Un monde sans humains ?


Très intéressant programme; ce que nous soupçonnions depuis longtemps, nous allons vers le contrôle absolu de l’humanité

mardi, 23 octobre 2012 à 20:50

Rediffusions :
27.10.2012 à 16:05

(France, 2012, 52mn)
ARTE F
Réalisateur: Philippe Borrel

Malentendant Stéréo 16 / 9 HD natif
XXIe siècle. Les machines sont devenues omniprésentes. Des applications robotiques aux nanotechnologies, elles envahissent notre espace. Mais ont-elles pour seul but d’améliorer notre existence ?

Depuis une quinzaine d’années, l’accélération du progrès technique a permis de réaliser des prouesses impensables. Refaire marcher des personnes amputées grâce à une prothèse bionique ou passer un entretien professionnel face à un robot ne relève plus de la science fiction. La technologie est partout. Elle régit nos rapports sociaux et va s’immiscer jusque dans nos corps. Mais jusqu’où laisserons-nous encore aller nos machines ? C’est cette question récurrente, à l’origine de nombreuses oeuvres utopiques, que pose ici Philippe Borrel.

Nos consciences sur disque dur
Basé sur une idée originale de Noël Mamère, ce documentaire met en scène les débats controversés qui opposent des philosophes et certains scientifiques aux partisans du courant « transhumaniste ». Les adeptes de ce mouvement de pensée, né aux États-Unis, voient dans les techno-sciences un moyen de créer un homme plus que parfait, bardé d’implants, dont les maladies et autres imperfections physiques seraient gommées grâce aux innovations technologiques. Les plus fervents vont même jusqu’à évoquer la possibilité de se jouer de la mort en sauvegardant nos consciences sur disque dur. Derrière l’objectif de Philippe Borrel, des savants et des experts prônent l’avènement d’une société dans laquelle des hommes hybrides seraient connectés en réseau et se verraient remplacer par des cyborgs pour les tâches pénibles. Sortis des universités les plus prestigieuses, les plus exaltés affirment que cette nouvelle ère surviendra dans seulement quelques décennies, tandis qu’une partie de la communauté scientifique tire la sonnette d’alarme et met en lumière les enjeux politiques et économiques que cache ce scientisme acharné. Exosquelettes décuplant la force des soldats ou logiciels capables de déceler nos émotions et nos goûts, sont autant d’inventions contre lesquelles ils nous mettent en garde. Ce documentaire lève le voile sur un univers futuriste, plus réel et imminent qu’il n’y paraît.

22:25

Liban : DIVORCER DE QUI?


par Ronald Barakat, lundi 22 octobre 2012, 15:10 ·

En plus de la dangereuse et maladroite glissade de fin de journée d’hier à la Place des Martyrs, les faux pas en termes de slogans n’ont pas manqué, tels cet appel au «divorce jusqu’à l’accomplissement de la justice». D’abord, le divorce est justement l’option qu’envisage ce parti dit de Dieu, qui a fondé son mini-État dans l’État, au cas où sa stratégie de phagocyter l’État, la Nation et ses composantes s’avérerait infructueuse. Ensuite, parler de divorce suppose un partenaire qui n’a jamais envisagé le moindre partenariat, autre que celui noué avec des Libano-chrétiens de service qui ont accepté d’adhérer à l’idéologie du Wilayet el-Fakih, en contrepartie d’une Wilaya locale durant laquelle leur chef pourra enfin satisfaire ses désirs de domination longtemps réprimés. Partenariat d’autant plus fictif, voire mensonger, que celui que l’on croyait partenaire et qu’on a soutenu et appuyé durant les longues années de résistance à l’occupant israélien a refusé, une fois le territoire libéré, de céder ses armes, conformément aux accords de Taëf qui ont entraîné le ramassage des armes des autres milices, surtout celle des Forces libanaises, sauf les milices chiites sous prétexte de résistance à l’occupant, indépendamment du fait de savoir pourquoi la résistance armée devait être l’apanage d’une milice chiite, alors que l’histoire de la résistance au Sud était composite et comprenait notamment des formations nationales et laïques qui furent par la suite interdites de résistance armée.

Divorcer donc de qui? De celui qui a prétexté la résistance et profité du laxisme et de la confiance de l’État libanais en matière d’armements pour ensuite retourner ses armes contre ceux qui réclament, légitimement et selon des accords conclus, la remise des armes aux mains de l’État, maintenant que la mission est terminée? Divorcer de qui? De celui qui utilise à présent son arsenal pour asseoir son hégémonie idéologique sur la nation libanaise? De celui qui a ouvert un État à son compte, a provoqué une guerre inégale et désastreuse en 2006, de celui qui envoie des roquettes, des drones, comme bon lui semble, au mépris des autorités libanaises et selon les directives iraniennes? Divorcer de qui? De celui qui participe activement et unilatéralement à la répression du peuple syrien aspirant à sa liberté, après avoir appuyé, pour des raisons s’avérant purement stratégiques, les peuples tunisien, yéménite et égyptien aspirant à la même liberté, et dans une moindre mesure le peuple libyen lorsque le vent printanier commençait à souffler son «dangereux» parfum à côté?  Divorcer de qui? De celui qui n’a cure de ses colocataires, des gens de sa propre maison, qui se plaît à les écœurer, à se faire haïr par son triomphalisme et son arrogance, à tirer lâchement profit de ses armes amassées à la faveur d’une résistance armée devenue a posteriori un moyen et non une fin? Divorcer de qui? Des «gens les plus nobles» versus les moins nobles qu’on assassine ou dont on couvre l’assassinat? Que l’on qualifie de traîtres à tout vent, au point de les pousser à souhaiter la victoire de l’ennemi israélien en 2006? Perçu comme un moindre mal et le seul remède?  Il faut un partenaire pour divorcer. Divorcer de qui?

R.B.