Radio France Internationale condamnée pour le licenciement d’Alain Ménargues


La cour d’appel de Paris vient de condamner Radio France Internationale (RFI) à verser des centaines de milliers d’euros d’indemnités au journaliste Alain Ménargues, licencié en 2004 parce qu’il avait osé rappeler une évidence, le caractère raciste de l’Etat d’Israël.

Alain Ménargues était directeur-général adjoint de RFI en octobre 2004, lorsqu’une campagne vénimeuse fut lancée contre lui par le lobby sioniste, qui disposait déjà, à cette époque, de puissants relais à l’intérieur de la station. Le responsable de la communication de RFI, par exemple, est l’un des animateurs de l’Association pour le Bien-Etre du Soldat Israélien, spécialisée dans la collecte d’argent pour l’armée israélienne.

Le crime de Ménargues ? Avoir rendu compte, de longue date, des crimes de l’armée israélienne au Proche-Orient, que ce soit dans ses reportages ou dans ses livres. Alain Ménargues connaît bien la région, pour avoir été notamment correspondant de Radio-France à Beyrouth pendant de nombreuses années.

Alain Ménargues a ainsi révélé, dans son livre « Les secrets de la guerre du Liban », comment, lors du massacre des Palestiniens à Sabra et Chatila en 1982 à Beyrouth, l’armée israélienne ne s’était pas contentée de fournir un soutien logistique à ses supplétifs des milices phalangistes (fascistes) libanaises, mais qu’elle avait aussi participé, directement, aux éxécutions sommaires de civils palestiniens désarmés.

Dans un autre livre, « Le Mur de Sharon », paru en 2004 (avant d’être mis sous le boisseau), Ménargues explique, entre autres, comment l’idéologie sioniste fondatrice de l’Etat d’Israël conduit inexorablement à une politique d’exclusion des populations non juives, palestiniennes.

L’accusation d’antisémitisme fut alors brandie, terrorisant les plus pleutres des journalistes de RFI, c’est-à-dire pas mal de monde quand même, et Ménargues fut promptement viré. Depuis lors, les éliminations ou mises à l’écart des émissions ou éléments suspects se sont succédées à RFI, dont la direction, confiée à Ockrent, la femme du ministre des Affaires étrangères Kouchner, licencie maintenant par charettes entières.

Alain Ménargues avait rapidement porté plainte, devant le tribunal des Prud’hommes, pour ce licenciement abusif. Il avait perdu.

SUITE

Publicités

Muntadar al-Zaidi condamné à trois ans de prison


zaidi

Muntadar al-Zaidi a été condamné à trois ans de prison pour avoir lancé ses chaussures contre George Bush.
Les avocats de la défense ont estimé que la condamnation était dure et ils iront en appel.

L’envoyé de la BBC qui se trouvait à la séance du tribunal ce jeudi a dit que la famille et les partisans de Zaidi étaient arrivés au tribunal comptant qu’il serait libéré.

Quand le juge lui a demandé s’il était innocent ou coupable, Zaidi a répondu « je suis innocent. Ce que j’ai fait était une réaction normale à l’occupation ».

Après les derniers arguments de la défense, le public a été prié de quitter la salle. Les juges ont délibéré pendant 15 minutes et quand l’assistance a appris la sentence, certains proches ont commencé à pleurer et à crier des insultes contre les juges. Les cris disaient « C’est un tribunal américain » « Zaidi est un héros » « A bas le président Bush » et « Allah est grand ».

Source : la BBC

Action de solidarité  » Au profit du peuple de Gaza »


soireesolidarite
Bien le Bonjour Chér(e)s Ami(e)s,

Ci-joint un évènement trés convivial, si vous voulez passer une super moment !!!!

Tout à fait solidaire à une action de solidarité  » Au profit du peuple de Gaza »

Merci de diffuser et de me contacter pour les réservations.

Au plaisir de vous revoir à l’occasion de l’évènement.

Bien fraternellement

Kacem 0485/94.22.01

fatima 0486/23.81.36

Pour créer l’Israélien nouveau, il a fallu tuer le Juif


par Pierre Stambul (Bureau National de l’UJFP)

En 1948, année de la Naqba (l’expulsion de 800000 Palestiniens de leur propre pays) et de la création de l’État d’Israël, Menahem Begin décide de visiter les États-Unis. Les plus grands intellectuels juifs américains avec à leur tête Hannah Arendt et Albert Einstein écrivent au président Truman en lui disant : « Begin arrive, c’est un terroriste, arrêtez-le ou expulsez-le ». À l’époque, aux yeux du monde, le judaïsme, c’est Arendt, Einstein, mais aussi Rosa Luxembourg, Freud, Kafka, Benjamin … Par quel retournement de l’histoire a-t-on aujourd’hui comme figures dominantes des Begin, Sharon, Barak, Livni, Olmert, Lieberman ou des pseudo intellectuels communautaristes français qui sont l’exact inverse ce que fut la figure de l’intellectuel juif ?

Le sionisme : une manipulation des identités juives

La guerre contre le peuple de Gaza, comme deux ans auparavant celle du Liban a montré qu’il n’y aura pas de paix au Proche-Orient tant que le sionisme sera à l’œuvre. Tous les partis sionistes ont approuvé ces deux guerres. La « gauche » sioniste qui vient d’être laminée lors des élections en Israël a participé à tous les crimes contre le peuple palestinien : la Naqba en 1948, la conquête de 1967 et la colonisation qui a suivi, la répression contre l’Intifada, la construction du mur en Cisjordanie et les massacres commis au Liban ou à Gaza. Il n’y a pas de sionisme à visage humain. La « gauche » sioniste aurait voulu en incarner un. C’est fini. Elle n’a fait que servir de force d’appoint à l’annexion, la colonisation et l’ethnocide contre la Palestine.

SUITE