Tesfay secouru par les passagers de Ethiopian Airlines


Anne-Catherine de Neve est avec Michele De Myttenaere.

Ce soir, le vol ETH729 de la Ethopian Airlines à destination de Addis Abeba s’est envolé de Bruxelles à l’heure.

A son bord, il n’y avait pas Tesfay, un jeune éthiopien que la Belgique a tenté d’expulser malgré ses craintes de se faire emprisonner et/ou tuer s’il retourne au pays. Un jeune homme dont la femme et la fille sont actuellement en Angleterre. Un jeune homme que la Belgique a gardé emprisonné pendant plus de 210 jours.

A bord du vol ETH729, des dizaines – des centaines peut-être – de passagers courageux qui se sont opposés à son expulsion. Quand Tesfay est monté, encadré de son escorte policière, ils se sont levés pour manifester leur désaccord avec l’expulsion violente vers un pays où Tesfay craint pour sa vie et sa sécurité.

Les passagers du vol ETH729, comme un seul homme et une seule femme, se sont levés.

Passagers, passagères du vol ETH729, nous vous adressons ce message. Quand Michele et moi, nous vous parlions de Tesfay dans la file d’embarquement, je vous prenais pour des gens ordinaires. Occupés avec leur vie, leur soucis, leur famille. Mais je me trompais. Vous êtes des héros. Vous vous êtes levé.e.s pour prendre la défense d’un inconnu. Il n’y a cependant rien de plus difficile que de prendre la défense de celui qu’on ne connait pas. Rien ne vous y obligeait. Vous aviez votre vie à mener. Vos soucis à régler. Vos familles à aimer. Et pourtant vous l’avez fait. Vous avez écouté votre coeur et votre courage. Et vous vous êtes levé.e.s pour un inconnu.

En vous levant, vous avez transformé cet inconnu enchaîné en humain. En frère. Et vous l’avez sauvé. La police belge a été obligée de le débarquer. Ce soir, il est de retour en centre fermé. Avec quelques contusions car il a été battu par les policiers à sa descente d’avion mais encore en vie. Ici où il nous reste une chance de l’aider. Et pas là-bas, où il n’en aura pas.

Ce soir, nos pensées vont vers vous, passagers du vol ETH729. Je voudrais vous connaître. Je voudrais vous dire cette peur et cette joie qui ont été les nôtres. Je voudrais vous serrer dans mes bras et vous prendre dans mon coeur. Nous ne vous oublierons pas.

Ce soir, vous tous qui étiez dans cette file d’embarquement, vous m’avez appris que chacun d’entre nous est un passager du vol ETH729. Ce soir, mes pensées s’envolent vers tous ceux qui seront eux aussi, un jour certainement, des passagers du vol ETH729 mais qui ne le savent pas encore.

Et si l’occasion de devenir un passager du vol ETH729 ne se présente pas dans votre vie, vos soucis, votre famille, n’attendez pas. Créez-là.