Rappel, aujourd’hui mardi


Contre la mission commerciale de BXL en Israël

Rassemblement le mardi 10 novembre de 17h30 à 18h30

Avenue Louise 500, 1050 Bruxelles
(Tram 94, arrêt Legrand)

image002

Les organisateurs entendent protester contre la mission multisectorielle économique et commerciale organisée en Israël par la Direction du Commerce extérieur du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, mission prévue du 6 au 10 décembre 2009.

L’encouragement de relations économiques et commerciales avec Israël par une autorité politique belge au moment même où le Conseil des droits de l’homme de Genève transmet au secrétaire générale des Nations Unies le rapport établi par Richard Goldstone sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par Israël durant la guerre contre Gaza, voici moins d’un an, est profondément choquant.

Les organisateurs de ce rassemblement demandent de suspendre cette mission qui est incompatible avec les exigences fondamentales du respect des conventions humanitaires, des droits de l’Homme et du droit international qui sont actuellement bafoués par l’Etat d’Israël.

Des représentants des organisations signataires de cet appel demanderont à être reçus par le Ministre compétent, à savoir Benoit Cerexhe, afin de lui exprimer notre ferme opposition au déroulement de cette mission.

Organisations souscrivant à cet appel : Association belgo-palestinienne, COBI, Égalité, Génération Palestine, intal, Ligue Communiste Révolutionnaire, Mouvement Citoyen Palestine, Parti du Travail de Belgique,…

Les citoyens Palestiniens d’Israël : Quelle place ? Quel avenir ?


MARDI 10 NOVEMBRE À 19H30

ULB, campus du Solbosch, av. Héger, auditoire H2.215

Conférence (en anglais avec traduction simultanée) coorganisée par

le Cercle des étudiants arabo-européens de l’ULB, Dor Hashalom et l’UPJB

avec

Jaffar Farah, directeur du Centre Mossawa pour la défense des droits des Arabes d’Israël

Daniel Monterrescu, sociologue

Shuli Dichter, militant israélien pour l’égalité des droits entre Juifs et Arabes en Israël

Modérateur : Baudouin Loos, journaliste au Soir

S’il est vrai que le règlement global de la question palestinienne, débouchant sur l’avènement d’un État indépendant aux côtés de l’État d’Israël, constitue la condition sine qua non pour que celui-ci puisse enfin pleinement s’intégrer à son environnement géopolitique et connaître une paix durable à ses frontières, celles d’avant juin 1967 s’entend, cette condition risque fort de n’être pas suffisante pour qu’il accède aussi à la paix intérieure, la paix civile. Nous sommes en effet convaincus que pour atteindre cet objectif, Israël devra impérativement parvenir à un règlement juste de sa propre « question arabe ». Pour autant qu’il admette, avant qu’elle ne s’impose brutalement à lui, qu’il connaît effectivement une « question arabe », ce qui est loin d’être acquis.

C’est précisément en raison de son refus de l’admettre jusqu’à présent, que ce pourtant indispensable règlement israélo-israélien risque de s’avérer bien plus difficile et douloureux encore que le règlement du contentieux israélo-palestinien ; ce qui n’est pas peu dire mais n’en semble pas moins aller de soi dans la mesure où il implique une remise en question de la nature essentiellement ethnocentriste d’Israël.

On est cependant en droit de se demander si Israël ne rêverait pas de résoudre à terme sa propre question palestinienne par un échange pur et simple ? Une partie de la Galilée du nord avec ses habitants arabes enfin regroupés contre une partie de la Cisjordanie avec ses implantations juives ?

Cette menace a encore pris plus de corps avec l’arrivée au pouvoir, suite aux élections législatives du 10 février dernier, du gouvernement Netanyahou-Barak-Lieberman. Ce dernier, Avigdor Lieberman, leader du parti Israel Beitenou (Israël notre Maison) a en effet axé toute sa campagne électorale sur le thème de cet échange, avec le succès que l’on sait.

C’est pour cette raison et aussi pour sensibiliser l’opinion publique à la situation de la population palestino-israélienne que nous avons élaboré ce projet de conférence-débat.

PAF : 3 EURO (2 euros pour les membres, étudiants et chômeurs)

EGALITE : communiqué de presse


COMMUNIQUE DE PRESSE DU Lundi 09 Novembre 2009

Mise au point sans controverse.

ÉGALITÉ est une nouvelle organisation citoyenne bruxelloise, composée notamment de militants associatifs, qui se donne pour objectif de sensibiliser les citoyens en Région bruxelloise à toutes formes de discriminations et les invite à réagir, en participant à lutter, ensemble, pacifiquement, contre tous ces traitements inégalitaires.

Le programme d’ÉGALITÉ s’articule autour des questions liées à :

– L’Enseignement, l’Emploi, le manque de perspective d’avenir pour les jeunes particulièrement dans les quartiers défavorisés, la gestion dramatique des populations carcérales, le Logement, la mobilité, ainsi, bien évidemment, que les relations complices des pouvoirs publics avec ces États violant les principes fondamentaux des Droits de l’Homme.

Depuis sa fondation au printemps 2009 et suite à son succès électoral en Région Bruxelloise, le programme et le militantisme d’ÉGALITÉ suscitent, manifestement, pas mal de polémiques venant de certains milieux médiatiques et politiques.

De fantasmatiques accusations («communautariste, islamiste, islamo-gauchiste, terroriste…») ne cessent d’être proférées sur l’espace médiatique public sans même nous donner, en toute ÉGALITÉ, la possibilité d’y répondre. Plusieurs membres d’ÉGALITÉ victimes de délit d’opinion se retrouvent soit privés d’exercer leur profession, soit priés de démissionner de leur fonction au sein d’un Conseil d’administration d’une association de lutte contre le racisme, publiquement subsidiée et se prévalant pourtant du pluralisme.

ÉGALITÉ refuse d’accorder un quelconque intérêt à un tel monologue médiatico-politique, discriminatoire et préfère poursuivre son combat contre toutes les inégalités socio-économiques largement entretenues par les désastreuses politiques menées en Région Bruxelloise depuis son existence.

ÉGALITÉ ne cessera de dénoncer les atteintes aux droits et libertés fondamentaux provoquées par les politiques discriminatoires infligées, avec la complicité des différents partis politiques présents dans nos assemblées démocratiques, aux enfants et à leur famille, ici en région bruxelloise, ainsi que partout ailleurs dans le monde.

ÉGALITÉ ne cessera de dénoncer les conséquences dramatiques engendrées par l’irresponsabilité du personnel politique plus prompt à criminaliser toute critique citoyenne qu’à s’employer à réduire les inégalités croissantes dans la société. C’est, d’ailleurs en ce sens qu’ÉGALITÉ prépare sereinement les prochaines élections prévue en 2011 et 2012.

Contacts :
Saïdi Nordine, Porte parole Egalité, info.egalite@gmail.com – 0476/ 84.19.69

Editeur responsable : Saïdi Nordine –32, Rue de Sébastopol à 1070 Anderlecht.