L’Empereur est nu : la Cisjordanie, les colonies et la solution à deux États


 

Miko Peled

Ces derniers 70 ans, hélas, Israël a eu de nombreux succès aux dépens du peuple palestinien.

Mais son succès le plus remarquable est d’avoir accrédité auprès des Palestiniens et du monde, l’idée que l’occupation de la Palestine a commencé en 1967 et que dès lors la solution de la question palestinienne est ce qu’on appelle la Solution à deux États. C’est une manipulation de la réalité qui ferait la fierté de tout prestidigitateur.
Il est devenu parfaitement acceptable de fermer les yeux sur le fait que la plus grande partie de la Palestine est occupée depuis 1948. Evoquer le nettoyage ethnique de la Palestine et l’éradication de mosquées et d’églises, d’écoles et de maisons, de villes et villages palestiniens, cela est considéré à présent comme radical.

En effet, quarante-neuf ans d’occupation, c’est ce qu’on entend dire sans arrêt, voilà le cinquantième anniversaire de l’occupation disent les gens, mais j’ai beau faire : quand j’ajoute quarante-neuf à l’an 1948, je n’arrive pas à 2016, mais plutôt à 1997.

La communauté internationale fait montre d’un mépris total pour les crimes commis par les sionistes entre 1948 et 1967. L’effacement des données sur ces années marquées par la spoliation, les massacres et violations épouvantables des droits humains par Israël, c’est un tour de passe-passe impressionnant. Deux petites zones dans la Palestine tracée par Israël et laissées hors des frontières d’Israël en 1948, à savoir la Cisjordanie et Gaza, ont été reconnues comme étant la Palestine. Mais ce n’est pas tout. Pas UN mètre carré de la Cisjordanie ou de Gaza n’est sous souveraineté palestinienne. Toute la Palestine du Jourdain à la mer, est contrôlée par Israël.

Alors, quand des pays européens reconnaissent la Palestine, eux aussi se comportent comme des idiots devant un tour de magie, heureux de participer à l’illusion créée par un grand maître en supercherie. Et bien sûr, comme le monde est mené par le bout du nez, berné par l’illusion d’une Palestine qui existe, Israël, maître ès duperie, continue de réduire le peu qu’il reste de la vie palestinienne – et personne ne se lève pour clamer que l’empereur est nu ! Il n’y a pas d’État palestinien, il n’y a pas de solution à deux États, il n’y a pas de Cisjordanie, et il n’y a pas un pouce de souveraineté palestinienne où que ce soit en Palestine !

« TPO » est devenu un acronyme bien connu qui sert à décrire les Territoires Palestiniens Occupés. Mais quand on demande aux gens de désigner ces territoires sur une carte, tout ce qu’on voit c’est ce qui était naguère la Cisjordanie, une zone créée par Israël en 1948 puis éliminée en 1967, et la bande de Gaza, qui n’existe que comme un camp de concentration dans lequel on permet à Israël de perpétrer un génocide, tandis que le monde regarde ailleurs et prétend ne rien voir.

Ce qui suscite les questions suivantes : si les TPO se limitent à la Cisjordanie et à la bande de Gaza, alors où sont les Territoires palestiniens non-Occupés ? Y a-t-il des territoires palestiniens qui ne sont pas occupés ? Si de tels territoires existent, quelqu’un pourrait-il me les montrer sur une carte ? Parce que toutes les cartes que j’examine et chaque mètre carré de Palestine que je visite sont occupés.

Un autre terme utilisé largement en connexion avec la Palestine, c’est « colonies ». Parfois on dit « colonies illégales ». Tout cela se réfère largement aux colonies israéliennes construites en Cisjordanie. On parle « d’expansion des colonies », de « blocs de colonies » etc. A nouveau, cela pose une question : quelle est la différence entre les colonies juives dans ces zones et celles construites à Al-Khalil ou dans le Néguev ? Et qu’en est-il des colonies construites autour de Jérusalem et de celle près de Jaffa qu’on nomme Tel-Aviv ?

Les Israéliens qui vivent sur des terres palestiniennes volées en 1948 se considèrent eux-mêmes comme des Israéliens authentiques, de bons libéraux – dieu ne veuille qu’ils soient des colons ! Mais quelle est la différence ? Tout a été volé par la force en Palestine, et sauf quelques très rares exceptions, toutes les villes et cités israéliennes tous les villages et toutes les fermes ont été construits sur des terres qui ont été volées, et donc tous sont des colonies illégales. Une fois de plus le maître ès tromperie nous mène tous par le bout du nez pour montrer ce qu’Israël veut nous faire voir – et personne ne se lève pour crier : « L’Empereur n’a pas d’habits ! »

Entre 1948 et 1967 Israël s’est acquis une légitimité en commettant des crimes terribles et en créant ce qu’on appelle « des faits sur le terrain »*. La conquête de la Cisjordanie et de Gaza en 1967, par laquelle Israël compléta l’occupation de la Palestine, a détourné l’attention des territoires qu’Israël occupait en 1948 vers les territoires nouvellement occupés. A présent cela fait cinq décennies qu’Israël a créé « des faits sur le terrain » dans ces zones qu’il appelle maintenant « Judée et Samarie ».

Mais tout illusionniste, tout voleur et bien sûr un maître de la supercherie d’un tel calibre doit avoir des complices.

Peu nombreux sont ceux qui peuvent vraiment prétendre ne pas savoir ce que fait Israël. Le corps diplomatique international est parfaitement conscient de ce qui se passe en Palestine. La CIA et le Département d’État US connaissent parfaitement toutes les astuces et tous les crimes commis par Israël. Chacune des administrations étatsuniennes aussi bien que les gouvernements européens ont été complices des crimes commis par Israël.

Toutefois il est temps que le reste du monde se réveille et mette fin à l’illusion. L’illusion qu’Israël a une légitimité, l’illusion qu’Israël est quelque part la réponse à l’Holocauste et à l’antisémitisme, et l’illusion que certaines parties de la Palestine sont occupées tandis que d’autres ne le sont pas. Il est temps de dire à voix haute et claire que toutes les colonies israéliennes, partout, sont illégales et que, comme dans le conte « Les nouveaux habits de l’Empereur » l’empereur est nu, Israël aussi est dépourvue de légitimité.

* [Par exemple la Convention de Genève du 12 août 1949 « interdit à l’occupant de changer les faits sur le terrain dans un territoire occupé »]

 

* Miko Peled est un écrivain israélien militant pour la paix, habitant San Diego, USA. Son livre, Le fils du Général, évoque son père, le défunt général et militant pour la paix Matti Peled, et son implication dans le processus de paix israélo-palestinien. Miko Peled soutient la création d’un état démocratique pour toute la Palestine et est un ardent défenseur du mouvement BDS. Son blog : http://mikopeled.com/

1er février 2016 – Information Clearing House – http://www.informationclearinghouse.info/article44102.htm
Traduction : Info-Palestine.eu – Marie Meert

http://www.info-palestine.eu/spip.php?article15888

Haine de l’Occupation, pas des Juifs


Gideon Levy

Dimanche 31 janvier 2016

 

 

Les attaquants palestiniens choisissent la violence comme moyen de résister à une violence pernicieuse, celle de l’occupation

Gideon Levy – 27 janvier 2016 – Haaretz – Israel

 

La salle glauque bouillait d’une colère rentrée, qui se voyait pourtant sur les visages sombres de dizaines d’hommes présents. C’était une semaine de deuil dans le village palestinien reculé d’al-Karmil dans les collines au sud de Hebron, après le meurtre de Roukaia Abou Aîd, une fille qui n’avait même pas 14 ans. Elle a été tuée par un garde qu’elle a tenté de poignarder à l’entrée de la colonie d’Anatot. Dans les media israéliens elle a été désignée, sans sourciller, par « une terroriste de 13 ans». Le père en deuil a d’abord refusé de nous parler. « De quoi aurais-je à parler avec les Israéliens qui ont tué ma fille ? ». Il neigeait en chemin et le brouillard régnait autour de la salle où se tenait le deuil. À l’intérieur, fureur et froid. Après quelques minutes, l’atmosphère s’est un peu détendue et le père, Aïd, a accepté de parler. Il a lié l’acte de désespoir de sa fille à la réalité de la vie sous occupation. « Chaque petit enfant voit bien les crimes » a-t-il dit.

En Israël ils ont choisi d’adopter la version de la mère de la fille, selon laquelle Roukaia aurait quitté la maison avec un couteau après une dispute avec sa sœur. En Israël ils ont aimé cette explication qui n’évoque ni l’occupation ni aucune autre absurdité de ce genre. Une querelle familiale. Nous n’avons pas eu d’aide pour déplier les faits. Même l’idée que toute Palestinienne sait que si elle se risque simplement hors de chez elle, un couteau à la main, elle sera tuée par balles par des Israéliens, cette idée ne choque personne ici.

Les dizaines de Palestiniens, jeunes hommes et femmes qui se sont résolus au cours des derniers mois à tuer des Israéliens ne l’ont pas fait « parce qu’ils sont juifs » comme aime à le présenter la propagande israélienne, avec une référence insistante (en général) à l’Holocauste et aux persécutions des Juifs. Ils se donnent pour but de tuer les conquérants. Ils choisissent la violence comme moyen de résister à une violence plus pernicieuse, celle de l’occupation. Ils voulaient blesser des Israéliens, des soldats et des colons en particulier, à cause de l’occupation et non parce qu’ils sont juifs. La judéité n’a rien à voir là-dedans. Pour les Palestiniens, il n’y a pas de différence entre soldats selon qu’ils sont juifs, druzes ou bédouins et un colon de la tribu de Ménaché.

La tentative de faire passer toute résistance palestinienne violente comme de la persécution de Juifs parce qu’ils sont juifs est de toute évidence conçue pour mobiliser la sympathie dans le monde pour la victime, ultime, la seule et l’unique, le Juif, tout en dissimulant la vraie victime de l’histoire de l’occupation israélienne. Le conquérant comme victime et la seule victime de cette situation, dans une distorsion complète de la réalité. Il y a là aussi des objectifs internes : les Israéliens aiment avoir le rôle de victimes. Cela les unit, cache les motivations véritables des Palestiniens, estompe la culpabilité et libère Israël de sa responsabilité.

On n’a pas à justifier le terrorisme palestinien pour comprendre cela. Quasiment chaque visite rendue à une famille palestinienne en deuil livre le même tableau. Depuis des années, je suis étonné de la façon dont un journaliste israélien y est reçu, sans que quiconque ne sache qui il est ni ce qu’il représente, seulement quelques heures après l’enterrement. Comment un journaliste palestinien serait-il reçu dans une maison en deuil après une attaque terroriste palestinienne ?

Les mots se répètent : « Nous ne haïssons pas les Juifs, nous haïssons l’occupation ». Parfois, ils peuvent dire «nous haïssons le gouvernement » et, dans des cas extrêmes « nous haïssons les sionistes ». Pas les Juifs. Oubliez l’antisémitisme et la haine des Juifs. Rappelez vous l’occupation. Dans la plupart des cas, celle de 1967, parfois celle de 1948, en particulier dans les camps de réfugiés.

À l’idée que des dizaines de Palestiniens se sont déjà résolus à pratiquer spontanément des attaques au couteau ou à la voiture bélier, avec des centaines d’autres, peut-être des milliers ou des dizaines de milliers qui y pensent aussi, une réflexion aurait dû se développer en Israël. Pas celle d’une victime encore attaquée mais la prise en considération de ce qui amène des enfants désespérés et des adultes à commettre ces actes, tout en sachant que leurs chances de s’en sortir sont maigres. Mais cela pourrait soulever des questions que les Israéliens évitent comme le feu. La petite Roukaia voulait se suicider à cause de sa sœur ou juste tuer des Juifs parce qu’ils sont juifs. Il n’y a pas d’autre explication possible.

source

 

Lettre de Madaya


Voici le témoignage d’Amer, un résident de Madaya, une ville de 40.000 habitants à la frontière syro-libanaise, où les gens meurent de faim. Des propos durs, amers, recueillis par Al-Jazeera.

L’agglomération est assiégée et affamée par le régime syrien depuis quinze mois. Selon l’organisation Médecins sans frontières (MSF), 46 personnes sont mortes d’inanition à Madaya depuis le 1er décembre. Le 11 janvier, un convoi de l’ONU a pu y acheminer de l’aide, mais la faim a déjà repris sur place, et 16 personnes en sont encore mortes, selon MSF, qui s’exprimait à Beyrouth le 30 janvier. Une journaliste d’Al Jazeera, Samya Kullab, a recueilli le récit du témoin. Le site http://www.aljazeera.com a traduit son témoignage en anglais, texte que nous avons à notre tour traduit en français.

« Pourquoi personne ne se soucie de nous ? »

Je suis né à Madaya. J’ai vécu dans un quartier simple où tout le monde se connaissait et s’appréciait. Notre quartier est le premier qu’on trouve quand on veut se rendre au centre-ville.
Durant le siège, ce qu’on a connu est semblable à ce que les autres familles de Madaya ont vécu. Nous nous battons à chaque instant pour survivre. La plupart d’entre nous passe deux ou trois jours sans nourriture. Je suis un adulte mais je pèse moins de 50 kg. Parfois j’ai l’impression de vivre dans un rêve.
J’ai vu des enfants mourir de faim et je me suis senti impuissant. J’ai regardé tout mon monde s’écrouler autour de moi. Les gens de Madaya n’ont ni lait ni pain ni argent.
Avant que les Nations unies n’entrent à Madaya il y a quelques jours, un kilo de sucre coûtait l’équivalent de 300 dollars. Je crains que l’aide ne sera pas suffisante pour tenir ne serait-ce que vingt jours. Et après?
Mais laissez-moi commencer par 2011, au début de la révolution syrienne. A cette époque, j’étais étudiant à la faculté de droit à Damas. J’avais le grand rêve de faire une carrière qui rendrait ma famille fière de moi.
La révolution a d’abord commencé par une série de manifestations. Les gens réclamaient la liberté. Quelques amis proches, étudiants et collègues, y participaient. Puis le régime s’en est pris à la révolution, et les manifestations pacifiques ont tourné aux accrochages armés en raison des coups de feu et de l’assassinat de gens innocents.
Quelques personnes, à Madaya, se sont senties forcées de prendre les armes pour se défendre. Elles pensaient qu’elles protégeaient leur honneur. Mais, aux environs de novembre 2014, le régime a changé sa tactique et a imposé la famine en assiégeant la ville, tout en menant des raids aériens accompagnés de bombardements de barils mortels. J’ai vu des familles entières périr dans ces raids.
A cette époque, le prix de la nourriture a commencé à augmenter. Comme nous sommes situés près de la frontière libanaise, le Hezbollah coopérait avec le régime pour nous assiéger de tous côtés, avec un plan pour entrer dans la ville. La bataille a commencé en juin 2015 à Zabadini, la ville voisine.
A cette époque, des résidents de Zabadini commencèrent à affluer vers Madaya pour échapper aux bombardements et aux combats. Madaya souffrait déjà d’un manque de nourriture mais, avec l’afflux de gens de Zabadini, notre population a augmenté de manière importante, et nos ressources continuaient à diminuer.
Quelques mois plus tard, l’Armée syrienne libre de Zabadini a conclu un cessez-le-feu avec le régime et le Hezbollah. Les civils ont payé de lourdes sommes d’argent pour pouvoir quitter la ville.
Mon voisin, un homme âgé, a payé environ 3.000 dollars pour un sauf-conduit. Mais la plupart d’entre nous ne disposaient pas de ce genre de somme. Dans les mois qui suivirent, le régime a renforcé le siège. Semaine après semaine, nous avons vu notre approvisionnement se tarir.
Jusqu’au moment où les vraies souffrances ont commencé. Chaque jour se transformait en un combat pour trouver de quoi se sustenter et de quoi se chauffer quand le froid s’installa. Impossible de quitter la ville: le régime avait miné les zones aux alentours. Des dizaines d’hommes sont tombés dans ces pièges après avoir décidé de tenter de s’échapper pour trouver de la nourriture ou du bois de chauffage. Récupérer quelques grammes de nourriture pour les enfants devint l’objet des plus grosses préoccupations.
Je ne pouvais que regarder ma famille mourir de faim – ma mère, mon mère, mes sœurs, mes cousins, mes oncles, mes tantes – sachant que les plus audacieux qui s’aventuraient en dehors de la ville étaient soit faits prisonniers soit étaient tués ou blessés par les mines. Beaucoup ont été abattus par des tireurs d’élite. (…)
On a commencé à arracher l’herbe et à la cuisiner, en espérant que cela atténuerait la faim qui nous tenaillait. On a arraché les feuilles des arbres – les beaux arbres de notre quartier – jusqu’à la dernière. Après un certain temps, on n’a plus pu trouver d’herbe. Avec l’arrivée de l’hiver, une tempête de neige a touché la région et la situation a empiré.
Certains se sont résolus à manger les animaux domestiques, les chats, les chiens et n’importe quoi d’autre. L’herbe a cessé de croître en raison de la neige. Et au premier mois de l’hiver, les gens ont commencé à mourir. Il y en a eu trois ou quatre, je m’en souviens.
Je marchais dans la rue quand je vis un homme défaillir et le corps d’une femme décédée devant moi. Je ne pouvais plus penser à autre chose. J’ai vu un homme fouiller dans les poubelles. Je me suis approché de lui et j’ai vu que c’était Toufik, mon voisin, le pharmacien. Je pouvais à peine le reconnaître. Les gens devenaient désespérés et se battaient pour des brins d’herbe ou s’accusaient d’amasser de la nourriture alors que d’autres mouraient.
J’ai vu des nouveau-nés mourir parce que leurs mères ne produisaient plus de lait maternel.
Je ne puis décrire mes sentiments avec des mots. Peu importe ce que j’écris, je ne puis décrire ce que nous avons subi.
Plus tôt durant le siège, les gens ont commencé à vendre meubles et objets. Machines à laver, télévisions, frigos, tout ce qui pouvait procurer de la nourriture. Mais même ce qu’ils vendaient n’apportait qu’entre 100 à 150 grammes de nourriture. Je connais quelqu’un qui a vendu toute sa maison juste pour cinq kilos de nourriture. Vous pouvez trouver cela inimaginable, c’est pourtant la vérité.
Comment en est-on arrivé là? Pourquoi personne ne nous aide? On se pose tout le temps la question. Je ne pense plus au futur. A quel futur penserais-je? Je me souviens du jeune étudiant universitaire que j’étais et je ne me reconnais plus.
Je suis fatigué. Nous luttons pour survivre mais il semble que personne ne s’en soucie.

© aljazeera.com – le 31 janvier 2016.

source