«Water makes money» ?


Chère
et cher,

Aurais-tu la prévenance de bien vouloir déjà réserver ta soirée du jeudi 23 septembre pour assister à une «première mondiale» inoubliable ?
L’association Attac organisera, en effet, au cinéma Arenberg la projection d’un film-choc –un film décidé à mettre en accusation les multinationales de l’eau et à en éclabousser l’honorabilité…
Durement mis en cause dans ce documentaire compromettant, Veolia et Suez se sont déclarés prêts à tout entreprendre pour en empêcher la diffusion.
C’est pourquoi je te demande de faire de cette séance exceptionnelle un événement sensationnel –en y faisant acte de présence (après avoir entraîné, dans ce défi cinématographique, un maximum de tes amis).

«Water makes money» ? Pour éviter la censure, la saisie d’huissier ou tout autre acte de contrainte policière…, cette œuvre de salubrité publique sera projetée –en même temps– dans 50 autres villes, à travers toute l’Europe.

Le présent courrier est donc un Appel, à diffuser le plus largement possible. Car «Water makes money» est un reportage probe, salutaire et courageux pour lequel nous devrions tous nous mouiller.

D’autres informations suivront. A bientôt.

__________
Jean Flinker

Le Sarrazin et le « gène juif »


Un certain Thilo Sarrazin (sic), haut fonctionnaire de la Bundesbank, la banque centrale allemande, s’est fait remarquer depuis quelques années, non tant par ses compétences financières que par ses remarques, disons peu amènes, à l’égard des personnes d’origine turque ou arabe qui résident en Allemagne.
Jusque là, tout allait donc plutôt bien pour Thilo Sarrazin: s’en prendre aux Sarrasins, après tout…
Et puis, patatras, Thilo Sarrazin est allé trop loin puisque, nous apprend le journal sioniste Haaretz,
Pourtant le livre que vient de publier Thilo Sarrazin est une charge sévère contre les Turcs et les Arabes. Mais ce n’est en effet pas ça qui a vraiment fait réagir le gouvernement allemand:

Le ministre des affaires étrangères Guido Westerwelle et le ministre de la défense Karl-Theodor zu Guttenberg ont déclaré que Sarrazin avait passé les bornes [was out of line] pour ses propos sur les Juifs, propos qui ont aussi été critiqués par des dirigeants Juifs du pays responsable de l’holocauste.

Pour ceux qui douteraient que Sarrazin a passé les bornes en raison de ses propos sur la « génétique » juive :
« Il n’y a pas de place dans le débat politique pour des propos qui attisent le racisme ou l’antisémitisme, » a déclaré Westerwelle.
« Il y a des limites à toute provocation et Sarrazin, membre de la direction de la Bundesbank, est clairement allé au delà des limites avec ses propos erronés et inappropriés, » a ajoué Guttenberg.
C’est donc clair: pas de place dans le débat pour des propos racistes et antisémites, mais les bornes ne sont franchies qu’en cas de propos antisémites.

Un certain Stephan Kramer, présenté comme un dirigeant communautaire juif, caractérise l’aspect antisémite des propos de M. Sarrazin:

« Quelqu’un qui tente de définir les Juifs par une particularité génétique est consumé par une manie raciste, » a déclaré Kramer.

Oui, car Sarrazin n’a apparemment évoqué aucune tare imputable à cette particularité génétique, la pingrerie par exemple, ni aucune qualité d’ailleurs (comme la propension à avoir du talent artistique). Il s’est borné à parler d’un gène qui serait commun à tous les Juifs (et aussi d’un gène commun aux Basques).
Or cette affirmation dûment estampillée antisémite fait partie justement des obsessions de nombreuses personnes qui s’acharnent à rechercher ce ou ces fameux gène(s) juif(s). L’ultrasioniste JSS l’a trouvé lui, ce gène juif (je savais bien que JSS était aussi un fieffé antisémite).
Le site Lamed nous précise même que ce matériel génétique est « commun à tous les Juifs et pas seulement pour les Cohanim ». (les Cohen sont supposés effectivement se marier entre eux).