Réactions à la mort de Ben Laden


ISAF : Un « coup énorme »
L’opération qui a visé Oussama Ben Laden (…) a clairement porté un coup énorme à el-Qaëda et ses membres », s’est félicitée la force de l’OTAN en Afghanistan (ISAF). Le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a néanmoins tenu à souligner que « le terrorisme continue de menacer directement notre sécurité et la stabilité internationale », et que « les alliés de l’OTAN et leurs partenaires devaient donc continuer à mener leur mission » en Afghanistan « afin de s’assurer que ce pays ne redevienne jamais un havre pour l’extrémisme ».

Iran : Plus de raison à une présence militaire US dans la région
L’Iran a estimé que la mort de Ben Laden enlevait aux États-Unis et à leurs alliés toute « excuse pour déployer des forces au Moyen-Orient sous prétexte de lutter contre le terrorisme ». L’Iran à majorité chiite a toujours considéré el-Qaëda comme une menace pour sa sécurité. Téhéran n’avait pas protesté et avait même coopéré avec les forces occidentales lorsqu’elles étaient intervenues en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001.

Les talibans pakistanais crient vengeance
« Si (Ben Laden) a connu le martyre, nous vengerons sa mort et lancerons des attaques contre les gouvernements américain et pakistanais ainsi que leurs forces de sécurité, ces gens sont en fait les ennemis de l’islam », a déclaré le porte-parole du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), Ehsanullah Ehsan, dans un entretien téléphonique avec l’AFP depuis un lieu inconnu.

Karzaï appelle les talibans à cesser le combat
« Oussama a payé pour ses actes, puisse Dieu faire cesser ainsi les actions terroristes », a déclaré le président afghan, Hamid Karzaï. « Nous appelons les talibans à tirer les leçons de ce qui s’est passé hier et à cesser le combat, à cesser de détruire leur pays et de tuer leurs frères musulmans et les fils de ce pays, et de prendre le parti de la paix et de la sécurité », a-t-il ajouté.

Haniyeh condamne
« Nous condamnons l’assassinat de tout moujahid (combattant islamique) et de tout individu, musulman ou arabe, et nous demandons à Dieu de lui accorder sa miséricorde », a déclaré le chef du gouvernement du mouvement palestinien Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh. M. Haniyeh a exprimé cette condamnation « malgré les différences d’interprétation entre nous », en allusion au jihadisme mondialisé d’el-Qaëda, qui se distingue de l’objectif des mouvements palestiniens, y compris islamistes, concentrés sur la lutte contre Israël.

Le Caire : « Pas de commentaire »
« Concernant la mort annoncée de Ben Laden, l’Égypte est contre toutes les formes de violence. Le gouvernement égyptien n’a pas de commentaire », a déclaré le chef de la diplomatie égyptienne Nabil al-Arabi à l’issue d’une rencontre au Caire avec son homologue britannique William Hague.

Forums jihadistes : incrédulité, colère et menaces
Sur les forums jihadistes, les premières réactions, traduites en anglais par les instituts américains SITE et Jihadology, à la mort annoncée d’Oussama Ben Laden allaient de l’incrédulité à la colère, en passant par les menaces contre l’Amérique.
« Si c’est vrai, c’est un moment de honte pour le peuple pakistanais qui n’est pas parvenu à protéger un héros de l’islam », a posté l’un des contributeurs. « Si Dieu le veut, l’information est fausse », écrit un autre internaute. « Si c’était vrai, c’est une catastrophe. » Sur le forum Shumukh al-islam, un contributeur a posté : « Les lions resteront des lions et continueront sur les traces d’Oussama. Ô Allah, l’Amérique ne connaîtra pas la sécurité aussi longtemps que nous ne la connaîtrons pas en Palestine. »
Un autre internaute écrit : « Si c’est vrai, nous devons remercier Allah que l’Amérique n’ait pas été capable de le capturer vivant. Sinon, ils l’auraient humilié comme Saddam Hussein. Au moins il a vu s’exaucer son plus grand désir, mourir en martyr. »
Un autre, commentant les images de foules américaines en liesse à New York et Washington, a posté : « Ces réjouissances sont amusantes. Fêtez la nouvelle tant que vous voulez, kouffar (mécréants). Car vous n’avez que peu de temps ici-bas pour le faire. Puis vous serez confrontés à la réalité. »
Un autre contributeur, incrédule, assure penser que « les Américains font cela pour avoir une bonne excuse pour quitter l’Afghanistan cette année ».

AQPA : « une catastrophe »
Un membre de l’AQPA, branche saoudo-yéménite d’el-Qaëda, a affirmé que la mort de Ben Laden constituait une « catastrophe ». « Au début, nous n’avons pas cru à cette information, mais nous sommes entrés en contact avec nos frères au Pakistan qui nous l’ont confirmée », a déclaré à l’AFP un membre qui a refusé d’être identifié. Il a indiqué que les responsables de l’AQPA allaient tenir une réunion dans le sud du Yémen où le réseau est fortement implanté pour publier un communiqué sur « l’avenir du jihad dans la période à venir ».
Un chef local de groupes intégristes dans la province sudiste d’Abyane, cheikh Khaled Abdel Nabi, un vétéran de la guerre d’Afghanistan, a affirmé à l’AFP que « mille Oussama Ben Laden » prendront la relève du chef d’el-Qaëda pour « combattre les juifs et les chrétiens ».

Au Yémen, politisation de l’affaire
« Nous espérons que la mort de Ben Laden sera le début de la fin pour le terrorisme », a déclaré à l’AFP un responsable de la présidence yéménite qui a requis l’anonymat. Mais ses détracteurs l’accusent de brandir la menace d’el-Qaëda pour continuer à jouir de l’appui de l’Occident. Les jeunes contestataires qui campent sur une place à Sanaa depuis le 21 février pour réclamer le départ du président Saleh ont ainsi estimé que « l’éradication du terrorisme n’est possible qu’en renversant les régimes despotiques qui poussent certains jeunes, par désespoir, vers la lutte armée ».

Riyad soulagé
« L’Arabie saoudite espère que l’élimination du chef de l’organisation terroriste el-Qaëda constituera un pas vers le renforcement des efforts internationaux visant à lutter contre le terrorisme et démanteler ses cellules », a affirmé un communiqué officiel.
Dans la rue, les sentiments au sujet de Ben Laden, fils d’une riche famille saoudienne déchu de sa nationalité saoudienne en 1994, étaient partagés. « Oussama Ben Laden était responsable de la mort de milliers de gens à travers le monde, pour la plupart des musulmans », affirmait Abou Firas, un fonctionnaire. « Et la voie qu’il a tracée a répandu la haine et accolé à l’islam l’image de terrorisme », ajoute-t-il. « Il est mort en martyr, et c’est ce qu’il recherchait depuis les années du jihad contre les Soviétiques en Afghanistan. Que son âme repose en paix », affirmait, pour sa part, Abdallah Mohammad, un employé de 33 ans. Quant à Ismaïl Nasser, un étudiant, il est tout à la fois « triste en raison de la manière dont il a été tué par les forces américaines, et soulagé car j’espère que les sentiments de haine à l’égard des musulmans vont s’atténuer ».

L’Irak « ravi »
« Comme de nombreuses nations du monde, nous sommes ravis de voir la fin de sa mentalité et de son idéologie déviantes », a déclaré le ministre des Affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari à l’AFP, soulignant que des milliers d’Irakiens étaient morts « à cause de son idéologie ».

Paris : « Justice est faite »
La France « salue la ténacité des États-Unis » après la mort de Ben Laden, un « événement majeur de la lutte mondiale contre le terrorisme », a déclaré le président Nicolas Sarkozy dans un communiqué. La France estime que « pour les victimes (de Ben Laden), justice est faite ».

Inde : Le Pakistan est un « sanctuaire » du terrorisme
« Nous prenons note avec une grande inquiétude de la partie du communiqué dans laquelle le président Obama déclare que l’opération dans laquelle Oussama Ben Laden a été tué a eu lieu à Abbotabad profondément à l’intérieur du Pakistan », a déclaré le ministre indien de l’Intérieur, P. Chidambaram. « Ce fait souligne notre préoccupation selon laquelle des terroristes appartenant à différentes organisations trouvent un sanctuaire au Pakistan », a-t-il ajouté.

Frères musulmans : L’une des causes de la violence dans le monde a disparu
« Avec la mort de Ben Laden, l’une des causes de la violence dans le monde a disparu. (…) Le moment est venu pour Obama de retirer ses troupes d’Afghanistan et d’Irak, et de mettre fin à l’occupation des forces américaines et occidentales à travers le monde, qui nuit depuis longtemps aux pays musulmans, a déclaré Essam al-Erian, membre de la direction des Frères musulmans. Il est temps que le monde comprenne que violence et islam ne sont pas liés et qu’établir un lien entre les deux est une erreur intentionnelle des médias. »

Pour le Kenya, « un acte de justice »
Le président kényan Mwai Kibaki a salué la mort de Ben Laden comme « un acte de justice » pour les victimes de l’attentat meurtrier contre l’ambassade des États-Unis à Nairobi en 1998. Le 7 août 1998, deux véhicules piégés avaient explosé quasi simultanément près des ambassades des États-Unis à Nairobi et Dar es-Salaam en Tanzanie, faisant au total 224 morts et plus de 5 000 blessés.

Ban : Tournant dans la lutte antiterroriste
« La mort d’Oussama Ben Laden constitue un tournant dans notre lutte commune et globale contre le terrorisme », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, devant la presse.

Retour à l’article principal