Un mort dans l’incendie criminel d’une mosquée à Anderlecht


DIDIER HAINE

lundi 12 mars 2012, 23:09

Une mosquée d’Anderlecht a été incendiée peu avant 19 heures et a complètement brûlé. Une personne est décédée. Des centaines de personnes sous le choc se sont rassemblées devant la mosquée.

Peu avant 19 heures, la mosquée chiite RIDA située, rue du Docteur De Meersman à Anderlecht, a été incendiée et a totalement brûlé. Vers 18h30, un homme s’est introduit dans la mosquée qui accueillait ses fidèles. Il s’agirait d’un Salafi. L’homme est entré armé d’une hache, de deux jerricanes d’essence. Il a d’abord cassé les fenêtres à l’aide de sa hache afin que le feu puisse se propager plus rapidement par la suite. Puis il aurait aspergé d’essence la salle principale de la mosquée, selon certaines sources. Mais cette information n’a pas pu être confirmée. Les fidèles l’ont immobilisé à l’intérieur en attendant l’intervention de la police.

L’iman de la mosquée âgé de 47 ans y a laissé la vie en essayant d’éteindre l’incendie. Il aurait été intoxiqué par la fumée. Vers 18h45, les pompiers avaient déjà sorti une victime légèrement intoxiquée, qui n’avait pas nécessité de soin. La seconde victime, l’imam, est décédée sur place et n’a été retrouvée que sur le coup de 19h30. C’est un témoin qui a vu le pyromane mettre le feu avec de l’essence et qui a immédiatement alerté les policiers. L’incendiaire a pu être interpellé. Des centaines de personnes sont rassemblées pacifiquement devant la mosquée. Ils sont sous le choc, beaucoup de gens sont en pleurs. La police est présente massivement. En fin de soirée, elle tentait d’identifier le suspect via les caméras de surveillance de la mosquée.

Le bourgmestre d’Anderlecht a confirmé qu’une attaque s’est produite contre la mosquée chiite de sa commune. Il semblerait, a ajouté le maïeur, sous réserve des devoirs d’enquête, qu’un seul projectile ait été lancé à l’intérieur du bâtiment et que l’auteur présumé ait été intercepté. Le bourgmestre a confirmé que la victime est décédée par intoxication.

La vice-présidente de l’Exécutif des musulmans de Belgique, Isabelle Praile, qui est elle-même chiite, se déclare « consternée » par le drame. Elle met en cause des extrémistes salafistes. La mosquée chiite Rida a effectivement déjà fait l’objet de menaces salafistes, en 2007. « Le centre islamique Rida, qui est la plus importante mosquée chiite de Bruxelles, avait déjà dû être placée sous la protection de la police, voici quelques années », précise encore Isabelle Praile. « D’après ce que je sais, un des jeunes agresseurs – ils seraient au nombre de trois – aurait évoqué la situation en Syrie pour justifier l’incendie… Je ne peux que déplorer la propagande anti-chiite que véhiculent en Belgique certains Etats, comme le Bahreïn. Manifestement, cela a poussé quelques extrémistes à commettre l’irréparable. J’appelle la communauté chiite de Belgique au calme : il ne faut pas tomber dans le piège de cette provocation. »

Sur Twitter, Fadila Laanan s’est dite « scandalisée par cet attentat dans ma commune contre une Mosquée. Un homme est mort et c’est ignoble. Rien ne peut excuser un tel acte… »

La ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, a fait savoir lundi soir que, « très choquée par les faits qui se sont produits » dans une mosquée d’Anderlecht où on a déploré un décès, elle condamnait ceux-ci « avec fermeté et indignation ».