Les blogueurs marocains se retrouvent dans le collimateur des autorités


mercredi 7 avril 2010, par Isabelle Mandraud

Après deux mois et neuf jours passés en prison, Boubaker Al-Yadib a été remis en liberté, lundi 5 avril. Le blogueur marocain avait été arrêté, puis condamné à six mois d’emprisonnement par le tribunal de Guelmim, dans le sud du pays, pour avoir notamment diffusé sur Internet les photos d’une manifestation réprimée, en décembre, dans un village. Un mois plus tôt, un autre blogueur, arrêté pour les mêmes raisons, El-Bachir Hazzam, avait lui aussi recouvré la liberté. Mais pas le patron du cybercafé qui a écopé d’un an de prison ferme, ramené à huit mois en appel.

suite

Shankaboot


Série arabe télévisée diffusée sur le Net. En arabe et en anglais

Katia Saleh, productrice et directrice de Batoota films, la maison de production de la série, explique le concept :

« Shankaboot s’adresse à tout le monde. C’est une série très réaliste abordant des sujets sociaux de la vie quotidienne, le tout dans une ambiance comique, pour cinq minutes [durée d’un épisode, ndlr] de pur délire ».

suite

« Lebanon », lion d’or de Venise fraîchement accueilli au Liban


Par Antoun Issa | Global Voices Online | 16/09/2009

« Lebanon » de Samuel Moaz (DR).

Les blogueurs libanais ont fait un accueil mitigé au film de l’Israélien Samuel Maoz « Lebanon », qui a reçu le lion d’or à la 66e Mostra de Venise, et qui est consacré à l’invasion par Israël en 1982 de son voisin du nord.

Nommé de façon très directe « Lebanon » (Liban), ce film autobiographique est entièrement tourné dans un char, tandis qu’il retrace l’implication de l’armée israélienne dans le conflit.

« Lebanon » est le second film autobiographique qui montre les soldats de l’IDF (Israeli Defence Force) en action durant la guerre civile au Liban (1975-1990), un an seulement après la sortie du film d’animation « Valse avec Bachir ». Les deux films tentent de retracer -de la façon la plus sanglante- la brutalité et les dévastations de la guerre moderne.

Il était évident que ce film allait soulever une controverse parmi les Libanais, tous les événements liés la guerre civile étant extrêmement sensibles.

Ce film a reçu des critiques élogieuses dans le monde entier après avoir remporté le lion d’Or à la Mostra de Venise dernièrement, mais qu’en pensent les Libanais, et du film, et de l’accueil qu’il a reçu ?

Asad Abu Khalil, sur le blog Angry Arab, [en anglais, comme tous les liens suivants], qui n’a pas encore vu le film, douche le succès du film à la Mostra de Venise avec le commentaire suivant :

»« Je dédie ce film à tous les gens dans le monde qui reviennent sain et sauf de la guerre », a dit le metteur en scène quand on lui a remis son prix. « Ils travaillent, ils se marient, ils ont des enfants, mais les souvenirs restent logés au fonds de leur âme. »

Donc, ce clown sioniste dédie son film aux guerriers (Je dirais ce que je pense du film quand je recevrai ma copie gratuite) et non aux victimes des terroristes israéliens. »

suite