al walaja 25042010.mp4


26 avril 2010 — environ 50 palestiniens et internationaux ont réussi à arrêter le travail des bulldozers pendant plusieurs heures dans le village de Al Walaja le 25 avril 2010. Les soldats israéliens ont essayé de déplacer les gens du chantier, mais les manifestants ont réussi à rester jusqu’à ce qu’ils soient violemment traînés un par un. Les soldats israéliens ont aussi utilisé des grenades étourdissantes et des grenades lacrymogènes contre les manifestants ainsi que des sprays de poivre. Un Palestinien a été arrêté et plusieurs ont été blessés. Une fois qu’il sera terminé, le mur entourera complètement le village.

Publicités

Boycott Nestlé


mardi 27 avril 2010 – 05h:50

CODIP

Nestlé investit et soutient ainsi l’économie israélienne et l’occupation de la Palestine

Nestlé a un lourd passé de collaboration active avec l’Apartheid sud-africain. Ici une publicité pour un aliment de substitution au lait maternel ; cette campagne avait été vigoureusement dénoncée par le mouvement anti-apartheid.

La mainmise d’Israël sur les Palestiniens dure maintenant plus d’un demi siècle déjà : leur terre et leur eau leur sont volées, leurs oliviers coupés et leur économie ruinée (ainsi que leur tissu social).

Derrière le Mur de l’Apartheid encore un vaste territoire a disparu, pendant que les colonistes – dans la plupart des cas des juifs fondamentalistes – déchirent la terre conquise en des bantoustans ingouvernables en soi, ce qui était clairement l’intention et l’est toujours.

Fondamentalement le but visé est clair : rendre un état Palestinien impossible pour ses habitants d’origine. Et pour cela tous les moyens sont bons. De la discrimination directe de ses propres habitants Arabes par Israël jusqu’à la violation permanente des Droits de l’Homme (pas de protection de la population en terre occupée, une masse de prisonniers politiques, qui en plus subissent des tortures).

Dans la bande de Gaza ce système est encore mis en accélération. La population y est littéralement affamée.

Nestlé a commencé ses investissements en 1995 en s’engageant dans un partenariat avec la firme Israélienne Osem (production alimentaire). Nestlé possède maintenant $140 millions du capital de cette firme et la contrôle avec 50,1% des actions.

suite

Un dessin animé, la nouvelle arme psychologique du Hamas


la video

lundi 26 avril 2010

La créativité au service d’une arme psychologique inédite en temps de conflit, telle est la nouvelle stratégie qui porte la griffe du Hamas pour tenter de faire ployer l’intransigeance israélienne au sujet de la libération non négociable de centaines de prisonniers palestiniens.

A l’ère de la 3D, le Hamas a choisi de jouer sur la corde de l’émotionnel pour provoquer un électrochoc de l’autre côté du mur de la honte, en imaginant un dessin animé mettant en scène le soldat franco-israélien devenu la plus célèbre monnaie d’échange du Proche-Orient : Gilad Shalit.

Mis en ligne dimanche sur son site, cette fiction animée noircit sciemment un tableau aux lignes de perspectives déjà très obscurcies, se projetant pendant trois minutes dans un avenir funeste, aux couleurs de l’inflexibilité de l’Etat Juif, et de l’accablement d’une famille Shalit, vieillissant dans l’absence de leur fils aimé, le père errant dans les rues désertes d’une ville d’Israël.

Un scénario choc ponctué de la voix réelle du soldat Shalit, extraite d’enregistrements anciens, exhortant son gouvernement à accéder à la requête du Hamas, et qui enfonce le clou dans un dénouement dramatique où le cercueil de Gilad Shalit, recouvert du drapeau israélien, est remis aux autorités de son pays.

Un scénario du pire, dont personne ne sort indemne, qui n’était qu’un mauvais songe, comme l’assure le narrateur, s’exclamant « l’espoir demeure ! ».

Une arme psychologique, qui a choisi un vecteur de communication détonnant dans l’univers diplomatique, pour faire pression sur le gouvernement de Netanyahou, l’avertissant que s’il s’enferre dans une fin de non recevoir, le soldat Shalit subira le sort peu enviable du pilote israélien Ron Arad, enlevé au Liban sud en 1986 et présumé mort en captivité.

« Nous prévenons la société sioniste que le soldat capturé par les Brigades al-Qassam [la branche armée du Hamas] et d’autres factions palestiniennes connaîtra le même sort que celui du pilote sioniste Ron Arad, disparu sans laisser de traces », entend-on dans la vidéo en hébreu et en arabe. « Si la société sioniste veut récupérer Shalit en vie, son gouvernement doit payer le prix en relâchant les prisonniers palestiniens », martèle la voix off d’un dessin animé en 3D, assurément d’une nouvelle génération…

source