Le rôle de l’Occident dans l’expansion des colonies illégales d’Israël


Des mots mais pas d’action :

Par : Ramzy Baroud

Le tumulte international en réponse à l’approbation par Israël d’une expansion massive de ses colonies illégales en Cisjordanie occupée peut donner l’impression qu’une telle réaction pourrait, en théorie, forcer Israël à abandonner ses plans. Hélas, il n’en sera rien, car les déclarations de « préoccupation », de « regrets », de « déception » et même de condamnation pure et simple sont rarement suivies d’actions significatives.

Certes, la communauté internationale dispose d’un cadre de référence politique, et même juridique, concernant sa position sur l’occupation israélienne de la Palestine. Mais malheureusement, elle n’a pas de véritable mandat politique, ni l’envie d’agir individuellement ou collectivement pour mettre fin à cette occupation.

C’est précisément la raison pour laquelle il est peu probable que l’annonce faite le 27 octobre par Israël, selon laquelle il a donné son « approbation finale » à la construction de 1 800 unités de logement et son approbation initiale pour 1 344 autres unités, soit annulée de sitôt. Il faut garder à l’esprit que cette décision est intervenue deux jours seulement après une annonce antérieure selon laquelle le gouvernement israélien avait lancé des appels d’offres pour la construction de 1 355 unités de logement en Cisjordanie occupée.

Israël est rarement, voire jamais, revenu sur de telles décisions depuis son établissement sur les ruines de la Palestine historique. De plus, depuis l’occupation par Israël de Jérusalem-Est, de la Cisjordanie et de la bande de Gaza en 1967, le projet colonial israélien est resté en expansion constante et sans entrave. 54 ans auraient dû suffire à la communauté internationale pour se rendre compte qu’Israël n’a pas la moindre intention de mettre fin à son occupation militaire de son propre chef, de respecter le droit international et de cesser la construction de ses colonies illégales.

Pourtant, malgré ce fait évident, la communauté internationale continue de publier des déclarations, modérées dans leur langage, parfois même en colère contre d’autres, mais sans jamais prendre une seule mesure pour punir Israël.

Un examen rapide de la réaction du gouvernement américain à la nouvelle de l’expansion des colonies témoigne du manque de sérieux de Washington face au mépris permanent d’Israël pour le droit international, la paix et la sécurité au Moyen-Orient.

« Nous nous opposons fermement à l’expansion des colonies », a déclaré le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, ajoutant que la décision israélienne est « totalement incompatible avec les efforts visant à faire baisser la tension et à assurer le calme. »

Depuis quand Israël se préoccupe-t-il de « faire baisser les tensions » et de « garantir le calme » ? S’il s’agissait là d’exigences et d’attentes américaines vraiment importantes, pourquoi alors les États-Unis continuent-ils à verser des milliards de dollars par an en aide militaire à Israël, sachant parfaitement que ces armements seront utilisés pour soutenir l’occupation israélienne illégale de la Palestine et d’autres terres arabes ?

Si, pour les besoins de l’argumentation, nous supposons que Washington change enfin de politique à l’égard d’Israël et de la Palestine, comment compte-t-il faire pression sur Israël pour qu’il cesse la construction de colonies ? M. Price a la réponse : L’administration Biden « soulèverait nos points de vue sur cette question directement avec de hauts responsables israéliens lors de nos discussions privées », a-t-il déclaré le 26 octobre. « Évoquer notre point de vue », par opposition à demander des comptes, menacer de représailles ou, ce qu’à Dieu ne plaise, retenir des fonds.

S’il est vrai que le gouvernement américain est le principal bienfaiteur occidental d’Israël, Washington n’est pas la seule administration hypocrite à cet égard. Les Européens ne sont pas fondamentalement différents, même si leurs déclarations sont peut-être un peu plus fortes en termes de langage.

« Les colonies sont illégales au regard du droit international et constituent un obstacle majeur à la réalisation de la solution à deux États et à une paix juste, durable et globale entre les parties », peut-on lire dans une déclaration publiée par le bureau du chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, le 29 octobre.

Cette déclaration reflète exactement les sentiments et le langage de nombreuses déclarations publiées dans le passé, qui « rejettent fermement » l’action israélienne et « exhortent » le gouvernement israélien à « revenir » sur ses récentes décisions au nom d’une « paix durable », etc. On peut même s’amuser à affirmer que la préparation de ces déclarations doit être le travail de bureau le plus facile dans les bureaux de l’UE, puisqu’il s’agit essentiellement d’un simple « copier-coller ».

Pourtant, une fois encore, lorsqu’il s’agit d’agir, Bruxelles, comme Washington, s’abstient d’en prendre. Pire, ces entités financent souvent l’action même qu’elles dénoncent, tout en insistant sur le fait qu’elles se tiennent exactement à la même distance entre Israéliens et Palestiniens, s’attribuant des rôles de « courtiers en paix honnêtes », de « médiateurs de paix », etc.

Il ne faut pas être le moins du monde surpris par la récente annonce d’Israël. En fait, nous devons nous attendre à une nouvelle expansion des colonies et même à la construction de nouvelles colonies, car c’est ce que l’Israël colonial fait le mieux.

En l’espace de quelques jours, Israël a annoncé son intention de construire, ou de lancer des appels d’offres pour, près de 4 500 unités de peuplement. Comparez ce chiffre avec l’expansion des colonies pendant le mandat de Donald Trump. « Israël a promu des plans pour plus de 30 000 maisons de colons en Cisjordanie pendant les quatre années où (Trump) était au pouvoir », a rapporté la BBC, citant un groupe israélien, Peace Now, dans ses récentes conclusions.

Ces chiffres à l’esprit, si le gouvernement israélien sous Naftali Bennett continue avec ce rythme précipité de construction de logements illégaux, il pourrait potentiellement égaler – et même dépasser – l’expansion qui a eu lieu pendant les terribles années de l’ère Trump. En l’absence de responsabilité, ce paradigme politique catastrophique restera en place, indépendamment de qui gouverne Israël et de qui réside à la Maison Blanche.

Israël fait ce que fait toute puissance coloniale. Il s’étend au détriment de la population autochtone. Ce n’est pas aux puissances coloniales qu’il incombe de se comporter correctement, mais au reste du monde de leur demander des comptes. C’était vrai dans le cas de l’apartheid sud-africain et de nombreux autres exemples dans le Sud. C’est également vrai dans le cas de l’apartheid israélien en Palestine.

La vérité est que mille ou un million de déclarations supplémentaires de la part des gouvernements occidentaux ne mettront pas fin à l’occupation israélienne, ni même ne ralentiront le rythme des bulldozers militaires israéliens qui déracinent les arbres palestiniens, détruisent les maisons et construisent encore plus de colonies illégales. Si les paroles ne sont pas suivies d’actions – ce qui est tout à fait possible, compte tenu de l’énorme influence militaire, politique et économique que l’Occident exerce sur Israël – alors l’Occident reste partie prenante dans ce conflit, non pas en tant que « courtier de la paix », mais en tant que soutien direct de l’occupation et de l’apartheid israéliens.

  • Ramzy Baroud est auteur et rédacteur en chef de Palestine Chronicle. Son dernier livre s’intitule The Second Palestinian Intifada : A Chronicle of a People’s Struggle (Pluto Press, Londres). – ramzybaroud@anniebannie
  • Traduit avec deepl. Source