La vie de boycotteur n’est pas toujours facile


Depuis son tout nouveau blog , Myriam en ébullition mande depuis Charleroi

La direction de Makro accuse des activistes pour le boycott de produits israéliens de vol avec violence et de tentative d’incendie sur le parking

Ce samedi matin, nous sommes cinq membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine à distribuer quelques dépliants « Oser le boycott, non aux arômes de l’occupation». Nous expliquons aux personnes présentes dans le magasin qu’en refusant d’acheter les plantes aromatiques en provenance d’Israël, elles affirment leur indignation contre l’expropriation de la terre et le rationnement de l’eau dont sont victimes les Palestiniens.
Nous avons un bon retour, y compris des membres du personnel (informés au préalable par les responsables syndicaux du magasin).
Nous classons  les diverses herbes (coriandre, romarin, thym citronné, menthe, estragon, sarriette, salicorne, etc) dans un caddy, lorsque que nous sommes interpellés par un garde de sécurité de la société G4S(1) et la gérante.2011-10-22_10.35.58.jpgNous demandons calmement à la gérante qu’elle interpelle la société concernant la vente des produits israéliens. Mais le dialogue est vite impossible. Elle tente de prendre le GSM avec lequel Mohammed a filmé quelques scènes et menace d’appeler la police. Nous nous dirigeons vers les caisses afin de parler à un plus grand nombre de clients.
Ceci étant fait, nous abandons le caddy et allons mettre des dépliants sur les pare-brises de la voiture. Mohammed doit nous quitter pour chercher ses enfants, … mais il n’ira pas loin ! Deux voitures de police, sirène allumée le bloquent sur le parking. De loin, nous voyons que Mohammed est sorti de la voiture et qu’il est immobilisé, les mains sur le capot. David, Lucie, Freddy et moi accourons. Ne comprenant pas ce qui se passe, nous faisons savoir que nous ne sommes pas des criminels, que Mohammed n’a rien fait de répréhensible. Lucie est jetée par terre, 4 policiers la tiennent en tenaille sur le sol. David et moi sommes retenus par les bras, ne savons pas bouger. De nouvelles camionnettes de la police arrivent. Finalement il y a en a 10 et au moins 20 policiers. Nous crions aux chauffeurs de voiture passants : avertissez la presse. La police cherchent le GSM de Mohammed, avec lequel il a pris quelques photos dans le magasin. Ils ne le trouvent pas et le laissent partir, mais ils l’interceptent de nouveau sur la chaussée de Bruxelles toute proche. Ils trouvent le GSM et l’obligent d’effacer les photos. Lucie est embarquée au commissariat de Charleroi. Elle est enfermée dans une cellule et ne sera libérée que trois heures plus tard. Un responsable de la police nous dit que ses troupes ont été appelées par la direction du magasin parce qu’il y a eu « vol avec violence ». La même direction diffuse la rumeur parmi les membres du personnel que nous avons voulu mettre le feu aux produits dans le caddy au milieu des voitures. Il est clair que cette tentative de criminaliser nos actions ne restera pas sans suite !(1) c’est la même société qui joue d’ailleurs un rôle actif dans la sécurisation des colonies israéliennes en Palestine occupée. G4S fournit des scanners de bagages et du corps pour les checkpoints et les prisons israéliennes. A côté de cela, G4S fournit des gardiens armés dans les colonies.