Une tribune pour un militaire israélien à Bxl? Innacceptable!


Le 25 mai, le colonel de l’armée israélienne Liron Libman recevra une tribune de deux heures lors d’une conférence organisée à Bruxelles. Inacceptable!

La position d’intal

Comme indiqué dans son texte de vision, Intal défend le boycott, le désinvestissement et les sanctions à l’encontre de l’État israélien tant que ce dernier ne respectera pas le droit international et le droit du peuple palestinien. Nous sommes opposés au fait que que l’une des éminences de l’armée israélienne, le Colonel Liron Libman, se voit offrir une tribune dans notre capitale le 25 mai prochain.

Toute personne, institution ou entreprise qui représente ou qui travaille pour l’État israélien doit donc, selon la campagne BDS, être boycottée. Il s’agit là d’une méthode non violente pour faire pression sur cet État responsable de l’occupation et de la colonisation de la Palestine.

L’armé israélienne est bien évidemment concernée par ce boycott, elle se trouve même en tête de liste des institutions israéliennes qui doivent non seulement être boycottées, mais dont les responsables doivent être poursuivis devant des cours internationales. Selon les Nations Unies ou des organisations comme Amnesty International, ce corps militaire a commis plusieurs crimes de guerre et commet chaque jour des exactions à l’encontre de la population palestinienne.

Cette institution perpétue une occupation illégale, elle est l’outil d’oppression contre un peuple colonisé, elle maintient le Moyen-Orient arabe dans un état de guerre dont tous les habitants, Israéliens compris, sont victimes.

Nous sommes indignés par le fait que l’une des éminences de l’armée israélienne, le Colonel Liron Liebman, se voit offrir une tribune dans notre capitale le 25 mai prochain.

Une conférence de ce militaire est programmée au Palais des Académies, entre le Palais Royal et le Parlement. Il ne s’agit pas d’un débat contradictoire, il ne s’agit pas d’une interview au journal parlé. Cet événement permet à un militaire israélien de donner une conférence faisant la promotion des méthodes de son armée.

Cet événement sera présidé par un professeur enseignant le droit à la Vrije Universiteit van Brussel, l’introduction sera donnée par un fonctionnaire du Ministère belge de la Défense. Bien entendu, nous ne pouvons savoir à l’avance ce que dira Libman, mais le thème de sa conférence est explicite : « L’expérience israélienne concernant les défis des guerres asymétriques ».

Intal juge inacceptable que des personnalités académiques et politiques normalisent les expériences de l’armée israélienne. Cela va à l’encontre de ce que nous défendons: le droit à la santé, à la justice et à la sécurité physique du peuple palestinien. Cela conduit objectivement à encourager la poursuite de ces agissements illégaux et violents des troupes d’occupation.

Intal estime qu »il serait préférable d’annuler cette conférence. Il ne faut pas offrir de tribune à ce colonel, aussi passionnantes puissent être les difficultés ingrates auxquelles l’armée israélienne est confrontée dans ce conflit asymétrique, aussi instructifs puissent être les enseignements de Liron Libman pour les militaires et hommes politiques belges impliqués dans l’occupation de l’Afghanistan et les bombardements de la Libye.

Une lettre de protestation signée par 45 personnes et organisation.

Lorsque nous avons appris que cette conférence se tenait, plusieurs association, dont intal, ont initié une lettre commune qui a été finalement signée par plus de 45 personnes et organisations. Parmis celle-ci, des syndicalistes, des membres de partis politiques, des élus, des membres du corps accadémiques, des ONG,… Vous pouvez prendre connaissance du contenu de la lettre ci-dessous. Nous espérons que cette lettre adressée aux organisateurs de la conférence aura l’effet escompté et que ceux-ci entendront nos arguments. Nous vous tiendrons bien évidemment au courant des suites de cette affaire est de possibilités de mobilisations

Très chers,

Le 25 mai, le Colonel Liron A Libman donnera une conférence intitulée «The challenges in asymmetrical warfare : an Israeli experience ». Le Colonel Libman est à la tête du département de droit international au sein du Military General Advocate  qui dépend de l’Armée Israélienne (IDF).
C’est en cette qualité que Libman  minimalise les accusations de crimes de guerre qui  ont été commis par l’IDF lors de l’opération ‘Plomb durci’,  accusations affirmées dans plusieurs rapports  (le rapport Goldstone, Amnesty International, Human Rights Watch,…). Pour lui, ces accusations reviennent à du terrorisme légal (Haaretz, 19/02/2009), il a aussi affirmé que le commandement « ne devait pas s’inquiéter  à cause de ces enquêtes» (Turning a blind Eye’, Rapport de Human Rights Watch, 11 avril 2010)

Les officiers commandants l’IDF ont déjà déclaré que, depuis la guerre du Liban en 2006, ils appliquent la doctrine Dahiya. Si des tirs proviennent d’un village libanais, l’armée israélienne va, selon le Général Eisenkot, «utiliser une force disproportionnée en causant des destructions à grande échelle. Notre position étant qu’il ne s’agit pas d’un village de civils mais d’une base militaire.» (Reuters 10/03/08). D’autres militaires ont confirmé que cette doctrine sera appliquée pour chaque conflit avec le Liban, la Bande de Gaza et la Syrie (Haaretz 5/10/2008).

Selon les «Statut de Rome de la Cour pénale internationale » (article 8,2, b, iv), est considéré comme crime de guerre «le fait de lancer une attaque délibérée en sachant qu’elle causera incidemment des pertes en vies humaines et des blessures parmi la population civile, des dommages aux biens de caractère civil ou des dommages étendus, durables et graves à l’environnement naturel qui seraient manifestement excessifs par rapport à l’ensemble de l’avantage militaire concret et direct attendu. »
Les différents rapports du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU décrivent l’armée israélienne comme une force d’occupation répressive qui est responsable de la mort de milliers de citoyens lors de la dernière décennie.

Nous trouvons inacceptable, sur les plans politique et moral, qu’un important officier de cette armée, qui de plus minimalise les responsabilités de l’armée israélienne lors de la guerre contre Gaza avant que les enquêtes ne soient terminées, se voie offrir une plateforme de deux heures dans une institution respectée comme la Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen en Kunsten. La liberté d’expression est un droit élémentaire qui doit néanmoins tenir compte de responsabilités morales. Il est obscène qu’une personne avec un tel profil, complaisante à l’égard de crimes contre l’humanité, reçoive la parole dans une si haute instance.
Dès lors, nous vous demandons, par respect pour les victimes civiles, d’annuler cette conférence sous cette forme et avec cet orateur. Une personne autorisée et indépendante serait plus à même de traiter un tel sujet

P.S.

Dear all,

The lecture scheduled for 25 May 2011 by Mr Libman has been cancelled. An alternative date is being sought later in the year for a new event.

Sincerely,

Prof. Dr. Kim Van der Borght

President, Belgian Branch of the International Law Association