Marche pour la liberté de Gaza : les marcheurs sont toujours bloqués au Caire


ayant vainement attendu un nouveau revirement du gouvernement égyptien, anniebannie a abandonné la partie et le voyage à Gaza n’est que partie remise; anniebannie n’est pas pour les tactiques de confrontation en Egypte; nous ne sommes ni en Belgique, ni en France. notre lutte est chez nous. c’est là que nous pouvons être les plus utiles.

lundi 28 décembre 2009

Le Caire : Une délégation a été reçue à l’Ambassade de France en Egypte dimanche soir suite au rassemblement organisé devant l’Ambassade à 18h.

Les autorités françaises ont été sollicitées à la demande des organisateurs de la Marche pour intervenir auprès du gouvernement égyptien afin de résoudre un problème avec la compagnie de bus. Celle-ci était menacée d’avoir des ennuis si elle acheminait le groupe vers Al-Arish.

La question semblait réglée à la fin de l’entrevue et les bus auraient du arriver dans les deux heures qui suivaient.

A 21 h, les bus étaient toujours interdits et quarante marcheurs ont bloqué l’avenue de l’ambassade de France avec matelas et duvets. Ils finiront par se rabattre sur le trottoir après promesse d’une nouvelle négociation ce lundi matin à 9 h 30.

Ci-dessous le communiqué de l’Afp :

Interdiction d’une marche vers Gaza : sit-in de militants français au Caire
(AFP) – dimanche 27 décembre – 23h.

LE CAIRE — Environ 300 militants français ont débuté dimanche soir un sit-in devant l’ambassade de France au Caire pour protester contre l’interdiction par les autorités égyptiennes d’une marche vers Gaza organisée par des ONG internationales.

Au total, 1.400 militants de 43 pays avaient annoncé la semaine dernière leur intention d’organiser cette marche à partir de Rafah, ville à cheval sur l’Egypte et la bande de Gaza, pour marquer le premier anniversaire de l’offensive israélienne contre le territoire palestinien.

Mais les autorités égyptiennes leur ont opposé lundi dernier une fin de non-recevoir.

Les militants français étaient rassemblés dimanche soir devant l’ambassade de France dans l’attente des cars qui devaient les conduire à Rafah quand l’agence de voyage les a informés qu’ils ne viendraient pas.

« L’agence de voyage avec laquelle nous avions conclu un contrat vient de nous dire qu’elle ne peut pas envoyer les cars car elle n’a pas l’autorisation des autorités égyptiennes », a affirmé à l’AFP une organisatrice de la marche, Olivia Zémor.

Assis à même le sol, les militants ont bloqué dans les deux sens l’avenue Charles de Gaule, sur laquelle donne l’ambassade. « Palestine vivra, Palestine vaincra », ont-ils scandé.

En fin de soirée, ils ont dressé des tentes devant l’ambassade où ils envisageaient de passer la nuit.

« Nous ne bougerons pas tant que nous n’avons pas nos bus », a affirmé l’un d’eux.

La marche devait débuter le 28 décembre.

Les organisateurs ont précisé que des militants d’autres nationalités avaient également l’intention de partir lundi pour Rafah.

Samedi, ils avaient exhorté dans une lettre ouverte le président égyptien Hosni Moubarak à intervenir en leur faveur.

Du 27 décembre 2008 au 22 janvier 2009, Israël a lancé une offensive dévastatrice contre le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza, faisant plus de 1.400 tués palestiniens, selon des sources palestiniennes.

L’offensive a également détruit l’infrastructure de Gaza et aggravé l’impact du blocus imposé en juin 2007 par Israël, suite à la prise de contrôle de ce territoire par le Hamas.

Source : AFP