Inondations au Pakistan : Caritas aide les victimes


04/08/10 – Le réseau Caritas organise autour de la Caritas Pakistan pour venir en aide aux victimes des inondations les plus catastrophiques que le pays ait connues depuis 1929. Dans le nord-ouest du pays, 1.500 personnes ont perdu la vie et plus de 3 millions ont été touchées par les flots destructeurs. Caritas International contribue à l’effort d’aide international et lance un appel aux dons pour soutenir la première phase d’urgence. L’acheminement de l’aide reste particulièrement problématique dans des régions où les eaux coupent les populations du reste du monde.

Les pluies incessantes qui se sont abattues sur le Pakistan durant les 10 derniers jours de juillet sont la cause des inondations qui touchent principalement le nord-ouest du pays. Les bilans provisoires font état d’un minimum de 1.500 décès et de 3,2 millions de victimes. Des chiffres vraisemblablement amenés à être revus à la hausse avec le recul des eaux et la progression des missions de secours.

Six jours durant, les masses d’eau ont tout ravagé sur leur passage, des habitations aux infrastructures sanitaires, de transport et de santé. Les commerces, stocks de nourritures et zones agricoles ont également été dévastés. C’est un pays exsangue qui compte ses morts et doit organiser l’aide, tandis que tout porte à croire qu’avec l’arrivée de la mousson et l’annonce de nouvelles pluies la population ne va pas être épargnée.

Parer au plus urgent

« La situation ne cesse d’empirer, » confie Eric Dayal chargé des opérations d’urgence de la Caritas Pakistan. « Tandis que nous faisons en sorte de poursuivre l’évaluation des dégâts et l’acheminement d’une première aide, nous devons composer avec la montées des eaux. Certaines de nos équipes doivent se rendre à pied dans les régions les plus touchées. La rupture des lignes électriques et téléphoniques compliquent considérablement la communication. »

Caritas Internationalis, le premier réseau de solidarité internationale, a d’ores et déjà planifié une aide de 1,2 millions d’euros pour la première phase d’urgence. Ceci permettra de répondre aux premiers besoins et d’évaluer l’effort à fournir dans les prochains mois pour la reconstruction. Caritas International se joint à cet élan de solidarité et débloque à ce stade 50.000 euros en soutien aux activités de la Caritas Pakistan et des autres Caritas déjà présentes sur le terrain. Un premier effort que Caritas tient à prolonger grâce à vos dons.

Caritas se mobilise

3.000 blessés sont actuellement pris en charge dans les centres de santé de Caritas. 1.500 familles de Peshawar bénéficient de l’aide de Caritas : eau, nourriture, ustensiles de cuisine, kits de soins et d’hygiène. 1.350 ménages de Karkhan et Kohlu reçoivent également des moustiquaires, des tablettes de purification et des kits d’hygiène. Sans une réaction rapide sur le plan sanitaire, c’est le choléra et les maladies liées à consommation d’eau impure qui menacent les survivants.

La provision en nourriture et en eau fraîche s’annonce particulièrement délicate. Selon un porte-parole du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies, une aide alimentaire s’impose pour plus de 1,8 millions de Pakistanais. À l’heure où le premier bilan de la catastrophe se précise, Caritas prépare le lancement d’un programme d’urgence de 3 mois dans les zones les plus touchées.

Important! Tous vos dons sont les bienvenus. Les sommes versées avec la mention “Inondations Pakistan”, sur le compte 000-000041-41 (IBAN BE88 0000 0000 4141 / BIC BPOTBEB1), seront directement affectées à l’aide aux victimes pakistanaises.

Le Moyen-Orient au bord d’une nouvelle « préventive » ?


lundi 16 août 2010

Daniel Vanhove

Faut-il rappeler l’absolue désolation de 20 ans d’embargo, trois guerres et des millions de victimes d’un Irak totalement détruit et en proie à des attentats quotidiens depuis l’illégale intervention américano-britannique en 2003 ?… écrit Daniel Vanhove.

Attentat à Bagdad, mardi 10 août 2010 - Un homme pleure la mort de son frère - Photo : Mohammed/AP

… rappeler aussi les bombardements continus sur l’Afghanistan qui après 10 ans de résistance contre l’invasion par URSS en est bientôt à 10 ans de résistance contre l’invasion par les USA et l’OTAN ; rappeler encore l’interminable calvaire de la Palestine sous la botte israélienne, et cela depuis plus de 62 ans d’une partition brutale et injuste suivie d’une occupation humiliante et meurtrière ; ainsi que les bavures régulières que s’autorisent les « forces de la coalition » au Pakistan, tuant régulièrement tant d’innocents dans un décompte probablement minimaliste ; et les incessantes provocations de l’armée sioniste aux frontières du Liban, après leurs nombreuses et sanglantes interventions armées dans ce pays occupé pendant 20 ans ; les pressions constantes exercées sur la Syrie accusée à tort dans l’assassinat du 1er ministre libanais R. Hariri, amputée d’une partie de son territoire dans le Golan, et toujours dans l’œil du cyclone ?…

Faut-il rappeler les incalculables victimes civiles de tous ces conflits dans une région déchirée, démantelée, dépecée par les appétits néocoloniaux d’une poignée de puissances occidentales, les qualifiant de manière méprisante de « dommages collatéraux » ?…

Faut-il donc rappeler tous ces crimes, ces meurtres, ces assassinats, ces innombrables blessés et handicapés, ces familles décimées et inconsolables à vie, cette immense désolation que nos pays dits « civilisés » perpétuent en notre nom (!), la plupart du temps sous de faux prétextes… pour espérer que nous n’oubliions pas !?

suite