Café ougandais amer


BRAECKMAN,COLETTE

Page 13

Vendredi 19 août 2011

Café ougandais amerLe café que des manifestants proposeront aux passants devant l’ambassade d’Ouganda à Bruxelles ce vendredi aura un goût amer : il rappellera la souffrance des 2.000 habitants du district de Mubende, chassés de leurs terres. C’est en 2001 que l’armée ougandaise fit irruption dans quatre villages, détruisant les maisons, confisquant les récoltes et chassant 392 familles qui jusqu’alors vivaient de leurs cultures vivrières. Il s’agissait de faire place nette afin de permettre l’installation de Kaweri Coffee Plantations Ltd, une filiale du groupe allemand Neumann Kaffee Gruppe. Pour le gouvernement ougandais, et plus particulièrement pour le président Museveni (photo), désireux de renforcer les cultures d’exportation génératrices de devises, l’affaire était d’importance : Kaweri représentait la première grande plantation de café installée dans le pays. Jusqu’alors, le café, représentant 70 % des revenus d’exportation, était exclusivement produit par de petits paysans. Les habitants de Mubende n’ont jamais été correctement indemnisés. Paupérisés, ils sont « réfugiés » aux abords de leur ancienne propriété. L’eau potable manque. Les écoles ont été détruites. Dorénavant, tous les recours légaux s’étant avérés sans effet, c’est dans la rue que les militants vont agir.

Israël bombarde, Gaza résiste (photos)


Ziad Medoukh – Gaza, le 21 août 2011

Bonjour de Gaza

Quelques photos prises par un ami journaliste des derniers bombardements israéliens sur Gaza qui ont visé les maisons, les immeubles, les écoles, les marchés et les routes partout dans la bande de Gaza.

Malgré ces raids et ces bombardements aveugles qui visent les civils, Gaza, ses habitants résistent et résistent.

Amitiés de Gaza la résistante

Ziad

(JPG)

(17 autres photos sur : http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=11051)

(JPG) Ziad Medoukh est enseignant de français à l’université Al-Aqsa de Gaza et coordinateur du Centre de la Paix

Autres messages de Ziad :

-  Les trois défis du gouvernement d’union nationale en Palestine
-  Joie , fête et espérances à Gaza
-  Gaza sous le choc après l’assassinat de Vittorio Arrigoni
-  La poursuite des massacres et crimes israéliens à Gaza
-  Et les civils de Gaza, qui les protège ?
-  L’escalade militaire israélienne contre Gaza et l’impunité d’Israël
-  Ziad Medoukh : Gaza a manifesté le 15 mars
-  Les révolutions arabes et la cause palestinienne
-  Le temps n’est-il pas venu d’instaurer la justice en Palestine ?
-  La bande de Gaza et les évènements de l’Égypte

Message de Ziad, du 21 août 2011 – ziadmedoukh@hotmail.com

Libye : violents combats autour de la résidence de Kadhafi et au sud de Tripoli


lundi 22 août 2011, par La Rédaction

De violents combats se déroulaient lundi matin autour de la résidence du dirigeant Mouammar Kadhafi à Tripoli, au lendemain d’une offensive majeure menée par les rebelles dans la capitale libyenne, que les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, espèrent victorieuse.
Dans la nuit, les rebelles, qui ont lancé une offensive samedi soir sur la capitale, ont atteint la place Verte, un lieu symbolique où les partisans du régime avaient l’habitude de se rassembler.
Une foule en liesse dansait, agitait des drapeaux rouge, noir et vert, aux couleurs de la rébellion, et scandait « Allah Akbar » (« Dieu est grand ») tout en tirant en l’air, selon des images diffusées par la télévision britannique Sky News.
Pour autant, les affrontements se poursuivaient dans la capitale lundi matin. Des combats de plus en plus violents avaient lieu autour de la résidence de Mouammar Kadhafi à Bab Al-Aziziya, selon un journaliste de l’AFP sur place.
Le colonel Kadhafi serait encore dans sa résidence, a indiqué à l’AFP une source diplomatique.
Depuis 06H00 (04H00 GMT), des bruits d’affrontements à l’arme légère et à l’arme lourde retentissaient également en provenance du sud de la capitale, a indiqué le reporter de l’AFP, sans pouvoir déterminer avec exactitude la provenance des tirs.
Vers 06H30 (04H30 GMT), des tirs de kalachnikov étaient aussi entendus tout près de l’hôtel Rixos, où est logée la presse internationale.
Dans un bref entretien téléphonique avec la chaîne Al-Jazira, un des fils de Mouammar Kadhafi, Mohamed, a affirmé qu’il était chez lui, qu’il restait dans sa maison et qu’il ne la quitterait pas. La chaîne n’a pas précisé dans quel quartier il résidait.
L’entretien a été interrompu par des bruits de tirs, intenses et très proches, puis Mohamed Kadhafi, président du Comité olympique libyen, a repris l’interview sur un ton de panique.
L’offensive « Sirène » a été lancée samedi soir par les insurgés en coordination entre le CNT, l’organe politique de la rébellion à Benghazi (est), et les combattants dans et autour de Tripoli, a indiqué un porte-parole du Conseil national de transition (CNT), en précisant que l’Otan était « aussi impliquée ».
Des insurgés se sont infiltrés dans la capitale en arrivant par la mer de l’enclave côtière de Misrata, à 200 km à l’est, selon la rébellion.
D’autres rebelles venant de l’Ouest ont réussi, après de violents accrochages avec des soldats loyalistes, à entrer dans Tripoli dimanche en fin d’après-midi, acclamés par les habitants qui couraient le long de leur convoi, dans une ambiance euphorique, a constaté un correspondant de l’AFP.
Les insurgés, qui semblent n’avoir pas rencontré une forte résistance, se sont approchés du centre de la capitale après avoir pris le contrôle de plusieurs quartiers dont Tajoura, dans la banlieue est de Tripoli, selon les témoins.
Quelques heures auparavant, le colonel Kadhafi avait appelé ses partisans à « nettoyer » la capitale des rebelles, dans son troisième message sonore en moins de vingt-quatre heures diffusé par la télévision libyenne.
Dimanche matin, il avait déjà martelé qu’il ne se rendrait pas et sortirait « victorieux » de la bataille de Tripoli.
Le porte-parole du régime, Moussa Ibrahim, a affirmé pour sa part que « le régime est toujours fort et que des milliers de volontaires et de soldats sont prêts à se battre ». Il a indiqué dimanche soir que 1.300 personnes avaient péri au cours des dernières 24 heures à Tripoli. Il n’était pas possible de vérifier ce bilan.
Le procureur de la CPI (Cour pénale internationale) Luis Moreno-Ocampo a annoncé que Seif al-Islam, un autre fils de Mouammar Kadhafi, avait été « arrêté ». Seif al-Islam, présenté dans le passé comme le futur successeur de son père, fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI pour crimes contre l’humanité.
A Benghazi, la « capitale » rebelle dans l’est de la Libye, des dizaines de milliers d’habitants en délire ont envahi les rues dans la nuit. « Bye Bye le frisé ! », « Dieu est grand ! », scandait la foule en liesse.
Mahmoud Jibril, l’un des principaux responsables du CNT, basé à Benghazi, a demandé aux rebelles de s’abstenir de toute vengeance. Il les a également mis en garde contre des « poches de résistance (pro-Kadhafi) dans et autour de Tripoli », soulignant que « le combat n’est pas terminé ».
Dans la nuit de dimanche à lundi, les forces pro-kadhafi ont ainsi pilonné le quartier Al-Hemida (est), a indiqué à l’AFP un habitant.
« Les bataillons de Kadhafi sont en train de tirer des roquettes sur les habitations, les gens sont terrifiés et terrés chez eux, en train d’attendre les rebelles pour les sauver », a-t-il poursuivi.
Mais pour le président américain Barack Obama, le régime du colonel Kadhafi « a atteint le point de non-retour » et le « tyran » libyen doit partir pour éviter un bain de sang.
Le secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen a estimé de son côté que « le régime de Kadhafi s’effondre clairement ».
L’Otan a pris le commandement fin mars d’une coalition internationale intervenue sur mandat de l’ONU pour protéger la population civile d’une sanglante répression d’un mouvement de contestation sans précédent, né à la mi-février, contre le régime autoritaire de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans.
Le président français Nicolas Sarkozy a déclaré « que l’issue ne fait désormais plus de doute », tandis que Rome estimait que la « tragédie » du conflit « touche à sa fin ». Pour Londres, « il est clair d’après les scènes auxquelles nous assistons à Tripoli que la fin est proche pour Kadhafi ».
En revanche, l’un des derniers alliés du dirigeant libyen, le président vénézuélien Hugo Chavez a estimé que les gouvernements d’Europe et les Etats-Unis étaient « en train de détruire Tripoli sous les bombes ».

(Lundi, 22 août 2011 – Avec les agences de presse)

Les larmes de Gaza


 

IRIB – Tears of Gaza” (Larmes de Gaza) est le nom d’un documentaire de la cinéaste norvégienne, Vibeke Lokkeberg, qui vient de sortir au Canada. «Tears of Gaza», un documentaire, sur l’agression israélienne de 22 jours contre Gaza, a expérimenté sa première sortie, dans le cadre du 35ème Festival international du film de Toronto, rapporte l’Agence Qodsna, citant le website «Al-Qods on line». Le film, qui a retenu l’attention de beaucoup de spectateurs, traite des crimes israéliens, au cours de la guerre de Gaza, notamment, l’utilisation, par l’armée israélienne, d’armes interdites, dont les bombes au phosphore.