Ali Aarrass


APPEL EXTRÊMEMENT URGENT!

Je m’appelle Farida Aarrass et suis la soeur d’un ressortissant belge qui se nomme Ali Aarrass.

Mon frère Ali est en détention en Espagne (Algeciras) depuis 2 ans, il se trouvait en Espagne et fut arrêté le 1er avril 2008 par la police espagnole, la mandat d’arrêt fut envoyé par le Maroc.

Durant ces deux années de détention, l’Espagne est restée dans l’attente de preuves de la part du Maroc. Aucune preuve ne fut soumise ce qui valut la prononciation d’un non lieu de la part du juge Baltazar Garzon (juge anti terroriste).
Malgré cela, mon frère est toujours détenu dans le centre pénitencier Botafuegos à Algeciras, car le Maroc exige son extradition.

Pas mal d’associations, représentants politiques espagnols, le maire de la ville Imbroda, ainsi que toute la famille en Espagne se mobilisent depuis deux ans pour éviter à tout prix l’extradition de Ali vers la torture au Maroc, faisant pression de part et d’autre auprès de la justice espagnole.
Le ministère des affaires étrangères belge prétend que les autorités belges ne peuvent rien faire pour mon frère, il est oublié.

Et voilà que la semaine dernière, nous recevions une nouvelle qui nous laisse perplexes.

La Belgique a extradé au Maroc un dénommé Ben Yatou Ben Rabeh, qui était en détention en Belgique, qui est d’origine algérien mais qui est sans papiers et qui en plus n’avait pas de famille ici, donc aucun soutien, personne qui puisse remarquer son absence.

Le journal « De Morgen » a publié un article le samedi 06 mars 2010, qui traite de ce sujet.

Ce détenu extradé au Maroc, Ben Yatou Ben Rabeh, a été sauvagement torturé et même mutilé, on lui a extorqué des aveux sous la torture, il a signé des déclarations parmi lesquelles il y avait le nom de mon frère….

Le Maroc fabriquant des preuves avec le soutien de la Belgique! C’est scandaleux!

Pour le Maroc, on le savait déjà, sa réputation est toute faite, état où la corruption est chose courante, d’ailleurs vous pouvez le constater facilement puisque toutes les informations qui véhiculent nous proviennent des prisonniers eux mêmes, dans les prisons marocaines, vous pouvez avoir un gsm moyennant de l’argent. Au Maroc tout se paye.
Mais en ce qui concerne la Belgique, on en revient pas! Un état de droit, pays signataire des Conventions des Droits de l’Homme!

Comment est ce possible?

Qui a permis une telle démarche?

Ma famille et moi même sommes extrêmement inquiets quant à la situation de mon frère. Il est de nationalité belge, il a vécu 28 ans en Belgique et a été un citoyen honnête, il a fait son service militaire ici à l’époque et son comportement fut irréprochable. Il n’a jamais vécu au Maroc, puisque nous sommes originaires de Melilla, notre ville natale où nous avions vécu jusqu’à nos 14ans, après cela nous sommes venus rejoindre notre mère (parents divorcés) en Belgique où nous sommes restés jusqu’à ce jour.

Mon frère risque la torture. S’il doit être jugé quelque part que ce soit ici même en Belgique, vu qu’il n’a jamais vécu au Maroc.

Je fais appel à toutes les associations ou organisations travaillant pour le respect des droits de l’homme, à nous soutenir et à tenter des démarches qui pourraient sauver mon frère de la torture.

Farida Aarrass
0486/703215

Les musulmanes poursuivent leur djihad contre la violence


mardi 9 mars 2010 – par Mehnaz M. Afridi

Le 8 mars, la Journée internationale de la femme permettra de mettre en lumière le travail des femmes contre l’inégalité. La violence et l’inégalité sont le lot commun des femmes dans le monde entier, y compris celles qui vivent dans les sociétés musulmanes. Comme leurs sœurs non-musulmanes, elles s’activent tous les jours pour faire progresser leur condition sociale.

À l’occasion de mes nombreux voyages en terre musulmane, au Pakistan, par exemple, je peux constater personnellement le travail remarquable que font les femmes dans le domaine des droits de l’homme et pour la croissance économique. Elles sont chef d’entreprise, elles dirigent des refuges et des affaires, démentant ainsi l’image de la musulmane marginalisée, illettrée et enclavée que véhiculent volontiers les médias occidentaux.

suite

La lettre ouverte d’ambassadeurs à Nicolas Sarkozy sur le conflit israélo-palestinien


lundi 8 mars 2010

Sous la plume engagée de grands serviteurs de l’Etat, certains ayant cessé d’officier, un appel vibrant à une prise de conscience présidentielle a été lancé début mars, exhortant Nicolas Sarkozy à sortir d’une inertie coupable qui se voile la face sur l’intransigeance implacable de l’Etat d’Israël, dictée par des colons fanatiques avides de faire place nette, en toute impunité.

Parue dans Le Monde, cette missive, rédigée par des personnalités qui représentent la grandeur de la France à l’extérieur, tire la sonnette d’alarme, car l’heure est empreinte de gravité, mais aussi chargée d’espoir. Fédérés dans un conseil des sages de la diplomatie française, les signataires de cette lettre, dont on souhaiterait qu’elle ne reste pas lettre morte, dépeignent, non sans une once de pessimisme, le scénario du pire si la politique de l’enlisement prévalait sur celle de l’ingérence pacificatrice à deux Etats.

Le martyre des palestiniens ne sera pas sans répercussions sur la paix mondiale, et les indicateurs pour un recours impérieux au droit international, en faveur d’une paix juste et pérenne, sont tous désespérément au rouge !

suite