Lumière crue sur l’occupation


lundi 05 décembre 2011, 11:38

Montrer la réalité de l’occupation : telle est la mission que se sont assignée les membres d’une organisation israélienne fondée en 2004, « Breaking the Silence » (Briser le silence).

Lumière crue sur l'occupation

Des gens compétents : tous sont d’anciens soldats ou gradés de l’armée israélienne qui ont peu ou prou participé à l’occupation des territoires palestiniens. Les Halles de Schaerbeek accueillent actuellement ce collectif (1). « Quand j’étais à Hébron avec mon unité pour protéger les colons juifs installés au centre de la ville, j’avais intégré la perspective militaire de la mission que je devais remplir, je trouvais cela normal. Après mon service, j’ai commencé à réfléchir, à rencontrer d’autres ex-soldats et j’ai compris que ces irruptions dans les maisons palestiniennes pour des fouilles au milieu de la nuit, ces hommes qu’on oblige à rester des heures les mains attachés, la terreur qu’on inspire aux enfants, les couvre-feu, etc., toutes ces humilitations, ces atteintes à la dignité des personnes bafouaient les valeurs promues dans notre société. » L’homme qui nous parle s’appelle Simcha Levental. Il est l’un des deux ex-soldats présents aux Halles pour expliquer le sens des photographies exposées (il s’exprime en anglais mais les visiteurs peuvent disposer d’un interprète). Elevé dans un milieu ultra-ortodoxe qu’il a quitté, Simcha Levental, 29 ans, garde un souvenir amer de son service militaire. « Les soldats sont là pour servir l’occupation. Vous savez, il y a deux lois à Hébron : israélienne pour les colons et militaire pour les Palestiniens. Ceux-ci sont réduits à l’état d’objets dont les soldats font ce qu’ils veulent. En revanche, j’ai vu un jour un colon ouvrir le feu à l’aveugle dans un village palestinien, il s’en est tiré avec une engueulade de l’armée ! ». L’exposition permet aussi de visionner plusieurs vidéos, dont une en provenance de l’armée, qui montre des exactions contre des civils palestiniens à un barrage militaire. Mais la partie sans doute la plus éprouvante se tient en marge de l’exposition. Il s’agit d’une « installation vidéo » que l’on doit au cinéaste Avi Mograbi, où le spectateur est cerné par huit écrans qui diffusent en même temps des extraits (ou rushes) de films du réalisateur israélien sur le sujet de l’occupation. Le son, fort, et les images, qui se bousculent, transforment l’exercice en une véritable épreuve dont on ne sort pas indemne.

BAUDOUIN LOOS

http://www.lesoir.be/culture/arts_plastiques/2011-12-05/lumiere-crue-sur-l-occupation-881514.php

(1) L’exposition se tient aux Halles de Schaerbeek, rue Royale Sainte-Marie 22A jusqu’au 17 décembre sauf le lundi (de 13 à 18 heures). Toute cette semaine à partir de ce mardi 6 décembre, des événements auront lieu en soirée (et une table ronde samedi matin) : théâtre, film, documentaire sonore et conférence, en lien avec l’exposition, permettront des rencontres avec entre autres les réalisateurs Avi Mograbi et Simone Bitton, et la journaliste Amira Hass (Haaretz). Informations : www.halles.be.

Publicités