Moi aussi, je boycotte


Fin connaisseur en matière de « races » et de racisme, Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur vient de déclarer au lobby israélien que les « actions et les appels au boycott des produits israéliens constituent un crime d’incitation à la discrimination raciale ». (sic). Fin connaisseur, disions-nous à l’instant, car Hortefeux a été lui-même récemment condamné pour injure raciale par le tribunal de Paris, après ses propos sur les Arabes : »quand il y en un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ».

Voici ce que l’on trouve, à propos de Hortefeux, sous la plume de Serge Golan, sur le site sioniste hamodia :

 » No 135 , Communauté Israël

Cette fois, la prise de position est officielle et sans ambigüité : le boycott des produits israéliens constitue un « crime », dénoncé voilà quelques jours par le ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Une déclaration qui tranche avec le silence prudent observé par les autorités françaises depuis le lancement en janvier 2009 de la campagne de manifestations contre les magasins de grande surface distribuant des produits israéliens et « casher ».

« Vous avez attiré mon attention sur l’importance de sanctionner les agissements du Collectif BDS [Boycott, désinvestissement, sanctions] en raison des agissement de certains de ses membres dans les magasins d’alimentation, rappelle ainsi Brice Hortefeux dans un courrier adressé au Centre Simon Wiesenthal. Tout comme vous, je considère que ces actions et les appels au boycott des produits israéliens constituent un crime d’incitation à la discrimination raciale ».

Basé aux Etats-Unis, le Centre Wiesenthal s’était en effet inquiété de la multiplication des actions de commandos boycotteurs. Filmées et diffusées sur Internet, elles mettent chaque fois en scène des groupes d’une trentaine de militants envahissant un supermarché pour en vider les rayons des tomates, avocats, fleurs et autres produits israéliens ou supposés tels. Des mises au bûcher symboliques des produits israéliens destinées à intimider la clientèle et à dissuader les grandes surfaces de commercer avec « les criminels israéliens ».

Reste que la brèche juridique permettant de « coincer » ces boycotteurs est très étroite. Ceux-ci prennent en effet bien garde de ne commettre aucun dégât, s’abritant derrière le discours antisioniste pour réfuter toute accusation d’antisémitisme.

Très engagé dans la dénonciation de cette campagne, le BNCVA (Bureau de vigilance et de lutte contre l’antisémitisme) réussit cependant parfois à traîner certains des responsables du Collectif BDS devant les tribunaux. Le 13 septembre prochain, cinq militants pro-palestiniens comparaîtront ainsi devant le tribunal correctionnel de Mulhouse (Haut-Rhin) pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » pour avoir participé en septembre 2009 à une « action coup de poing » contre un magasin Carrefour du département.

Lorsque les faits sont avérés, la justice française n’hésite d’ailleurs pas à sévir : en témoignent les 1 000 euros d’amende infligés en février dernier par un juge bordelais à une boycotteuse qui avait apposé un autocollant « Boycott Apartheid Israël » sur des jus de fruit provenant de l’Etat hébreu dans une grande surface de Mérignac (Gironde). » http://www.hamodia.fr/article.php ?id=1347

CAPJPO-EuroPalestine

L’Europe et Gaza


Plus d’un an après la fin de l’offensive israélienne contre Gaza dans le cadre de l’opération «Plomb durci » la reconstruction des infrastructures publiques et des habitations détruites attend de commencer. Le blocus auquel est soumis la population de la bande de Gaza devient chaque jour plus dur, en violation du droit international qui condamnent sans appel toute forme de punition collective.

Le lundi 22 février, un conseil des Ministres européens des Affaires étrangères se tiendra à Bruxelles.

A l’initiative de la coordination européenne des comités et associations pour la Palestine ( ECCP ), chaque plateforme nationale interpellera son Ministre des Affaires étrangères cette semaine en prévision du sommet européen de lundi.

L’association belgo-palestinienne , en partenariat avec nombreuses associations, vous appelle à un rassemblement ce

jeudi 18 février de 16h30 à 18h

face au SPF Affaires étrangères

(15 rue des petits Carmes à 1000 Bruxelles)

Une délégation demande à être reçue par le Ministre afin de lui transmettre les inquiétudes et revendications des comités européens quant au rôle de l’Union européenne.

Nous demandons instamment aux Ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’UE de :

– prendre des mesures concrètes afin de lever le blocus de la bande de Gaza ;

– de soutenir et appliquer les recommandations du rapport Goldstone sur les crimes commis lors de l’opération « Plomb durci » ;

– d’exercer des pressions sur Israël pour le respect du droit et des conventions résultant des accords d’association EU-Israël et de suspendre ces accords d’association aussi longtemps qu’Israël n’en respecte pas les termes ;

– De faire pression pour que cessent les violences, arrestations et intimidations par l’armée israélienne à l’encontre des habitants et des principaux responsables des villages de Cisjordanie organisant la résistance populaire non-violente ;

– de faire pression sur Israël afin que l’armée israélienne garantisse le libre accès au territoire palestinien occupé, pour les touristes comme pour les internationaux travaillant dans ces territoires,

(Nous attendons confirmation pour un second rassemblement qui pourrait se tenir lundi 22 février au Rond Point Schuman !)

Info : 02/223 07 56

Association belgo-palestinienne – Wallonie/Bruxelles asbl

quai du commerce, 9 – 1000 Bruxelles

tél: +32 (0)2 223 07 56 – fax: +32 (0)2 250 12 63

mail : abp. eccp @skynet.be

http://www.association- belgo-palestinie nne.be

Marche pour GAZA


Cheikh Meskine, membre du Conseil des Imams de France, Yoram Federmann, de la communauté juive de Strasbourg, et Mgr Jacques Gaillot, ancien évêque dEvreux, ont apporté vendredi leur soutien à une marche internationale organisée à Gaza à partir du 27 décembre.

To shoot an elephant


« Mon film vous fait participer à la réalité de Gaza » : Alberto Arce, réalisateur de To Shoot an Elephant

Adri NIEUWHOF

Isabelle Rousselot

Réalisé par Alberto Arce et Mohammed Rujailah, To Shoot an Elephant (1) est un film documentaire qui offre un témoignage sur les attaques d’Israël de l’hiver dernier depuis la bande de Gaza. Pendant les attaques, alors que l’armée israélienne interdisait aux journalistes étrangers d’entrer dans la bande, Arce a réussi à rester à Gaza et a filmé comment les équipes médicales et les hôpitaux étaient pris pour cibles par les forces israéliennes alors qu’ils étaient en service. Un jour après avoir reçu le Prix du Journalisme de la fondation Anna Lindh pour ses reportages du conflit dans ses articles sur Gaza publiés par le quotidien espagnol El Mundo, Arce a obtenu le prix du meilleur réalisateur au Festival du Film des Peuples à Florence le 7 novembre 2009. Adri Nieuwhof a rencontré Arce et l’a interrogé sur ses motivations pour faire ce film.

suite

Des députés européens empêchés par Israël d’aller à Gaza


Des députés européens empêchés par Israël d’aller à Gaza 09/12/2009
Le Parlement européen a indiqué mercredi avoir demandé des explications aux autorités israéliennes qui ont empêché une délégation de députés européens de se rendre dans la bande de Gaza.
« Israël a accordé hier (mardi) une autorisation à tous les membres de notre délégation (…) Mais trois heures plus tard, l’entrée a été annulée +pour des raisons de sécurité+, sans plus d’explication », indique un communiqué du Parlement européen transmis par le bureau de l’Union européenne à Jérusalem.
« Nous réclamons une explication complète sur les risques sécuritaires invoqués par Israël », poursuit le texte.

« Il est très curieux, ajoute le communiqué, que l’annulation soit intervenue quelques heures après l’annonce de la déclaration du Conseil de l’Union européenne réaffirmant la position forte de l’Europe en faveur d’un Etat palestinien basé sur les frontières de 1967 et de la fin des implantations en Cisjordanie, y compris Jérusalem-est ».

Interrogé par l’AFP, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a expliqué que « l’entrée de responsables étrangers dans la bande de Gaza sera exploitée par cette organisation terroriste (Hamas) afin d’obtenir une respectabilité et poursuivre sa politique de terreur contre les Palestiniens et les Israéliens ».

L’UE a adopté une déclaration mardi dans laquelle ils appellent à faire de Jérusalem la « future capitale de deux Etats » dont le statut final doit être réglé par la négociation.
La délégation de l’UE était composée de huit parlementaires de Chypre, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, France, Allemagne et Grèce.
(AFP)

Marche Pour Gaza : conférence de presse (vidéo)


Publié le 1er-11-2009

marchedelaliberte

Cheikh Meskine, membre du Conseil des Imams de France, Yoram Federmann, de la communauté juive de Strasbourg, et Mgr Jacques Gaillot, évêque de Partenia, ont apporté vendredi leur soutien à une marche internationale organisée à Gaza à partir du 27 décembre. Ci-dessous des extraits de leurs interventions lors de la conférence de presse organisée à cette occasion.

voir la video ici

voir aussi cet article

Mission économique multisectorielle à Tel Aviv – 06/12 au 10/12/09


Interpellation de Monsieur Jamal Ikazban à l’attention de Monsieur Benoît Cerexhe
Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé de l’Economie, de l’Emploi, de la Recherche scientifique et du Commerce extérieur.

Concernant :Mission économique multisectorielle à Tel Aviv – 06/12 au 10/12/09

Monsieur le Ministre,

J’ai pris connaissance du projet de mission économique multisectorielle à Tel Aviv en décembre prochain. Les informations récoltées m’apprennent que l’initiateur (le maître d’œuvre) de ce projet se trouve être Bruxelles Export. L’AWEX et Flanders Investment & Trade collaborent au projet.

Le projet apparaît déjà dans le plan d’action 2009 de l’AWEX, la période est encore à déterminer. J’en déduis qu’il s’agit dès lors d’un projet en gestation de longue date.

Du côté des informations recueillies sur le site de Bruxelles export, on apprend que : « La Direction du Commerce extérieur du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale a le plaisir de vous annoncer qu’elle organise, en collaboration avec Flanders Investment & Trade et AWEX, une mission économique multisectorielle en Israël. Cette mission aura lieu du 6 au 10 décembre 2009 à Tel-Aviv » [1]

Cette mission s’adresse aux entreprises qui souhaitent établir des relations commerciales en Israël.

Dans la fiche de présentation de la mission, il est expliqué tous les avantages à investir en Israël.

La capacité de production y est performante et la main d’œuvre est qualifiée. Le pays dispose d’infrastructures modernes. La recherche et le développement y sont privilégiés. On y précise aussi qu’Israël devrait devenir sous peu membre de l’OCDE. En outre, le document évoque, je cite : « l’image véhiculée par les medias est souvent parcellaire. Ceux-ci ont en effet tendance à mettre en exergue et à exagérer les aspects négatifs et à passer sous silence les réalisations de ce pays dynamique dont l’économie n’a cessé de se développer depuis sa création en 1948.

Les hommes d’affaires venant pour la première fois en Israël sont généralement surpris par la normalité de ce pays, où les pratiques d’affaires sont fort similaires aux nôtres et s’y sentent généralement en sécurité. »[2]

D’une part, je m’interroge fortement sur le bien fondé de cette mission au regard de la situation politique et la manière dont Israël a mené son attaque contre Gaza en décembre 2008 et janvier 2009.

Je me réfère au rapport Goldstone qui affirme que les deux protagonistes du conflit sont coupables de « crimes de guerre », voire de « crimes contre l’humanité ». Néanmoins, la lecture du rapport est accablante avant tout pour Israël.

Israël n’a pas respecté ses engagements d’ouvrir les points de passage à Gaza et a maintenu une politique de blocus contre la population, la privant des denrées de première nécessité.

Israël est certes reconnu comme un pays démocratique mais la réalité est tout autre. L’argument économique ne doit pas permettre d’oublier les exactions commises par Israël.

Comprenez, Monsieur le Ministre, que mon objectif n’est pas de stigmatiser une population, une religion ou un pays mais d’attirer votre attention sur le contexte sociopolitique et de vous rappeler qu’Israël manque de manière flagrante au respect du droit international humanitaire et des droits de l’Homme.

D’autre part, j’aimerais rappeler la situation qui prévaut actuellement au regard de la décision prise par notre Parlement le 29 mars 2002. Je vous rappelle en effet que la motion votée en séance plénière prenait « acte de l’engagement pris par le Gouvernement de ne plus entamer de nouveaux projets dans le cadre de l’accord de coopération avec l’Etat d’Israël » et « demandait expressément au gouvernement d’informer préalablement l’assemblée lorsqu’il jugera la situation au Proche-orient favorable à la reprise d’une coopération active ».

Le parlement n’a depuis cette date jamais été informé d’une quelconque modification de la situation permettant cette reprise effective de coopération.

Il n’est pas inutile de souligner en outre que la motion du 29 mars 2002 demandait également « une définition d’un cadre précisant les conditions de sa coopération internationale et intégrant des critères objectifs relatifs au respect des droits de l’homme, des valeurs démocratiques et du droit international ».

Dans ce double contexte, je soulève plusieurs questions :

Qu’elle est, Monsieur le Ministre, votre position face à cette mission, votre souhait est-il de la soutenir ? Dans quelle proportion l’argent public risque-t-il d’être injecté dans la mission ?

Ne pensez-vous pas qu’il s’agisse d’une position contradictoire par rapport à la décision motivée de suspension des accords de coopérations entre Bruxelles et Israël, prise en 2002 ? Estimez-vous le contexte plus favorable à la reprise d’une coopération active ? Si oui, sur base de quels critères et estimez-vous que le Parlement en a été préalablement et correctement informé ?

Enfin, comment définiriez-vous votre priorité concernant la définition du cadre, des conditions de coopération internationale et des critères objectifs relatifs au respect des droits de l’homme et des valeurs démocratiques et du droit international, comme demandé par la motion prise le 29 mars 2002 ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Jamal IKAZBAN

[1] In : www.brussel-export.be

[2] Ibidem

Grande Marche pour la liberté de Gaza : appel à participation


La « Gaza Freedom March », coalition internationale initiée aux Etats-Unis, et visant à réunir des milliers de volontaires pour dire NON AU BLOCUS DE GAZA, est désormais lancée ! De tous les pays, des femmes et des hommes s’inscrivent pour participer à cette très belle aventure, qui nous amènera à célébrer le changement d’année en montrant attachement aux droits de l’Homme et au droit international.

L’opération débutera le 27 décembre 2009, un an jour pour jour après le début des bombardements israéliens à la sortie des écoles de la bande de Gaza, afin d’exprimer notre refus de ce siège inhumain, qui affame 1,5 million de personnes depuis plus de trois ans.

Des milliers d’Américains, d’Européens, d’Africains, vont se retouver à la frontière égyptienne de la bande de Gaza (Rafah), tandis que les Israéliens Contre le Blocus convergeront au check-point israélien de Erez. L’objectif est de se retrouver et de marcher dans Gaza pour y fêter avec les familles meurtries, endeuillées, une année que nous nous emploierons, ensemble, à rendre plus juste, plus humaine.

Les initiatives courageuses du Free Gaza et de Viva Palestina ont donné l’exemple. Nous devons être encore plus nombreux, à la fin de cette année, à montrer, qu’en l’absence de volonté de nos dirigeants, il y a des femmes et des hommes qui relèvent la tête, et qui disent NON à l’injustice, OUI à la liberté. Il s’agit d’une manifestation pacifique, qui s’inspire de décennies de résistance palestinienne non violente.

Cet objectif est à notre portée. Pour la France, nous espèrons bien atteindre rapidement un premier cap de 100 inscriptions.
De nombreuses associations en France sont parties prenantes de ce projet, avec CAPJPO-EuroPalestine, qui vous propose, si vous pouvez vous libérer du samedi 26 décembre 2009, au samedi 2 janvier 2010, une prise en charge complète, en coordination avec les organisateurs (notamment américains) au niveau international. Le coût total de ce voyage est de 800 euros, comprenant le vol aller-retour de Paris au Caire, le transport jusqu’à Rafah, l’hébergement et l’alimentation durant la semaine. Un acompte de 150 euros est demandé pour l’inscription. Le reste de la somme est à verser au plus tard le 10 décembre 2009.

Les personnes qui approuvent cette initiative, mais sont dans l’incapacité de se joindre à la marche, peuvent la soutenir et contribuer à son succès par leur aide financière. Leurs dons permettront à davantage de volontaires de participer au voyage. Ils peuvent les adresser également à CAPJP0-EuroPalestine, 16 bis rue d’Odessa. 75014 Paris. Merci bien inscrire au dos des chèques : « marche pour Gaza », et préciser « inscription » ou « soutien ».

Un reçu fiscal, pouvant donner lieu à une déduction fiscale de 60 % sur la déclaration d’impôt de 2010 sera envoyé à chaque donateur avant la fin de l’année 2009.
De nouvelles précisions seront régulièrement disponibles sur le site http://www.europalestine.com concernant aussi bien le programme, le nombre d’inscrits au niveau international et français, le montant des dons recueillis, les noms des personnalités qui nous accompagneront, les démarches à faire pour l’obtention des visas… Pour toute question complémentaire, vous pouvez aussi écrire à info@europalestine.com

RENDEZ-VOUS SAMEDI PROCHAIN…

Samedi prochain 26 septembre à partir de 17 H, une grande réunion d’information et d’inscription réunira à la Librairie Résistances, toutes celles et ceux que cette démarche intéresse. A cette occasion, une vidéo conférence nous mettra directement en relation avec les organisateurs américains et européens. Venez nombreux ! ( http://www.librairie-resistance.com )

Site principal de la marche