"Un racisme à peine voilé", 24/05


(Réalisé par Jérôme HOST, 75 min, 2004)

Quelques semaines après sa sortie en septembre 2004, le film “Un racisme à peine voilé” se voit menacé et interdit de diffusion dans plusieurs villes. Strasbourg, Rennes, Mulhouse, Fontenay-sous-bois, Bondy, Sarcelles, ….. Dans ces villes et dans plusieurs autres, les organisateurs de projections publiques doivent faire face à de multiples difficultés et à de nombreuses pressions. Dans certains cas les projections sont purement et simplement empêchées, dans d’autre cas, la détermination des organisateurs a permis que les projections aient lieu. Lire le communiqué publié par La Flèche Production

* Sélection officielle du 4eme Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris (2006)
* Festival des Résistances et Alternatives à Paris (2005)
* Festival du Film Antifasciste de Reims (2005)
* Salon du Livre Anarchiste de Montréal (Québec/2005)
* Festival des Libertés Bruxelles (Belgique/2005)
* 5ème Festival Antiraciste, Antifasciste & Anticapitaliste à Genève (Suisse/2005)

“Un racisme à peine voilé” victime de la censure!!!

http://www.egalite.be/?p=6090

Vendredi 24 mai 2013 de 19h00 à 22h00
Au local d’ÉGALITÉ
Rue du Chevreuil, 4 à 1000 Bruxelles
Info : 0476/84.19.69 et/ou info.egalite@gmail.com

2 € de participation aux frais

« To shoot an éléphant » ce soir


Vendredi 16 décembre

De 19h00 à 22h00

La projection du film est suivie d’une table ronde entre les participants.

Prix : 2 Euro


To shoot an elephant est un film documentaire qui relate les faits vus de l’intérieur lors de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza ou 1400 palestiniens furent tués. Ne trouvant personne pour financer et distribuer leur film, le réalisateur Alberto Arce et son équipe ont alors décidé d’utiliser la licence américaine Creative Commons pour le promouvoir en mettant en avant les bienfaits de la culture libre. Lors d’une interview, Arce affirmait ainsi : « Nous voulons briser les barrières, nous luttons contre les tous droits réservés, notre devise est « pas de droits réservés » parce que la culture se transmet par le partage et non pas par des restrictions ». Le documentaire est donc proposé gratuitement et légalement en version sous-titrée multilingue dont le français.

Synopsis : Réalisé par Alberto Arce, To Shoot an Elephant offre un témoignage sur les attaques d’Israël de l’hiver 2008-2009 dans la Bande de Gaza. Pendant les attaques, Arce a réussi à rester à Gaza et a filmer les évènements.
Réalisé par Alberto Arce et Mohammed Rujailah, To Shoot an Elephant (1) est un film documentaire qui offre un témoignage sur les attaques d’Israël de l’hiver dernier dans la Bande de Gaza. Pendant les attaques, alors que l’armée israélienne interdisait aux journalistes étrangers d’entrer dans la Bande, Arce a réussi à rester à Gaza et a filmé comment les équipes médicales et les hôpitaux étaient pris pour cibles par les forces israéliennes alors qu’ils étaient en service.

Un jour après avoir reçu le Prix du Journalisme de la Fondation Anna-Lindh pour ses reportages du conflit dans ses articles sur Gaza publiés par le quotidien espagnol El Mundo, Arce a obtenu le prix du meilleur réalisateur au Festival du Film des Peuples à Florence le 7 novembre 2009.

Adri Nieuwhof a rencontré Arce et l’a interrogé sur ses motivations pour faire ce film.

Adri Nieuwhof : Pouvez-vous vous présenter et nous dire pourquoi vous avez voulu faire ce film ?

Alberto Arce : Je suis un journaliste espagnol âgé de 33 ans. Je suis inspiré par le soutien international que nous avons reçu dans notre lutte en 1936 (En juillet 1936, des généraux espagnols lancèrent une campagne militaire pour renverser le jeune gouvernement républicain élu démocratiquement). George Orwell a participé aux Brigades républicaines internationales et a, en même temps, fait des reportages sur notre guerre. J’essaye de suivre l’exemple d’Orwell. J’ai suivi pendant 5 ans les événements en Palestine et j’ai pris conscience du silence des médias à Gaza. Je voulais rendre compte du châtiment collectif subi par les gens à Gaza et j’ai décidé de rejoindre le bateau du Free Gaza Movement (qui a pris la mer pour Gaza) à la fin décembre 2008. Je voulais briser le mur de la censure.

AN : Est-ce que To Shoot an Elephant est votre premier film ?

AA : Non, c’est mon cinquième film. J’ai réalisé trois films sur la Palestine et un sur l’Irak. Tous ces films sont réalisés du point de vue de ce que des civils, locaux et internationaux, peuvent faire pendant une guerre. Nous, en tant que civils, devons faire tout ce qu’il est possible de faire pour arrêter une guerre. Un châtiment collectif des gens à Gaza n’est pas autorisé par la loi internationale. Je ne peux pas accepter qu’Israël interdise l’accès des journalistes à la bande de Gaza. Mon film traite aussi de la défense du droit à la liberté d’expression. Je voulais montrer les faits.

AN : Comment ont réagi les Palestiniens à Gaza en voyant votre caméra ?

AA : La situation à Gaza empire chaque jour. Vous ne pouvez pas imaginer le degré de souffrance. Les civils m’ont accueilli et étaient reconnaissants de ma présence parmi eux. Il y avait deux journalistes d’Al Jazeera et sept autres étrangers (écrivant sur les attaques) à Gaza pendant les lourdes attaques militaires. Vous savez, les civils dans les ambulances sont les véritables héros. Ils risquaient leurs vies chaque jour pour sauver des civils. L’un d’eux a été abattu (devant la caméra) par un tireur embusqué israélien (16 travailleurs médicaux urgentistes ont été tués pendant leur service).

AN : Qu’avez-vous ressenti en recevant le prix du meilleur réalisateur à Florence ?

AA : Je suis fier d’avoir reçu le prix pour le film que j’ai coréalisé avec Mohammed. Je crois que cela aidera à atteindre un large public. Après que j´ai reçu le prix, les gens me demandaient si j’étais content de ce prix. Mais je ne vais pas me sentir éternellement heureux au sujet du film. Les personnages du film sont des civils habitants de Gaza. Ils sont toujours piégés. Pendant les attaques militaires, j’étais un des leurs. La situation à Gaza doit changer et cela n’arrivera que si la pression internationale fait applique le respect de la loi internationale.

AN : Quelle a été la réaction du public à votre film ?

AA : Certaines personnes ont du quitter le cinéma avant la fin du film. Je suis peiné que ces gens n’aient pas pu affronter les faits. Les gens meurent à Gaza et je ne peux pas réveiller les morts. Les centaines d’enfants qui sont morts durant l’Opération Plomb Durci étaient des êtres humains. Ce n’est pas une question de statistiques. Le public, lors de la première mondiale à Florence, est resté silencieux à la fin du film. Je trouve que c’est frappant. Le film est cruel. Le but est de vous faire sentir que vous appartenez à cette réalité.

AN : Quel a été le moment le plus difficile ou le plus émouvant durant votre séjour à Gaza ?

AA : Le pire a été le premier jour. Après une journée de lourds bombardements, notre groupe de sept internationaux s’est vu proposer de quitter Gaza afin de sauver nos vies. Il nous a fallu trois minutes pour décider que nous voulions rester. A cet instant, je suis devenu Palestinien et je n’étais plus un international. Ce qui signifiait que nous devenions aussi victimes des bombardements, de la violence aveugle. Vous réalisez alors que c’est un hasard si vous êtes vivant. Je ne voulais pas être un héros mort, je voulais être un journaliste professionnel et un réalisateur vivant. Je ne peux pas décrire ce que c’est que de passer une nuit sous des bombardements lourds et de découvrir le lendemain, que vos voisins sont morts durant cette nuit. Ou ce que c’est que de se faire tirer dessus, et de voir que la personne en face de vous meurt et pas vous. Cette violence est ce que les Palestiniens vivent depuis 60 ans. Quelle aurait été ma vie si, à cinq ans, j’avais vu mes deux camarades de classe brûlés par le phosphore blanc ?

AN : Dans quelles villes sera projeté le film ?

AA : Vous trouverez les informations sur notre site Internet (http://www.toshootanelephant.com/). Le film va également jouer un rôle dans les séances du Tribunal Russell sur la Palestine. Je voudrais inviter les groupes de solidarité et les militants à participer à une séance gratuite mondiale du film le 18 janvier 2010, un an après le soi-disant "cessez-le-feu" à Gaza. Cette projection mondiale est organisée pour nous rappeler que la situation à Gaza n’a pas changé. Au contraire, elle empire. Si vous souhaitez vous joindre à la projection mondiale, vous pouvez me contacter via le site Internet.

(1) en référence au livre de George Orwell, Comment j’ai tué un éléphant, New Writing, n° 2, automne 1936.

Source : Tlaxcala
Traduction : Isabelle Rousselot

GAZA, ON N’OUBLIE PAS ! GAZA, NOOIT VERGETEN !

GAZA, ON N’OUBLIE PAS !

Rencontre avec le docteur Oberlin


mardi prochain,  rencontre avec le professeur français Christophe Oberlin, chirurgien orthopédiste, qui sera l’invité du Mouvement Citoyen Palestine.
Christophe Oberlin est chirurgien à l’hôpital Bichat à Paris, responsable de missions de chirurgie réparatrice des paralysies auprès des blessés palestiniens depuis décembre 2001 (une quinzaine de missions au total), il a effectué une vingtaine de missions humanitaires de chirurgie réparatrice (lèpre, ulcère du Buruli) entre 1981 et 1995 (Centrafrique, Bénin, Congo, Côte d’Ivoire).
Il est l’auteur de “Chroniques de Gaza 2001-2011”, Editions Demi-Lune, 2011, et “Survivre à Gaza”, aux éditions Koutoubia.

oberl

Mardi 13 Décembre à 18h00


Pianofabriek

rue du Fortstraat 35, 1060 St Gillis/Gilles

https://www.facebook.com/event.php?eid=161325950633301

Rencontre avec

Christophe OBERLIN Il n’est ni journaliste ni « expert en relations internationales ». Mais depuis dix ans, il se rend dans la bande de Gaza plusieurs fois chaque année, pour y soigner les blessés de l’Intifada et enseigner la chirurgie à ses confrères palestiniens soumis au blocus de l’État d’Israël. Au-delà de son simple bistouri, il a su observer, écouter et questionner. Ce n’est donc pas un rapport technique qu’il nous livre ici, mais tout simplement sa propre expérience de médecin voyageur, à travers une série de regards, d’anecdotes et de récits qui nous font vivre ce qui n’est pas rapporté par les agences de presse. En tableaux insolites, drôles ou émouvants, il nous brosse l’envers du décor.

M. OBERLIN est également le coauteur avec Jacques-Marie BOURGET de Survivre à Gaza, la biographie de Mohamed al-RANTISSI, le chirurgien palestinien frère du dirigeant historique du HAMAS assassiné par l’État d’Israël…

Cette soirée sera aussi l’occasion d’évoquer les actions de soutien à la PALESTINE, la manifestation du 27 Décembre, ainsi que la deuxième édition de la mis­sion « Bienvenue en PALESTINE ».

Info : mcpalestine@netcourrier.com

Cinquantenaire de la mort de Frantz Fanon


Frantz Fanon, mort il y a 50 ans est ignoré par la très grande majorité des damnés de Bruxelles.

Le 6 décembre 2011, 50 ans auront passé depuis la mort de Frantz Fanon.

C’est pour nous, l’occasion de raviver la mémoire oubliée de cet “inlassable avocat des damnés de la terre” engagé de toutes ses forces dans une lutte contre les discriminations, contre la colonisation et pour l’égalité entre les hommes.

Vendredi 11 Novembre 2011

De 19h00 à 22h00

                                              

Rue du Chevreuil,4 à 1000 Bruxelles


Info : 0476/84.19.69 et/ou info.egalite@gmail.com 

Prix : 2 Euro

Frantz Fanon: peau noire, masque blanc

Documentaire d’Isaac Julien

Mêlant archives, interviews et scènes reconstituées, ce document brosse un portrait complexe du psychiatre et révolutionnaire Frantz Fanon. Il fut un fervent partisan de la révolution algérienne et un théoricien de la libération du tiers-monde. Ses analyses du colonialisme eurent une influence considérable en Afrique et en Amérique latine, mais aussi aux Etats-Unis chez les Black Panthers.

La projection du film est suivie d’une table ronde entre les participants.

Le débat sera  animé par Luk Vervaet.

Soutien au mouvement étudiant chilien en grève depuis 3 mois,


Réunion ce vendredi 12/8, 19 h30 rue du Chevreuil 4 à 100 Bruxelles, pour organiser une action de soutien au mouvement étudiant chilien en grève depuis 3 mois, réprimé par le gouvernement

Ruptures du jeûne avec Harira BIO

Durant le mois de Ramadan, Inaya asbl organisera tous les VENDREDIS des ruptures de jeûne pour les personnes démunis ou celles qui désirent rompre leur isolement et leur solitude. Lieu : l’accueil se fera 1 heure avant la rupture du jeûne. Les bénévoles qui souhaitent nous aider peuvent contacter Inaya Asbl via le site ou contacter la présidente Nadia au 0489/86.18.75

La Journée des Oubliés des Vacances fêtera son 10 ème anniversaire

Égalité participe à la Journée des Oubliés des Vacances le 24 août prochain. Une magnifique excursion d’une journée à Viroinval, avec visite de grottes, balade en bateau, pique-nique géant et activités sportives ! Départ organisé en bus de Bruxelles. Tout cela pour seulement 3,5 euros par enfant et par accompagnateur (un adulte pour sept enfants). Inscrivez-vous vite ! Clôture des inscriptions le 15 août. Téléphone: Nadine au 0484 597 802.

le mercredi 24 août 2011 à Viroinval.

Pourquoi le Journée des Oubliés des Vacances?

La « J.O.V. » est une vieille tradition , développée par le Secours Populaire Français, qui permet aux enfants issus de milieux défavorisés, de familles démunies, victimes de l’exclusion, de la pauvreté, d’accéder aux vacances et à la culture .
Comme eux, nous organisons chaque année, au mois d’août, la Journée des Oubliés des Vacances .

Cette journée est conçue comme un moment de détente, offert à tous les enfants dont les familles sont en difficulté .

 Parce qu’un enfant sur 3 ne part pas en vacances.
 Parce que si le 24 août, un enfant n’est pas parti, il ne partira plus.
 Pour que tous les enfants aient quelque chose à raconter à leurs copains à la rentrée des classes.
 Pour ne pas être désarmé lors de la fatidique rédaction « Racontez vos souvenirs de vacances ».
 Pour briser l’isolement et vivre des moments inoubliables d’émotions et de partage.

Pour en savoir plus, cliquez sur: http://www.spwb.be/index2.php/?p=1264


Se préparer à l’examen de passage en néerlandais, c’est possible !

Merci de diffuser auprès des jeunes qui on un examens de passage en néerlandais

ESG-asbl vous propose des cours dispensés par des enseignants professionnels. Ils ont pour but de vous préparer à l’examen de passage en néerlandais ou de vous remettre à niveau en préparation de votre prochaine année scolaire.

1. Du lundi 15 au vendredi 19 août 2011

2. Du lundi 22 au vendredi 26 août 2001

3. Le matin, de 9h30 à 11h00 ou de 11h30 à 13h

4. En groupe de maximum 8 étudiant(e)s

5. Chaque fois, une heure de grammaire (théorie et exercices) et une demi-heure de conversation avec un professeur néerlandophone

6. Vous recevez un petit manuel comprenant la grammaire et les exercices.

Combien ça coûte? Comment m’inscrire?

L’inscription coûte 25 euros pour une semaine (5 x 1h30) et le petit manuel. Réduction à partir du deuxième enfant de la même famille.

Il est obligatoire de s’inscrire et de payer avant le vendredi 12 août 2011, par versement sur le compte N°363-0849237-42

Avec la mention: cours de néerlandais.

Il faut renvoyer ou déposer le formulaire d’inscription à ESG-asbl, rue du Chevreuil, 8 à 1000 Bruxelles ou l’envoyer par mail à nadinerr@gmail.com

Les cours se donnent dans les locaux de l’asbl. Pour plus de renseignements, téléphonez à Nadine 0484/597.802


Formulaire d’inscription

Nom :

Prénom :

Adresse :

Code postal :

Commune :

GSM :

Adresse mail :

Age :

Année scolaire :

Étudier le néerlandais

peut être amusant.

Et c’est utile!

(à renvoyer ou déposer chez ESG-asbl,
Rue du Chevreuil, 8 — 1000 Bruxelles)



Saïdi Nordine
Porte Parole d’ ÉGALITÉ

GSM : 0476/84.19.69
http://egalite.be
http://e-s-g.blogspot.comVous pouvez nous aider à financer nos actions : faites un don sur le compte 363-0729592-95

Hosni Moubarak parle, il a annoncé qu’il ne partirait pas.


Manifestons avec le peuple égyptien.

Moubarak confirme qu’il ne se présentera pas aux prochaines élections mais il n’entend pas démissionner.Au m ême moment, le peuple hue le discours de Moubarak 

Omar Souleiman frappe. Pendant son intervention qui a suivi celle de Moubarak, Omar Souleiman a déclaré : « Après que le Président m’a délégué les pouvoirs pour restaurer la paix et la sécurité, je demande à tous le monde de contribuer à atteindre ce but. » « Je m’engage à faire tout ce qui est nécessaire pour assurer la transition du pouvoir et modifier les amendements. N’écoutez pas les télévisions satellites, écoutez seulement votre cœur. » Ensuite, il a renvoyé les manifestants de la Place Tahrir à leur maison et à leur travail !

Au même moment, sur la place Tahrir, et dans les rue du Caire, des millions de manifestants scandaient "A bas Moubarak! dégage, dégage!", tandis que d’autres brandissaient leurs chaussures en direction des caméras.

Depuis dix-sept jours, les Egyptiens luttent pour « dégager » Moubarak et sa clique. Que faut-il de plus que les centaines de martyres déjà tombés ? Ces discours meurtriers annoncent déjà d’autres morts et de dangereux troubles.

D’énormes manifestations sont prévues vendredi 11 février au Caire.

Je reçois à 22h48 un sms de la place Tahrir «  Il faut étendre la révolution, marcher et occuper les ambassades égyptiennes ». Le peuple égyptien a choisi la voix du martyre plutôt que celui de la soumission. Le peuple se dirige vers le siège de la télévision et de la radio officielle, accompagné par les membres de la garde présidentielle. Le palais présidentiel se trouve à 20 km de la place Al Tahrir. “Je ne quitterai mon pays que pour la tombe”, a dit Moubarak. “Nous irons au palais (présidentiel) même au prix de millions de martyrs”, a annoncé la foule massée à la Place Tahrir, foyer de la révolution.

ÉGALITÉ soutient toutes les initiatives citoyennes qui soutiennent les revendications des peuples du monde arabe.

Demain Vendredi 11 février 2011 Rassemblement pacifique à la BOURSE à partir de 16h00.

samedi 22 Janvier 2011


Loin des clivages nationaux, Egalité sera présent aux deux rassemblements prévus ce samedi 22 Janvier 2011 :
par Nordine Saidi, mercredi 19 janvier 2011, 23:57

Le peuple tunisien s’est soulevé comme une tempête face à l’injustice.

Dans les autres pays du Maghreb, ce sont d’importantes manifestations de jeunes chômeurs, de précaires et de travailleurs qui descendent dans la rue.

L’immolation est devenue l’expression du désespoir dans la région.

En sortant dans les rues pour manifester violemment contre leurs oppresseurs, les jeunes Maghrébins nous prennent à témoin de leur désespoir.

Pour soutenir les peuples du Maghreb en quête de justice sociale et de liberté

Pour exiger la libération immédiate de toutes les personnes, dont de nombreux jeunes, arrêtées durant les émeutes,

Pour exprimer notre solidarité avec les peuples du Maghreb;

Loin des clivages nationaux, Egalité sera présent aux deux rassemblements prévus ce samedi 22 Janvier 2011 :

Devant l’ambassade du Maroc, Bld Saint-Michel, 29 – 1040 Bruxelles de 14h00 à 16h00

Pour :

* exiger la libération de Chakib Elkhayari et de tous les prisonniers d’opinion;
* revendiquer les droits économiques, sociaux et culturels;
* condamner les nombreuses atteintes aux libertés fondamentales.

Le Regroupement Démocratique du Rif /Agaw N’Arif :

0478/718744 – 0476764531 – 0498588846

agrawnarif@gmail.com

Devant les institutions européennes, 175 de la rue de la Loi, (Rond – point Schumann) entre 15h00 précises et 17h00

Pour :

* L’amnistie pour tous les civils arrêtés illégalement lors du soulèvement populaire ;
* L’adoption de mesures concrètes en faveur de la jeunesse, après la plus large consultation de tous les intéressés;
* La jouissance des libertés civiles et publiques, à savoir la liberté de s’exprimer librement individuellement et collectivement, en ce compris le droit de presse, la liberté de réunion, d’association, d’élire et d’être élu;

Le Comité de Soutien au Peuple Tunisien :

Me Mehdi ABBES

Rue Xavier De Bue 26

1180 Bruxelles

GSM 0032.496.20.41.27

T 0032 . 2.538.39.53

F 0032 . 2.538.39.74

Elections Belgique Egalité



et les collègues :

VIDEO: Nordine Saidi

Nordine Saidi, 1er sur la liste Egalité, sur la Palestine, l’égalité devant la précarité, la discrimination, le colonialisme belge, … Avec une brève apparition de Daniel Vanhove, 17e sur la liste Egalité.

Durée 7’30 min. http://www.youtube.com/watch?v=_SemDSvIpmY

VIDEO: Amina Amadel

Egalité pour les néerlandophones et les francophones. Amina Amadel, 5e sur la liste Egalité, habite à Zellik, en Flandre unilingue, juste à côté de Bruxelles capitale bilingue. Les francophones y sont discriminé(e)s dans l’administration, dans l’enseignement, dans la recherche d’un logement. Amina plaide pour l’élargissement de la région de Bruxelles bilingue et contre la scission de Bruxelles-Halle-Vilvorde BHV. Pour l’égalité de tous les citoyens. Durée 3 min. http://www.youtube.com/watch?v=UYiBQMVRdJY

VIDEO: Farida Aarras et Fatima-Zohra Hdidouan

"Dans les quartiers populaires, nous sommes tous des Palestiniens", disent Farida Aarras et Fatima-Zohra Hdidouan (2e et 7e sur la liste Egalité). Durée: 3 min. http://www.youtube.com/watch?v=aCf2ylrgdIU

VIDEO: Nadine Rosa-Rosso

Nadine Rosa-Rosso, 3e sur la liste Egalité parle de la pauvreté à Bruxelles et les discriminations.

Durée: 6 min. http://www.youtube.com/watch?v=qfh4rR6ohwI

VIDEO: Fatima et William sur la mobilité

Fatima Hamyani (9e sur la liste EGALITE) et William Van Duffel (12e sur la liste EGALITE) sont deux personnes à mobilité réduite.

Ils s’intéressent aux difficultés de l’emploi, de la mobilité, de l’accessibilité des bâtiments. Et ils s’engagent dans EGALITE. http://www.youtube.com/watch?v=Ib3gSog_Fcs

VIDEO: Luk Vervaet

Luk Vervaet, 11e sur la liste Egalité, plaide pour des alternatives à l’incarcération massive et pour le mouvement anti guerre. Durée: 2’30" min http://www.youtube.com/watch?v=Zzxw4Xegzo4

VIDEO: Richard Delvaux

Richard Delvaux, 18e sur la liste Egalité parle de l’aspect négatif du colonialisme belge et de la précarité à Bruxelles. Durée: 2 min. http://www.youtube.com/watch?v=DKy0HppgtL4