Nous irons donc mendier


    • lundi 16 juillet 2012
    • 18:00
  • Etterbeek Place Jourdan

A l’instar de ce qui est désormais de rigueur à Liège (où la mendicité n’est plus autorisée que dans des horaires précis) et suivant cet exemple, précisent les autorités d’Etterbeek, les mendiants ne pourront désormais plus se trouver à plus de 4 par rue de la commune, en tout cas dans une dizaine de rues.Outre le ridicule de cette mesure, qui précise que les « habituels » ne sont pas concernés et dont on se demande comment elle sera appliquée (un système de pointeuse à chaque carrefour? un cachet?), outre ses dangers aussi (la rue va vite devenir chasse gardée), outre son inutilité (Comme le reconnaît elle-même une conseillère FDF, «cette mesure, inspirée par la ville de Liège, ne résout évidemment pas le problème »), ce qui nous choque surtout, c’est ce qu’elle représente.

Elle représente un pouvoir qui, faute de montrer la moindre volonté de lutter contre la pauvreté, lutte contre les pauvres. Un pouvoir qui, surtout à l’approche des élections, pense sincèrement que si nous ne voyons plus la misère, nous penserons qu’il n’y a pas de misère.

Un pouvoir qui pense que l’électeur est dérangé par la vision de ces pauvres que notre système produit. Que l’électeur est une autruche. Que l’électeur pensera qu’en cachant les pauvres, on les aide.

L’électeur, c’est nous. Et nous sommes tout à fait capables de supporter la vue des produits de ce système que nous refusons d’autant plus qu’il refuse d’assumer ses propres incuries.

Nous regardons en face cette misère et nous savons d’où elle vient. Nous connaissons aussi des moyens de lutter contre elle. Nous refusons de voir nos dirigeants verser une larme sur les plateaux de télé et sur ces pauvres qu’ils veulent mettre hors de notre vue.

Nous voulons que ces gens puissent chaque jour nous rappeler les négligences de ceux qui nous dirigent. Nous le voulons parce que c’est peut-être leur seul espoir. Parce qu’en les voyant, nous pouvons les aider, en espérant qu’un jour nous ne serons plus les seuls à refuser les oeillères.

Nous irons donc mendier, le 16 juillet à 18h (au départ de la place Jourdan), par groupes de 5 par rue, dans la commune d’Etterbeek. Mendier une pièce et mendier un peu, rien qu’un peu, de courage politique. Au moins celui d’affronter en face ses propres lâchetés.

Voir sur facebook : échanges etc.