Rassemblement à Charleroi pour la fin de toute forme de complicité de l’Europe avec les crimes israéliens


Vendredi, 11 Juin 2010 11:15 Luc Delval La Plateforme

La Plate-forme Charleroi-Palestine a organisé ce jeudi 10 juin 2010 un rassemblement devant l’Hôtel de Ville, pour réclamer la fin – sous toutes ses formes – de la complicité de l’Europe, et de la Belgique qui en fait partie, et des villes et communes qui la composent, avec la colonisation de la Palestine et avec les crimes de guerre commis de manière répétitive par Israël. L’acte de piraterie en haute mer commis le 31 mai n’est en effet que le dernier en date d’une longue, très très longue série.

article complet

La vieille femme indigne


jeudi 10 juin 2010 – 12h:36

K. Selim
Le Quotidien d’Oran

Que n’a-t-elle dit ! Les foudres de l’administration Obama se sont abattues sur la « vieille dame indigne », pour reprendre un titre de Brecht.

Pour la première fois depuis de très longues années, un siège au premier rang de la salle de presse de la Maison-Blanche sera vide. L’absence d’Helen Thomas, 89 ans, doyenne des journalistes accrédités à la présidence américaine, n’est pas due à un départ vers une retraite méritée, mais est une éviction en bonne et due forme pour « blasphème ».

Interviewée par une web-télévision, la journaliste a déclaré : « Souvenez-vous que ces gens-là (les Palestiniens) sont occupés et qu’il s’agit de leur terre. Ils (les juifs d’Israël) devraient rentrer chez eux. En Pologne. En Allemagne… Et en Amérique et n’importe où d’ailleurs ».

Que n’a-t-elle dit ! Les foudres de l’administration Obama se sont abattues sur la « vieille dame indigne », pour reprendre un titre de Brecht. Rahm Emmanuel, officier de réserve de l’armée israélienne qui occupe les fonctions de secrétaire général de la Maison-Blanche, et qui en tant que député avait voté pour la guerre en Irak, n’a pas retenu ses collaborateurs. Les agents du lobby sioniste ont fait du zèle et se sont déchaînés avec leur férocité habituelle. Agonie d’injures : même sa lointaine ascendance libanaise a été évoquée. La courageuse Helen Thomas, doyenne de presse abandonnée par son agent et son employeur, a préféré jeter le gant et se retirer. Pour caricaturale qu’elle soit, cette affaire montre avec précision le degré d’assujettissement de l’administration américaine à la cause anti-palestinienne. Ceux qui se berçaient encore d’illusions sur le renouveau incarné par un président métis d’origine africaine se rendent compte qu’autant qu’à l’époque de G.W. Bush, l’establishment politique de Washington est aligné sur le discours et les thèses des milieux les plus anti-arabes et antimusulmans.

Mais la réaction de la très honorable Helen Thomas, contrainte de présenter des excuses, est loin d’être isolée. Ainsi, les proclamations de soutien à Israël et les insultes proférées à l’encontre des militants humanitaires de la Flottille de la Paix par les « intellectuels » communautaristes français, les notoires Bernard-Henry Lévy et Alain Finkielkraut, se heurtent à l’indignation d’une partie croissante de l’opinion française. Les réactions aux propos de ces deux propagandistes notoires du sionisme montrent que l’ère du monologue suprématiste par l’argent et l’entregent est achevée.

Les propagandistes se heurtent désormais à la libre expression – par les vertus démocratiques d’internet- de très nombreux Français qui s’étonnent de l’espace disproportionné accordé par leurs médias à ces chantres de l’apartheid. Les citoyens occidentaux qui vivent dans des pays qui pratiquent la démocratie à l’intérieur de leurs frontières et le fascisme d’Etat dans leurs relations internationales, découvrent à cette occasion l’étendue de la manipulation dont ils sont l’objet permanent.

Les plateaux des télévisions grossièrement construits autour de philosophes de pacotille, de politologues militants ou d’experts très orientés, ne trompent plus grand monde. Et ce n’est pas la présence, toujours minoritaire, de politiques ou de journalistes lucides qui parvient à effacer aux yeux du plus grand nombre l’impression d’une mise en scène médiatique islamophobe, anti-arabe, antipalestinienne et pro-israélienne.

Le matraquage ininterrompu, relayé par des diversions « identitaires », arrive cependant au bout de ses capacités d’intoxication. La réaction sincère et spontanée d’une journaliste chevronnée traduit l’exaspération de ceux qui sont confrontés à l’indéfendable réalité du sionisme.

Messieurs les racistes et les colonialistes, Helen Thomas vous salue bien !

Du même auteur :

– La ligue du bavardage
– La leçon turque
– L’Etat terroriste et voyou
– Obama ne sauvera pas l’UPM
– L’exaspérant succès diplomatique de Lula et Erdogan

10 juin 2010 – Le Quotidien d’Oran – Editorial
via info-palestine

Des juifs allemands et européens préparent un bateau humanitaire pour Gaza


Des juifs d’Allemagne préparent un bateau chargé d’aide humanitaire à destination de Gaza, en vue d’un départ fin juillet, a indiqué jeudi une responsable de l’initiative à Berlin.

« Juifs européens pour une paix juste » au Proche-Orient
« La liste des passagers n’est pas encore établie, mais nous avons beaucoup, beaucoup de demandes venues du monde entier », a déclaré à la radio Deutschlandfunk Edith Lutz, qui prépare cet acheminement organisé par la section allemande du réseau « Juifs européens pour une paix juste » au Proche-Orient (JEPJ).

Parmi les personnes intéressées figurent aussi « de nombreux Israéliens », aux côtés de responsables politiques et de non juifs, mais ces derniers passeront après les autres car « les demandes de juifs pour ce bateau juif ont bien sûr plus de poids », a dit Mme Lutz.

« Notre bateau est plus urgent que jamais »
Après le raid meurtrier lancé par Israël contre une flottille internationale le 31 mai, « notre bateau est plus urgent que jamais », selon Mme Lutz. Cette opération, menée dans les eaux internationales, a coûté la vie à neuf passagers, huit Turcs et un Américano-turc.

Son projet a reçu selon elle « beaucoup de messages de soutien venus d’Israël ». « Nous allons y aller et nous essaierons de convaincre Israël que notre bateau est inoffensif et qu’il peut y en avoir d’autres comme ça (…) Si Israël nous barre la voie, nous ferons demi-tour. Mais nous reviendrons ensuite », a prévenu Mme Lutz. (belga/th)
10/06/10 17h43

Carte blanche refusée


A la suite de l’attaque meurtrière israélienne sur la flottille humanitaire Free Gaza, une « carte blanche » (texte ci-dessous) a été rédigée par des professeurs d’Universités et divers acteurs de la société civile. La publication de ce texte a été refusée par les deux quotidiens belges francophones de référence, Le Soir et La Libre Belgique ainsi que par le quotidien français Le Monde. L’argument avancé par les trois journaux est identique : « Manque de place ! ». Il est à noter qu’entre l’envoi de notre texte à La Libre Belgique et la réception de leur réponse négative : il s’est exactement écoulé 18 minutes …

Les auteurs sont aussi consternés par ce triple refus que par la gravité des faits qui ont suscité le texte. Contournant ce rejet d’ouvrir un débat à la hauteur de l’indignation planétaire qu’à provoqué le dernier crime de l’État d’Israël, nous avons entrepris de faire circuler ce texte en dehors des médias traditionnels. Nous vous invitons à le diffuser largement. Sa circulation massive démontrera la futilité des efforts de ceux qui pensent qu’il est encore possible aujourd’hui d’étouffer un débat légitime et nécessaire.

Olivier Mukuna

La Belgique, complice de crimes de guerre ?

En 2009, le Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies adopte une résolution condamnant l’absence de collaboration d’Israël à l’enquête de la commission conduite par le juge Goldstone. Son rapport concluait que des « actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l’humanité » avaient été commis par l’armée israélienne et des militants palestiniens lors de l’offensive militaire israélienne contre Gaza fin décembre 2008. Que fait la Belgique lors du vote de ladite résolution? Elle s’abstient !

1,5 millions de Gazaouis survivent dans une bande de terre équivalente à 1% de la superficie du territoire belge, en situation de catastrophe humanitaire depuis l’embargo illégal imposé par Israël en juin 2007. Un convoi civil maritime tente de forcer ce blocus en apportant une aide humanitaire aux assiégés. Il est assailli dans les eaux internationales par les militaires israéliens qui tuent, blessent ou enlèvent un nombre encore indéterminé de civils dont 5 Belges. Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU vote une résolution relative à la mise en place d’une « mission d’enquête internationale ». Que fait la Belgique? Elle s’abstient !

Le blocus de Gaza est justifié par la prise du pouvoir par le Hamas en juin 2007. Mais pourquoi celui-ci ne pourrait-il pas exercer le pouvoir, alors qu’il a gagné les élections en janvier 2006 dans l’ensemble du territoire plus ou moins administré par les Palestiniens? En quoi le Hamas serait-il moins légitime que le parti d’extrême-droite du ministre israélien des Affaires étrangères ?

Le Hamas est accusé de vouloir détruire Israël, ce qui est supposé justifier toutes les sanctions contre les habitants de Gaza. Mais la revendication fondamentale du Hamas, comme de tout le mouvement national palestinien depuis la création d’Israël en 1948, c’est le droit au retour pour les réfugiés expulsés ou ayant fui à l’époque. Au nom de quoi refuse-t-on à des réfugiés de rentrer chez eux après un conflit? De plus, ce droit est sanctionné à la fois par l’article 13 de la Déclaration Universelle des droits de l’homme et par la résolution 194 du Conseil de Sécurité de l’ONU. Mieux, comment peut-on considérer qu’un « peuple » a le droit de « revenir » sur une terre habitée par ses supposés ancêtres il y a 2000 ans, mais que les habitants de cette terre en 1948 ou leurs enfants n’ont pas ce droit ?

En pratique, le mouvement national palestinien, y compris le Hamas, accepte de renoncer à ce droit et se borne à demander l’établissement d’un Etat palestinien sur les seuls 22% de la Palestine historique conquis par Israël en 1967. Plus globalement, un plan de paix adopté par le Sommet arabe en 2002 propose la reconnaissance d’Israël par les Etats arabes en échange de son retrait des territoires conquis en 1967. Ceux-là même que la résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU exige qu’Israël évacue.

Depuis le « processus de paix » d’Oslo, qui remonte à 1993, cette solution -deux Etats pour deux peuples – est bloquée. Mais par qui ? Comment peut-on penser que c’est le faible, celui qui n’a pas d’Etat, qui empêche le fort de lui en octroyer un ? Quand la résistance palestinienne est non violente, on étend la colonisation. Quand elle devient violente, Israël en prend prétexte pour justifier l’arrêt des négociations.

Guerre du Liban, blocus et assauts contre Gaza, assassinats ciblés de leaders politiques palestiniens, extension constante des colonies et aujourd’hui, attaque en haute mer de civils ressortissants de plus de 40 pays différents. A chaque fois, Israël oppose la même justification : sa raison d’Etat prime sur le droit et les Institutions internationales. Un tel mépris de la Communauté internationale n’est possible que par la complaisance conciliante des gouvernements des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

Sans doute les pacifistes du Free Gaza Flotilla n’avaient-ils plus grande confiance dans les organisations internationales pour exprimer leur refus du blocus de Gaza. Ils ont cher payé, certains de leur vie, la lâcheté de leurs représentants politiques, souvent si prompts à condamner verbalement Israël pour mieux occulter leur obstruction à toute action coercitive sanctionnant l’état hébreu. La récente adhésion d’Israël à l’OCDE à l’unanimité de ses membres, dont la Belgique, n’est pas faite pour les contredire.

Faut-il rappeler qu’en 2007 la Belgique fut le cinquième exportateur d’armes européen vers Israël ?

Faut-il rappeler que les aéroports belges demeurent des points de passage obligés pour les importations israéliennes ? Que l’Union Européenne est le premier partenaire commercial d’Israël ?

Faut-il rappeler que le droit international reconnait la légitimité de la résistance armée en cas d’occupation ? Que face à la répression coloniale, les peuples recourent bien souvent à la violence, y compris parfois sous des formes terroristes ?

Faut-il rappeler que l’immense majorité du monde non occidental, ainsi qu’une partie croissante de notre opinion publique, s’indignent de la duplicité de nos représentants politiques et considèrent que celle-ci discrédite nos principes et valeurs démocratiques?

Il convient donc de prendre acte de la complicité passive de nos Autorités et de balayer devant notre porte : comment pouvons-nous en tant que citoyens de Belgique nous désolidariser de l’ethnocide en cours des Palestiniens ?

Notre intérêt bien compris doit nous mener à répondre positivement à l’appel de la société civile palestinienne demandant le boycott d’Israël tant qu’il violera le droit international.

Jamila Bouajaja (Economiste ULB)

Jean Bricmont (Professeur UCL)

Souhail Chichah (Economiste ULB)

Jean-Marie Dermagne (Avocat et ancien Bâtonnier)

Jamal Essamri (Sociologue)

Oscar Flores (CRER – Coordination de solidarité avec les réfugiés)

Bahar Kimyongür (Membre du Front populaire – Turquie)

Olivier Mukuna (Journaliste)

Monique Mbeka Phoba (Réalisatrice)

Anne Morelli (Professeure ULB)

Nouria Ouali (Sociologue ULB)

Pierre Piccinin (Professeur Sciences-Po Ecole Européenne)

Aurore Van Opstal & Abdellah Boudami (Co-auteurs de « Israël, parlons-en ! »)

Rappel ce soir


Bienvenus aux Halles !

Après l’attaque de la Flottille de la Liberté par l’armée israélienne, une soirée de solidarité est organisée ce vendredi 11 juin, à partir 18h30, aux Halles de Schaerbeek* pour rappeler l’urgence de la levée le blocus de Gaza et pour souhaiter un bon retour aux participants à la flottille de la liberté.

Au programme : les témoignages de belges et d’autres européens partis sur la Flottille vers Gaza, des témoignages en direct de Gaza par visioconférence sur les conditions de vie sous blocus, le tout ponctué de concerts !

Des messages de solidarité en parole, en chanson et en musique, …

Avec la participation de Charles Loos & Julie Jaroszewski, Marwan Zoueni, les Enfants Phare, Philippe Tasquin, Dan Diagonale, Manza Abdeslam Eliott Ness , CheckPoint singers…

Cet événement est organisé/soutenu par nombreuses associations

Premiers signataires : ABP, CNCD-11.11.11, CNAPD, Génération Palestine, Intal, Artistes Contre le Mur asbl ; Centrale Générale FGTB/De Algemene Centrale ABVV, Codip, Comité Verviers Palestine; Comité Surveillance OTAN; AFD- Alliance for Freedom and Dignity; Fos-socialistische solidariteit ;Génération Palestine ; Groupe Proche-Orient Santé ; Groupes PJPO du Brabant Wallon ; Intal ; Solidarité Socialiste ; MIR-IRG ; Mouvement ouvrier Chrétien (MOC), Mouvement Citoyen Palestine ; Vrede; Vlaams Palestina Komitee…..

Interpellation du Conseil des Affaires extérieures pour la levée du Blocus


signez www.gaza-free.be

Ce lundi 14 juin 2010, le Conseil des Affaires Etrangères de l’UE va se réunir pour discuter notamment des réactions à l’attaque israélienne dans les eaux internationales de la « Flottille de la liberté » et plus généralement du blocus de Gaza.

Nous refusons l’hypocrisie des annonces d’allègement et nous exigeons la levée du blocus de Gaza qui est la cause de la crise sans nom que vit la population de Gaza. Le blocus est une punition collective à laquelle tout démocrate sincère doit s’opposer.

Pour que ce message soit entendu par notre Ministre des Affaires étrangères et par Mme Ashton, Haut représentant auprès de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, lisez et signez la pétition en ligne : elle leur sera envoyée automatiquement dès votre signature. www.gaza-free.be

Masha’el Falesteen « Les Lumières de Palestine », Naplouse


LIEGE : dimanche 27 juin
– Heure : 15h

Masha’el Falesteen « Les Lumières de Palestine », Naplouse

Exceptionnellement en tournée en Europe : Nante, Mouscron, Liège, Bruxelles, ensuite en France jusqu’au 31 juillet

danse populaire palestinienne,
la « dabkeh »

DIMANCHE 27 JUIN 2010 à 15 heures
Lieu : Salle des Fêtes de Bressoux-Droixhe à Liege

« ESPACE GEORGES TRUFFAUT »
Avenue de Lille, 4020 Liège
PLAN d’accès : http://abpliege.domainepublic.net/spip.php?article523

L’ABP-Liège, organise une journée dédiée à la richesse culturelle palestinienne pour que la culture d’un peuple dépossédé, vivant sous occupation ou en exil, ne sombre pas dans l’oubli.Nous vous proposons de découvrir l’identité palestinienne par une incitation au voyage au travers d’exposition, de l’artisanat, de la peinture, de la musique et de la danse, de la gastronomie… Nous souhaitons ainsi montrer comment les artistes palestiniens participent à la construction, à la reconnaissance et à la défense de l’identité de leur peuple et présenter tout simplement la Palestine sous une forme artistique