Ne réduisons pas les Syriens aux images diffusées par la télé


LE MONDE | 21.10.2014 à 14h29 • Mis à jour le 21.10.2014 à 14h40 |Par Abounaddara, collectif de cinéastes syriens

Dans une rue de Damas, en septembre 2014.

Nous, cinéastes syriens, avons bien des reproches à faire aux chaînes de télévision européennes. Car la représentation qu’elles donnent de notre société en proie à la barbarie nous paraît injuste et indigne. Elle se confond avec le récit de ceux qui veulent maintenir les Syriens sous tutelle, à commencer par Bachar Al-Assad et les djihadistes. Elle viole aussi le droit des Syriens à leur image. Bref, nous leur reprochons de manquer à leur devoir d’informer avec équité et dignité.

Mais l’heure n’est plus aux reproches. Car la guerre en Syrie dérive droit vers vossociétés, où elle a déjà percuté les populations les plus marginalisées. Des images qui circulent sur les médias sociaux nourrissent l’incompréhension ou la haine et menacent votre devenir autant que le nôtre.

Or si l’on en est arrivé là, c’est parce que ces chaînes ont failli à la mission de médiation, de décryptage ou de contrôle. Tout n’était certes pas parfait, et il manquait pas mal d’images à la représentation de notre société. Il nous semblait cependant que nos « images manquantes » pourraient trouver leur place à l’antenne le jour où l’actualité vous en donnerait l’occasion, contrairement à la télévision syrienne, où une telle chose n’est possible qu’au prix d’une révolution.

Modèle démocratique universel

La télévision européenne n’a pas su regarder la société syrienne qui s’est révélée lors de l’insurrection de 2011. Il était pourtant aisé de voir que celle-ci aspirait àrejoindre le modèle démocratique universel, d’autant que son aspiration était corroborée par des données démographiques, économiques et sociales qui présageaient d’un rapprochement plutôt qu’un clash entre les civilisations.

Mais au lieu de cela, on a cédé aux images d’Epinal du révolutionnaire cheveux aux vents et téléphone portable à la main. Et lorsque ces images se sont révélées moins crédibles qu’en Tunisie ou en Egypte, on a renoué avec la bonne vieille représentation, celle de l’« Orient compliqué » où il n’y aurait que de lagéopolitique, des religions et des barbares. Autrement dit, on a préféré les certitudes du passé à l’épreuve de la réalité, les cases de la télé à la dynamique de la société.

Il était sans doute difficile d’accéder à la société syrienne. Mais n’a-t-on pas réussi à passer outre le siège de Sarajevo en coproduisant une chronique quotidienne de la vie des habitants dans la ville assiégée, Une minute pour Sarajevo, qui constitue une référence en matière d’information en temps de guerre ?

IMAGES INVÉRIFIABLES OU INSOUTENABLES

La place aux images réalisées par les citoyens-journalistes syriens viendraitcompenser ce manque. Mais ces images arrachées au chaos ne pouvaient avoirun sens qu’à la faveur d’un travail éditorial strict. Or on a eu tendance à lesdiffuser pour aguicher les téléspectateurs ou les apitoyer. Le voyeurisme a parfois été poussé jusqu’à diffuser des images montrant des Syriens torturés ou violés alors même que YouTube les avait retirées de sa plate-forme en raison de leur atteinte à la dignité humaine.

En somme, c’est l’incapacité à regarder notre société telle qu’elle était qui a fait la fortune des images invérifiables ou insoutenables déversées sur les médias sociaux par les protagonistes de la guerre et autres sergents-recruteurs de la barbarie. C’est parce qu’on a enfermé le Syrien dans le rôle de musulman criantAllah Akbar à tout bout de champ que la proclamation d’un califat par des illuminés paraît aujourd’hui crédible aux yeux des téléspectateurs. C’est parce qu’on l’a privé de sa dignité à l’écran que des humiliés de France et du Royaume-Unis’identifient à lui et prétendent le défendre par le crime.

Nous conjurons donc les chaînes de télévision européennes de définir d’urgence une politique de l’image qui se donne les moyens d’informer autrement tout en respectant le droit des peuples à une représentation digne. Il faudrait pour celadésenclaver la Syrie et la désensationnaliser en la sortant un peu des cases géopolitiques. Il faudrait aussi montrer davantage les Syriens faisant autre chose que se lamenter ou s’entre-tuer. Car les djihadistes qui affluent de partout ne nous voient même pas, nous autres gens ordinaires. Il est vrai que nous ne ressemblons pas aux Syriens qu’on voit à la télé ou sur YouTube, sauf lorsque ces mêmes djihadistes nous coupent la tête en s’en prenant à Bachar Al-Assad qui poursuit ses massacres hors champ.

source

Fouad Laroui reçoit le Prix Jean Giono pour son dernier livre


 Fouad Laroui a recu, le 16 octobre, le prix Jean Giono pour son roman Les tribulations du dernier Sijilmassi.

DRFouad Laroui reçoit le Prix Jean Giono

Une nouvelle récompense littéraire pour Fouad Laroui. L’auteur a reçu le 16 octobre le prix Jean Giono pour son roman Les tribulations du dernier Sijilmassi. Le Prix du jury distingue chaque année un ouvrage de langue française (roman, récit ou recueil de nouvelles) faisant une large place à l’imagination. Les tribulations du dernier Sijilmassi raconte l’histoire (inspirée d’éléments autobiographiques) d’un commercial qui décide de changer radicalement de mode de vie en revenant dans son pays d’origine, le Maroc.

Des auteurs très prestigieux ont déjà reçu ce prix, Jean d’Ormesson ou Le Clézio par exemple. Le jury est présidé par Pierre Bergé et composé, entre autres, d’Erik Orsenna ou Yves Simon. Tahar Ben Jelloun devrait d’ailleurs les rejoindre.

Le lauréat l’emporte face à huit auteurs français. Il avait déjà décroché le Goncourt de la nouvelle en 2012 avec L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine. Le mois dernier, cette même œuvre a aussi été sélectionnée parmi les lauréats potentiels du Prix Goncourt et du Goncourt des lycéens. Fouad Laroui vit à Amsterdam, où il enseigne la littérature. Né en 1958 à Oujda, il est diplômé de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées (France), et a enseigné l’économétrie et les sciences de l’environnement aux Pays-Bas.

Lire aussi : Anecdotes et autres histoires insolites de Fouad Laroui

Les tribulations du dernier des Sijilmassi de Fouad Laroui, Robert Laffont, 2014

Adam Sijilmassi revenait d’Asie où il avait négocié brillamment la vente de produits chimiques marocains. Alors qu’il survolait la mer d’Andaman, il se posa soudain une question dérangeante : « Que fais-je ici ? ». Pourquoi était-il transporté dans les airs, à des vitesses hallucinantes, alors que son père et son grand-père, qui avaient passé leur vie dans les plaines des Doukkala, n’avaient jamais dépassé la vitesse d’un cheval au galop ? Ce fut une illumination.

Il décida de renoncer à cette vie qui ne lui ressemblait pas, se résolut à ne plus jamais mettre les pieds dans un avion et à changer totalement de mode de vie. Funeste décision ! Arrivé à l’aéroport de Casablanca, il entreprit de rejoindre la ville à pied, ce qui lui valut de rentrer chez lui encadré par deux gendarmes. Dès que sa femme comprit ce qu’il voulait faire, elle retourna vivre chez sa mère, en emportant le chat. A peine avait-il donné sa démission que son employeur le mettait à la porte de son appartement de fonction. Qu’importe, il ne céderait pas. Il se débarrasserait de cette défroque d’ingénieur, nourri au lait du lycée français de Casablanca. Il viderait sa tête de tout ce fatras de fragments de littérature française qui lui compliquait la vie. Il redeviendrait le Marocain authentique qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Il partit (à pied…) vers son village natal. Fatale décision ! Certes, il redécouvrit la bibliothèque de son grand-père et dévora la littérature et la philosophie qu’avaient produites quelques génies au temps béni de l’Andalousie arabe. Mais, dans son village, personne ne comprenait pourquoi un ingénieur de Casablanca venait s’enfermer dans la maison délabrée de sa famille. Etait-il un fou ? Ou un perturbateur ? Un prophète ? Fallait-il l’abattre ou le vénérer ? Dans son style inimitable, Fouad Laroui nous entraîne à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque où se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d’ériger entre l’Orient et l’Occident ?

Arab Women’s Solidarity Association – Belgium ASBL
www.awsa.be

0881.718.815
363-0002517-35

Bureau : Local B 204 – Amazone asbl, 10 rue du Méridien, 1210 Bruxelles

Tél : +32 (0) 2/ 229 38 63 (64)

Siège social : avenue de l’Eternité, 6, 1070, Bruxelles.

europalestine attaqué


Le site europalestine.com a été attaqué depuis samedi par des cybercriminels  travaillant pour le gouvernement israélien. L’hébergeur du site europalestine nous a dit qu’il s’agissait d’une attaque « très massive, de type militaire », mettant en jeu des moyens informatiques très importants.
Il en faudra plus pour nous intimider. Pour suivre notre actualité, en tout cas provisoirement, vous serez désormais connecté à l’adresse capjpo-europalestine.com

Notre page Facebook https://www.facebook.com/Europalestine?fref=ts 
reste pour sa part inchangée.

Le site www.europalestine.com a été attaqué par ceux qui voudraient faire capoter le grand événement international « Free Palestine » qui les fait rager. La meilleure riposte est d’acheter et faire acheter massivement les billets pour ce festival de midi à minuit aux Docks de Paris, le 1er novembre sur :

https://www.weezevent.com/free-palestine-evenement-concert

Nous montrerons ainsi que leur attaque fait augmenter les ventes pour FREE PALESTINE et pas le contraire !

CAPJPO-EuroPalestine

*Nous sommes pour l’instant uniquement disponibles sur Facebook:

https://www.facebook.com/Europalestine

FreePalestineParis1erNovembre

Seront présents, sur scène :

Mohammed Assaf (« Arab Idol »)
La Compagnie Jolie Môme
Phil Mansour (le troubadour australien de la Palestine)
La troupe de Dabké « Palestine »
HK et les Saltimbanks – MAP
Gnawa Diffusion – Amazigh Kateb
Rim el Banna
Jony McLoad
L’orchestre « al Quds »
La Jonction
Abdel et « La chorale BDS »

Parmi les intervenants : Hana Salah (Palestine), Ronnie Kasrils (Afrique du Sud), Jean Ziegler (Suisse), Mahmoud Sarsak (Palestine), IYAD Burnat (Palestine), Sahar Francis (Palestine), Jacques Gaillot (France), Carlos Latuff (Brésil), Maurice Rasjfus, Nabil Abou Shammala (Palestine), Annette Groth (députée au Parlement allemand, Die Linke …

Situation dramatique pour les sans abri à Gaza


« Abu Jamil Street » est un voyage dans la vie quotidienne clandestine des tunnels de Rafah.
À Rafah, à la frontière sud de la bande de Gaza, la rue Abu Jamil est la dernière route avant la frontière égyptienne.
La rue est le point de départ des tunnels clandestins.
Les destinées de 4 personnes (Abu Sleeman, propriétaire d’un tunnel bombardé en janvier 2009, Mouneeer et Sameer, ses salariés, et Hiyad Keshta, leur voisin) se rencontrent et s’entrecroisent sous forte tension.
Le documentaire « Abu Jamil Street » est un voyage, un voyage à l’intérieur de la vie quotidienne clandestine des tunnels de Rafah
A voir ici

Ziad Medoukh

Lundi 20 octobre 2014

Avec la pluie et le froid à Gaza,  commence une nouvelle souffrance pour plus de 10.000 palestiniens de Gaza qui sont toujours
soit sous les toits de leurs maisons détruites lors de la dernière offensive israélienne en été dernier,
soit qui sont dans les tentes à côté de leurs maisons et immeubles en ruines.

Deux mois après l’arrêt de cette nouvelle agression israélienne contre la population civile dans la bande de Gaza, rien n’a changé,
le blocus israélien est toujours là et aucun matériel de construction n’est entré à Gaza, et que les projets de reconstruction n’ont pas encore commencés.

Plus de 120.000 personnes dans la bande de Gaza, ont perdu leurs maisons bombardées et détruites totalement ou partialement par les forces de l’occupation israélienne.

Malgré cette situation dramatique, les Palestiniens de Gaza ont décidé de rester attachés à leur terre, et rester même au milieu des ruines.

Gaza résiste, existe et persiste !

Je vous laisse avec ces photos

Amitiés de Gaza la souffrance, mais Gaza la vie, Gaza la dignité et Gaza l’espoir

Ziad

 

 

Noir sur blanc


anniebannie : il n’est pas le premier à avoir fait cela . Black like me fut écrit par John Howard Griffin en 1961 

sur youtube aussi Dans la Peau d’un Noir

:

Le journaliste allemand Günter Wallraff se glisse un an durant dans la peau d’un Somalien émigré en Allemagne, afin de se faire une idée de l’accueil fait aux minorités de couleur dans son propre pays.
Sous le nom de Kwami Ogonno, Somalien émigré ayant appris l’Allemand à l’Institut Goethe de Dar Es Salaam en Tanzanie, Günter Wallraff va tenter -sous couvert de caméra cachée- de s’intégrer et de mener une vie normale dans son pays « d’accueil ». Or, louer un appartement, chercher du travail, prendre les transports en commun, voire inviter une femme à danser… vont se révéler une épreuve de force pour le blanc-nouveau-noir-né.
Victime de toutes les formes de discrimination, de l’insulte aux menaces physiques, Kawami Ogonno va découvrir que le racisme reste enraciné auube  sein d’une société qui se dit multiculturelle. Même si quelques heureuses surprises d’humour et d’humanité viennent le colorer, le tableau de l’Allemagne, et plus généralement de l’Europe, du XXIème siècle est bien noir -ou bien blanc.
Sorti en 2009 outre-Rhin, Noir sur blanc a créé la polémique et divisé les esprits. L’auteur Noah Sow a déclaré que qu’en tant que noir peint, Günter Wallraff n’a pas pu reproduire l’expérience réelle des minorités de couleur dans leur pays d’accueil. Le journal Süddeutsche Zeitung a surenchéri en qualifiant de racistes les méthodes elles-mêmes du journaliste;

Tzafar – par Nancy Spetsioti



Nancy Spetsioti est une cinéaste grecque, et l’auteur de ce court métrage qui dénonce brillamment le racisme du quotidien — dans sa forme la plus insidieuse, la plus banale, la plus redoutable. Un message intemporel sur la manière dont nous nous traitons les uns les autres, et qui est pourtant terriblement d’actualité.

N’hésitez pas à partager cette vidéo à vos proches !

Les demandeurs d’asile ne fuient pas le travail


BELGA Publié le lundi 13 octobre 2014 à 07h00 – Mis à jour le lundi 13 octobre 2014 à 07h03

BELGIQUEUne partie substantielle des demandeurs d’asile de notre pays est économiquement active et s’intègre bien au marché du travail après une période d’adaptation, ressort-il d’une étude de la KU Leuven et de l’Université libre de Bruxelles (ULB), que relaie lundi De Morgen.

Les demandeurs d’asile pèsent sur notre sécurité sociale et coûtent une fortune à la Belgique. Voilà des considérations sur les réfugiés qui ne se vérifient pas, selon Johan Wets, chercheur au sein de l’université louvaniste, qui a mené cette étude, en collaboration avec l’ULB, en se basant sur les statistiques de la Banque Carrefour de la Sécurité sociale.

Il ressort que 55% des demandeurs d’asile régularisés en 2005 travaillaient deux ans plus tard. Deux ans avant la régularisation, ce pourcentage ne dépassait pas les 14%.

Sur la même période, le nombre de demandeurs d’asile qui vivent grâce aux aides du CPAS est lui passé d’environ 80% à 30%.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 54 autres abonnés