Suspension de l’accord d’association UE – Israël


06 mars 2009

A diffuser largement svp

Le groupe The Peace Cycle essaie de réunir 25000 signatures pour le 31 mars prochain afin de demander à l’Union européenne la suspension de l’accord d’association UE – Israël jusqu’à ce qu’Israël respecte les droits de l’homme et le droit international.

Ils en ont déjà près de 15000. Ils remettront les signatures ce 31 mars aux responsables européens. Il reste donc peu de temps. Et il s’agit d’une question importante.

Rappelons que selon l’association israélienne B’Tselem, la seule offensive sur Gaza a fait au moins 1300 morts dont au moins 410 enfants et 104 femmes. Du côté israélien 3 civils et 10 soldats ont été tués. (données au 19 janvier 2009) source

Toute injustice frappant tout innocent doit être dénoncée du Sri Lanka au Darfour en passant par Sdérot. Le cas est particulier ici car certains essaient de nous faire croire que la mort de 400 enfants (à l’aide d’armes fabriquées parfois dans des pays qui se considèrent comme de grandes démocraties) se justifie pour « lutter contre la terreur » et « défendre les valeurs du monde libre ». Nous ne partageons pas ces valeurs si elles exigent le feu et le sang d’innocents.

Aucune larme d’enfant fuyant les bombes n’est justifiée, que ce soit dans les rues de Gaza, dans celles de Sdérot ou celles d’Ashkelon. Aucun enfant n’a à payer les bêtises idéologiques des adultes du « monde libre ».

Voici la page pour signer la pétition : (le texte français de la pétition se trouve en bas du texte anglais)

http://www.thepetitionsite.com/1/Suspend-EU-Israel-Trade-Agreement

Posté par MCPalestine

Reconstruisons le camp de concentration de Gaza


par GHARBI Fethi

Illustration : Derkaoui

Illustration : Derkaoui

Une conférence internationale pour la reconstruction de la bande de Gaza s’est ouverte le lundi, 2 mars, à Charm El Cheikh avec la participation de plus de 70 pays. « La communauté internationale » a promis près de 4,5 milliards de dollars pour la reconstruction de Gaza et la relance de son économie et « demandé » la levée du blocus israélien qui asphyxie le territoire.

On s’étonne du nombre des pays participants et de la promptitude avec laquelle s’est tenue cette réunion. Dire qu’au moment ou Gaza croulait, pendant plus d’un mois, sous les bombes sionistes, un silence de mort ( c’est le cas de le dire) enveloppait « la communauté internationale ». L’orage est passé maintenant. Le monstre s’est calmé pour un moment, repu, se vautrant dans son repaire. A quelques kilomètres du ghetto de Gaza, les grands de ce monde se congratulent, distribuant en bons croyants leur aumône et leurs remontrances. Une ambiance festive… comme si la guerre était réellement finie alors que le blocus continue de plus belle étranglant de plus en plus une population de déshérités. Il est vrai, qu’amochés de la sorte, les Gazaouis sont si pitoyables qu’il faut bien les (…) Lire la suite »

La revue The Lancet retire de son blogue un article consacré à Gaza.


L’auteur de l’article s’explique

vendredi 6 mars 2009 – 06h:07

Aucune erreur spécifique, ni une quelconque correction… n’ont été suggérées… Une lettre, rédigée par quatre Israéliens, objectant à l’article, a été publiée… Le Dr. Swee répond ici à ces péripéties et développe les chiffres avancés.

Le chiffre de 1,5 million de tonnes d’explosifs est, de notre point de vue, une estimation extrêmement prudente. Ceux qui ont des doutes à cet égard doivent venir ici, pour voir.

Le 2 février, le site internet Global Health Network online, de la revue médicale britannique The Lancet Medical Journal, a publié l’article Les blessures de Gaza (The Wounds of Gaza), des Drs Swee Ang et Ghassan Abu Sitta. Cet article avait été publié initialement par notre site Pulsemedia. The Lancet avait introduit l’article en ces termes :

« Deux chirurgiens britanniques, le Dr Ghassan Abu Sitta et le Dr Swee Ang, ont réussi à pénétrer à Gaza pendant l’invasion israélienne. Ils décrivent ci-après ce qu’ils ont vécu, font part de leur point de vue, et concluent que la population de Gaza est extrêmement vulnérable et sans défense, dans l’éventualité d’une nouvelle attaque israélienne ».

SUITE