A Gaza, le secrétaire général de la Ligue arabe demande la fin du blocus


dimanche 13 juin 2010, par La Rédaction

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a réclamé dimanche la levée du blocus imposé par Israël à la bande de Gaza et appelé à la réconciliation interpalestinienne, lors d’une visite inédite dans l’enclave palestinienne.

« Ce blocus doit être brisé. La position de la Ligue arabe est claire », a assuré M. Moussa après avoir traversé à Rafah la frontière entre l’Egypte et la bande de Gaza. « Non seulement les Arabes mais le monde entier doit soutenir le peuple palestinien contre le blocus de Gaza et face à ce qui se passe dans les territoires occupés, en particulier à Jérusalem-Est », a ajouté le secrétaire général de la Ligue arabe.
M. Moussa visite pour la première fois la bande de Gaza alors que la communauté internationale fait pression sur Israël pour qu’il allège le blocus du territoire palestinien. Il a été accueilli par des membres du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza il y a trois ans, et par des représentants des autres factions palestiniennes.

Au cours de cette visite de quelques heures, M. Moussa doit rencontrer des responsables de l’ONU et d’ONG, le premier ministre du Hamas, Ismaïl Haniyeh, et les chefs des principaux mouvements palestiniens à Gaza. « La réconciliation [entre factions palestiniennes] est fondamentale, c’est une question de principe, c’est une question de volonté et pas simplement de signature », a plaidé le chef de la Ligue Arabe.
« Il s’agit de volonté, de décision politique, c’est une position qui doit se traduire par un accord sur toutes les questions », a-t-il ajouté.
La visite de M. Moussa, effectuée selon lui pour marquer sa « solidarité » survient à la suite du raid meurtrier israélien contre une flottille humanitaire internationale en route vers Gaza le 31 mai, qui a fait neuf morts parmi les passagers d’un navire turc et des dizaines de blessés.

Mahmoud Abbas et l’Egypte opposés à la levée du blocus naval

Le quotidien israélien Haaretz affirme dimanche que le président palestinien, Mahmoud Abbas, a demandé à son homologue américain, lors de sa visite à Washington mercredi, de faire pression pour que les frontières de Gaza soient plus perméables mais de ne pas permettre une levée totale du blocus naval de la bande de Gaza qui pourrait renforcer le Hamas.
Des diplomates européens informés par la Maison Blanche ont affirmé au quotidien que l’Egypte avait tenu un discours similaire aux Etats-Unis, à Israël et à l’Union européenne, en raison de l’impossibilité de contrôler les cargaisons de bateaux entrant et sortant du port de Gaza.

Ehoud Barak annule sa venue en France

Le ministre israélien de la Défense Ehoud Barak a annulé sa visite prévue en France, a annoncé dimanche son cabinet.
Le ministre devait inaugurer un stand israélien au salon international d’armement Eurosatory, mais son cabinet a précisé qu’il resterait finalement en Israël alors que le pays forme une commission pour enquêter sur le raid meurtrier de l’armée israélienne le 31 mai dernier contre une flottille pro-palestinienne qui tentait de rompre le blocus de la Bande de Gaza.

(Dimanche, 13 juin 2010 – Avec les agences de presse)

source

Haaretz: les USA informés de l’assaut d’Israël contre la flottille


Selon le quotidien israélien Haaretz, citant des sources diplomatiques américaines, le président américain Barak Obama était tout à fait au courant de l’assaut des forces militaires israéliennes contre la flottille internationale humanitaire de Gaza !

Alors que l’administration d’Obama s’était empressée de déclarer aussitôt après le massacre israélien de la flottille de Gaza qu’elle n’était pas informée de cette décision de Tel-Aviv !

Haaretz précise: » Obama en personne avait procédé à un marchandage sur les détails de cette opération meurtrière et criminelle avec les responsables de Tel-Aviv et les avait mis en garde contre l’utilisation des bombes artisanales à gaz lacrymogène ».
Selon le quotidien, le ministre de la guerre israélien, Ehud Barak, avait accepté les demandes d’Obama.

Cependant, le Mossad a évoqué l’existence d’armes de destruction massive dans le bateau turc Marmara et la présence de soi-disant gens qui avaient passé des entraînements militaires.

Mais encore, selon des informations publiées par la presse Jordanienne, le président des Etats-Unis aurait été informé à l’avance du raid israélien dans les eaux internationales contre la Flottille de la Liberté.

Leon Panetta, chef de la Central Intelligence Agency (CIA), a été averti par le Mossad quelques minutes avant l’assaut des forces israéliennes contre le navire turc Mavi Marmar.

Les opérations ont été suivies en continu par des drones israéliens qui ont envoyé les images « on line » au commandement de la US Navy, qui les ont transmises à Panetta, gardant à tout moment le président Barack Obama informé de l’opération israélienne dans les eaux internationales.

Au terme de l’action et plusieurs heures après l’événement, le chef d’Etat nord-américain a reconnu des préoccupations « légitimes » de la part d’ « Israël », par le risque que représenterait pour sa sécurité le contrôle de Hamas sur la bande de Gaza.

Il a également affirmé que le blocus qu’endure ce territoire empêche la population locale de tirer profit de ses avantages économiques. En outre, il a précisé que l’assaut « n’améliore pas la sécurité d’Israël sur le long terme ».

Tel-Aviv avait averti Washington que dans le cas où les soldats israéliens seraient attaqués, Tel-Aviv ferait fi des mises en garde des Etats-Unis.

Rappelons que lors d’une interview sur la télévision publique PBS, le vice-président US Joe Biden a assuré qu’ « Israël a le droit absolu de protéger ses intérêts de sécurité ».

Les Etats-Unis ont refusé de condamner « Israël » pour avoir utilisé la force pour arrêter le convoi humanitaire, qui a été pris d’assaut par des corps d’élite armes qui ont abordé un des embarquements à partir d’hélicoptères.

Les commandos israéliens sont partis à l’abordage, lundi dernier, d’une flottille composée de six navires qui essayait de briser le blocus maritime maintenu par « Israël » sur la bande de Gaza depuis plus de trois ans pour distribuer des dizaines de milliers de tonnes d’aide humanitaire. Lors de l’agression militaire, dix civils ont été tués et des dizaines blessés

source :

De crainte d’être arrêté, Ehud Barak renonce à sa visite en France


dimanche 13 juin 2010 – par Gilles Devers

Le Ministère des affaires étrangères israélien annonce qu’Ehud BARAK renonce à sa visite en France, ce lundi 14 juin 2010.

Le motif invoqué est la crainte d’être arrêté en raison de sa responsabilité, publiquement revendiquée, dans l’attaque sanglante de la flottille internationale à vocation humanitaire FREE GAZA, dans les eaux internationales entre Chypre et la bande de Gaza, dans la nuit du 31 mai 2010.

Les humanitaires, en accord avec la résolution 1860 du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui condamne le blocus israélien de GAZA, tentaient d’acheminer des produits et matériels de première nécessité.

Le juge français a compétence universelle pour connaître des crimes commis en haute mer, laquelle, n’appartenant à personne, doit être protégée par tous.

Il suffit que l’auteur présumé des crimes se trouve sur le territoire français (article 689-1 du Code de Procédure Pénale) pour relever du Juge répressif français.

Ainsi, sur plainte avec constitution de partie civile d’une quelconque victime, française ou non, est-il compétent pour instruire, et prendre toutes mesures contraignantes à l’égard de tout individu ayant commandité ou exécuté les meurtres voire assassinats, enlèvements, séquestrations, détournements de navires ou s’en étant rendu complice.

Les humanitaires français du CBSP et de la CCIPPP ainsi que des participants étrangers, sont prêts à déposer une telle plainte, par l’intermédiaire de leurs avocats, Maîtres Liliane GLOCK du barreau de NANCY pour le CBSP (Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens) et Gilles DEVERS du barreau de LYON pour la CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien).

source

Delanoé collabo


chrisdenhond — 12 juin 2010 — Paris, hôtel de ville, 10 juin 2010.
Très belle, la mairie de Paris. Dommage qu’elle héberge un maire aussi « Versaillais » que le décor. Nous les « Communards » sommes allés dire à M. Bertrand Delanoë ce que nous pensons de sa manière d’encourager les crimes de guerre israéliens, en notre nom.
Après avoir fait élire un soldat de l’armée d’occupation israélienne citoyen d’honneur de la ville de Paris, inauguré une place Théodore Herzl, et avoir généreusement célébré, avec notre argent, le centenaire de Tel Aviv, ce Pétainiste a récompensé une nouvelle fois le terrorisme d’Etat israélien. En inaugurant à Paris une « Esplanade Ben Gourion », en présence d’un criminel de guerre israélien vivant, qui a ordonné les massacres au Liban et à Gaza, il a fait passer un message clair à israël : « Vous pouvez continuez, je vous soutiens ».
Message bien reçu par ses amis et invités, qui commettaient, quelques semaines plus tard, un nouveau carnage sur la flottille de la Liberté. ISRAEL ASSASSIN, DELANOE COMPLICE!

Action menée dans le cadre de la campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) contre Israël.
Durée: 2 min.
Réalisation: l’équipe « Palestine Vivra »