« Le siège économique de Gaza doit cesser »


chat voyez ici

Nicolas Verstappen (St.)
Jeudi 15 Novembre 2012, 11h5 | mise à jour il y a 42 minutes

 

A nouveau, c’est l’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens. Pourquoi ? Baudouin Loos a répondu à vos questions.

« Le Hamas envoie des roquettes régulièrement. Imaginez que le pays voisin de la Belgique envoie des roquettes. Qu’attendrez vous de votre gouvernement ? Qu’il dise merci ? », lance un internaut !
C’est une vision très unilatérale des choses, débarrassée du contexte. Il faut analyser cet événement, et ça demande un peu de connaissance du terrain. Je ne pense pas que les Gazaouites soient des dingues qui prennent un malin plaisir à envoyer des bombes sur Israël juste par plaisir. Pour rappel, le territoire de Gaza a été évacué par les Israéliens depuis 2005 mais est depuis lors encerclé. Il est en état de siège, et rien ne sort ni ne rentre sans le bon vouloir d’Israël. Il n’y a qu’à regarder les derniers chiffres concernant Gaza : 34% de la population est au chômage, 80% dépend de l’aide alimentaire, 35% des terres cultivables et 85% des eaux sont inaccessibles pour les Gazaouites. Qu’on le veuille ou non, c’est une prison à ciel ouvert.

Peut-on voir un lien entre ce qui se passe à Gaza et la récente présidentielle américaine ?
Non, je ne vois aucun lien. Personnellement, je lierai ça plutôt à l’élection israélienne anticipée demandée par Netanyahu. Car il se fait que les sondages pour son parti, le Likoud, déclinaient légèrement. Donc, les partis travaillistes regagnaient du terrain mais eux n’en ont cure du processus de paix et se focalisent sur des problèmes sociaux. Ainsi, je pense que Netanyahu a voulu susciter cette crise pour unir les Israéliens derrière le gouvernement et faire oublier les problèmes sociaux. Comme un renforcement du peuple derrière un ennemi commun.

Y a-t-il une corrélation entre les frappes sur Gaza et la volonté d’Abbas de demander un rehaussement du statut de la Palestine à l’ONU ?
Je ne pense pas. Habas avait l’intention le 29 novembre de présenter l’Etat palestinien comme Etat non-membre à l’ONU. Mais cette affaire de Gaza le handicape sérieusement. Habas aurait voulu qu’on appuie la demande mais en vertu de cette flambée de violence mise sur le compte du Hamas, les Européens se diront que les Palestiniens ne sont pas mûrs pour une indépendance.

Israël n’était-elle pas victime des roquettes tirées depuis Gaza ? Et la « liquidation » du chef militaire du Hamas n’est-elle pas dès lors une conséquence directe ?
Non ! Encore une fois, le Hamas est au pouvoir à Gaza, mais il n’a pas commencé ! Le Hamas n’a, très souvent, recours à ce genre de méthode que pour se défendre, riposter ou pour assurer son contrôle sur la bande de Gaza. Mais il existe aussi une infinité de groupuscules plus radicaux que le Hamas à Gaza. Et ces gens-là n’ont pas le même agenda que le Hamas. Il font aussi leurs actions de leur coté. Quant à Ahmad Jaabari, c’est lui qui négociait avec Israël depuis 2005. Israël le connaissait bien. Donc en le tuant, c’est Israël qui met le feu au poudre volontairement à mon sens.

Quels sont les intérêts du Hamas à Gaza ?
Le Hamas aimerait assurer une gestion à Gaza, en faire une réussite. Mais ce n’est pas évident à gérer pour eux car, comme je l’ai dit, ils doivent composer, indirectement et involontairement, avec d’autres groupuscules qui n’ont pas les mêmes volontés et les mêmes visions.

Doit-on parler des Gazaouites en terme de résistants ou de terroristes ?
Pour le gouvernement israélien, toute personne qui résiste est un terroriste. Mais dois-je rappeler ce qu’il a fait à Gaza en 2008 avec l’opération Plomb durci ? Toujours un « deux poids deux mesures ».

L’opinion publique israélienne est massivement derrière son gouvernement. Comment peut-on l’expliquer ?
Parce que l’opinion est conditionnée par le discours de la classe politique qui est majoritairement de dire « Il n’y a pas de partenaire du côté palestinien ». Le Hamas n’est pas une entité monolithique depuis des années. On sait qu’une bonne partie de ces gens ont compris ce qu’il fallait : partager la terre. Ahmad Yassine parlait même de 30 ans de trêve. Mais le gouvernement israélien n’en veut pas. On peut le voir avec la colonisation dans les territoires cisjordaniens qui se poursuit encore à l’heure actuelle.

A nouveau, c’est l’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens. Pourquoi ? Baudouin Loos a répondu à vos questions.

voir entretien ici

Finalement, pourquoi cette recrudescence de violence maintenant ?
C’est un enchaînement comme il y en a eu depuis tant d’années, comme on n’en compte plus d’ailleurs. C’est un ensemble d’éléments qui forment un cocktail qui, un jour, s’avère explosif. Maintenant, avec ce nouvel événement, la question est de savoir jusqu’où ça ira. Quoi qu’il en soit, pour moi, il n’y a qu’une seule issue à ce marasme: que Gaza cesse d’être assiégée économiquement et surtout, que les pourparlers de paix, en vue de la constitution d’un Etat paletinien soient menés à bien au plus vite.

source

Baudouin Loos : ON LE SAIT CETTE VIOLENCE NE RESOUT RIEN


Pourquoi le gouvernement de l’Etat d’Israël a-t-il pris la décision, lourde de conséquences, d’«éliminer» Ahmad Jaabari, chef incontesté de l’aile militaire du Hamas? Parce que le Hamas, «organisation terroriste», ne reçoit que ce qu’il «mérite» ? C’est bien la version officielle: des incidents armés avaient eu lieu, des roquettes tombaient sur Israël, il fallait frapper la tête du «serpent».Très bien. Sauf que cette version ne tient pas la route. Ahmad Jaabari n’était certes pas un enfant de choeur. Mais il se trouvait être celui avec qui Israël traitait, indirectement, depuis plus de cinq ans en matière de sécurité. Pour Aluf Benn, un analyste vétéran du journal israélien Haaretz, Jaabari était même le «contractuel d’Israël», chargé de protéger la frontière. Le Hamas, en tout cas, qui dirige la bande de Gaza, n’avait aucun intérêt à provoquer Israël. En revanche, d’autres groupes radicaux, difficiles à contrôler même par le Hamas, n’ont pas le même agenda.

Il faut aussi savoir que Jaabari a négocié maintes trêve avec Israël. Via les services secrets égyptiens et l’un ou l’autre intermédiaire israélien, tel Gershon Baskin (notamment très actif dans la libération du soldat israélien Gilad Shalit). Ce pacifiste ne cache pas sa colère depuis l’assassinat de Jaabari, «une erreur qui va coûter nombre de vies humaines des deux côtés», selon lui.

Mais alors, une fois encore, pourquoi tuer Jaabari? Comme souvent dans le passé d’Israël, il convient de chercher le gain électoral possible pour les membres du gouvernement. Le 22 janvier 2013, Israël connaîtra des élections législatives anticipées. Avec cette nouvelle guerre qui commence, les Israéliens vont à nouveau se serrer les coudes devant la «menace» du Hamas… Cette théorie est notamment celle de Baskin, de Benn et aussi d’Uri Avnery, ex-député et vétéran du camp de la paix en Israël.

Au demeurant, et ce n’est peut-être pas une coïncidence, ce nouveau cycle de violence handicape les efforts palestiniens à l’ONU pour tenter d’obtenir un statut d’Etat non membre auprès de l’Assemblée générale.

Pour le reste, les «représailles» israéliennes ne résolvent rien. Le cycle est trop connu. Au terme de l’offensive israélienne, aérienne ou même terrestre, les Gazaouis seront une fois de plus assommés et… plus que jamais défiants. Les tirs de roquette visant les civils israéliens sont sans doute des crimes de guerre. Mais que dire, alors et par exemple, des bombes israéliennes qui ont coûté la vie à plus de 300 enfants à l’hiver 2009-2010?
BAUDOUIN LOOS Le Soir