Les bateaux de Free Gaza ont accosté ce samedi vers approximativement six heures dans le port de Gaza.


Les deux bateaux ont été salués par des centaines de Gazans et journalistes qui ont traversé la plage et se sont empilés dans des bateaux pour accueillir les militants.
(JPG)


Un bateau palestinien part rejoindre le Liberty et le Free Gaza arrivés sains et saufs dans les eaux du port !

Le groupe restera à Gaza pendant au moins dix jours, participant d’abord à une conférence de presse pour traiter de la situation, puis voyageant ensuite dans toute la bande de Gaza pour constater de première main les effets du blocus. Les officiels ont déclaré qu’il était possible que l’équipage puisse rencontrer les responsables politiques locaux, bien qu’aucune décision n’ait été prise.

Au moment où l’équipage pénétrait dans le port, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé les bateaux pour les féliciter de leur voyage et les remercier de leur persévérence.

Le premier ministre du gouvernement de Gaza, Ismail Haniyeh, a donné une conférence de presse et a déclaré que le voyage a réussi en raison de la persévérance de l’esprit palestinien. Il a qualifié le projet Free Gaza de formidable « coup donné au blocus », et il a remercié l’équipage de ses efforts.

Plus tôt ce samedi une réunion du cabinet ministériel israélien avait décidé de ne pas empêcher les bateaux de Free Gaza d’entrer dans le port de Gaza en dépit des menaces précédentes selon lesquelles la force pourrait être employée pour empêcher l’accostage.

Ce samedi 11 bateaux, avec entre autres personnes 20 journalistes, avaient quitté la plage de Gaza pour aller à la rencontre des « bateaux pour Gaza », leur arrivée étant programmée pour midi. Mais les bateaux sont revenus vers le rivage après que des coups de semonce aient été tirés aux alentours de trois heures, et les navires devant briser le blocus n’étaient toujours pas en vue.

Les problèmes rencontrés avec l’équipement de navigation et que l’équipage attribue à du brouillage radio envoyé par les israéliens, a retardé l’arrivée des bateaux.

D’abord prévue en début d’après midi, l’heure d’arrivée des bateaux devait se situer entre 17 et 19 heures ce soir.

Les Palestiniens attendaient nombreux les bateaux depuis le matin, bien qu’ils n’étaient pas encore en vue.

À 10 heures du matin heure locale, l’équipage de Free Gaza a publié le communiqué suivant aux organisateurs du projet :

« Les systèmes électroniques qui garantissent notre sécurité à bord des bateaux Free Gaza et Liberty ont été bloqués et brouillés. Les deux bateaux battent pavillons grecs, et sont dans des eaux internationales. Nous sommes les victimes d’une piraterie électronique. Nous sommes actuellement dans le secteur A2 de GMS-P et nous comptons sur notre équipement de communication par satellites pour lancer si nécessaire un appel de détresse.

Nous sommes des citoyens de 17 nations et nous avons comme objectif de briser le siège de Gaza. Nous ne sommes pas des marins expérimentés. Par conséquent, il y a un risque concernant la sécurité des personnes à bord suite à cette situation d’urgence.

Nous naviguons actuellement sur une mer agitée, et nous faisons appel au gouvernement grec et à la communauté internationale pour qu’ils assument leurs responsabilités et protégent les civils à bord de nos deux bateaux qui sont dans des eaux internationales. »

Jamal Al-Khudari, le président du comité populaire contre le blocus et membre du Conseil Législatif Palestinien avait averti Israël de ne pas nuire aux bateaux, lesquels transportent des militants pacifistes de toutes nationalités et des fournitures médicales pour les habitants de Gaza.

Il a déclaré dans une conférence de presse samedi matin que les organisateurs avaient perdu le contact avec les bateaux pendant plusieurs heures à cause des brouillages par les israéliens des fréquences radio utilisées. Les bateaux ont pu reprendre contact avec Gaza plus tard dans la matinée.

Al-Khudari avait demandé aux militants de persévérer en dépit de ces problèmes, et il a ajouté que l’équipage avait trouvé des mines flottant sous l’eau alors qu’elles entraient dans les eaux de Gaza.

« Nous les accueillerons et les honorerons comme des héros, » a conclu Al-Khudari.

23 août 2008 – Ma’an News Agency
Texte repris d’info-palestine qui l’a traduit