STOP AU BUSINESS DE L’OCCUPATION ET DE LA COLONISATION DE LA PALESTINE !


Rassemblement, marche et marché d’infos
Samedi 6 février 2010, 15 h

Dans le zoning de l’aéroport, à Liège-Bierset

Il y a un an, pendant l’offensive israélienne sur Gaza, une Carte Blanche a soulevé la question du transit des armes via Bierset.
Qu’en est-il exactement ? Quelle est la nature des cargaisons qui transitent ou partent de l’aéroport régional de Liège-Bierset, plus particulièrement en direction et en provenance d’Israël et de ses colonies ?

Amnesty International a souligné la difficulté de contrôler effectivement les cargaisons de l’aéroport et le Ministre Reynders a indiqué qu’il ne pouvait pas nous fournir les listes précisant la nature du commerce avec Israël passant ou partant de Bierset.

Nous voulons plus de transparence !

La société CAL-LACHS (Cargo Air Lines-Liège Air Cargo Handling Services), ne cache pas sur son site qu’elle est spécialisée dans le commerce des produits dangereux et toxiques, ainsi que de pièces mécaniques, de drones, de fruits et fleurs en provenance d’Israël et de ses colonies. Un de ses partenaires commerciaux, la compagnie AGREXCO-CARMEL, est le principal exportateur des produits des colonies et elle espère chaque année, à la Saint Valentin, faire d’importants bénéfices via les fleurs vendues sous différents labels dissimulant leur réelle origine (ex : made in Benelux, …)

Nos revendications
– Plus de transparence sur les cargaisons partant ou transitant par Liège-Bierset à destination et en provenance d’Israël et de ses colonies
– Ouverture des registres de douane.
– Application du Code de Conduite en matière d’armement.
– Pas d’argent public pour soutenir la colonisation et l’occupation israélienne
– Boycott du business de l’occupation et de la colonisation (Carmel-Agrexco…)
– Traçabilité des produits d’Israël et des colonies (fleurs, dattes …)
– Justice en Palestine !

Gaza: les autorités israéliennes refusent l’accès à Charles Michel


Les autorités israéliennes ont refusé la demande du ministre belge de la Coopération au développement, Charles Michel, d’entrer à Gaza, que la Belgique aide pourtant à travers l’UNRWA et l’OCHA, deux agences de l’ONU.

Charles Michel a l’intention de protester contre cette décision dimanche lors de sa rencontre avec le vice-ministre des Affaires étrangères, Daniel Ayalon. « Il n’est pas normal qu’on empêche d’entrer à Gaza un ministre d’un pays qui finance des projets là-bas », a-t-il déclaré.

Le ministre belge appellera aussi les autorités israéliennes à ouvrir des couloirs humanitaires vers Gaza. Depuis l’opération « Plomb durci », quand l’armée israélienne a attaqué la bande de Gaza en janvier 2009, seuls 20% du volume de convois humanitaires qui arrivaient à Gaza chaque mois sont autorisés à entrer dans ce territoire isolé. La situation sanitaire, économique et sociale s’en trouve encore aggravée, ont expliqué les responsables locaux de l’UNRWA et l’OCHA.

Charles Michel et Bernard Kouchner ne sont pas les seuls à avoir subi une rebuffade de la part des autorités israéliennes. Plusieurs autres ministre européens des affaires étrangères ont également eu le cas. Le ministre belge mettra d’ailleurs le sujet sur la table du conseil des ministres européens de la coopération au développement. « Nous devons adopter une position commune forte », a-t-il commenté.

source