De Crem, meilleur ami belge de l’Amérique


voyez la date, mais ce va-t-en-guerre est de nouveau sur la brèche pour la Libye
Publié le 28 janvier 2011 par admin

Le premier des câbles diplomatiques concernant la Belgique et dévoilé par De Standaard révèle comment le ministre Pieter De Crem (CD&V) a aidé les Américains à convaincre le Premier ministre Yves Leterme et le ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere (tous deux CD&V) de répondre favorablement à la demande américaine d’augmenter la présence militaire belge en Afghanistan et de rester jusqu’à la fin 2011. Pieter De Crem a réagi ce vendredi soir. Il assume, estimant que “WikiLeaks est proche de la vérité”.

Selon les informations mises en ligne ce vendredi par De Standaard, qui relate les câbles diplomatiques diffusés par WikiLeaks, au départ, les Américains n’étaient pas de grands fervents du ministre De Crem. Mais, très vite, ce dernier est devenu un allié privilégié de l’administration Obama, plus particulièrement de la chef du Département d’Etat, Hillary Clinton. En effet, De Crem va se montrer beaucoup plus enclin à satisfaire les requêtes américaines que son prédécesseur à la Défense, André Flahaut (PS).

Selon le câble cité par De Standaard, De Crem a manœuvré pour augmenter la participation belge à la force militaire de l’Otan en Afghanistan. Il savait que son Premier ministre et le PS étaient contre, craignant les répercussions sur le budget de l’Etat.

Le 4 décembre 2009, en marge d’un sommet de l’Otan à Bruxelles, explique De Standaard, Clinton a eu un entretien avec De Crem, Leterme et Vanackere, afin de formuler la demande américaine à la Belgique : 150 militaires belges en plus, des formateurs militaires supplémentaires et la garantie que les Belges resteront au poste jusqu’à la fin 2010.

Or, selon le câble cité par De Standaard, l’ambassadeur américain à Bruxelles note que c’est Pieter De Crem en personne qui a soufflé à Clinton ce qu’elle pourrait obtenir de la Belgique… “Ou comment De Crem a tenté de manipuler Leterme avec l’aide de Clinton”, conclut De Standaard.

En trois ans, entre l’ère Flahaut et l’ère De Crem, le nombre total des militaires belges en Afghanistan est passé de 360 à un maximum de 626 hommes.

EDIT 22h00 : De Crem assume

Pieter De Crem ne dément pas ces informations. C’est “proche de la vérité”, a-t-il affirmé lors de l’émission Terzake de la VRT vendredi soir. Il a toutefois affirmé que c’était lui faire “beaucoup d’honneur” de dire qu’il a agit de concert avec la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, pour convaincre le Premier ministre Yves Leterme d’accroître la
présence militaire belge en Afghanistan.

M. De Crem a nuancé le fait qu’il ait réussi à imposer sa volonté personnelle à l’ensemble du gouvernement. La décision de rester jusque fin 2011 en Agfhanistan est une décision de l’ensemble du gouvernement, pris sur proposition du Premier ministre et des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, a-t-il souligné. Il a jugé normal qu’une telle décision soit précédée d’un trafic diplomatique. M. De Crem a réaffirmé son crédo d’une Belgique “petit partenaire, mais fiable” des Etats-Unis.

EDIT 23h00 : Les verts fulminent

(belga) Les députés écologistes Juliette Boulet et Wouter De Vriendt ont exigé ce vendredi soir que la commission de la défense de la Chambre se réunisse « de toute urgence » pour entendre le ministre de la Défense, Pieter De Crem, et le Premier ministre Yves Leterme. Pour les écologistes, il n’est pas normal qu’un ministre belge travaille de concert et dans le secret avec une puissance étrangère, quelle qu’elle soit. « Il y a là un problème grave de confiance entre le ministre et ses collègues », soulignent-ils.

Corentin Di Prima et Anne-Sophie Leurquin

source