainte. On rappellera uniquement à ce stade que, s’agissant du premier, c’est la thèse de la rupture volontaire avec le régime qui a fini par s’imposer, après une campagne de désinformation au cours de laquelle les médias proches du pouvoir n’avaient pas hésité à faire état des rumeurs les plus fantaisistes.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s