Le chemin de Damas de Pierre Piccinin


anniebannie : il lui a fallu ça pour voir clair et il a eu la chance d’en réchapper vivant; bienvenue à la cause

  • Pierre Piccinin a partagé un lien sur facebook.
    il y a 14 heures
    Bien rentré à Bruxelles. Un peu cabossé, mais ça va.

    Je remercie tous ceux qui, sur Face Book ou par mail, m’ont apporté leur soutien dans ces moments compliqués et dont je découvre à présent les messages d’amitié, après six jours difficiles passés dans quatre prisons syriennes différentes.

    Je pense aussi à mes camarades de cellules, qui, eux, sont toujours là-bas.

    Ce qui s’est réellement passé…

    Car je lis bien des inepties à mon propos, depuis que je suis rentré, en fin d’après-midi : cet article du journal Le Soir, notamment, est d’une bêtise et d’une méchanceté crasse, non seulement parce qu’il est rempli d’erreurs et de non-sens –la photo, pour commencer, a été prise au Liban, en compagnie des miliciens sunnites anti-Assad-, mais aussi parce que l’on sait très bien de qui vient toute cette boue malsaine –et je précise que, contrairement à d’autres médias qui s’étaient déplacés pour m’accueillir à l’aéroport cette après-midi, Le Soir a publié ce tissus de n’importe quoi sans même m’avoir contacté pour rien vérifier ; je me demande en outre combien de journalistes du Soir ont eu les couilles d’aller sur le terrain, deux fois en Libye, au Yémen, trois fois en Syrie, etc., comme je l’ai fait, moi ; en fait, je connais la réponse : aucun (http://www.lesoir.be/actualite/monde/2012-05-23/pierre-piccinin-libere-et-de-retour-en-belgique-917559.php)…

    Je rentre épuisé et blessé, et je dois lire cette merde.

    Les faits :

    Alors que j’essayais d’établir la cartographie de la rébellion en Syrie (je m’étais déjà rendu dans la région de Zabadani, à Homs, à Tal-Biset, où j’avais rencontré le commandement militaire rebelle, à Rastan et à Hama), j’ai été arrêté le 17 mai par les services de renseignement syrien, devant la ville rebelle de Tal-Kalakh, à la frontière du Nord-Liban, où j’allais également essayer d’entrer dans Qouseir, avant de me rendre à Idlib.
    Après quelques heures de cachot, j’ai été transféré au centre des services de renseignement de Homs ; j’y ai été « interrogé sévèrement » : les services secrets syriens étaient persuadés que j’espionnais pour le compte du gouvernement français et que j’assistais la logistique et la coordination de l’Armée syrienne libre.

    J’ai ensuite été transféré au centre des services de renseignement de Palestine Branch, à Damas (qui avait été l’objet d’un attentat à la bombe quelques jours plutôt). J’ai à nouveau été interrogé, mais plus civilement, cette fois.

    Lorsque les autorités syriennes ont compris que je ne présentais aucun danger pour elles, j’ai été jeté dans un sous-sol, en vue d’être expulsé.

    Avec certaines complicités, j’ai pu faire passer un message à l’extérieur ; le Ministère des Affaires étrangères belge a été averti et a immédiatement mis tout en œuvre pour me localiser et me sortir du pays ; et je le remercie pour son extraordinaire efficacité.

    Je viens de rentrer chez moi, à Bruxelles.

    Les six jours d’Enfer que j’ai vécus, la nuit durant laquelle j’ai été questionné, à Homs, et, surtout, durant laquelle j’ai vu mes compagnons d’infortune se faire torturer, de manière autrement plus violente que je ne l’ai été moi-même, ont été des moments de souffrances physiques et psychologiques intenses. Néanmoins, je remercie Dieu de m’avoir amené dans ce lieu de douleurs, pour que, maintenant, je puisse témoigner, au nom de tous ceux que j’ai laissés derrière moi.

    Jusqu’à présent, concernant la Syrie, j’ai toujours défendu les principes du droit westphalien et ceux de la souveraineté nationale et de la non-ingérence. Mais, face à toute l’horreur que j’ai découverte et pour chacun de ces hommes que j’ai vus mutilés atrocement par des barbares au service d’une dictature dont je n’imaginais pas les audaces et le degré de férocité, je me rallie à leur appel pour une intervention militaire en Syrie, qui puisse renverser l’abomination du régime baathiste, et ce même si le pays doit sombrer dans la guerre civile : si ce passage difficile est nécessaire, il doit être emprunté, pour qu’il soit mis un terme à quarante-deux ans de terreur organisée dans des proportions dont je n’avais pas idée.

    Car, en aucun cas, le système Assad fils ne s’est amendé et ne diffère de celui du père, contrairement à ce que des analyses superficielles laissaient espérer.

    Certain diront que mon revirement sur ce point précis du dossier syrien procède certainement en partie du traumatisme que j’ai vécu ; mais il est, au-delà de cela, le fait d’une réflexion objective fondée sur la réalité du terrain que j’ai appréhendée cette fois-ci plus qu’auparavant.

    Fuck this bloody bastard regime !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s