Rik Wouters, une rétrospective


Publicités

Arrangement pour Piano de la prière de G BRASSENS,à la mémoire du peintre palestinien MUSTAFA AL HALLAJ


[youtube https://youtu.be/Q1gWSqxtjOM?]

Né à Salama, près de Jaffa en 1938, chassé de Palestine en 1978, il apprit la sculpture à Louksor de 1957 à 1968. Il vivait à Damas où il la mort l’a frappé le 18 décembre 2002. Sculpteur, peintre, graveur, affichiste, poète, essayiste, Mustafa Al-Hallaj est un des pionniers de l’art palestinien contemporain. Homme d’une ouverture d’esprit remarquable et d’une immense générosité, Mustafa reste vivant dans notre cœur.

En souvenir de lui, voici : * Deux poèmes ci-dessous qu’il me livra l’été 1990. Ces poèmes dont il put lire la traduction que j’en fis, furent publiés dans Tempêtes de plûmes, Vitrysur-Seine, n° 2, 1994. * Un portrait de lui que j’écrivis en juin/juillet 1990 intitulé : « Mustafa Al-Hallâj, l’homme aux racines dans les nuages » Ce texte parut dans le même numéro de cette revue et plus tard dans la revue Les Cahiers de l’Orient, 1997. La vie est plus forte que la mort, gravure de Mustaphâ Al-Hallaj

voir ici 

 

Theo Jansen : strandbeest


[youtube https://youtu.be/MYGJ9jrbpvg?]

musique :   « Spartacus_Ballet Suite No. 2: Adagio » de Royal Philharmonic Orchestra/Yuri Temirkanov/John Fraser (Google PlayiTunes)

Theo Jansen et  ses sculptures vivantes, construites de tubes et de film plastique, de bouteilles vides et de cordelettes. Cette sculpture se nomme « Animaris umerus ». La voile sur le dessus capte le vent et ondule, l’énergie ainsi captée est stockée sous forme de pression dans les bouteilles qui la restitue aux pattes et permet à l’ensemble de bouger.