Le « Nagi el-Ali » pour Gaza : Feu vert libanais pour un départ vers Chypre


source

lundi 21 juin 2010, par La Rédaction

L’un des deux bateaux de militants déterminés à briser le blocus de la bande de Gaza par la mer depuis le Liban a reçu le feu vert pour se diriger vers Chypre, aucune ligne maritime existant entre Beyrouth et Israël ou les territoires palestiniens, selon des militants. « Le ministre libanais des Transports a donné son accord de principe pour se diriger vers Chypre à condition que notre bateau soit conforme aux critères en vigueur », a affirmé Thaer Ghandour, membre de « Journalistes sans limites », une ONG libanaise participant à l’expédition.

Le cargo « Julia », rebaptisé « Nagi el-Ali », du nom d’un célèbre caricaturiste palestinien, se trouve actuellement au port de Tripoli, dans le nord du Liban, pour inspection. Il rassemblera, selon les organisateurs, des dizaines de journalistes libanais et étrangers, tandis qu’un deuxième navire, le Mariam, regroupera une cinquantaine de militantes, dont 30 Libanaises, et est toujours en attente du feu vert des autorités libanaises. Les deux bateaux seront chargés d’aide.

Samedi, la représentante israélienne à l’ONU a estimé que l’État hébreu était en droit d’user de « tous les moyens » pour éviter que des militants se rendent par bateau du Liban à Gaza, ont affirmé samedi les médias israéliens.
« Nous sommes habitués aux menaces israéliennes. Nous allons poursuivre notre objectif et réaffirmer notre engagement qui est à caractère humanitaire », a indiqué Thaer Ghandour. Le Hezbollah a souligné vendredi qu’il n’était pas impliqué dans le projet.

À Jérusalem, le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a prévenu le Liban qu’il serait « responsable » si « une confrontation violente et dangereuse » avait lieu. Israël a mené une guerre en 2006 contre le Liban, qui a fait plus de 1.200 morts côté libanais et plus de 160 côté israélien.

L’assaut mené le 31 mai par l’armée israélienne contre une flottille humanitaire internationale qui tentait de « briser » le blocus avait coûté la vie à 9 passagers turcs. Pressé après ce raid de desserrer l’étau sur la bande de Gaza, Israël a confirmé dimanche la levée de l’embargo sur tous les « biens à usage civil », tout en maintenant son blocus maritime pour empêcher l’importation de matériel de guerre dans ce territoire palestinien.

(Lundi, 21 juin 2010 – Avec les agences de presse)