Incidents synagogue: nouvelles révélations


MERCREDI 16 JUILLET 2014

ESPRIT D’ACTU

L’Esprit d’actu spécial Gaza avec comme invités, Michèle Sibony, membre de l’Union Juive Française pour la Paix, et Youssef Boussoumah, membre du «Parti des Indigènes de la République» (PIR),  qui reviennent notamment sur les incidents de la  synagogue avec de nouvelles révélations.

ABP : appel pour une manifestation nationale en solidarité avec la Palestine


Appel pour unemanifestation nationale

en solidarité avec la Palestine

 

Dimanche 27 juillet à partir  de 14h

 

 

Rassemblement gare du Nord

Départ Cortège à 14h30

Arrivée Place Rouppe

 

 

Stop aux bombardements de Gaza !

 

 

Soyons-y nombreux pour dénoncer l’agression israélienne contre Gaza !

 

Suite à l’intensification des bombardements et à l’offensive terrestre en cours, la plateforme Urgence Gaza appelle à une manifestation nationale dimanche 27 juillet à Bruxelles. Les organisations signataires réclament avec vigueur au gouvernement belge et à l’Union européenne d’agir immédiatement afin de :

-         dénoncer et condamner avec fermeté les violations du droit international commises depuis le début de l’offensive ;

-         exiger un cessez-le-feu et imposer un embargo sur les armes ;

-         exiger d’Israël la levée du blocus illégal de la bande de Gaza ;

-         suspendre l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël tant que ce dernier ne respectera par le droit international systématiquement violé par l’occupation et la colonisation des Territoires palestiniens ;

-         soutenir le gouvernement palestinien d’entente nationale.

 

(Affiche de l’événement vous sera envoyée en cours de journée)

 

 

Signataires de la Plateforme Urgence-Gaza  :

Association belgo-palestinienne WB ;  CNCD 11.11.11, 11.11.11 ; Agir pour la Paix, ; Artistes contre le Mur ; CADTM Belgique ; Centrale Générale-FGTB ;  CNAPD ;  Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie ;Comité Verviers Palestine, ; Comité PJPO de Braine l’Alleud, Comité PJPO de d’Ittre & Comité PJPO de Mazerine ; Comité surveillance Otan (CSO) ; Communauté Palestinienne en Belgique et au Luxembourg, ;  Coordination namuroise belgo-palestinienne ; Conseil de la Jeunesse ; CSC-ACV Bruxelles Halle Vilvorde ; Ecolo J ; Esperanza Palestina Namur ; FGTB-ABVV ; FOS-socialistische solidariteit vzw ;  Groupe Proche-Orient santé ; Hope-Espoir- Hoop asbl ; Intal ; Jeunes Anticapitalistes ; Jeunes socialistes ; Jeunesse et Culture - Réseau solidaris ; LCR-SAP ; Médecine pour le Tiers Monde (M3M) / Geneeskunde voor de Derde Wereld (G3W); Mouvement Chrétien pour la Paix (MCP) ; Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC) ; Palestina Solidariteit ; Plate-forme Charleroi-Palestine ; Présence et Action culturelle (PAC) ; PTB-PVDA ; SCI ; Solidarité socialiste ; Solidarity with Bedouins ; Théâtre du Public ; ULDP ; Union des Musulmans de Namur ; Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB) ; VEGA ; ViaVelo Palestina ; Vie féminine ; Vrede vzw ;…

 

Info : 02 223 07 56 – abp.eccp@skynet.be

 

 

 

 

image001

 

 

Gaza : aujourd’hui à Bruxelles


Appel pour un rassemblement de protestation devant le ministère des Affaires étrangères Mercredi 16 juillet de 16h30 à 18h30

Rue des Petits carmes à 1000 Bruxelles

 

 

Stop aux bombardements de Gaza !

 

Soyons-y nombreux pour dénoncer l’agression israélienne contre Gaza et interpeller le ministre Didier Reynders !

 

 

Les organisations signataires réclament avec vigueur au gouvernement belge et à l’Union européenne d’agir immédiatement afin de :

-         dénoncer et condamner avec fermeté les violations du droit international commises depuis le début de l’offensive ;

-         exiger un cessez-le-feu et imposer un embargo sur les armes ;

-         exiger d’Israël la levée du blocus illégal de la bande de Gaza ;

-         suspendre l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël tant que ce dernier ne respectera par le droit international systématiquement violé par l’occupation et la colonisation des Territoires palestiniens ;

-         soutenir le gouvernement palestinien d’entente nationale.

 

Premiers signataires : Association belgo-palestinienne WB, CNCD 11.11.11, Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC), Présence et Action culturelle (PAC),  Communauté Palestinienne en Belgique et au Luxembourg, Agir pour la Paix, Coordination namuroise belgo-palestinienne, Coordination PJPO du Brabant Wallon,  Intal, Artistes contre le Mur, Comité Verviers Palestine, Palestina Solidariteit, Plate-forme Charleroi-Palestine, Médecine pour le Tiers Monde (M3M) / Geneeskunde voor de Derde Wereld (G3W), Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB),   …

 

Ce même collectif organisera une grande manifestation nationale le dimanche 27 juillet à Bruxelles

 

——————————————————–

En outre :

Vendredi 18 juillet de 17h à 19h

A liège, Place du Marché au Perron

 

WE ARE WITH YOU PALESTINE
SOLIDARITY PROTEST FOR PALESTINE

Qui a cherché l’escalade ? Le Hamas, Israël, ou personne ?


Le Hamas a-t-il voulu cette escalade? Ce n’est pas mon avis.
Papier dans Le Soir du jour:
ANALYSE

Une crise de plus. Une confrontation à Gaza, avec cet air de déjà-vu : le Proche-Orient réécrit le même scénario en lettres de sang, avec les civils comme figurants et martyrs. Dans cette histoire maintes fois répétée, le Hamas occupe un rôle de choix. Celui du « méchant », du va-t-en-guerre…

Cette organisation islamiste considérée comme « terroriste » par l’Union européenne et par les Etats-Unis, qui contrôle une bande de Gaza sous blocus depuis 2007, se flatte de sa réputation radicale. Pas question pour elle d’effacer les articles de sa charte qui nient à Israël le droit à exister.
Pour les autorités israéliennes, tout est clair, comme le signale un communiqué des Affaires étrangères : « Depuis l’opération Pilier de défense en Novembre 2012, le Hamas a continué à s’armer de vastes quantités d’armes et est actuellement en possession de 10.000 roquettes, dont des Fajer 3 et Fajer 5, missiles produits dans les usines d’armes iraniennes. Le Hamas exploite délibérément et systématiquement la population civile palestinienne et l’utilise comme bouclier humain lors du lancement des roquettes vers Israël. ».

Même du côté palestinien, on trouve des voix pour mettre la responsabilité des derniers événements sur le Hamas. Ainsi en est-il du politologue Mahdi Abdoul Hadi, qui répondait ce 10 juillet à Libération : « La réconciliation avec le Fatah est finie et il a perdu le soutien de l’Egypte. La seule façon, pour le Hamas, de sortir de cette impasse, c’est la confrontation avec Israël afin de pousser la communauté internationale à s’engager, quitte à en payer un prix très lourd. D’où les roquettes qui provoquent les Israéliens et les poussent à riposter, seul moyen de réveiller la communauté internationale et d’obtenir que les Egyptiens se ressaisissent du dossier israélo-palestinien. C’est peut-être une politique suicidaire, une fuite en avant mais, pour le Hamas, il n’y a pas d’autre option ».

Les choses, pourtant, se révèlent plus complexes. Le dernier enchaînement de violences a débuté avec l’enlèvement (et l’exécution quasi immédiate) de trois adolescents israéliens capturés par des activistes en Cisjordanie occupée le 12 juin. Le gouvernement israélien a vite accusé le Hamas de ce triple meurtre et déclenché une vaste opération à travers les territoires occupés, arrêtant des centaines de personnes, dont beaucoup de cadres du Hamas. Or la responsabilité des dirigeants du mouvement reste très hypothétique. Ils n’ont certes pas condamné les assassinats, au contraire, mais ils ont admis ne pas savoir de quoi il retournait.

Mais, alors que, à Gaza, des organisations palestiniennes rivales du Hamas répondaient par des tirs de roquettes au « nettoyage » israélien en Cisjordanie et au meurtre d’un jeune Palestinien de Jérusalem brûlé vif par des extrémistes juifs en « représailles » au triple assassinat, des bombardements de l’armée de l’air israélienne tuaient dimanche dernier sept activistes du Hamas, poussant ce dernier à entamer l’escalade avec Israël en déployant ses roquettes de plus en plus puissantes. Depuis mardi et l’opération militaire israélienne, la spirale paraît sans fin, chaque camp répondant aux derniers tirs de l’autre.

L’un des meilleurs spécialistes du Hamas, le chercheur Jean-François Legrain, voit bien les choses ainsi dans une interview au Monde : « L’élimination de sept combattants du mouvement dans une attaque de drone israélien sur la bande de Gaza, le 7 juillet, a ainsi été considéré comme un acte d’agression rompant le cessez-le-feu avec Israël négocié avec le partenaire égyptien en novembre 2012. L’engagement avait été pris qu’aucune partie ne mènerait une opération militaire contre l’autre. Le Hamas et son aile militaire, les brigades Ezzedine Al-Qassam, ont alors considéré qu’ils devaient répondre ».

De là à dire que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyhaou a cherché à provoquer le Hamas, il n’y a qu’un pas que des experts franchissent en observant qu’il n’a qu’une obsession : faire voler en éclats le gouvernement palestinien d’unité nationale, Hamas compris, mis en place quelques semaines plus tôt et accepté pour son plus grand courroux par l’Union européenne et même par les Américains.

Pour sortir de cette spirale infernale, il n’y a pour le moment aucun médiateur qui s’impose : seule l’Egypte se prêtait régulièrement à ce rôle, et avec talent. C’était du temps de Moubarak ou de l’islamiste Morsi, déposé en 2013. Le régime du maréchal Sissi, qui qualifie tous les Frères musulmans de terroristes, ceux d’Egypte comme également le Hamas, semble se plaire à voir ce dernier en difficulté. Et tant pis pour les civils.

BAUDOUIN LOOS

source: Le Soir du 11 juillet

… et souvent on ne te laisse même pas 10 minutes


samedi 12 juillet 2014

Dix minutes*

Je vais vous raconter quelque chose de plus dur que de mourir à Gaza par un missile de luxe. Le plus difficile est qu’on te demande, par un coup de fil de l’ennemi israélien, d’évacuer ta maison qui sera bombardée dix minutes plus tard.

Imagine un peu. En dix minutes, ta petite histoire sur la terre sera effacée. Tes cadeaux,les photos de tes frères et de tes enfants, qu’ils soient martyrs ou bien vivants. Les petites choses que tu aimes. Ta chaise, tes livres, le dernier recueil de poésie que tu as lu, la lettre de ta sœur qui vit à l’étranger, tes souvenirs avec les gens que tu aimes, l’odeur du lit, ta petite habitude de caresser les fleurs de jasmin qui arrivent jusqu’à ta fenêtre, la barrette de ta petite fille, la chaleur de ta chaise, tes vieux vêtements, le tapis de prière, les bijoux de ta femme, tes économies.

Imagine juste que tout ceci déroule devant tes yeux en dix minutes. Toute cette douleur te pénètre, alors que tu es encore en état de choc.

Tu décides enfin de prendre les papiers d’identité qui sont dans la petite boîte métallique. Tu sors pour mourir mille fois ou bien tu refuses de quitter pour mourir à une seule reprise.

Mahmoud Jawdat, Facebook

* Traduit de l’arabe par Taïeb Moalla. Le titre est de l’article traducteur. Le message d’origine est ici :https://www.facebook.com/MohammadAlwakeelshow/photos/a.328384060526820.83855.195486037149957/935206903177863/?type=1&theater

Syrie – Michel Kilo : "Assad veut faire croire aux Occidentaux qu’il peut lutter contre l’intégrisme"


09/07/2014 à 13:23 Par Laurent de Saint Périer

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L'opposant syrien Michel Kilo lors d'une conférence de presse à Paris, le 11 octobre 2011.
L’opposant syrien Michel Kilo lors d’une conférence de presse à Paris, le 11 octobre 2011. © Lionel Bonaventure/AFP

L’opposant Michel Kilo, chef de file des libéraux au sein de la Coalition nationale syrienne (CNS), livre son analyse de la situation dans son pays. Où l’affaiblissement de l’Armée syrienne libre (ASL) constitue, selon le fondateur de l’Union des démocrates syriens (UDS), "un vrai péril pour l’opposition". Interview.

Mis à jour à 17h42.

Engagement, clandestinité, prison, activisme, exil et enfin révolution : le destin de Michel Kilo, 73 ans, communiste, chrétien syriaque mais avant tout démocrate, se confond avec celui de l’opposition syrienne sous les Assad, constamment pourchassée mais impossible à museler. Militant dès les années 1970, ce journaliste de formation a eu un rôle crucial dans la Déclaration des 99 de 2000, aussi appelée Déclaration Damas-Damas, réclamant la libération des espaces politiques et publics au jeune Bachar el-Assad qui venait de succéder à son père Hafez.

Ce manifeste d’intellectuels sonnera le début d’un éphémère Printemps de Damas avant que le régime ne renoue avec ses habitudes répressives. Mais Kilo ne baisse pas les armes et son activisme lui vaut d’être emprisonné une nouvelle fois en 2007. Lorsqu’éclate la révolution de 2011, l’opposant historique, libéré depuis peu, ne tarde pas à quitter la Syrie pour poursuivre son combat depuis Paris, prenant la tête du courant libéral au sein de la plateforme d’opposition de la Coalition nationale syrienne (CNS).

Laïque, il a récemment fondé l’Union des démocrates syriens (UDS) et multiplie les déplacements dans les capitales occidentales pour les convaincre d’apporter le soutien décisif que l’opposition réclame depuis 3 ans face à Assad. Il confie à Jeune Afrique son analyse de la situation.

Quelle est la situation de la révolution sur le terrain ?

Les éléments démocrates et modérés sont dans une situation très grave, pris entre les succès militaires du régime et le développement des organisations intégristes de l’autre côté, type État islamique (EI) ou Jabhat al-Nosra (JAN). Après avoir limité leurs agressions aux régions nord, les intégristes attaquent maintenant l’Armée syrienne libre (ASL) partout, jusqu’à Deraa et le Hauran dans le sud où ils enlèvent des officiers. La CNS est également la proie d’une crise politique interne entre les différents courants liés à l’Arabie saoudite ou à son rival qatari, affaiblis par les jeux cachés des dirigeants et les démocrates ont toutes les difficultés pour développer une ligne politique de convergence. Un tel chaos politique combiné à l’affaiblissement de l’ASL constitue un vrai péril pour l’opposition.

Quelle est la responsabilité du président de la CNS Ahmad Jarba dans tout cela ?

Alors que se profile l’élection d’un nouveau président pour la CNS [qui a eu lieu après cette interview, le 9 juillet : Hadi al-Bahra, soutenu par son prédécesseur Ahmad Jarba et par l'Arabie saoudite, où il réside, a été élu avec 62 voix contre 41 pour Mouwafaq Nayrabiyeh, NDLR]. Jarba tient à conserver son influence en jouant sous la table, ce qui empoisonne l’atmosphère. Jarba n’a travaillé que pour lui-même sans chercher l’alliance des forces de l’opposition, la coalition de l’opposition se retrouvant ainsi dirigée par un président non démocrate…

Les États-Unis de leur côté se contentent d’administrer la crise quand le rival russe se bat concrètement sur le terrain aux côtés d’Assad.

Comment une telle situation pourrait s’améliorer ?

J’ai parlé avec les Saoudiens et je leur ai dit que s’ils acceptaient la mise en place d’un pouvoir indépendant et d’un régime démocratique en Syrie, les batailles entre unionistes arabes et non unionistes, entre progressistes et conservateurs allaient enfin cesser. Mais que s’ils voulaient l’entraver, nous resterions isolés dans le monde arabe et les jouets du Qatar. Les États-Unis de leur côté se contentent d’administrer la crise quand le rival russe se bat concrètement sur le terrain aux côtés d’Assad.

L’Occident parle souvent des "modérés" de l’opposition, qu’est-ce qu’un modéré ?

Qu’est-ce qu’un modéré ? Les États-Unis avancent des notions mal définies parce qu’ils n’ont pas de politique claire sur la Syrie. Qu’est-ce qu’un modéré ? Quelqu’un qui porte des armes peut-il être qualifié de modéré ? Serait-ce quelqu’un qui n’a pas d’engagement politique ? Sont-ils ceux qui ne font partie ni de l’EI ni du régime ? En réalité, les "modérés" des Américains sont ceux qui ont été choisis, entraînés et partiellement armés par les États-Unis et qui sont restés en contact avec eux. On peut estimer à 7 – 8 000 le nombre d’hommes formés dans ces camps. Est-ce que ces 500 millions de dollars de soutien dont a parlé Obama vont aller à ces gens-là ? Et le Congrès américain va-t-il autoriser ce geste ? Allez savoir.

Il semblerait que des combattants formés par la CIA soient passé au jihad de l’État islamique

Les États-Unis ont en effet demandé à Jarba où se trouvent certains éléments qu’ils ont entraînés et qui ont disparu. Sont-ils passés à la Jabhat al-Nosra ? À l’État islamique ? Les États-Unis estiment pour leur part qu’ils sont sans doute passés à l’EI, leur pire ennemi jihadiste.

Et la Jabhat al-Nosra, labellisée Al Qaida, se bat contre le régime et contre l’EI mais est tout autant extrémiste que ces derniers…

Il est clair que la JAN est lié à Al Qaïda, ce qui n’est pas le cas de l’EI dont le "calife" Al-Baghdadi a demandé à Zawahiri de se soumettre à son autorité. La JAN a condamné l’extrémisme religieux de l’EI, l’a combattu comme elle a combattu le régime et n’a pas combattu l’ASL, du moins jusqu’à ces derniers jours où ils se sont mis à kidnapper des officiers de l’ASL dans le Hauran. Certains de l’ASL disent qu’il faut maintenant prendre des mesures contre la JAN ; en tout cas il faut surveiller attentivement quelle sera son évolution. Car si l’EI représente un danger immédiat, la JAN représente une grande menace pour plus tard et pour une future transition démocratique. Ils sont maintenant plus forts que l’EI sur le terrain syrien.

L’EI est-il vraiment l’allié sournois du régime syrien ?

L’EI a protégé la 17e division du régime à Raqqa, a livré des militants démocrates au régime. Il y a des officiers des services spéciaux de Damas dans leurs rangs, qui ne sont pas là pour infiltrer mais bien pour coopérer. Ils reçoivent de l’Iran des aides en argent, en munition, en logistique et en armes. Certains de leurs bataillons dorment même dans des casernes sous contrôle de l’armée…

J’ai dit aux Américains : dans quelques temps, nous ne pourrons plus combattre les extrémistes. Alors, soit vous devrez venir les combattre vous-mêmes, soit ils viendront chez vous pour vous combattre. Armer l’ASL est le seul moyen d’éviter ces deux issues.

Mais Damas a pourtant bombardé l’EI en Irak ?

Assad veut faire ainsi croire à l’Occident qu’il est celui qui peut lutter le plus efficacement contre l’intégrisme, mais les cibles étaient inexistantes, ils ont tapé dans le vide, à des dizaines de mètres des colonnes de jihadistes !

Mais Maliki, menacé par l’EI, est l’allié d’Assad…

En Syrie, l’EI a lutté avec le régime mais il combat Maliki en Irak, certes. Ce faisant, l’EI joue la carte d’une révolte populaire sunnite qui compte comme principales forces les tribus, les baathistes, des déserteurs et des ex miliciens des Sahwa (milices anti-Al-Qaïda levées par les États-Unis). À Mossoul, sur les 12 000 attaquants, seuls 500 faisaient partie de l’EI. Et les principaux cheikhs de la région ont fait des déclarations disant qu’ils étaient contre l’EI et l’élimineraient s’ils obtenaient un gouvernement d’union nationale. Las, confronté comme Assad à un soulèvement populaire, Maliki a décidé comme lui de confessionnaliser la crise et de décréter sa "guerre contre le terrorisme".

Et le terrorisme est apparu…

J’ai dit au Département d’État américain "dans quelques temps, nous ne pourrons plus combattre les extrémistes. Alors, soit vous devrez venir les combattre vous-mêmes, soit ils viendront chez vous pour vous combattre. Armer l’ASL est le seul moyen d’éviter ces deux issues". L’ASL est aujourd’hui constituée de 85 000 combattants, effectif qui pourrait en quelques semaines atteindre les 200 000 s’il l’on y mettait les moyens financiers et matériels nécessaires.

Les démocrates de la première heure de la révolution existent-ils encore ?

Il reste des milliers d’organisations, de jeunes, de femmes, de combattants qui font vivre les idéaux de la révolution. Notre Union démocratique recense 700 adhérents pour la seule localité de Madaniye et le chef du conseil de la commune lui-même en est membre. La révolution n’est pas morte mais le champ politique est occulté par ce qu’il se passe sur le terrain de la guerre. C’est à nous de donner aux militants de la liberté une expression démocratique unie sur la scène nationale et internationale. Tel est le but de l’UDS que nous avons récemment fondée.

Une solution politique existe-t-elle encore ?

À l’heure qu’il est, il n’y a pas de solution politique. On a bien vu à la conférence de Genève 2 que la Russie et l’Iran voient dans l’action militaire la seule solution possible. Une solution politique doit être basée sur des politiques internationales qui obligent Russes et Iraniens à quitter la voie militaire pour enfin se diriger vers un règlement politique. Mais Washington se contente de gérer la crise au jour le jour, et j’ai dit à Kerry à ce propos : "les États-Unis devraient arrêter cette politique des petits pas qui suit les évènements pour une politique des petits pas qui les anticipent."

_________

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

source

Une ancienne étudiante de Marianne Blum à Gaza écrit



Statut
De Marianne Blume

Un témoignage de Gaza d’une ancienne étudiante:

Chers amis,

Ça fait quelques jours que j’essaie de vous écrire. Mais à chaque fois, je me trouve comme un handicapé qui n’arrive même pas à prendre son stylo pour commencer son texte.

Cette fois, je ne vais plus parler des dégâts, je ne vais plus donner des chiffres. Je trouve que c’est de l’inhumanité de donner le nombre des morts ou des blessés : un être humain et un humain, ce n’est pas un chiffre. Désormais, je ne vais plus jamais comparer entre nos dégâts et les leurs. Je ne vais pas dire que les Israéliens ont tué des femmes et des enfants sans parler des hommes perdus, comme si c’est légal de tuer les hommes : la Palestine a besoin de ses hommes , de ses femmes, de ses enfants et de ses arbres.

Je ne vais pas répéter les histoires des salaires, de manque d’électricité et de carburant ou de tout ce qu’il faut pour une vie honorable, parce que nous avons besoin de vivre en dignité et ça fait des années et des années qu’on vit avec toutes ces difficultés.

Je vais peut-être vous surprendre cette fois si je vous dis que je me sens INDIFFERENTE : je n’ai plus la peur dans le cœur, ni les larmes dans les yeux, ni la haine, vraiment, je ne hais personne.
Aujourd’hui, je ne vais plus parler de la paix, je vais parler du droit d’existence et celui de résistance. Lors de la première Intifada (1987-1993), la pierre était l’arme utilisée contre les crimes de l’armée israélienne, d’où vient le nom « guerre des pierres».

Alors l’équation : la pierre aux mains des Palestiniens face aux armes militaires des Israéliens et toujours le même résultat : « TERRORISTES PALESTINIENS ou ARABES.»

Depuis des années, les armes israéliennes se développent mais ce n’était pas le cas des armes de la résistance palestinienne. En 2006, tout le monde a décidé de punir ces Palestiniens qui ont voté pour ces « terroristes ». Israël a cru que c’était le temps d’extermination du Hamas, mais d’après tout ce qu’on a vu durant les offensives israéliennes, je crois que c’est le contraire qui est arrivé.

Le Hamas a construit les tunnels pour fournir tout ce qu’il manque au peuple de Gaza, c’est normal parce que la nécessité est la mère de l’invention. Ici, l’histoire commence : une pierre ne peut pas faire reculer une roquette ou un missile. Ces deux dernières doivent être affrontées par des roquettes. On ne peut pas rester les mains serrées et attendre que les Israéliens nous disent, « on vous redonne vos territoires parce que vous êtes pacifistes. » !!
Dans mon témoignage, j’ai décidé de vous parler de mon cousin, tué par les roquettes israéliennes. Cette fois, je vous parle de quelqu’un que je connais bien. Mon cousin est résistant, je n’ai pas peur de le dire, au contraire, j’en suis fière. Lui, il a choisi son chemin de résistance, il s’est rendu compte qu’il fallait sacrifier son cœur, sa vie, son sang pour que la Palestine soit libre. L’année dernière, le premier jour de la fête d’aïd Aladha, il m’a rendu visite avec son papa, il a beaucoup rigolé, a joué avec mes enfants et m’a promis de revenir cette année pour manger de bons gâteaux. La fête est dans 3 semaines à peu près et mon cousin ne va plus me rendre visite. Le mois dernier, il a ajouté une photo de lui sur Facebook : il était avec ses amis dans un restaurant, les assiettes vides et lui en train de penser. Des commentaires montrent que ces gens veulent rire, rigoler, vivre et vivre en paix. Il y en a un qui disait, « Je sais bien à quoi tu penses : qui a mangé ces sandwichs ? », l’autre qui lui disait , « euh l’ami, tu veux un autre sandwich, non ? » et lui avec son sens de l’humour leur répondait, « Mais les potes, vous me comprenez pas, je pense à ma future fiancée, je rêve qu’elle soit avec moi dans ce restaurant, les sandwichs auront un goût plus délicieux et l’endroit sera plus beau. »

Le jour précédant son assassinat, il jouait au foot avec ses copains et ses voisins et disait, « la coupe de monde, c’est ici à Gaza. »
Je vous raconte ces histoires pour vous dire que ces jeunes aiment vivre à en mourir.
On en a marre de tous ces actes. Nous, nous aimons la vie, on n’est jamais né avec la haine ou l’agressivité dans le cœur.
Je n’ai plus peur pour mes enfants, rien n’est cher à la Palestine. L’amour de la Palestine nous fait aimer la mort pour elle.
Mon petit de deux ans pensait, à chaque fois qu’on avait bombardé, qu’on frappait à la porte de la maison et il nous demandait de l’ouvrir. Ce matin, il me semblait qu’il ne croyait plus à ce qu’il pensait !!!! Il a raison, le pauvre, personne ne frappe à la porte de cette manière agressive.

Salma AHMED ELAMASSIE

source : fb

Rassemblement pour la Palestine ce soir




Le Mouvement Citoyen Palestine se joint au rassemblement pour la Palestine ce mercredi 9 juillet à 18h00 à la Place du Luxembourg – 1050 Bruxelles.

Rendez-vous à 16h pour préparer ensemble la manifestation chez intal, Chaussée de Haecht 53 – 1210 Bruxelles.

Soyez nombreux et partagez l’annonc
e: 

https://www.facebook.com/events/286002164913346

Le Mouvement Citoyen Palestine neemt deel aan de manifestatie voor Palestina deze woensdag 9 juli om 18u op het Luxemburgplein – 1050 Brussel.

Afspraak om 16u bij intal om de manifestatie voor te bereiden: Haachtsesteenweg 53 – 1210 Brussel.

Verspreid de aankondiging: 

https://www.facebook.com/events/286002164913346

Le Mouvement Citoyen Palestine  joins the solidarity rally with Palestine next Wednesday 9/07 – 18h – Place du Luxembourg  - 1050 Brussels.

Help us prepare the rally and meet us at 16h @intal, Chaussée De Haecht 53, 1210 Bxl

Please share! https://www.facebook.com/events/286002164913346

ARTICLE
http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2014/07/07/30208674.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=mcpalestine