Protestation contre le concert des Forces israéliennes d’occupation


URGENT ET IMPORTANT : SIGNER ET FAIRE SIGNER MASSIVEMENT !!!!!CONTRE LE CONCERT DE SOUTIEN A L’ARMEE D’ISRAEL A ANVERS CE DIMANCHE . DES RESSEMBLEMENTS S’ORGANISENT.

Voici le lien: https://www.change.org/petitions/yves-leterme-monica-de-coninck-steun-het-israëlische-leger-niet <

https://www.change.org/petitions/yves-leterme-monica-de-coninck-steun-het-isra%C3%ABlische-leger-niet> #

Op zondag 18 november protesteren wij tegen het optreden van de band van het Israëlisch leger, Tzahal, in het Provinciehuis in Antwerpen.

Het Israëlische leger voerde een aanvalsoorlog tegen Gaza van 27 december 2008 tot 18 januari 2009 met meer dan 5000 Palestijnse doden en gewonden. De blokkade van Gaza duurt sedertdien voort. Zowel op de Westbank, Gaza en in Oost-Jerusalem maakt het Israëlische leger zich schuldig aan veelvuldige schendingen van de mensenrechten. Regelmatig zijn er nog bombardementen door het Israëlische leger, zoals op 10 november waarbij 6 doden vielen en op 12 nov nog eens 5 doden.
We pleitten dan ook voor een militair embargo tegen Israël.
Maar hier gebeurt het tegendeel.
Voormalig eerste minister Leterme ( CD&V ) en federaal minister van Werk Monica De Coninck (Sp.a ) komen volgende zondag hun steun toezeggen aan Israël. Dit bij het optreden van Tzahal.
Wij klagen aan dat gemeenschapsmiddelen, zoals het Provinciehuis, ter beschikking gesteld worden van de propaganda voor Israël.

Bent u het ook niet eens dat onze politici Israël steunen?

Protesteer met ons mee op zondag, 18 november, om 13 uur tegen het optreden van de band van het Israëlisch leger aan het Antwerps Provinciehuis ( Koningin Elisabehtlei 22, 2018 Antwerpen ).

Je kan het Provinciehuis bereiken vanaf het Centraal Station met tram 2 en 6 ( halte Provinciehuis ).

contactpersoon voor deze actie: antwerpen@intal.be of via de facebookpagina van intal Antwerpen

 

VERSTUUR een email naar Leterme en De Coninck en ook naar Di Rupo en de Antwerpse gouverneur.

Verstuur hier automatisch : https://www.change.org/petitions/yves-leterme-monica-de-coninck-steun-het-isra%C3%ABlische-leger-niet

Geachte,

Ik vind het ongehoord dat Belgische politici hun steun verlenen aan het optreden van de Israëlische legerband ‘Tsahal’ in Antwerpen op 18/11.

Het Israëlische leger is schuldig aan honderden mensenrechtenschendingen. De meest verschrikkelijke hiervan was de oorlog tegen Gaza waar ingesloten burgers bestookt werden met bombardementen, op afstand bediende bulldozers en witte fosfor met meer dan 1000 Palestijnse doden en duizenden gewonden tot gevolg. De blokkade van Gaza duurt nog ALTIJD voort en internationaal veroordeelde schendingen in de Westbank gaan nog altijd door; Er wordt nog steeds gebouwd aan de illegaal verklaarde apartheidsmuur, kolonies worden nog dagelijks uitgebreid, 1000 kinderen werden de voorbije jaren opgesloten in Israëlische gevangenissen, grootse lantonteigeningen, dagelijkse huisafbraken, dorpen die als militair oefenterrein worden gebruikt, talloze checkpoints die vernederend zijn en het leven kosten aan verschillende zwangere vrouwen en pasgeboren babies.

Door uw steun te verlenen aan deze voorstelling steunt u ook al deze misbruiken. Miljoenen euros zogezegde steun aan het vredesproces, tientallen doden tijdens geweldloze acties in Palestijnse dorpen, jonge Israëlis die weigeren in het bezettingsleger te dienen,…  al deze moedige en nuttige acties worden teniet gedaan voor een avondje muziek en vertier?

Ik hoop dat u het me mij eens bent dat propaganda voor racisme, verdrukking en geweld geen plaats hebben in België. En ik hoop dan ook dat u zich zal terugtrekken als spreker op deze voorstelling.

Yves Leterme gastspreker op concert met muziekband van het Israëlische leger

Christenen voor Israel en B’nai B’rith Antwerpen organiseren dit jaar opnieuw een concert met de band van Tzahal, het Israëlische leger. Gastsprekers voor de show zijn voormalig premier Yves Leterme (CD&V) en minister van werk Monica De Coninck (sp.a).

Het gebeuren gaat door in het Antwerpse provinciehuis op zondag 18 november. Vanwege de enorme toeloop zag de organisatie zich gedwongen het concert te ontdubbelen zodat er nu twee voorstellingen zijn, eentje om 14uur en het ander om 19 uur.

Bij de middagvoorstelling zal voormalig premier en adjunct-secretaris-generaal van de OESO, Yves Leterme, aanwezig zijn om de verzamelde  vrienden van Israël toespreken. Voor de avondvoorstelling tekent sp.a minister Monica De Coninck present.

De legerband van Tzahal staat borg voor een vredevolle avond met een ongelofelijke ambiance. Vorige bezoekers van de Tzahalconcerten moeten niet meer overtuigd worden van de fantastische uitstraling en de meeslepende muzikale kwaliteiten van de IDF-band, integendeel ze laten binnen tien minuten het publiek uit de pluche theaterzetels rechtveren. Dat verklaart hun ongelofelijke succes.

Leterme

Yves Leterme bezocht als ontslagnemend premier in november 2011 Israël waar hij ondermeer een ontmoeting had met premier Netanyahu.
In 2008 kreeg Leterme uit handen van Moshe Kantor, voorzitter van het Europees Joods Congres  de onderscheiding Navigator van Jeruzalem en vanwege  Radio Judaica werd hem de Gouden Davidster uitgereikt omwille van zijn inspanningen in de strijd tegen het antisemitisme. Leterme deed een opmerkelijke uitspraak die de wereldpers haalde toen hij zei: “We moeten opletten voor een nieuwe vorm van antisemitisme die zich maskert als antizionisme”.

Praktische informatie:

Beide concerten gaan door in het provinciehuis van Antwerpen aan de Koningin Elisabethlei 22. Middagoptreden: 14.00 uur, avondconcert: 19.00 uur

Toegangsprijs €20. Kaarten te bestellen via:
B’nai B’rith Antwerpen op 0478 449 266 of
per email choem@telenet.be of bnaibrithantwerpen@live.com

Christenen voor Israë
l op 0485 588 401 of
per email  cvibelgie@gmail.com

Kom en geniet mee van deze prachtige gelegenheid!

« Gaza, on n’oublie pas! »


Pour la quatrième fois, nous organisons la manifestation « Gaza, on n’oublie pas! ». Vous trouverez ci-dessous le texte de l’appel, ainsi qu’en pièce jointe. Nous vous invitons à le signer  pour soutenir cet appel: mcpalestine@netcourrier.com avant le 15 novembre 2011
Nordine Saïdi
Mouvement Citoyen Palestine
Quatre ans après l’agression militaire israélienne:

Actions de commémoration et de soutien

GAZA, ON N’OUBLIE PAS !

Il y a quatre ans, Israël a déclenché son assaut meurtrier contre la bande de Gaza alors même qu’il l’occupait et lui imposait son blocus. Plus de 1.400 Palestiniens, la plupart des civils, ont été tués.
De nombreuses organisations des droits de l’homme aussi bien qu’une mission spéciale des Nations Unies, dirigée par le juge sud-africain Richard Goldstone, ont accusé Israël d’avoir commis des crimes de guerre. Ces attaques ont provoqué des manifestations tout autour du monde en solidarité avec les Palestiniens gazaouis.
Quatre ans après cette agression militaire dévastatrice, la perpétuation de ce blocus illégal constitue une punition collective de la population et sape la crédibilité du droit international humanitaire.
Dans le cadre d’une action citoyenne et pacifique, nous organisons une marche symbolique et une veillée de commémoration à Bruxelles, pour :
  • ·         La fin du blocus de Gaza
  • ·         La démolition du Mur de l’apartheid
  • ·         La fin de l’occupation israélienne illégale de toute la Palestine!
  • ·         Le droit de retourner en Palestine pour tous les Palestiniens!
  • ·         Le soutien à la résistance du peuple palestinien
  • ·         La libération de tous les prisonniers palestiniens
  • ·         Le soutien à la campagne  « Boycott Désinvestissement et Sanctions »

Jeudi 27 décembre 2012

Le départ de la Marche se fera au croisement de l’avenue de Stalingrad et du boulevard du Midi (statue mégaphone) à 18 heures. Elle s’achèvera avec des prises de parole et une petite animation sur la Place du Jeu de balle vers  20h30.


Nordine Saïdi
Mouvement Citoyen Palestine
http://mcpalestine.canalblog.com

Syrie : la nouvelle coalition de l’opposition réclame des armes


mardi 13 novembre 2012, par La Rédaction

La nouvelle coalition de l’opposition syrienne, reconnue par les pays du Golfe et soutenue par la Ligue arabe, a réclamé des armes pour aider les rebelles qui combattaient mardi les troupes du régime de Bachar al-Assad à Damas et dans sa région.
Après 20 mois de conflit sanglant, le chef de la coalition, Ahmad Moaz al-Khatib, a demandé à la communauté internationale des « armes adaptées » pour que la rébellion puisse « mettre fin à la souffrance des Syriens et à l’effusion de sang ».
Au lendemain de la formation de cette entité, qui doit à terme nommer un gouvernement provisoire, seules les monarchies du Golfe, fervent soutien de la rébellion, l’ont formellement reconnue comme « représentant légitime du peuple syrien », la Ligue arabe et la France se contentant de lui apporter leur soutien.
L’organisation panarabe l’a qualifiée de « principal interlocuteur » et de « représentant légitime de l’opposition », une reconnaissance prudente qui vise à satisfaire tous ses membres.
Certains pays arabes soutiennent l’opposition à Bachar al-Assad, tel le Qatar, parrain des discussions à Doha qui arme et finance les rebelles, tandis que d’autres, tels l’Irak et l’Algérie, ont exprimé des réserves sur cette reconnaissance.
Alors que plusieurs composantes de l’opposition, jusqu’ici réticentes à rejoindre les rangs du Conseil national syrien (CNS), ont rejoint la coalition, la Ligue a appelé les derniers opposants hors de cette entité à leur emboîter le pas.
Paris va également « soutenir » la coalition, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, sans toutefois se prononcer sur une reconnaissance formelle, après une rencontre au Caire avec son chef Ahmad Moaz Al-Khatib, et George Sabra, chef du CNS, principale composante de la nouvelle formation.
Sans surprise, Washington et Londres qui ont multiplié les appels à l’union de l’opposition, lui ont promis leur soutien, tandis que Moscou, grand allié de Damas, réitérait son appel au dialogue avec M. Assad, option déjà rejetée par les opposants qui exigent le départ du chef d’Etat.
Les chefs de la diplomatie russe et du Golfe s’entretiendront d’ailleurs mercredi à Ryad de la transition politique en Syrie.
D’autres ont aussitôt exhorté la coalition à agir. La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a pointé le danger d’un débordement du conflit. Et Human Rights Watch et Amnesty International l’ont appelée à lutter contre les exactions commises par les rebelles, des vidéos d’exécutions sommaires de soldats ayant récemment déclenché des condamnations internationales.
L’émissaire du pape au Liban, le cardinal Robert Sarah, a salué l’accord de Doha. « Au moins nous avons une structure avec laquelle discuter », a-t-il estimé, affirmant toutefois ne pas pouvoir juger « si cette structure sera un événement positif pour apporter la paix ».
Sur le terrain, de nouveaux combats entre soldats et rebelles ensanglantaient Damas et sa proche banlieue, pilonnée par l’artillerie du régime, où une quarantaine de personnes, pour moitié des civils, ont été tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
La télévision d’Etat a rapporté que l’armée avait tué de nombreux « terroristes », terme par lequel Damas désigne les rebelles, dans plusieurs banlieues de la capitale.
D’autres affrontements et des raids aériens ont frappé Rass al-Aïn , dans le nord-est kurde, où les insurgés ont récemment pris un poste-frontière vers la Turquie, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations Unies a évacué son personnel opérant dans cette région, jusque là considérée comme sûre.
En outre, le gouverneur de la province de Raqa (nord) a été grièvement blessé dans un attentat qui a coûté la vie à deux autres personnes, de même source.
Selon un premier bilan de l’ONG, 62 personnes, dont 28 civils ont péri mardi, au lendemain de la mort de 151 personnes dans des violences en Syrie, en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire devenue conflit armé qui a fait plus de 37.000 morts, selon l’OSDH.

(13 Novembre 2012 – Avec les agences de presse)

source

Les nouveaux visages de l’opposition


LOOS,BAUDOUIN

Mardi 13 novembre 2012

SYRIE Les tractations ont pris trois mois, mais la coalition contre le régime est bel et bien née

Les nouveaux visages de l’oppositionSouhair al-Atassi, Ahmad Moaz Al-Khatib et Riad Seif : les trois nouveaux chefs de l’opposition syrienne exilés depuis peu. © KARIM JAAFAR/AFP.

ANALYSE

La naissance, dimanche à Doha, de « la coalition des forces révolutionnaires et de l’opposition syrienne » – on dira la coalition de l’opposition – bouleverse-t-elle la donne en Syrie ? Un ponte de l’analyse géopolitique arabe, Salman Shaikh, le directeur du Brooking Doha Center, résumait la pensée de beaucoup dimanche soir au Qatar : « L’unification de l’opposition est certainement un pas important ; si cette nouvelle coalition prouve sa crédibilité, cela va raccourcir les jours du régime ».

Les factions composites de l’opposition vivaient ces derniers mois sous l’intense pression de l’Occident et singulièrement des États-Unis pour mettre fin à leurs querelles et unir leurs forces. Mais la principale formation d’opposants, le Conseil national syrien (CNS), où les Frères musulmans occupent une place prépondérante, renâclait à s’élargir. « Au sein du CNS, il y avait deux camps, explique Bassma Kodmani, qui a quitté le conseil le 28 août car elle estimait qu’il avait perdu sa crédibilité, ceux qui souhaitaient l’intégration dans la nouvelle coalition l’ont emporté ; c’est une victoire pas tant pour les États-Unis que pour les Syriens eux-mêmes ».

Si la nouvelle structure de l’opposition réunit 63 membres de tous les bords, de toutes les religions et de toutes les régions de Syrie, trois figures, désignées respectivement chef et adjoints sortent des rangs : Moaz al-Khatib, ex-imam politiquement indépendant, chantre de la modération, dispose d’une assise populaire, alors que Riad Seif, homme d’affaires déchu, ex-député traîné par le régime en prison, et Souheir al-Atassi, cofondatrice d’un réseau d’alerte locale de militants, avaient été actifs dès le début des années 2000 dans l’épisode du « printemps de Damas », quand les Syriens croyaient encore que Bachar el-Assad, en succédant à son père, allait procéder à une réelle ouverture politique.

Tous trois damascènes et sunnites, Khatib, Seif et Atassi ont récemment quitté la Syrie, où leur vie était en danger. « C’est la direction la plus représentative de l’opposition syrienne, commente pour nous Caroline Donati, journaliste à Mediapart et auteur du livre L’Exception syrienne : les têtes sont tous des opposants de l’intérieur, qui ont une légitimité réelle en Syrie. Sa représentativité est indiscutable. Mais son avenir dépendra de la reconnaissance de la communauté internationale. Et des ressources financières qu’elle obtiendra. »

La nouvelle coalition de l’opposition a pour objectif officiel de renverser le régime et a promis de n’engager ni dialogue ni négociations avec le régime. Washington, Paris et Londres se sont rapidement félicités de cette naissance. La collaboration va-t-elle rapidement se créer ? « Les tractations pour la constitution de cette coalition auxquelles j’ai pris une part active ces trois derniers mois nous donnent enfin des raisons d’espérer, confie encore Bassma Kadmani. Il nous faut maintenant obtenir une reconnaissance internationale qui évince celle dont jouit encore le régime alors qu’il ne représente plus le peuple syrien. Nos consultations ont impliqué les groupes et comités locaux sur le terrain dans les quatorze gouvernorats (provinces), ainsi que l’Armée syrienne libre. Désormais, la première mesure va consister à créer un fonds national du peuple syrien afin de contribuer à l’aide humanitaire puis il faudra composer un conseil militaire qui aura pour mission d’unifier les sources de financement, un instrument pour l’unification des rangs et pour éviter le factionnalisme. »

Dans sa toute première déclaration, cheikh Khatib, le nouveau chef de l’opposition unifiée, a appelé la communauté internationale à « honorer ses engagements ». Le chrétien Georges Sabra, promu chef du CNS, complétait : « Nous n’avons pas seulement besoin d’argent, nous avons besoin d’armes pour nous défendre.

source : Le Soir