Shimon Peres obligé d’annuler sa visite au Maroc : le roi refuse de le recevoir


Publié le 18-10-2010

Mohammed VI vient de faire savoir à Peres qu’il ne pouvait pas le rencontrer lors de sa prochaine visite au Maroc, ce qui a amené ce dernier à annuler sa visite dans ce pays.

Pas du tout en odeur de sainteté Israël !

Même Mohammed VI n’ose se compromettre en le rencontrant la semaine prochaine, à l’occasion d’un forum économique mondial. C’est dire !

Du coup, Peres qui avait annoncé comme incontournable d’être reçu par le chef d’Etat de chacun des pays où il se rendait, n’a plus qu’à rester en compagnie de ses amis de l’extrême-droite israélienne.

Le prix nobel de la paix, apparait désormais pour ce qu’il est : le représentant d’un Etat raciste, dont la colonisation rime avec extermination.

CAPJPO-EuroPalestine

En Belgique démocratique : Arrestation et détention arbitraire dans le cadre d’une vaste opération policière au marché de Châtelineau


Samedi 16 octobre. Nous nous trouvons avec quelques membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine avec un stand au marché de Châtelineau. Tout se passe bien, nous avons de multiples discussions avec les gens, très réceptifs à nos arguments sur le boycott des produits israéliens.

Vers midi, un hélicoptère tourne sans arrêt au-dessus de la place. Nous nous demandons ce qui se passe. Un peu plus tard, une camionnette de la police se fraie un chemin le long du marché, passant à proximité de notre stand.

Puis un ami de la Plate-forme vient nous dire : « Ils sont en train d’arrêter plein de sans-papiers, là-bas. » Cela se passe dans une rue donnant sur le marché, tout près de notre emplacement.

Je décide d’aller voir. Là, derrière une camionnette de police, je vois quatre ou cinq personnes alignées contre une grille, les mains menottées dans le dos. Je m’en vais un peu plus loin, puis je reviens sur mes pas et je prends deux photos. Un policier me dit, calmement, que je dois laisser la police faire son travail et que je ne peux pas prendre de photos. Je demande pourquoi on arrête tous ces gens. Il me répond qu’ils vendent des produits de contrefaçon.

Je m’éloigne, je retourne au stand, la rage au coeur. Pourquoi s’en prend-on aux petits vendeurs, souvent des sans-papiers n’ayant pas la possibilité de faire un autre boulot, alors que ce ne sont pas eux qui font écouler la marchandise sur le marché.

On discute un peu au stand, et voilà qu’un commissaire de la police s’amène.

« Vous pouvez venir une minute avec moi ? » Je le suis, un membre de la Plate-forme le suit aussi. Le commissaire me dit : « Vous avez posé une question au policier. Vous n’avez pas le droit de poser des questions. » « Vous avez pris des photos aussi. On va vous entendre au commissariat. » Il appelle son « team d’arrestation ». Trois ou quatre policiers en civil s’amènent très rapidement. Ils me prennent de force, me soulèvent des deux côtés à la fois.

On me pousse dans la camionnette, on me prend mon GSM, mon appareil photo et on met tout cela dans un sac en plastic. Dans la camionnette, il y a trois personnes arrêtées, menottées. J’apprends que deux d’entre elles n’ont pas de papiers de séjour, le troisième n’a pas de permis de travail.

J’entends par la radio de la camionnette que l’opération d’arrestation se poursuit. Des policiers en civil passent régulièrement près de la camionnette.Mon GSM sonne tout le temps. Je demande de pouvoir répondre. « Vous n’en avez pas le droit, vous êtes en détention administrative. »On ne part toujours pas. En fait, le chauffeur attend du renfort…

Une des personnes arrêtées supplie : « S’il vous plaît, éloignez-nous d’ici : les gens du marché vont nous prendre pour des criminels… » Le policier du marché propose d’accompagner la camionnette pour qu’enfin celle-ci puisse partir.

Nous arrivons au commissariat de Châtelet. On nous amène dans un couloir. À gauche, il y a le bureau d’« accueil ». À droite, des cellules où des jeunes d’origine étrangère se trouvent par deux, les mains liées, derrière les barreaux. Il y a un va-et-vient impressionnant, dans ce couloir. De nouveaux « arrivages » de personnes arrêtées, de policiers en civil.

Un policier particulièrement excité et très autoritaire (et je reste polie) donne les ordres et décide qui va où.

Je suis « appelée » dans ce bureau. Le policier hyper-excité se met à m’aboyer dessus. Je lui réponds que je ne suis pas son chien. Vu que mon comportement n’est pas assez collaborant, il m’accuse de « trouble de l’ordre public », « rébellion », « outrage à policiers en fonction ». « Maintenant vous avez deux dossier judicaires et vous êtes en détention judiciaire. » Le lendemain, un avocat me dira qu’ils m’ont dit n’importe quoi. Je ne pouvais pas être en arrestation judiciaire, parce que je n’avais pas vu un juge d’instruction.

Je dois enlever mon bonnet, mon manteau, mes châles, mes sacs… Le policier donne l’ordre à une collègue de me fouiller et envoie une deuxième policière pour l’accompagner car « elle (moi, en fait) se rebelle ».

Je laisse faire la fouille. (Je dois enlever les chaussures, les chaussettes, le jeans, le T-shirt, le pull. Me mettre de face, me mettre de dos. Soulever le soutien-gorge). Après, je dis aux policières qu’il n’est pas normal qu’on me traite ainsi, uniquement parce que je pose une question et que je prends des photos.

On m’amène dans un bureau pour que je fasse une déclaration. Je le refuse. C’est mon droit. Les policiers à qui j’ai affaire ne sont pas contraires. Je dis que je voudrais déposer plainte. Ils me disent que j’ai le droit de déposer plainte au comité P.

De retour à « l’accueil », le policier hyper-excité ordonne qu’on m’emmène dans une cellule en bas. Je vois de nouveaux visages de personnes arrêtées derrière les barreaux. Il y a de nouveau plein de monde dans le couloir.

On m’emmène dans les caves. Je dois enlever mes chaussures, on me fait entrer dans une cellule, je dois enlever mon soutien-gorge. Le froid me tombe dessus. Je demande d’avoir ma veste. « Vous n’avez pas le droit, il y a une couverture. »

Cette cellule ressemble plus à un cachot qu’à autre chose. Il n’y a pas de lumière de jour, elle est à demi éclairée par un spot placé au-dessus de la porte d’acier. Un banc, une toilette. 2 m sur 2 m 30. Il y fait très froid. Je ne peux pas mettre les pieds à terre car le carrelage est très froid lui aussi. Je mets la couverture autour de moi, des épaules jusqu’aux pieds et j’attends sur le banc.

A un certain moment, j’entends qu’un policier vient dans le couloir. Je tape avec mon coude contre la porte d’acier : « Je veux téléphoner à mon mari et à un avocat. » « Vous n’avez pas le droit, vous êtes en détention judiciaire. » Encore un qui dit n’importe quoi.

Je reste au moins deux heures dans cette cellule froide. Heureusement, en élevant la voix, je peux échanger quelques mots avec la personne qui se trouve à côté. J’apprends que c’est la personne qui était assise avec moi dans la camionnette. « Madame, vous êtes là ? »… « Oui. »… « Putain !… ».

Je lui demande s’il ne craint pas d’être expulsé. Il me dit que, la fois précédente, on l’a relâché après quelques heures. J’espère pour lui que ce sera pareil maintenant. « Patience, Madame, quelques heures… »

A nouveau, des pas dans le couloir. Le commissaire qui a ordonné la détention administrative ouvre la porte, accompagné de deux autres policiers. Il me dit que je peux sortir. Je récupère mes affaires à « l’accueil ».

Mais je suis encore amenée dans un autre bureau. Avec le commissaire, encore les deux mêmes policiers qui sont venus jusqu’à la cellule, et un nouveau, en civil.

Le commissaire précise qu’il m’a mise en détention administrative, mais que cela n’a rien à voir avec mes activités sur le marché. « Je ne vous ai pas non plus parlé de photos. » Ce qui est manifestement faux. « Il y a trois dossiers contre vous : celui du marché, rébellion, trouble de l’ordre public. »

Le « civil » dit que son rôle est de protéger les policiers en fonction. Il me demande de voir les photos pour constater s’il y a des policiers reconnaissables. Apparemment, il faut protéger les indics.

Il montre une photo que j’ai prise du stand de la Plate-forme. « Vous vendiez des objets à votre échoppe ? » Je lui réponds que je n’ai rien à dire là-dessus. « Moi, je suis passé à 8 h 35, vous vendiez de la marchandise. » « Alors cela, c’est votre quatrième dossier. » Je lui ai répondu que c’est un grossier mensonge. En réalité, nous étions sur place à 10 h 30. Il me rend l’appareil.

Les photos des arrestations ne sont pas enlevées. Il faut dire qu’elles n’étaient pas très réussies non plus.

Je m’adresse au commissaire. « Je voudrais connaître votre identité. Je vais déposer plainte contre vous. » Réponse : « Votre avocat n’a qu’à faire son travail. »

Je suis reconduite à la sortie. Il est 16 h 50. J’ai été arrêtée pendant 3 h 30.Je demande qu’on me reconduise à Châtelineau, ma voiture se trouve trois ou quatre kilomètres plus loin. Cela, c’est rêver, évidemment.

Ce n’est qu’une fois chez moi, que j’apprends que des amis ont averti un avocat, lequel a téléphoné au commissariat, et qu’un camarade est venu voir le commissaire pour connaître la raison de ma détention. Ce sont probablement ces interventions qui ont fait que j’ai été libérée plus tôt.

Tout au long de mon « séjour », j’ai pu constater que certains policiers, en particulier ceux qui sont responsables du marché, semblaient plus qu’embarrassés et n’étaient visiblement pas d’accord avec les méthodes utilisées.

J’estime que ces faits, me concernant, sont très graves, c’est une réelle atteinte aux droits démocratiques (au même moment se déroulait une manifestation à Bruxelles sur le même sujet) et je ne resterai pas les bras croisés.

Mais évidemment les personnes arrêtées et qui sont d’origine étrangères ont subi un sort bien plus dur que moi.

Je n’ai pas été menottée (alors qu’on m’a dit que c’était la procédure). Je n’ai pas dû m’inquiéter si j’allais être amenée dans un centre fermé et expulsée du pays. J’ai encore pu répliquer aux aboiements de certains policiers, sans qu’on me frappe. D’ailleurs, un policier m’a dit : « Vous avez vu qu’on a mis des gants, lorsqu’on vous a amenée à la camionette. « Je n’allais pas vous frapper, vous avez l’âge de ma mère. »

Il a oublié de dire aussi que je suis « blanche » et que j’ai la nationalité belge.

Myriam De Ly

Viva Palestina : 18 volontaires refusés par l’Egypte. L’attente se poursuit en Syrie


Publié le 19-10-2010

L’attente se poursuit dans le port de Lattaquié pour la convoi Viva Palestina et ses 170 véhicules transportant de l’aide médicale pour Gaza. Moubarak a dressé une liste de 18 passagers représentant soi-disant un « risque pour la sécurité ».

Les humanitaires à bord du convoi de Viva Palestine espèraient quitter la Syrie dimanche pour rejoindre le port de El Arish, puis Rafah.

Ils sont toujours bloqués pour le moment en Syrie, avec George Galloway, tantdis que le gouvernement égyptien vient de transmettre une liste de 18 passagers « non grata ».

Parmi ces derniers, une dizaine de Jordaniens dont l’un âgé de 83 ans, un journaliste, des humanitaires qui se trouvaient à bord du Marmara (bateau turc en route pour Gaza attaqué sauvagement le 31 mai dernier par les escadrons de la mort israéliens) , et d’autres qui ont déjà participé à un autre convoi Viva Palestina.

Moubarak continue à servir de paillasson à Israël.

CAPJPO-EuroPalestine