Contre la présence d’Avigdor Lieberman sur le territoire belge


VEUILLEZ TRANSMETTRE LE MESSAGE QUI SUIT A UN MAXIMUM DE PERSONNES :

L’Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB)

appelle à un rassemblement citoyen le 21 mars prochain

(de 18 à 20 heures, avenue Louise à Bruxelles, face à l’hôtel Conrad)

Le dimanche 21 mars prochain, l’hôtel Conrad accueillera un dîner de gala organisé par les «Israel Bonds International–Europe» avec, comme invité d’honneur, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman.

L’Union des Progressistes Juifs de Belgique tient à rappeler que l’argent investi par les souscripteurs dans les Israel Bonds – des obligations d’État – sert en grande partie à pérenniser l’occupation et la colonisation des territoires palestiniens occupés, en violation flagrante du droit international.

Elle tient également à rappeler que Avigdor Lieberman, outre ses fonctions ministérielles, est le leader de Israel Beteinou (Israël notre maison), un parti ouvertement raciste et arabophobe. Avigdor Lieberman se prétend démocrate, mais ses déclarations populistes et ses propositions en ce qui concerne le sort des citoyens arabes d’Israël suggèrent une conception de la démocratie qui est loin d’être universelle mais sélective et à géométrie variable. Ainsi déclarait-il en septembre 2006 (interview au journal HaZofeh) : «Je suis tout à fait favorable à la démocratie mais lorsqu’il y a contradiction entre les valeurs démocratiques et les valeurs juives, les valeurs juives et sionistes sont prépondérantes».

Dès 2001, il proposait de constituer 4 cantons en Cisjordanie occupée, hermétiquement fermés, dans lequel seraient regroupés les Palestiniens. Plus récemment il a agrémenté ce projet d’une solution pour les citoyens palestiniens d’Israël, qui sont plus d’un million, proposant d’en déplacer la grande majorité pour les regrouper eux aussi dans des zones hermétiquement fermées, auto-administrées. Ainsi verrait le jour un État ethniquement homogène de la Mer Méditerranée jusqu’au Jourdain, abritant en son sein des « bantoustans » palestiniens.

L’Union des Progressistes Juifs de Belgique considère qu’un tel personnage est indésirable sur le territoire belge. Aussi appelle-t-elle la société civile de notre pays ainsi que les mandataires politiques à la rejoindre le 21 mars prochain de 18 à 20h, face à l’hôtel Conrad, avenue Louise à 1050 Bruxelles, pour un rassemblement citoyen de protestation contre la présence d’Avigdor Lieberman en ses salons.

Remarque importante : Nous avons donné l’assurance à la police que ce rassemblement se déroulerait dans la dignité, sans dérive de quelque sorte que ce soit. Nous comptons sur le sens des responsabilités de tous ceux qui voudront bien nous rejoindre pour respecter notre engagement.

Les slogans que nous proposons :

Non à Avigdor Lieberman, arme d’épuration massive
Stop au blocus de la bande de Gaza
Stop à la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est
Stop à la construction du mur de l’annexion
Respect du droit international

Pour l’Union des Progressistes Juifs de Belgique
Anne Grauwels et Henri Wajnblum co-présidents

Contact : UPJB – 02 537 82 45

Nétanyahou : « Pas de panique ! »


dimanche 14 mars 2010, par La Rédaction

La presse israélienne s’alarme dimanche de la « crise ouverte » avec Washington, après l’annonce d’un projet de colonisation à Jérusalem-est en pleine visite du vice-président américain Joe Biden.
« La crise longtemps attendue entre Israël et les Etats-Unis depuis que Benjamin Nétanyahou a pris ses fonctions de premier ministre a finalement éclaté », écrit le quotidien Haaretz. Selon le journal, « l’heure de vérité a sonné pour Nétanyahou qui va devoir choisir entre, d’une part ses convictions idéologiques ainsi que son alliance avec la droite, et de l’autre la nécessité de garder le soutien des Etats-Unis ».

Ce soutien, pour l’ensemble des médias, est d’autant plus indispensable, qu’Israël compte sur Washington pour stopper le programme nucléaire iranien. « La crise entre l’administration Obama et le gouvernement israélien est la plus grave depuis dix ans », estime le quotidien populaire Maariv, sous une caricature de Nétanyahou, brûlant à petit feu dans une marmite assaisonnée par le président américain Barack Obama. Selon Maariv, la réaction de M. Nétanyahou aux critiques américaines, « témoigne de sa panique », alors qu’il a convoqué samedi soir d’urgence sept ministres les plus proches pour décider de la création d’une commission administrative chargée d’éviter la répétition d’un tel incident diplomatique.

Pour le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot, c’est à un véritable « ultimatum » américain, portant sur un gel de la colonisation, auquel Israël est confronté après avoir « craché à la face » de son principal allié. Le quotidien gratuit Israël Hayom, proche du premier ministre, assure toutefois ses lecteurs « qu’Israël a tiré les conclusions » de cette affaire jugeant la « réaction américaine exagérée », vu les regrets dont a fait part Israël.
A l’ouverture, dimanche matin, du Conseil des ministres hebdomadaire à Jérusalem, M. Nétanyahou a minimisé le risque d’une dégradation des relations avec Washington : « A la lecture des journaux, je propose qu’on ne se laisse pas entraîner (par la panique) et qu’on se calme. Nous savons traiter ce genre de situations avec sang-froid ».

Le 9 mars, le ministère de l’intérieur a annoncé son feu vert à un projet de construction de 1 600 logements dans un quartier de colonisation à Jérusalem-est annexée. L’annonce a exaspéré les Palestiniens et suscité des condamnations dans le monde.

(Dimanche, 14 mars 2010 – Avec les agences de presse)

Mordechai Vanunu demande le retrait de sa candidature au Prix Nobel de la Paix


L’opposant israélien qui a fait 18 ans de prison dans les geôles israéliennes pour avoir dénoncé l’activité nucléaire clandestine de son pays, refuse d’être Nobelizable, en expliquant qu’il n’est pas question qu’on lui décerne un prix accordé au criminel de guerre Shimon Peres.

« Pas question, vient de déclarer Vanunu, d’être mis sur le même plan qu’un homme qui a joué un rôle ignoble dans l’introduction d’armes nucléaires au Moyen-Orient, dans le massacre de Qana et dans les crimes de guerre perpétrés à Gaza, comme de la brutale occupation israélienne de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie. »

« Vanunu nous a écrit cette année et l’an passé des lettres dans lesquelles il indiquait explicitement qu’il ne voulait pas être candidat au Prix Nobel de la Paix. La raison qu’il a donnée était que Shimon Peres avait reçu ce prix, qu’il attribuait à Peres la paternité de la bombe atomique israélienne, et qu’il ne souhaitait être associé à Peres en aucune manière » , rapporte Geir Lundestad, Directeur de l’Institut Nobel de Norvège et Secrétaire du Comité Nobel, 24 février 2010.

Rannie AMIRI*, souligne dans Counterpunch :

suite

Gilad Atzmon : Banalité du symbolisme juif


dimanche 14 mars 2010 – 07h:03

Loin de voir dans l’Holocauste un message universel condamnant le racisme ou l’oppression quelle qu’en soit la nature, Dagan et son Etat juif y voient un permis à exécuter qui bon leur semble, écrit Gilad Atzmon.

Dans un article remarquable consacré à l’opération menée par le Mossad à Dubaï, The Times fait allusion à la « philosophie » de Meir Dagan (le chef du Mossad).

« Le ton de la dictature de Dagan est donné par une photo accrochée au mur de son modeste bureau de son Q.G., à Tel-Aviv. On y voit un vieux juif, debout au bord d’une tranchée. Un officier SS pointe son flingue sur la tête du vieil homme. « Ce juif âgé était mon grand-père », explique Dagan à ses visiteurs. Selon The Times, cette photo est le reflet de la conviction de Dagan : « Nous devons être forts, utiliser notre cerveau et nous défendre afin que l’Holocauste ne soit jamais réédité ».

suite

Il pleut sur Bagdad


vendredi 12 mars 2010, par La Rédaction

Dans l’attente des résultats électoraux et que les seaux se remplissent d’eau de pluie. Bagdad, vendredi 12 mars 2010.
بانتظار الماء و… نتائج الانتخابات في بغداد (كريم رحيم – رويترز)

(Reuters Photo/Karim Rahim)