Manif à Raqqa pour le père Paolo…


Syrie: manifestations anti-jihadistes réclamant la libération d’un père jésuite

BEYROUTH, 12 août 2013 (AFP)

Des manifestations contre les groupes jihadistes se déroulent au quotidien dans la ville de Raqa, dans le nord de la Syrie, pour réclamer la libération de « centaines » de militants et d’un père jésuite, rapporte une ONG.
Le père italien Paolo Dall’Oglio avait disparu fin juillet quand il s’est rendu à Raqa à la rencontre de responsables du groupe jihadiste l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) pour négocier la libération de militants enlevés par ces radicaux.
« Des manifestations sont organisées depuis deux semaines pour réclamer la libération de centaines de civils » enlevés par l’EIIL, dont père Dall’Oglio, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). « La Syrie est libre! L’Etat islamique (en Irak et au Levant) dehors! », selon les slogans des manifestants rapportés par l’ONG qui s’appuie sur un vaste réseau de militants et de médecins sur le terrain.
L’Observatoire a décrit père Dall’Oglio comme un « messager de la paix » et un « ami de l’opposition syrienne » luttant contre le régime de Bachar al-Assad. Connu pour son charisme et ses bonnes relations avec les militants pacifiques anti-régime, le père jésuite avait pris des positions très fermes contre la répression armée du régime de Bachar al-Assad, et avait été contraint par les autorités ecclésiales de son diocèse à partir, avant de revenir à une date indéterminée.
Il avait rencontré différents responsables arabes et occidentaux, pour faire prévaloir l’idée du soutien à l’opposition démocratique, seule manière selon lui d’éviter une dérive islamiste.
Raqa est la seule capitale provinciale tombée aux mains des rebelles depuis le début de la révolte lancée contre le régime en mars 2011 et qui s’est transformée par la suite en une guerre civile.

Promotion Soda Stream


Lettre au journal La Libre

J’apprends que la Libre Belgique offre une machine Soda Stream à toute personne qui souscrit à un an d’abonnement.
Bravo!

Vous ne pouvez pas ignorer que ce produit est fabriqué dans la colonie Ma’ale Adumin, en Palestine occupée et que les colonies sont illégales.

Que la Cour de Justice des Communautés européennes  estime que les autorités communautaires doivent refuser de reconnaître l’origine israélienne de ces produits étant donné que les colonies israéliennes sont illégales (1/11/2009, Luxembourg, Cour de Justice des Communautés européennes, communiqué de presse n° 97/09).

Que l’Union Européenne a publié tout récemment une directive qui stipule que « tous les accords entre l’Etat d’Israël et l’UE doivent indiquer sans ambiguïté et explicitement qu’ils ne s’appliquent pas aux territoires occupés par Israël en 1967, c’est à dire la Cisjordanie, Jérusalem-Est, la bande de Gaza et le plateau du Golan », étant donné que les territoires palestiniens ne sont ni “controversés”, ni “disputés”, ni “discutés” (comme le prétend Israël) mais OCCUPES et que cette occupation est illégale.

Le quotidien israélien Haaretz: « Cette directive qui s’applique aux 28 Etats membres de l’UE interdit tout financement, coopération, bourses, fonds de recherche ou remise de prix à qui que ce soit résidant dans les colonies installées en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, qu’il s’agisse d’institutions privées ou publiques »

Que le fonds de pension géant TIAA-CREF a retiré la société israélienne de plus en plus controversée Soda Stream de son portefeuille.
( http://www.info-palestine.net/spip.php?article13798)

Steve Tamari, investisseur TIAA-CREF :
« Je salue l’information selon laquelle, en tant qu’investisseur TIAA-CREF, je n’aurai plus à profiter de SodaStream dont le principal site de production se trouve dans une colonie illégale sur la terre palestinienne en Cisjordanie occupée par les Israéliens. J’exhorte TIAA-CREF à retirer de son portefeuille les autres sociétés qui profitent de la confiscation des terres palestiniennes et contribuent à l’expansion des colonies illégales. J’espère dans les prochaines années voir TIAA-CREF se désinvestir de Veolia, multinationale à base française, qui opère dans le transport, le traitement des eaux et les services d’ordures ménagères au profit des colonies israéliennes illégales sur la terre palestinienne en Cisjordanie occupée. »

Que nous apprenions en octobre 2009 que le fabricant israélien d’appareils à mettre du gaz dans l’eau plate Soda Club, installé dans la colonie de Maale Adumim en territoire palestinien occupé, était appelé à rendre des comptes devant un tribunal de Hambourg ( http://www.europalestine.com/spip.php?article4435&lang=fr).

En faisant la promotion de Soda Stream, vous collaborez avec la politique criminelle israélienne, qui pratique un apartheid impitoyable à l’égard des Palestiniens et continue à braver le Droit International et donc les Droits de l’Homme, dont il ne respecte pas un des articles.

Vous espérez peut-être ainsi soudoyer quelques nouveaux lecteurs. Cette politique promotionnelle aura surtout pour résultat d’entacher  l’image de votre Journal.

Bien à vous,

M.P.