Gaza-strophe


Recherche de corps de travailleurs tués suite à un bombardement, par les forces d’occupation, d’un tunnel à la frontière entre Gaza et l’Egypte.


vendredi, 25 juin 2010.

source

Justice, enfin, pour Kimbangu


KIESEL,VERONIQUE

Vendredi 25 juin 2010
Congo Les descendants du fondateur du kimbanguisme veulent la révision du procès

Simon Kimbangu-


Vous avez aimé la plainte récemment déposée contre les responsables belges de l’assassinat de Patrice Lumumba ? Vous allez adorer la demande de révision du procès de Simon Kimbangu qui va être introduite auprès de la Cour de Cassation à Bruxelles avant le 30 juin.

Simon Kimbangu, né en 1889 à Nkamba dans le Bas-Congo, aurait eu une vision religieuse puis aurait guéri miraculeusement une femme en avril 1921. Très vite, la nouvelle se propage et la population congolaise voue un véritable culte à cet homme qui vient de fonder une nouvelle Eglise. Les Congolais se rendent en masse auprès de lui, désertant champs et usines. Des trains spéciaux sont affrétés à Kinshasa… Alors qu’il revendique l’égalité entre Noirs et Blancs face à Dieu, son immense popularité irrite les responsables belges de la colonie.

« Très vite, Simon Kimbangu a été considéré comme un “ danger pour la stabilité de la colonie”, raconte l’avocat Pierre Chomé, en charge du dossier. Pourtant, il était pacifiste, opposé à la polygamie, au fétichisme. Alors que les foules se précipitaient près de lui, la région où il vivait a été déclarée le 2 août 1921 “zone séditieuse” et placée sous contrôle militaire, sous les ordres du commandant de Rossi. Une première tentative d’arrestation de Kimbangu avait eu lieu au printemps, mais il y avait trop de monde autour de lui. Il a finalement été arrêté le 12 septembre, dans une gargote au bord du fleuve, où il avait trouvé refuge. Son procès a été expéditif : le Conseil de guerre était présidé par de Rossi, qui était le seul juge de ce tribunal d’exception. Kimbangu n’a pas été assisté par un avocat, il a dû se défendre tout seul, alors qu’il était enchaîné, notamment au niveau du cou. »

Condamné à mort

Alors que le procureur avait requis la détention à perpétuité, Kimbangu a été condamné à mort le 3 octobre, pour sédition. En novembre, il était gracié par Albert Ier, et sa peine commuée en détention à perpétuité. Il a passé 30 ans en prison, dont l’essentiel en isolement. Il y est mort en 1951. Malgré la répression de l’Etat colonial, l’Eglise kimbanguiste a continué à exister, avant d’être autorisée en décembre 1959. Elle revendique aujourd’hui 17 millions de fidèles.

Simon Kimbangu avait eu trois enfants, qui lui ont donné 24 petits-enfants. Dix-neuf d’entre eux ont décidé d’introduire cette demande. « Nous remplissions les conditions requises pour engager cette procédure, très rare en Belgique, souligne Pierre Chomé. Nous verrons bientôt si la Cour juge notre requête recevable. Il faudra ensuite voir si elle annule le procès, ce qui innocenterait Kimbangu, ou si elle demande un nouveau procès. Elle peut aussi le refuser. Nous ne voulons pas faire le procès de la colonisation, mais nous estimons qu’il est temps de reconnaître qu’il y a eu une erreur majeure de l’Etat belge dans l’administration de la justice. »
source