Moureaux : « J’ai eu la nette impression d’avoir été trompé, manipulé »


DAVID COPPIsamedi 21 avril 2012, 07:36

Après la polémique sur « Questions à la Une », Philippe Moureaux s’explique. « J’ai ouvert la voie à des interprétations qui ne sont pas les miennes. »

Le bourgmestre de Molenbeek revient sur la polémique de la semaine : l’islam, « Questions à la Une », la RTBF et la référence à « Goebbels ».

Vous assumez votre comparaison avec la désinformation à la Goebbels ?

Mais je n’ai pas voulu faire une telle comparaison. J’aurais dû être plus explicite, car j’ai ouvert la voie à des interprétations qui ne sont pas les miennes. Je n’ai jamais dit que ces journalistes étaient des Goebbels, mais précisé que la technique de la désinformation a eu un maître, celui-là.

De ma part, ce fut une réaction épidermique, avec ce que cela peut avoir de dangereux. Eh oui !, je suis encore un homme politique qui « réagit », au lieu juste de « calculer ». Et en voyant l’émission, j’ai eu la nette impression d’avoir été trompé, manipulé, comme d’autres personnes sollicitées d’ailleurs.

Par mon intervention, j’ai aussi voulu lancer un cri d’alerte par rapport à une évolution particulièrement dommageable consistant, pour ce qui concerne les musulmans, à ne parler que des aspects religieux problématiques, extrémistes, et pas du reste, de l’essentiel.

Reste, donc, que cela n’a rien à voir avec la période nazie…

… Ce n’est pas les années 30 que j’aurais dû évoquer, mais les années 20, avec, comme à l’époque, sur fond de crise, une exacerbation permanente de l’opposition entre les populations d’origine étrangère et de cultures différentes. L’émission me donne l’impression de reculer d’au moins un an dans les efforts que nous faisons pour créer plus de cohésion sociale, de « synergies ».

Vous avez dit tout à l’heure réagir sans calcul. Même électoral ?

C’est d’un ridicule ! Cela fait partie des égouts de la politique. Les gens qui me connaissent savent que ce n’est pas moi.

Source

La lecture mondiale en solidarité avec le peuple syrien


samedi 21 avril 2012, par La Rédaction

A l’occasion de la journée mondiale de la lecture, et en collaboration avec le Festival international de Littérature de Berlin (ilb)

l’Association e-arabesque vous invite à la lecture mondiale en solidarité avec le peuple syrien

le 23 avril de 19h à 20h à Paris
devant le Mur pour la Paix,
Champ de Mars – Ecole militaire

Cette même lecture militante se fera en plusieurs langues dans une centaine de lieux dans le monde, le même jour. Le slogan de cet événement sera : « La Littérature contre Assad »

Programme :

Une minute de silence en hommage aux martyrs syriens
Lecture en français de l’appel du festival de Berlin
Lecture en arabe et en français de l’appel écrit par l’auteure syrienne Samar Yazbek
Lecture en français par Marie Christine Barrault d’un extrait de “Feux croisés, Journal de la révolution syrienne”, écrit par Samar Yazbek.

(21 avril 2012 – Avec les agences de presse)

source