Nizar Qabbani : el muharwilun


nizar_qabbani

Nizar n’est pas que le poète de la femme et de l’amour. Il a également composé des textes qui lui ont valu d’être banni de son pays, la Syrie. Je ne crois pas que celui-ci compte parmi ceux qui lui ont valu des ennuis. Ce poème doit être lu dans le contexte des accords d’Oslo, extrêmement défavorables aux Palestiniens, et conclus dans leur dos. voir notamment ici

(ceux qui se précipitent)

les derniers murs de la pudeur sont tombés
et nous nous sommes réjouis. et nous avons dansé
et nous nous sommes félicités de la signature de la paix des lâches.
nous n’avons plus aucune crainte,
nous n’avons honte de rien
les veines de notre fierté se sont desséchées

2

pour la cinquantième fois, nous avons perdu notre virginité
sans un tremblement, sans un cri
sans aucune peur à la vue du sang
et nous sommes entrés dans la course ;
nous avons attendu dans la file comme des moutons devant la guillotine
et nous avons couru et nous avons haleté
et nous nous sommes bousculés pour embrasser les bottes des assassins

3

ils ont affamé nos enfants pendant cinquante ans
et à la fin du jeûne, ils nous ont jeté
un oignon

4

Grenade est tombée pour la cinquantième fois
l’Histoire a échappé des mains des Arabes
les piliers de l’âme sont tombés et les branches de la tribu et
toutes les chansons d’héroïsme sont tombées
Séville est tombée
Antioche est tombée
Hattin est tombée sans livrer bataille
Oumouriya est tombée
Marie est tombée entre les mains des milices
et il n’y a pas un homme pour sauver le symbole du ciel
il n’y a pas de vrais hommes

5

Nos derniers privilèges sont tombés
aux mains des Roumis et qu’est-ce que nous défendrions ?
Il n’y a plus au palais de servantes
pour faire le café… ou l’amour
qu’est-ce qu’il nous reste à défendre ??

6

nous n’avons plus aucune Andalousie à nous
ils ont volé les portes, les murs, les épouses et les enfants
les olives, l’huile, et les pavés des rues.
Ils ont volé Jésus, fils de Marie
et il n’était encore qu’un nourrisson.
ils nous ont volé le souvenir du citron,
de l’abricot… de la menthe
et les chandeliers des mosquées

7

ils nous ont laissé une boîte de sardines
qui s’appelle Gaza,
un os desséché, appelé Jéricho,
un hôtel, appelé Palestine…
sans plafond, sans piliers.
Ils nous ont laissé un corps sans os
et une main sans doigts

8

il ne reste rien comme ruines sur lesquelles pleurer.
Comment pleure une nation
dont on a volé les larmes?

9
De ces entretiens secrets à Oslo
nous sommes sortis stériles,
et le pays qu’on nous a donné en cadeau est plus petit qu’un grain de blé,
ce pays nous l’avalerons sans eau,
comme un cachet d’aspirine !!!

10

après cinquante années
nous sommes maintenant sur une terre en ruines,
nous n’avons pas de refuge
pareils à des milliers de chiens !!

11

après cinquante années
nous n’avons pas trouvé de pays dans lequel habiter, si ce n’est un mirage
il n’y a pas de réconciliation.
cette réconciliation qui nous a empalés comme un poignard
a été en vérité un viol !!

12

à quoi sert cette course ?
à quoi sert cette précipitation ?
lorsque la conscience du peuple reste vivante
comme la mèche d’une bombe,
toutes les signatures de Oslo ne valent pas
un grain de moutarde !!

13

comme nous avons rêvé à la paix verte,
à la lune blanche
à la mer bleue… et à la voilure déployée !!
et brusquement, nous nous sommes retrouvés… dans une décharge d’ordures !!!

14

qui donc les interrogera sur la paix des lâches ?
non pas la paix des plus forts et des puissants,
qui donc les interrogera sur la paix achetée à tempérament ?
et la location à tempérament.. et les transactions,
et les marchands et les financiers ?
et qui donc les interrogera sur la paix des morts ?
ils ont fait taire la rue.. et ils ont assassiné toutes les questions
et tous ceux qui posaient les questions…

15

nous nous sommes mariés sans amour..
avec la femme qui un jour a mangé nos enfants
et elle a dévoré nos foies…
nous l’avons emmenée en lune de miel,
nous nous sommes enivrés et nous avons dansé,
nous nous sommes remémorés tous les poèmes ghazal que nous avions appris par cœur
ensuite, nous avons malheureusement enfanté des enfants handicapés
qui ont la forme de grenouilles
et nous avons erré sur les trottoirs de la tristesse
sans pays, ni enfant à étreindre

16

pendant la noce il n’y a pas eu de danse arabe
ni de nourriture arabe
ni de chansons arabes
ni de pudeur arabe
les enfants du pays n’assistaient pas à la sortie des mariés

17

la moitié de la dot était en dollars,
la bague de fiançailles, ses diamants, étaient en dollars
le prix du Cheikh était en dollars
et le gâteau était un cadeau de l’Amérique
et les ornements de la noce, et les fleurs et les bougies
et la musique des Marines..
tout cela avait été fabriqué en Amérique !!

18

la noce s’est terminée
et la Palestine n’a pas participé à la fête,
mais elle a vu sa photo diffusée sur toutes les chaînes.
elle a vu sa larme traverser les vagues de l’océan
vers Chicago, et Jersey.. et Miami,
mais elle est comme l’oiseau égorgé qui crie :
cette noce n’est pas ma noce,
cette robe n’est pas ma robe,
cette honte n’est pas ma honte,

jamais… ô Amérique
jamais… ô Amérique
jamais… ô Amérique

texte en arabe

Traduction : Noura Amer/anniebannie

,