En Syrie, l’armée d’Assad massacre les habitants qui n’ont pas pu fuir Daraya


de Mediapart :

10 décembre 2012 | Par Caroline Donati

Les informations circulent à nouveau entre la Syrie et l’étranger. Il est vrai que le black-out imposé par le régime qui, durant trois jours, avait coupé réseaux téléphoniques et internet dans tout le pays la semaine dernière, n’a pas empêché les activistes syriens de continuer à retransmettre des informations de ce qui se passe sur le terrain, grâce à des réseaux satellitaires.

Fragmentaires, ces communications laissent entrevoir l’étendue des destructions provoquées par les forces d’Assad et en particulier de son aviation, engagées dans une bataille contre les banlieues de la capitale, Damas. Ces faubourgs sont désormais sous le contrôle des révolutionnaires et des combattants de l’Armée syrienne libre. Il y a une semaine, les rebelles parvenaient à abattre un avion de l’armée syrienne dans la région de la Ghouta orientale, la campagne qui borde les périphéries est de Damas.

Les combats aux périphéries de Damas sont particulièrement féroces à Douma, la « capitale » de cette Ghouta orientale, et au sud-est à Jaramanah, dans le périmètre de la route de l’aéroport international. Ils en feraient presque oublier une offensive particulièrement meurtrière qui se déroule dans une autre banlieue de la capitale tout aussi stratégique pour le régime : Daraya.

Plongée dans le noir et privée d’Internet depuis maintenant trois semaines, cette banlieue sud-ouest qui commande la route de Dera’a dans le sud du pays, est en passe de connaître le même sort que Alep, et avant Homs. La ville est soumise à un siège depuis le début du mois de novembre et devient un vaste champ de ruines, que parcourent combattants et activistes pour témoigner des destructions. Des images authentifiées ont ainsi été transmises. Par exemple, celles-ci datées du samedi 1er décembre, qui montrent les ruines d’une école de Daraya et des rues environnantes :

ou ici :

Syrie. Qui veut « terroriser » les habitants de Jaramana ? (1/2)


Mercredi 28 novembre 2012 au matin, la ville de Jaramana, dans la proche banlieue de Damas, a été secouée par une quadruple explosion. Il s’agissait d’un acte « terroriste »… puisqu’il était destiné à « terroriser » ses habitants. La première explosion, à 6h35, a été provoquée par une bombe sonore de faible puissance, placée sous une voiture parquée à côté d’une station-service, non loin de la Place du Président. Le second engin, dissimulé sous une autre voiture garée de l’autre côté de la station, a explosé quelque 10 minutes plus tard. A la différence de la première bombe, qui n’avait pas eu de conséquences dramatiques, celle-ci a tué sur le coup plusieurs dizaines d’habitants, de 30 à 70 selon les témoins. Ils s’étaient précipités pour porter secours aux éventuelles victimes du premier engin. Elle a également provoqué des dizaines de blessés, dont le nombre exact, de 80 à 120, reste aussi imprécis. Les deux autres bombes ont sauté près d’une heure plus tard, à quelques centaines de mètres de là, l’une dans le quartier Al Qariyât (à l’ouest de la place), l’autre à l’angle du carrefour de la rue Al Nahdha (à 500 mètres plus au sud). Elles n’ont provoqué que des dégâts matériels bénins. Il ne s’agissait pas d’attentats suicides, contrairement à ce que les médias officiels avaient immédiatement affirmé : aucun cadavre ou reste de kamikaze n’a été découvert sur les lieux.

Jaramana et son environnement

Lire la suite ici