Dexia continue à financer la colonisation


La compagnie d’eau d’une colonie israélienne a reçu des crédits de +/- 470.000 euro en 2009

Durant l’Assemblée Générale de Dexia, le 11 mai 2011, la plate-forme « Palestine occupée – Dexia impliquée » a posé une question rélative à un prêt que Dexia Israël a accordé à une compagnie israélienne de distribution d’eau active dans le territoire palestinien occupé. Sur demande du président de Dexia, Jean-Luc Dehaene, nous publions ici les preuves nécessaires.

Bruxelles, le 14 septembre 2011

Recommandé

A : M. Jean-Luc Dehaene, président du Conseil d’Administration
CC : M. Pierre Mariani, administrateur-délégué de Dexia SA

Adresse : Place Rogier 11, 1210 Bruxelles

Afzender : ‘Palestine occupée – Dexia impliquée’ – p/a 53, Chaussée De Haecht, 1210 Bruxelles

Sujet : Les preuves pour les prêts de Dexia à la compagnie d’eau Yuvalim Bashomron en 2003

Monsieur le Président,

Durant l’Assemblée Générale de Dexia, le 11 mai 2011, vous avez demandé la preuve que Dexia-Israël a octroyé un prêt à une compagnie israélienne de distribution d’eau active dans le territoire palestinien occupé. Ci-dessous nous vous communiquons les données relatives à ces prêts. En annexe, veuillez trouver des extraits en hébreu.

En mai 2009, Dexia-Israël a octroyé deux prêts à la compagnie qui distribue l’eau potable à la colonie israélienne Ariël et qui se charge (qui devrait se charger) également de l’évacuation des eaux usées. Cette compagnie se dénomme Yuvalim Bashomron 2003 Inc (anciennement Mie Ariel Inc).

Les compagnies de distribution d’eau en Israël sont des sociétés publiques. Yuvalim Bashomron appartient à l’administration communale de la colonie Ariël. Donc contrairement à ce que vous affirmiez, Dexia Israël finance toujours des colonies illégales en territoire palestinien occupé.

Il s’agit de prêts respectivement de 1.950.000 NIS (environs 400.000 euros) et de 370.000 NIS (environs 70.000 euros), comme vous pouvez le lire aux points 5 et 6  du tableau ci-inclus.

Nous sommes persuadés que vous êtes parfaitement au courant de l’illégalité des colonies israéliennes et que vous connaissez le code éthique de Dexia concernant les droits de l’homme.

Dans le cas particulier qui nous occupe, les nuisances pour les Palestiniens sont évidentes. De la colonie Ariël, les eaux usées se déversent sans épurations sur les terres palestiniennes environnantes et s’infiltrent dans la nappe aquifère. Comme Yuvalim Bashomron est la seule compagnie de traitement des eaux, Dexia est co-responsable de la pollution des terres et de la nappe aquifère la rendant dangereuse à la consommation. En mars 2010, après une plainte de l’ONG Adam Teva Vedin, la Cour Suprême israélienne a déclaré la compagnie Yuvalim Bashomron comme responsable.

Ainsi, Dexia finance non seulement les colonies illégales mais met la vie des Palestiniens en danger. Nous attendons votre réaction.

Enfin nous vous rappelons que lors de l’A.G, sus mentionnée vous avez assuré que la vente de Dexia Israël serait finalisée avant la fin de l’été, nous devons constater que Dexia (maintient) s’accroche encore toujours à sa filiale en Israël. Nous voulons d’ores et déjà vous informer que l’action suivante pour dénoncer ce fait est en pleine préparation, et nous vous recommandons de retenir la date du 15 octobre 2011.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre considération la plus distinguée.

Mario Franssen
woordvoerder | porte-parole
‘Israël koloniseert – Dexia financiert’ | ‘Palestine occupée – Dexia impliquée’


83 organisations ont signés la plate-forme :

COBI – Coördinatie Boycot Israël (initiateur-initiatiefnemer), ABP, Action pour la Paix, ACV – Brussel-Halle-Vilvoorde, Algemene Centrale ABVV – Centrale Générale FGTB, Alliance for Freedom and Dignity (AFD), Artistes contre le Mur, Attac Vlaanderen, Attac Wallonie-Bruxelles, BBTK-SETCa, BDS-ULB, Brugs Palestina Comité, BRussells Tribunal, CNAPD – Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie, Conseil Consultatief Nord-Sud-Ville de Nivelles, Comac, Comité de Solidarité avec le Peuple Palestinien de Braine-L’Alleud, Comité Verviers Palestine, Coordination des Associations pour une Paix Juste au Proche-Orient (PJPO) du Brabant Wallon, PJPO Ittre, PJPO Mazerine, PJPO Nivelles, Divers & Actief, ECOLO, Egalité, FGTB Charleroi/Sud-Hainaut, FOS – Socialistische Solidariteit, Friends of the Earth Vlaanderen en Brussel, GAPP – Gents ActiePlatform Palestina, Gemeentes/Communes: Chapelle-Lez-Herlaimont,, Ciney, Ittre, Landen, Mouscron, Vielsalm, Viroinval, Geneeskunde voor het Volk – Schaerbeek, Génération Palestine, GROEN!, Groupe Palestine Santé, Initiatief Cuba Socialista (ICS), intal, intal-CDR regio Heist-op-den-Berg, Jesjoeroen-Jodendom tegen zionisme, Jong Groen!, Kif Kif, La Braise Culture asbl – Charleroi, LAP – Leuvense Actiegroep Palestina, LBC-NVK, LCR, LEF, Marianne Charleroi, Mouvement Chrétien pour la Paix, Mouvement Citoyen Palestine, Netwerk Vlaanderen, N-Z-Studenten Leuven, OWW: Hasselt, Heist-Goor – Hulshout vzw, Herk-de-Stad, Kessel-Lo, Leuven, Overpelt, Palestina Solidariteit, Pax Christi Charleroi, Plate-forme Charleroi-Palestine (22 associations), Peterschap Palestijnse Kinderen, PTB-PVDA, Recht op Migratie, Recht op Terugkeer, Reseau Financement Alternatif asbl, SCI, Solidarité Socialiste, SP.A, Steungroep voor Rechtvaardigheid en Vrede in Guatemala, The Palestinian Community in Belgium, UCOS, ‘t Uilekot, Une Autre Gauche, UPJB, Via Velo Palestine, Vrede vzw, Vredesactie, Vrouwen in ‘t Zwart Leuven, vzw Dialoog

44 communes et 2 provinces ont voté une motion :
Kapellen, Bierbeek, Blankenberge, Leuven, Watermaal-Bosvoorde, Affligem, Anderlues, Saint-Gilles, Landen, Ixelles, Linkebeek, Overpelt, Marchin, Zemst, Limbourg, Ans, Herent, Herzele, Nivelles, Seraing, Florennes, Ittre, Lommel, Sambreville, Anderlecht, Lessines, Pont-à-Celles, Saint-Josse-ten-Noode, Soumagne, Thuin, Le Roeulx, Couvin, Herstal, Doische, Momignies, Chapelle-lez-Herlaimont, Mouscron, La Louvière, Molenbeek, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Ciney, Floreffe, Vielsalm, Viroinval

Namur, Henegouwen

Vertaald door:

Philippe Dehenau

20110913_brief_dehaene_nav_av_dexia_water_FR.pdf 115.73 Ko

Le 14 mai, je dis non à la colonisation, je clôture mon compte Dexia


Rendez-vous ce samedi 14 mai, à 9H45, à Saint-Josse (métro Madou).

ici

Action de protestation contre le financement de la colonisation israéliennne par le groupe Dexia s.a. (ne concerne pas uniquement les clients chez Dexia!!! on a besoin de vous…)

Start: 14/05/2011 – 09:45

Le samedi 14 mai, dans la matinée, le groupe Intal Palestine organise une action de protestation à l’encontre de la politique de Dexia en palestine.

La filliale israélienne du groupe poursuit son financement de la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem. Vous trouverez toutes les informations sur la campagne via ce lien.

Nous cherchons des clients de la banque qui, lors de cette matinée, se rendront ensemble dans une même agence bruxelloise pour y clôturer leur compte. Cette action se déroulera trois jours après l’Assemblée Générale du groupe Dexia, le mercredi 11 mai.

Si vous désirez participer à cette action en posant cet acte symbolique, merci de remplir le formulaire et nous vous enverrons toutes les informations nécessaires.

E.

Dexia : des clients réagissent contre les liens avec l’occupation de la Palestine


COMMUNIQUE DE PRESSE:

– 60 clients de Dexia sont prêts à clôturer leur compte en protestation aux liens que Dexia continue d’entretenir avec les colonies illégales dans les Territoires Occupés palestiniens.
– 18 clients participent à l’action organisée à Bruxelles le 27 octobre et ont d’ores et déjà clôturé leur compte Dexia.
– 10 autres clients ont eux aussi clôturé leur compte.
– 35 autres ont promis de le faire dans le courant de la semaine.

Dexia n’a apporté aucun ajustement fondamental à sa politique en la matière.
a. Entre 2005 et 2007, Dexia Israël a fourni des crédits à 10 colonies illégales à hauteur de 5 millions d’euros. Ces crédits expirent en 2017.
b. En juin 2008, Dexia Israël a accordé un prêt de 8 millions d’euros à la ville de Jérusalem.
c. Entre juin 2008 et décembre 2009, Dexia Israël a géré 18 prêts à destination des colonies illégales, pour un montant total de 17,7 millions d’euros.
d. Dexia Israël joue un rôle central dans le financement par la loterie nationale israélienne « Mif’al Hapais ». Ce dernier participe au financement de 43 colonies illégales et c’est via des comptes de la banque Dexia Israël que les fonds sont transférés aux colonies.

Ces transactions contredisent l’affirmation selon laquelle Dexia aurait pris des initiative en vue de mettre fin à ses liens avec les colonies illégales.

Plus d’information concernant l’action et des photos par ce lien : http://www.intal.be/fr/fotoreports/des-clients-de-dexia-cloturent-leurs-compte-en-signe-de-protestation

Plus d’info:

Mario Franssen – 0498/54.16.42 – 02/209.23.50 – mario.franssen@intal.be
woordvoerder | porte-parole
‘Israël koloniseert – Dexia financiert’ | ‘Palestine occupée – Dexia impliquée’

A propos de la campagne :
http://www.intal.be/fr/article/chronologie-de-la-campagne-palestine-occupee-dexia-impliquee

Je clôture mon compte chez Dexia !


C’est un post bis.

Dexia continue à financer les colonies dans les territoires occupés palestiniens
mercredi 27 octobre 2010

La campagne effectue déjà depuis 2 ans une campagne contre le financement par Dexia des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens. Des cartes de protestation, des actions devant les bureaux de Dexia, des interpellations aux Assemblées Générales, des questions parlementaires, des entretiens avec la direction de Dexia, etc…. Dexia n’est pas attirée par cela. Peut-être qu’elle écoutera ses clients ? (Lire plus)

Que devez-vous faire ?

* Inscrivez-vous à l’action via le formulaire de contact.
* Bloquer le mercredi 27 octobre 2010 dans votre agenda. Nous vous attendons à 15h30 à Bruxelles. La semaine précédente, le 20 octobre 2010, nous organisons une session d’information sur l’action. Vous recevrez plus d’informations une fois l’inscription complétée.
* Informez-vous à l’avance dans une filiale Dexia sur la procédure à suivre. (1)
* Pensez à ouvrir un autre compte à l’avance. Vous trouverez des informations sur les banques éthiques via le Réseau Financement Alternatif.

En savoir plus sur la campagne ?

* Vous trouverez toutes les informations sur la campagne Dexia dans l’article ‘Chronologie de la campagne‘.
* Pour plus d’informations sur le contexte de la campagne, vous pouvez lire l’article ‘Dexia et les colonies israéliennes‘.

(1) Nous ne pouvons donner aucune procédure définitive parce que la clôture d’un compte dépend de nombreux facteurs. Est-ce un compte à vue ou un compte épargne, ou encore un autre compte ? Vous avez contracté un prêt, connaissez-vous les conditions ? Vous avez plusieurs compte et vous voulez commencez par clôturer 1 compte, etc.

Mario Franssen

Dexia et la colonisation : aidons la banque à informer ses clients


Jeudi, 23 Septembre 2010

Les clients de la banque DEXIA savent-ils que leur banque contribue fortement au financement de la colonisation de la Palestine ?

Peut-être ont-il accordé foi aux bonne paroles distillées par le président de DEXIA, M. Jean-Luc DEHAENE, lors de deux assemblée générales des actionnaires de Dexia à Bruxelles. Il a en effet affirmé, avec l’aplomb qu’on lui connaît, que la filiale israélienne de DEXIA a cessé de conclure de nouveaux contrats de financement avec les colonies juives en Cisjordanie.

De multiples preuves ont été récoltées en Israël – y compris des actes officiels comme des hypothèques – car DEXIA accepte des hypothèques sur des biens construits illégalement sur des terres volées (que ceux à qui la banque refuserait un crédit au logement s’en souvienne : DEXIA sait se montrer très accomodante dans certains cas) – qui démontrent que les assurances données par J-L DEHAENE ne sont que des balivernes.

La Plate-forme Charleroi-Palestine- toujours pleine de bonne volonté et de sollicitude – a donc voulu aider DEXIA à informer correctement sa clientèle en dotant une de ses agences du matériel publicitaire adéquat, que l’on peut voir sur la vidéo ci-dessous :

Dans ce quartier commerçant très vivant, l’agence DEXIA choisie est ordinairement très fréquentée en fin d’après-midi par des clients qui utilisent le « self-banking ».

Malheureusement, ce jeudi 23 septembre, au moment où débutait l’action de sensibilisation, une pluie battante s’est abattue sur la ville, ce qui a nettement clairsemé les rangs des passants et des clients.

Nous avons cependant eu la satisfaction de constater que plusieurs heures après l’action, les grands adhésifs apposés sur toutes les vitrines étaient toujours bien en place. Les clients ont donc eu tout leur temps pour noter l’adresse e-mail de J-L DEHAENE où ils peuvent lui faire part de leur sentiment sur l’action de la banque qu’il préside : jean-luc.dehaene@dexia.com

Une campagne est en cours depuis 2 ans contre le financement par Dexia des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens. Des cartes de protestation, des actions devant les bureaux de Dexia, des interpellations aux Assemblées Générales, des questions parlementaires, des entretiens avec la direction de Dexia, etc….

Le Président de DEXIA a répliqué par des mensonges devant l’assemblée de ses actionnaires, où il a prétendu à deux reprises que la filiale israélienne ne concluait plus de nouveaux contrats concernant le territoire palestinien (tout en restant très vague à propos de Jérusalem-est), et que donc progressivement tous les engagements du groupe dans ces territoires prendraient fin.

Non seulement le financement des colonies israéliennes en CIsjordanie et à Jérusalem-est se poursuit, de nouveaux contrats sont passés, comme des preuves en ont été apportées par l’organisation israélienne « Who Profits », mais Dexia travaille même apparemment en étroite collaboration – gratuitement ! – avec les autorités israéliennes pour pouvoir fournir d’autres ressources nécessaires aux colonies et à leur extension continue. Face à la campagne « Palestine occupée – Dexia Impliquée », la banque a donc choisi les manoeuvres dilatoires et la dissimulation.

Mais peut-être la banque DEXIA écouterat-elle ses clients ?

Nous cherchons des clients Dexia qui acceptent de clôturer leur(s) compte(s) à l’occasion d’une action commune prévue le mercredi 27 octobre 2010. Des gros clients et des clients plus modestes, peu importe.

Plusieurs dizaines de clients se rendront le même jour aux guichets de DEXIA, quelque part à Bruxelles, pour clôturer leurs comptes. Nous faisons appel aux clients Dexia qui souhaiteraient participer à l’action ‘Je clôture mon compte chez Dexia !’

Ils sont invités à se manifester en complétant un formulaire en ligne : CLIQUEZ ICI.

Pour plus d’informations concernant l’implication de DEXIA dans la colonisation de la Palestine, et sur ses conséquences, consultez le dossier ICI

source

Je clôture mon compte chez Dexia !


Dexia continue à financer les colonies dans les territoires occupés palestiniens

La campagne effectue déjà depuis 2 ans une campagne contre le financement par Dexia des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens. Des cartes de protestation, des actions devant les bureaux de Dexia, des interpellations aux Assemblées Générales, des questions parlementaires, des entretiens avec la direction de Dexia, etc…. Dexia n’est pas impressionnée. Peut-être qu’elle écoutera ses clients ?

Le 31 mai 2010, Jean-Luc Dehaene donnait à la plate-forme ‘Palestine occupée – Dexia impliquée’ une réponse aux questions que nous avions posée à l’Assemblée Générale de Dexia début mai. Si vous lisez cette lettre (recto-verso), il est très clair que Dexia n’a pas l’intention d’ajuster sa politique. Pire encore, Dexia travaille apparemment en étroite collaboration – gratuitement – avec les autorités israéliennes pour pouvoir fournir les ressources nécessaires aux colonies. Comme Dexia ne semble pas inspirer par notre campagne, nous programmons une nouvelle action.

Nous cherchons des clients Dexia qui acceptent de clôturer leur(s) compte(s) à l’occasion d’une action commune prévue le mercredi 27 octobre 2010. Des gros clients et des clients plus modestes 🙂 ! Objectif : 50 clients se rendent le même jour clôturer leur compte bancaire dans une filiale de la banque Dexia à Bruxelles.

Nous faisons appel aux clients Dexia à participer à l’action ‘Je clôture mon compte chez Dexia !’
Que devez-vous faire ?

* Incrivez-vous à l’action via le formulaire de contact.

* Bloquer le mercredi 27 octobre 2010 dans votre agenda. Nous vous attendons à 15h30 à Bruxelles. La semaine précédente, le 20 octobre 2010, nous organisons une session d’information sur l’action. Vous recevrez plus d’informations une fois l’inscription complétée.

* Informez-vous à l’avance dans une filiale Dexia sur la procédure à suivre. (*)

* Pensez à ouvrir un autre compte à l’avance. Vous trouverez des informations sur les banques éthiques via le Réseau Financement Alternatif.

En savoir plus sur la campagne ?

* Vous trouverez toutes les informations sur la campagne Dexia dans l’article ‘Chronologie de la campagne

* Pour plus d’informations sur le contexte de la campagne, vous pouvez lire l’article ‘Dexia et les colonies israéliennes‘.

(*) Nous ne pouvons donner aucune procédure définitive parce que la clôture d’un compte dépend de nombreux facteurs. Est-ce un compte à vue ou un compte épargne, ou encore un autre compte ? Vous avez contracté un prêt, connaissez-vous les conditions ? Vous avez plusieurs compte et vous voulez commencez par clôturer 1 compte, etc.

Dexia, cherchons clients volontaires


filiale Dexia
Brussels, Belgium
par Mario Franssen

La campagne effectue déjà depuis 2 ans une campagne contre le financement par Dexia des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens. Des cartes de protestation, des actions devant les bureaux de Dexia, des interpellations aux Assemblées Générales, des questions parlementaires, des entretiens avec la direction de Dexia, etc…. Dexia n’est pas attirée par cela. Peut-être qu’elle écoutera ses clients ?

Le 31 mai 2010, Jean-Luc Dehaene donnait à la plate-forme ‘Palestine occupée – Dexia impliquée’ une réponse aux questions que nous avions posée à l’Assemblée Générale de Dexia début mai. Si vous lisez cette lettre (recto-verso), il est très clair que Dexia n’a pas l’intention d’ajuster sa politique. Pire encore, Dexia travaille apparemment en étroite collaboration – gratuitement – avec les autorités israéliennes pour pouvoir fournir les ressources nécessaires aux colonies. Comme Dexia ne semble pas inspirer par notre campagne, nous programmons une nouvelle action. (http://www.intal.be/fr/article/lettre-ouverte-jean-luc-dehaene-concernant-dexia-israel)

Nous cherchons des clients Dexia qui acceptent de clôturer leur(s) compte(s) à l’occasion d’une action commune prévue le mercredi 27 octobre 2010. Des gros clients et des clients plus modestes 🙂 ! Objectif : 50 clients se rendent le même jour clôturer leur compte bancaire dans une filiale de la banque Dexia à Bruxelles.

Nous faisons appel aux clients Dexia à participer à l’action ‘Je clôture mon compte chez Dexia !’

Inscrivez-vous ici: http://www.intal.be/fr/node/9195

Dexia continue a soutenir la colonisation israélienne. Dites stop avec nous!


Appel aux volontaires : clôture commune de 50 comptes de la banque Dexia

Après plus d’un an de campagne, le Holding Dexia continue à soutenir financièrement la colonisation israélienne. En 2009, c’est-à-dire après avoir promis de mettre un terme à ce financement le 31 mai 2008, nous avons la preuve que Dexia Israël a permis aux colonies d’emprunter 17 millions d’euros!

Les derniers éléments que nous avons débusqué ne concernent pas des crédits provenant des fonds de Dexia. Il s’agit de transactions qui cadrent dans un contrat avec le gouvernement israélien. Lorsqu’une colonie a besoin d’argent et qu’elle ne peut attendre les aides qui luis sont promises par l’État israélien, elle fait appel à Dexia Israël qui, via son carnet d’adresses, trouve des investisseurs qui eux, vont prêter à la colonie grâce à des comptes Dexia Israël. La filiale israélienne du Holding franco-belge facilite donc de manière éhontée la colonisation des terres palestiniennes en servant d’intermédiaire. Grâce à ces opérations dirigées par Dexia, les colonies ont touché 17 millions d’euros en 2009. Plus d’infos dans notre lettre ouverte.

Malgré toutes les lettres, les questions parlementaires, les manifestations contre ces agissements immoraux, Dexia continue à collaborer à la colonisation israélienne de la Palestine. Pas question d’abandonner.

Nous cherchons des clients Dexia qui acceptent de clôturer leur(s) compte(s) à l’occasion d’une action commune prévue aux alentours du 15 octobre 2010. Des gros clients et des clients plus modestes 🙂 ! Objectifs pour le 15 octobre: 50 clients se rendent le même jour clôturer leur compte bancaire au siège de la banque Dexia à Bruxelles.

Il est plus que temps de marquer un coup d’arrêt. La plate-forme cherche 50 clients qui, s’il sont prêts à poser ce geste symbolique, peuvent remplir ce formulaire. Attention, nous n’appelons pas à un boycott contre la Banque Dexia, il s’agit d’une action symbolique qui, nous l’espérons, conduira Dexia à cesser tout contact avec la colonisation israélienne une bonne fois pour toutes.

Lire la lettre ouverte de la plate-forme répondant aux explications de Jean-Luc Dehaene

Source : Intal

Lettre ouverte à Jean-Luc Dehaene concernant Dexia Israël


La plate-forme répond à la lettre de Jean-Luc Dehaene suite à l’assemblée générale de Dexia du 12 mai 2010.

Le mercredi 12 mai 2010 environs 25 actionnaires ont posé des questions pertinentes durant l’assemblée générale de Dexia à Bruxelles. Après l’AG le président Jean-Luc Dehaene, irrité dépêche Pierre Mariani pour faire toute la clarté, dixit De Tijd.

La réponse de Dexia, en annexe, s’est fait attendre jusqu’au début juin, mais ne satisfait pas l’attente de la plate-forme.

La lettre d’Intal :

Cher Monsieur Dehaene,

Nous vous remercions pour votre lettre en réponse aux questions que nous avions posées lors de l’Assemblée Générale de Dexia le 12 mai dernier. Bien que votre lettre ne réponde que partiellement à nos questions, nous tenons à y réagir. On ne peut laisser sans réponse une lettre d’un ancien Premier Ministre, d’un Parlementaire européen et du Président de Dexia.

Je prends la liberté d’en venir immédiatement au cœur du problème. Vous niez que nos documents prouvent que Dexia a à nouveau consenti des prêts aux colonies en territoire palestinien occupé.
N’entrons pas dans une discussion technique. Les documents montrent de toute façon que Dexia Israël reste un intermédiaire pour le financement des colonies et reste donc toujours concernée par leur construction. Par son soutien actif à sa filiale israélienne, Dexia rend l’occupation possible. Comment une banque belge peut-elle justifier de telles pratiques auprès de ses actionnaires? Et surtout maintenant que le gouvernement israélien est intervenu d’une façon brutale à l’encontre d’un convoi humanitaire et que par ailleurs il continue à démolir des maisons palestiniennes à Jérusalem-est.

Votre lettre nous a permis d’avoir une meilleure idée des subtilités que déploie Dexia Israël pour persévérer dans sa politique. De nouveaux documents du groupe israélien ‘Who Profits’ – que nous allons envoyer par la poste et publier sur notre site – montrent l’importance des transactions. Depuis juin 2008, Dexia Israël a assuré aux colonies illégales des emprunts pour un montant de 17.000.000 €, et au cours de la première moitié de cette même année, ce montant se chiffre à 16.000.000€.
Les 11 colonies concernées sont : Gush Etzion regional council, Jérusalem, Beitar Illit, Shomron regional council, Emanuel, Oranit, Mate Beyamin regional council, Golan Heigts regional council, Kedumim, Har Hebron regional council et Giva’at Ze’ev.

Et non, M. Dehaene, le fait que ces montants n’apparaissent pas dans la comptabilité de Dexia n’est pas fait pour nous rassurer. Les montants que la Loterie Nationale Israélienne transfère aux colonies illégales en Palestine par l’intermédiaire de comptes Dexia n’apparaissent pas non plus dans la comptabilité. On peut se demander si une banque peut, en connaissance de cause, offrir ses services pour financer des activités illégales.

Dans votre lettre, vous nous informez que Dexia Israël fournit ses services aux colonies et à l’Etat d’Israël sans la moindre commission ni profit. Dexia fournirait vraiment des services gratuits à ses clients ?
Vous prétendez qu’il y a un accord obligeant Dexia Israël à fournir au gouvernement israélien ce type de services. Une telle affirmation nous pose problème.

Premièrement, on nous ferait croire que le financement de colonies illégales pourrait être justifié par un contrat, quod non. Ensuite, et cela est fort étrange, il semble que le contrat auquel vous faites allusion n’existe plus.
Dans le rapport d’activités 2009 de Dexia Israël, en page 132 nous lisons que ce contrat a expiré le 31 décembre 2008. Dexia Israël a donc décidé de son propre gré de continuer à fournir ses services en fonction de l’occupation et à en tirer profit.
Il y a plus grave. En page 35, Dexia Israël déclare qu’elle fera tout son possible pour minimiser les conséquences négatives dues à l’expiration de ce contrat. De quelles conséquences négatives s’agit-il, M. Dehaene, puisque Dexia Israël ne touche aucune commission ni profit de ce contrat ?

Nous sommes également étonnés que vous essayez de justifier la politique de Dexia Israël en Palestine occupée, en vous référant au financement de communes arabes en Israël. Cela nous semble complètement hors de propos : comme si la non-discrimination d’une partie de la population vous donnait un blanc-seing pour le soutien de l’occupation illégale.

Et pour finir, ceci encore. Lors de l’assemblée générale de Dexia le 12 mai 2010, il vous a échappé que ‘Jérusalem-Est n’existe vraisemblablement pas’. Est-ce pour cette raison que vous n’avez aucune objection à ce que votre filiale finance la ville de Jérusalem ? Cette ville continue pourtant à démolir au bulldozer des maisons à Jérusalem-Est -inexistante.

Vous pouvez comprendre que nous soyons fort désappointés par le contenu de votre lettre. D’après vos écrits et sur base des documents mis en lumière par ‘Who Profits’, nous pouvons conclure que Dexia Israël continue a être impliquée dans le financement des colonies illégales en Cisjordanie, y compris à Jérusalem.

M. Dehaene, ne serait-il pas temps pour Dexia de se défaire de Dexia Israël ? Ce serait la seule manière de rompre tout lien avec l’occupation, ce qui est l’exigence centrale de la plate-forme « Palestine occupée-Dexia impliquée ».

Je vous prie de croire, Monsieur Dehaene, en ma parfaite considération.

Mario Franssen
woordvoerder | porte-parole
‘Israël koloniseert – Dexia financiert’ | ‘Palestine occupée – Dexia impliquée’

Voir le reste ici malheureusement, la lettre de Dehaene est en néerlandais.

Des actionnaires et des activistes protestent contre les liens entre Dexia et les colonies illégales israéliennes


Rapport de INTAL

Jean-Luc Dehaene fait l’autruche devant les nouvelles révélations

Ce mercredi 12 mai 2010 quelques 150 participants ont protesté devant le siège social, contre les crédits que la banque Franco-Belge Dexia accorde aux colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. (toutes ces colonies sont illégales). Parallèlement à l’assemblée une vingtaine d’actionnaires ont cuisiné le président Jean-Luc Dehaene sur la politique de Dexia en Israël.

suite