« On commence à sortir des rôles clichés »


C.M.(BW)

Page 36

Samedi 1er octobre 2011

C’est une évidence : les artistes issus de la communauté maghrébine n’ont pas attendu les Barons pour briller à tous les étages artistiques. De Sidi Larbi Cherkaoui en danse contemporaine à Mohamed Ouachen, qui vient d’être nominé aux Prix de la Critique pour son seul en scène Rue du Croissant, certains artistes se sont depuis longtemps affranchis de leurs origines dans des projets qui ne s’attachent plus à la couleur de leur peau mais porte haut les couleurs de l’art, tout simplement.

Bruxelles connaît une formidable diversité de la population qui ne se retrouve pas sur les planches en particulier. Ni, dès lors, dans le public. Mais cela change : de plus en plus de compagnies racontent des histoires reflétant leur quotidien. C’est le cas, entre autres, de La vie c’est comme un arbre et Fruit étrange(r), deux spectacles qui ont démarré en catimini et ont fait des cartons inattendus, jusqu’à être accueillis, en cette rentrée, dans des grands lieux, du KVS à Bozar.

Spectacle plein de spontanéité, La vie c’est comme un arbre est avant tout une belle histoire de persévérance, de soif inextinguible de se faire entendre, et au final de communion magique avec le public. Créée en 2005 dans un cadre amateur, la pièce de Rachid Hirchi et Mohamed Allouchi a aujourd’hui rassemblé plus de 8.000 spectateurs, bien plus que la moyenne de certains théâtres. « Au début, on n’avait pas l’intention de faire dans le grand public, confessent les auteurs, mais quand on a vu l’engouement que ça suscitait, on s’est dit qu’on tenait quelque chose. »

En 1964, trois jeunes sans emploi broient du noir dans un bar de Tanger. Ils ne rêvent que d’Europe et finissent par obtenir un permis. Commence alors un voyage burlesque, peuplé de personnages croquignolets, jusqu’en Belgique, entre les mines de charbon et les filons d’amour. « C’est un spectacle qui parle aussi bien aux Italiens qu’aux Africains, à tous ceux qui sont venus chercher l’Eldorado en Europe », lance le comédien Reda Chebchoubi. « Avec le bouche-à-oreille, il y a maintenant un vrai mélange dans le public, rétorque Issam Akel. Avec l’affiche, les gens ont des a priori. Ils se disent : ça va être l’histoire de trois bougnouls. Mais quand ils se déplacent, ils changent d’avis. On a eu des jeunes, des vieux, de Molenbeek ou d’Uccle. »

La troupe se compose de gens de théâtre comme Mohamed Ouachen, et d’autres issus du cinéma ou de la télé. Et puis, il y a ceux – conducteur de tram, étudiant ou employé administratif – qui assouvissent là une passion. La troupe a d’ailleurs trouvé un nom qui lui va bien : Les Voyageurs sans bagage. « On a envie de voyager avec cette pièce mais on n’a pas toujours les bagages officiels. On les construit au fur et à mesure », résume Issam Akel.

Facettes multiples

C’est une réalité. Pour échapper au sempiternel rôle d’Arabe de service que leur offrent le cinéma ou le théâtre, les comédiens d’origine maghrébine sont amenés à créer leur propre projet. Des projets souvent autobiographiques. Comme s’il fallait évacuer certains sujets avant de passer à autre chose. « Encore aujourd’hui, beaucoup d’artistes d’origine maghrébine sont cantonnés dans des rôles clichés. Ça ne fait pas longtemps qu’on commence à voir des acteurs comme Tahar Rahim ou Roschdy Zem dans des premiers rôles et des personnages à facettes multiples, reconnaît Rachid Hirchi. Je me souviens que les premiers sketchs de ces artistes abordaient le refus de discothèque. On parle de choses proches de nous. Dans notre pièce, on parle de l’immigration, c’est vrai, mais c’est aussi un large pan de l’histoire belge. »

Et Mohamed Ouachen d’enchaîner : « On ne pourra jamais dire qu’on fait trop de pièces sur l’immigration. S’il y a cent spectacles qui en parlent, tant mieux. Tant que les artistes en parlent avec des sensibilités différentes. Il y a bien eu des tonnes de films sur la seconde guerre mondiale ! »

Le 12 octobre au C. C. de Berchem-Sainte-Agathe. Du 10 au 13 novembre au KVS.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s