UN PARTI SUPER GÉNIAL!


par Ronald Barakat, mardi 30 octobre 2012, 08:41 ·

Par quel super génie ce parti dit de Dieu a-t-il pu, depuis ses années d’or 90 jusqu’à la libération du sud en 2000, en arriver aujourd’hui à être haï par la majorité du peuple libanais? Et encore plus que l’ennemi sioniste? Par quel super génie est-il parvenu à passer de résistance à l’envahisseur à envahisseur du propre pays dont il défendait le territoire et violeur de sa souveraineté?

De défenseur de l’État à l’instaurateur d’un mini-État dans l’État, avec son territoire propre, son armée confessionnelle propre, son administration propre, son infrastructure propre incluant les télécommunications?

Par quel super génie a-t-il transformé son milieu ambiant, jadis favorable, en un milieu si hostile, et est-il devenu l’ennemi à abattre plus que l’ennemi sioniste? Par quel super génie ce parti a-t-il pu confirmer le label de «parti terroriste» que lui avait collé le tandem américano-sioniste en devenant dans les instances onusiennes, dans la chambre du TSL, dans les chancelleries occidentales LE SUSPECT de l’assassinat de Rafic Hariri? Et dans l’esprit de la majorité des Libanais l’ACCUSÉ pour cet attentat et tous les attentats qui ont précédé et suivi?

Par quel super génie a-t-il provoqué le clivage, voire la fracture, entre sunnites et chiites, et favorisé, par son refus de déposer ses armes, jadis légitimes, conformément aux accords de Taëf, l’émergence de formations sunnites armées, de groupuscules radicaux, dans le but de contrecarrer ses prétentions hégémoniques ou de faire contrepoids à sa domination communautaire?

Par quel super génie a-t-il adopté, vis-à-vis de la révolution syrienne, et contrairement aux autres révolutions arabes, une attitude inconséquente avec ses principes de parti défenseur des peuples opprimés, allant même jusqu’à appuyer militairement l’oppresseur, proche de sa confession, pour s’aliéner au moins 80% du peuple syrien? Par quel super génie ce parti s’est-il fait l’ennemi de la nouvelle Syrie en émergence? Ainsi que l’ennemi des pays arabes réunis?

Par quel super génie est-il parvenu à s’entourer d’ennemis, à l’intérieur et à l’extérieur? Et ainsi faire le jeu et la satisfaction de l’ennemi israélien? Par quel super génie s’est-il mis, par ses pratiques belliqueuses, suspectes, vexatoires, mensongères, hégémoniques et discriminatoires, en totale contradiction avec la morale et les préceptes de sa religion et ainsi se rendre comptable au-devant d’Allah! Il faut un super génie pour en arriver là! Il est super génial ce parti, pardieu!

source : Facebook page de Ronald Barakat

Le conflit israélo-iranien selon Chomsky


Iran  Invité par l’Université américaine du Caire, le linguiste et philosophe juif américain Noam Chomsky a exposé ses points de vue sur l’équation politique au Moyen-Orient, tout en s’attardant sur le dossier iranien.
Iran

Noam Chomsky à l’AUC. ( Photo: Randa Ali )
 La conférence tenue mardi dernier à l’Université américaine du Caire par Chomsky a attiré les foules. Des centaines de personnes attendaient dans des files interminables dans la rue Mohamad Mahmoud dans l’espoir de rentrer dans la salle de conférence. Mais seuls ceux arrivés plusieurs heures en avance ont pu trouver une place.

Ce rassemblement unique réunissant académiciens, politiciens, journalistes, étudiants et personnalités publiques à proximité de la mythique place Tahrir, témoigne de la popularité hors pair du philosophe et linguiste américain.

Les révolutions arabes, le nucléaire iranien et Israël ont dominé une grande partie du discours de Chomsky, qui a expliqué les positions américaines dans la région et a fait le point sur les forts liens qu’entretiennent les Etats-Unis avec Israël qu’il a qualifié de « pays le plus dangereux au monde ». Le soutien politique américain à Israël nourrit continuellement, selon l’intellectuel, la détermination américaine et israélienne à attaquer l’Iran. Chomsky estime que n’importe quelle solution militaire envers l’Iran pourrait avoir des conséquences catastrophiques et déstabiliser l’ensemble de la région.

Le philosophe avance aussi que les pays du Golfe sont les bases d’attaques américano-israéliennes sur Téhéran, en particulier depuis l’augmentation de l’aide allemande et américaine dans la région ces derniers temps.

Il incite les peuples à adopter un savoir-faire en matière de liberté et à prendre leurs destins en main. Des points censés être acquis depuis la vaste vague de révolutions qui a touché le monde arabe et renversé certaines dictatures. Chomsky a appelé à concrétiser ce qu’il a appelé un Moyen-Orient, une zone sans armes nucléaires qui fut une proposition adoptée en Egypte en 1995 et acceptée par les populations américaines et israéliennes. Il est, selon lui, grand temps de faire pression sur les Etats-Unis pour l’appliquer véritablement.

Chomsky estime par ailleurs que l’Iran est une force non négligeable dans la région : l’attaquer ne sera pas semblable aux anciennes initiatives israéliennes, comme l’attaque contre le réacteur nucléaire iraqien Osirak au début des années 1980.

Il a affirmé que les Etats-Unis avaient la capacité d’attaquer n’importe quel pays, notamment grâce à leurs nombreuses bases militaires dans la plupart des pays du Moyen-Orient. « Mon pays traverse une phase d’effondrement économique en raison de la crise, mais aussi politique pour avoir échoué à avoir la Chine comme alliée », a ajouté le célèbre linguiste.

Chomsky a réitéré durant son discours que les Etats-Unis ne soutiennent que les démocraties qui servent leurs propres intérêts, ce qui leur donne le droit de s’incruster dans les politiques internes du Moyen-Orient et de manipuler les relations internationales. La neutralité que dégagent les propos et les analyses du philosophe explique sa notoriété et l’admiration que lui voue l’opinion publique arabe.

source