Yasiin Bey (aka Mos Def) alimenté de force style Guantánamo Bay


Que nos lecteurs sensibles soient avertis : ces images peuvent choquer. A la veille du ramadan, le rappeur Mos Def a voulu mettre un coup de projecteur sur les grévistes de la faim dans la prison américaine de Guantanamo. Le rappeur américain, âgé de 39 ans, a participé dans ce but à une vidéo choc, dans laquelle plusieurs personnes essaient de le gaver de force, comme les détenus qui refusent de s’alimenter.

svp diffusez !

A Julien Clerc


 

julien_clerc1

Monsieur,

 

Il y a quelques années, j’avais été scandalisé par une chanson « Utile » qui disait :

 

« A quoi sert une chanson

Si elle est désarmée? »,

Me disaient des chiliens,

Bras ouverts, poings serrés.

Comme une langue ancienne

Qu´on voudrait massacrer,

Je veux être utile

À vivre et à rêver.

 

Elle était chantée par un certain Julien Clerc, un de vos homonymes sans aucun doute, car votre concert à Tel-Aviv démontre bien que vous n’êtes pas de ce bord-là.

 

C’est avec respect que j’ai suivi votre courageuse résistance aux viles protestations des droitsdel’hommistes étrangers et à ces traîtres d’Israéliens qui vous demandaient de ne pas collaborer avec un Etat qui colonise et oppresse un peuple autochtone, vole les maisons, l’eau et les terres, impose des lois d’apartheid, applique le nettoyage ethnique, l’emploi systématique de la torture, même sur des gosses de 12 ans (Rapport de l’ONU du 20/6/2013)… et autres joyeusetés de ce régime qui se prétend démocratique.

Ces ringards de BDS n’ont rien compris à la noblesse de la croisade, vous oui!

 

J’ai apprécié votre clairvoyance en réservant votre premier et unique interview en Israël à « JSS News », sympathisant bien connu de l’extrême droite française.

Preuve supplémentaire, s’il en fallait, des valeurs que vous défendez.

Je ne peux, de plus, qu’approuver votre belle réplique :  » l’engagement des artistes, c’est d’être consensuels. Ce sont des messages d’amour que les artistes envoient « .

Vous l’avez peut-être vu vous-même, pas de populace arabe à votre concert à Tel Aviv.

Le service d’ordre veillait à la « consensualité ».

 

J’ai admiré votre perspicacité en demandant au HCR de vous couvrir moralement – c’est toujours bon à prendre – et de déclarer avec force que vous ne faites pas de politique, rejoignant ainsi d’autres artistes, tels Astor Piazzola – il faisait de la musique, soutenait Videla et traitait les mères de la place de Mai de vieilles putes – Arno Breker (« Je ne fais pas de politique, je fais de la sculpture »), Drieu de la Rochelle (« je ne fais pas de politique, j’écris des poèmes »), Elia Kazan (« je ne fais pas de politique, je fais des films »)… et quelques autres qui méritent votre accolade fraternelle.

 

Toujours bien informé, vous avez aussi déclaré que « Tous les grands artistes sont venus en Israël et ce n’est pas leur vocation de régler les problèmes ».

Et vous aviez parfaitement raison!

Seuls des individus insignifiants ont refusé de venir nous soutenir, sous prétexte qu’ils ont une conscience : Ken Loach, Bruce Springsteen, Desmond Tutu, Eric Clapton, Jonny Depp, Eduardo Galeano, Bon Jovi, Naomi Klein, Pete Seeger, U2, Dustin Hoffman, Stevie Wonder, Henning Mankel, Gilles Vignault, Vanessa Redgrave, Stephen Hawking, etc.

Comme vous voyez, que des intellectuels et artistes de seconde zone!

 

J’espère que nous pourrons vous applaudir aux prochains meetings de ceux et celles qui comme votre Marine nationale, défendent notre Occident et que vous continuerez à afficher l’image de l’artiste souriant qui ne fait pas de politique… mais a « le cœur à gauche ».

 

Rudi Barnet

 

PS : J’aimais certaines de vos chansons et c’est avec tristesse que j’ai découvert l’homme.

A quoi sert une chanson, Monsieur Clerc, si les actes de l’auteur contredisent ses paroles?

Bon vent !

Egypte: le Premier ministre offre aux Frères musulmans d’entrer au gouvernement


 

– Publié le 09/07/2013 à 23:46

Le nouveau Premier ministre égyptien Hazem Beblawi va offrir aux Frères musulmans des postes au sein du gouvernement de transition qu’il a été chargé mardi de former, six jours après que l’armée eut déposé le président islamiste Mohamed Morsi, a annoncé l’agence de presse officielle Mena citant un porte-parole de la présidence.

« Quelques postes au gouvernement seront offerts au Parti de la Liberté et de la Justice » (PLJ), le bras politique des Frères musulmans, a déclaré ce porte-parole, Ahmed al-Muslimani.

Un temps pressenti pour devenir Premier ministre, le Prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei, figure de l’opposition laïque, devient, quant à lui, vice-président chargé des relations internationales, a précisé le porte-parole de la présidence.

Ces annonces sont survenues le jour-même où les Frères musulmans enterraient les dizaines de manifestants tués lundi au cours d’un rassemblement en faveur de M. Morsi au Caire. Si les Frères ont appelé au « soulèvement » après ce « massacre », aucun incident n’a été rapporté.

Le nouveau Premier ministre est un économiste de tendance libérale âgé de 76 ans qui a fait une longue carrière dans des institutions égyptiennes et internationales.

Hazem Beblawi a été vice-Premier ministre et ministre des Finances en 2011, pendant la période de transition sous la direction militaire ayant suivi la chute de Hosni Moubarak.

Il aura la lourde tâche de redresser une économie en particulier en proie à la chute du tourisme, à un effondrement des investissements étrangers et à une baisse importante de ses réserves en devises.

Peu après cette nomination, l’armée a mis en garde contre toute perturbation du « délicat et complexe » processus de transition, dans une déclaration publique.

Le choix de M. Beblawi intervient après plusieurs jours de discussions et le retrait du principal parti salafiste, al-Nour -qui avait soutenu le coup de force militaire aux côtés de mouvements majoritairement laïques- en raison des violences ayant fait des dizaines de morts parmi les partisans de M. Morsi au Caire.

Dans une tentative de relance de la transition, le président par intérim, Adly Mansour, a émis dans la nuit de lundi à mardi un communiqué dans lequel est prévue une révision de la Constitution de 2012.

La loi fondamentale amendée devra être validée par référendum avant l’organisation d’élections législatives d’ici au début de 2014.

Mais un haut responsable des Frères musulmans a rejeté cette déclaration de M. Mansour : « Un décret constitutionnel par un homme nommé par des putschistes (…) ramène le pays à la case départ », a commenté Essam al-Erian, sur son compte Facebook.

Le groupe Tamarrod, à l’origine de la contestation contre M. Morsi, a de son côté exprimé des réserves, et déclaré préparer avec des experts une série d’améliorations.

Funérailles sous haute tension

Dans le même temps, des funérailles des victimes de lundi se déroulaient dans le climat d’extrême tension prévalant depuis la destitution par l’armée le 3 juillet du président islamiste, trois jours après des manifestations monstres de l’opposition.

Les violences de lundi matin au cours d’une manifestation en faveur de Mohamed Morsi devant le siège de la Garde républicaine au Caire ont fait au moins 51 morts et 435 blessés, selon les services des urgences.

Les Frères musulmans ont publié une liste avec les noms de leurs 42 partisans tués, tandis que police et armée ont fait état de trois morts dans leurs rangs.

Selon la confrérie, des soldats et des policiers ont ouvert le feu sans aucune raison sur les manifestants. Leur bras politique, le PLJ, a appelé au « soulèvement » et mis en garde contre « l’apparition d’une nouvelle Syrie », une allusion au confit qui ravage ce pays.

L’armée a dit avoir répliqué après une attaque de « terroristes armés ».

« Cela n’était pas une manifestation pacifique », les partisans de M. Morsi ont utilisé « des mitraillettes et des pistolets », a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Badr Abdelatty.

Le président par intérim a ordonné l’ouverture d’une enquête.

Mardi, une source judiciaire a indiqué à l’AFP que 650 personnes soupçonnées d’avoir voulu entrer de force dans le bâtiment de la Garde républicaine étaient interrogées.

Dès lundi, les autorités avaient décidé de fermer le siège du PLJ au Caire en raison de la découverte « de liquides inflammables, de couteaux et d’armes », selon un haut responsable de sécurité.

Malgré un appel de l’armée à lever les sit-in, des islamistes ont manifesté lundi soir dans plusieurs villes et, mardi matin, des milliers de partisans de M. Morsi étaient encore devant la mosquée Rabaa al-Adawiya, où le rassemblement dure depuis près de deux semaines.

Les pays étrangers ont manifesté leur vive inquiétude après les dernières effusions de sang, les heurts en Egypte ayant fait une centaine de morts en moins d’une semaine.

Mardi, les Etats-Unis, qui avaient exprimé leurs craintes face aux violences, ont toutefois affirmé être « prudemment encouragés » par le calendrier des élections.

L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont pour leur part devenus les premiers pays à apporter une aide financière, à hauteur respectivement de cinq et trois milliards de dollars.

source

Tour de France BDS


Plus de 200 femmes, hommes et enfants ont participé à l’extraordinaire BDS Tour qui a traversé 15 villes de France en juillet dernier. Ils ont rencontré à cette occasion des dizaines de milliers de personnes avec lesquelles ils ont communiqué, échangé sur la situation en Palestine, la campagne internationale BDS, et sur le pouvoir insoupçonné de la solidarité qui se moque des barrières que nos gouvernements tentent d’instaurer. Merci pour le sous titrage en anglais de cette vidéo !

source

Ils remettent ça cette année