La France et les USA s’associent activement au bouclage de Gaza


G.Houbballah – Al-Manar nous apprend, via le site « Info-Palestine », que « selon des sources bien informées égyptiennes, le chef des services de renseignements militaires français, Benoît Bougier a visité le site de construction du mur d’acier de Gaza, sur la zone frontalière entre l’Égypte et la bande de Gaza.

Il s’agit d’un « mur » souterrain dont l’Egypte a entrepris la construction afin de réduire le phénomène des tunnels entre l’Egypte et la Bande de Gaza, par lesquels passe l’essentiel de l’approvisionnement en marchandises de toute sorte (carburant, matériaux de [re-]construction aussi bien que produits alimentaires) qui permet à la population gazaouite de survivre. Israël, en effet, n’autorise l’importation que de 53 produits dits « de première nécessité », comme par hasard provenant tous d’entreprises israéliennes (qui souvent expédient vers Gaza des marchandises dont la date de péremption est proche, voire dépassée).

Le prétexte utilisé est évidemment que les tunnels servent aussi au « trafic d’armes » (de son côté, Israël n’a pas besoin de recourir à ce genre de « trafic », puisque non seulement les Etats-Unis lui fournissent « légalement » plus d’armes qu’aucun pays de cette taille n’en aura jamais besoin, mais en plus c’est l’Oncle Sam qui paie… !).

Au cours de sa visite, le patron des services de renseignements militaires français a rencontré des officiers français qui participent avec des militaires égyptiens à la supervision de la construction de la paroi de fer longeant l’axe de Salaheddine afin de fermer les tunnels.

Selon les mêmes sources, le chef des services secrets français a rencontré avant son arrivée dans la zone frontalière les responsables dans la direction américaine, créé spécifiquement suivre et superviser le processus de fermeture des tunnels basée à l’ambassade américaine au Caire.

Les sources ont ajouté que le général français est venu s’assurer par lui-même ce qu’il a appelé « la plus grande opération militaire jamais vue dans l’histoire visant à lutter contre le monde de la « contrebande souterraine » » selon ses termes.

Le chef des services de renseignements militaires français s’est aussi réuni avec la direction exécutive du projet basée dans la ville égyptienne d’El Arish, avant d’atteindre la frontière pour voir par lui-même les grues égyptiennes géantes creuser et incruster des plaques géantes d’acier de 50 cm d’épaisseur à de 18 mètres de profondeur dans lesquelles les officiers, français et américains ont installés des capteurs hyper-sensibles ayant pour mission de signaler toute tentative d’infiltration souterraine.

De l’avis des équipes américaines et françaises, cette opération de fermeture de la frontière entre Gaza et l’Égypte, représente un projet expérimental, s’il réussit, il sera appliquée dans d’autres guerres contre les soi-disant « groupes terroristes » dans différentes parties du monde.

Et grâce à tout ce joli monde, la Bande de Gaza mérite chaque jour un peu plus d’être appelée « la plus grande prison à ciel ouvert du monde », dont les prisonniers sont coupables d’avoir « mal voté », en 2006, lors des élections les plus indiscutablement démocratiques qu’on ait pu voir dans le monde arabe…

source