Syrie : arrestation du peintre Youssef ’Abdelké


Du peintre Syrien Youssef ’Abdelké.

Nous venons d’apprendre l’arrestation de notre ami Youssef ’Abdelké à un barrage de l’armée syrienne à Tartous, à environ 160 kilomètres au nord-ouest de la capitale Damas et à 30 kilomètres au nord de la frontière libanaise.
Nous exigeons sa libération immédiate et demandons à l’opinion publique mondiale de se mobiliser dans ce sens.

(La Rédaction d’Assawra, 19 juillet 2013)

Syrie : l’attaque israélienne sur Lattaquié exige une riposte


anniebannie voit comme principal ennemi du peuple syrien son propre président, 
mais il est évident qu'Israël n'est pas venu porter secours au peuple syrien.

jeudi 18 juillet 2013 – 09h:25

Abdel Bari Atwan


C’est avec une grande inquiétude que nous avons entendu parler de l’attaque de missiles israéliens dans le port syrien de Lattaquié plus tôt ce mois-ci. L’attaque visait une livraison de missiles anti-navires de fabrication russe.

JPEG - 21.2 ko
Missiles sol-air russes S-300

Nous attendons une réponse stratégique qui permettrait de répliquer à cette attaque provocatrice qui profite de la faiblesse actuelle du monde arabe en raison des bouleversements régionaux et des guerres civiles.

Israël, soutenu par les États-Unis, ne veut pas qu’un pays arabe puisse disposer des systèmes permettant de protéger pleinement sa sécurité nationale, y compris ses ports et son espace aérien, ce qui explique les attaques israéliennes répétées sur les stocks et les livraisons d’armes en Syrie.

Nous n’avons pas d’informations fiables sur la cible principale dans la ville portuaire de la Syrie il y a six jours. Nous ne savons pas si les attaques de missiles israéliens sont survenues par air ou par mer, et si elles ont atteint leurs objectifs qui était de détruire les armes de fabrication russe.

Mais ce dont nous sommes certains, c’est que cette agression exige une réponse.

Dans le passé, nous avons souvent blâmé les pays arabes de rester silencieux contre ce genre d’agression, mais il est maintenant clair que certains pays arabes, gouvernements et groupes sont trop contents de voir les avions de guerre israéliens (leurs amis) attaquer un pays arabe comme la Syrie, parce que cela correspond à leurs intérêts du moment.

Être un ennemi du régime syrien est une chose, être un ennemi de la nation syrienne en est une autre…

Quand il y a deux options – être avec Israël ou être avec la Syrie – nous sommes sans aucune réserve avec ce dernier, ce qui vient des valeurs que nous défendons et de notre foi.

Israël, qui occupe des sites arabes sacrés, humilie le peuple de Palestine. De la mer au fleuve Jourdain, il est le premier ennemi de tous les Arabes et de tous les musulmans. Faire face à ses agressions contre un pays arabe ou musulman est un devoir moral et religieux, quelle que soit l’identité, la religion ou la communauté.

Nous sommes en désaccord avec le régime syrien depuis plus de vingt ans, mais ce désaccord ne doit pas nous faire négliger l’agression israélienne contre la Syrie.

Si ces missiles russes ne constituaient pas une grave menace pour Israël, ils n’auraient jamais été pris pour cible.

Nous blâmons le régime syrien et ses alliés de ne pas répondre à cette agression. Cela fait 10 ans qu’ils ont la possibilité de réagir, et pas seulement depuis aujourd’hui.

Une réponse est nécessaire. Quel que soit l’objectif central du moment, il faut mettre un terme à ces attaques israéliennes.

La Russie aussi se voit remise en cause par l’attaque puisque sans aucun doute, elle a également été visée par cette agression. La crédibilité de leur pays est minée si les Russes restent incapables de fournir la Syrie avec les armes requises à la suite de cette attaque. Cela aura des répercussions sur l’image de la Russie, non seulement dans le monde musulman ou arabe, mais dans le monde entier.

Nous condamnons fermement l’utilisation d’avions de guerre syriens contre des civils et nous condamnons fermement les destructions de quartiers d’habitations – nous avons pris cette position sur la crise syrienne depuis le premier jour et nous nous en tiendrons à cela. Mais nous n’allons pas une minute hésiter à nous lever contre toute agression israélienne contre la Syrie.

Les armes qu’Israël a détruites appartiennent au peuple syrien, tout comme les armes irakiennes étaient au peuple irakien. Ceci est un point clé, bien que malheureusement certains vont pointer un doigt accusateur sur nous.

Ainsi, je vais le dire encore et toujours : si nous devons choisir entre la Syrie et Israël, nous serons toujours du côté de la Syrie, tout comme le disait le célèbre adage andalou : « Je préfère faire paître les chameaux avec mes cousins ​​que les porcs du troupeau avec les colons étrangers ».

* Abdel Bari Atwan est palestinien et rédacteur en chef du quotidien al-Quds al-Arabi, grand quotidien en langue arabe édité à Londres. Abdel Bari Atwan est considéré comme l’un des analystes les plus pertinents de toute la presse arabe.

Du même auteur :

- Wadie Maswadeh, 5 ans… Arrêté par les troupes d’occupation – 13 juillet 2013

source