Moi aussi, je boycotte


Fin connaisseur en matière de « races » et de racisme, Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur vient de déclarer au lobby israélien que les « actions et les appels au boycott des produits israéliens constituent un crime d’incitation à la discrimination raciale ». (sic). Fin connaisseur, disions-nous à l’instant, car Hortefeux a été lui-même récemment condamné pour injure raciale par le tribunal de Paris, après ses propos sur les Arabes : »quand il y en un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ».

Voici ce que l’on trouve, à propos de Hortefeux, sous la plume de Serge Golan, sur le site sioniste hamodia :

 » No 135 , Communauté Israël

Cette fois, la prise de position est officielle et sans ambigüité : le boycott des produits israéliens constitue un « crime », dénoncé voilà quelques jours par le ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Une déclaration qui tranche avec le silence prudent observé par les autorités françaises depuis le lancement en janvier 2009 de la campagne de manifestations contre les magasins de grande surface distribuant des produits israéliens et « casher ».

« Vous avez attiré mon attention sur l’importance de sanctionner les agissements du Collectif BDS [Boycott, désinvestissement, sanctions] en raison des agissement de certains de ses membres dans les magasins d’alimentation, rappelle ainsi Brice Hortefeux dans un courrier adressé au Centre Simon Wiesenthal. Tout comme vous, je considère que ces actions et les appels au boycott des produits israéliens constituent un crime d’incitation à la discrimination raciale ».

Basé aux Etats-Unis, le Centre Wiesenthal s’était en effet inquiété de la multiplication des actions de commandos boycotteurs. Filmées et diffusées sur Internet, elles mettent chaque fois en scène des groupes d’une trentaine de militants envahissant un supermarché pour en vider les rayons des tomates, avocats, fleurs et autres produits israéliens ou supposés tels. Des mises au bûcher symboliques des produits israéliens destinées à intimider la clientèle et à dissuader les grandes surfaces de commercer avec « les criminels israéliens ».

Reste que la brèche juridique permettant de « coincer » ces boycotteurs est très étroite. Ceux-ci prennent en effet bien garde de ne commettre aucun dégât, s’abritant derrière le discours antisioniste pour réfuter toute accusation d’antisémitisme.

Très engagé dans la dénonciation de cette campagne, le BNCVA (Bureau de vigilance et de lutte contre l’antisémitisme) réussit cependant parfois à traîner certains des responsables du Collectif BDS devant les tribunaux. Le 13 septembre prochain, cinq militants pro-palestiniens comparaîtront ainsi devant le tribunal correctionnel de Mulhouse (Haut-Rhin) pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » pour avoir participé en septembre 2009 à une « action coup de poing » contre un magasin Carrefour du département.

Lorsque les faits sont avérés, la justice française n’hésite d’ailleurs pas à sévir : en témoignent les 1 000 euros d’amende infligés en février dernier par un juge bordelais à une boycotteuse qui avait apposé un autocollant « Boycott Apartheid Israël » sur des jus de fruit provenant de l’Etat hébreu dans une grande surface de Mérignac (Gironde). » http://www.hamodia.fr/article.php ?id=1347

CAPJPO-EuroPalestine

L’Europe et Gaza


Plus d’un an après la fin de l’offensive israélienne contre Gaza dans le cadre de l’opération «Plomb durci » la reconstruction des infrastructures publiques et des habitations détruites attend de commencer. Le blocus auquel est soumis la population de la bande de Gaza devient chaque jour plus dur, en violation du droit international qui condamnent sans appel toute forme de punition collective.

Le lundi 22 février, un conseil des Ministres européens des Affaires étrangères se tiendra à Bruxelles.

A l’initiative de la coordination européenne des comités et associations pour la Palestine ( ECCP ), chaque plateforme nationale interpellera son Ministre des Affaires étrangères cette semaine en prévision du sommet européen de lundi.

L’association belgo-palestinienne , en partenariat avec nombreuses associations, vous appelle à un rassemblement ce

jeudi 18 février de 16h30 à 18h

face au SPF Affaires étrangères

(15 rue des petits Carmes à 1000 Bruxelles)

Une délégation demande à être reçue par le Ministre afin de lui transmettre les inquiétudes et revendications des comités européens quant au rôle de l’Union européenne.

Nous demandons instamment aux Ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’UE de :

– prendre des mesures concrètes afin de lever le blocus de la bande de Gaza ;

– de soutenir et appliquer les recommandations du rapport Goldstone sur les crimes commis lors de l’opération « Plomb durci » ;

– d’exercer des pressions sur Israël pour le respect du droit et des conventions résultant des accords d’association EU-Israël et de suspendre ces accords d’association aussi longtemps qu’Israël n’en respecte pas les termes ;

– De faire pression pour que cessent les violences, arrestations et intimidations par l’armée israélienne à l’encontre des habitants et des principaux responsables des villages de Cisjordanie organisant la résistance populaire non-violente ;

– de faire pression sur Israël afin que l’armée israélienne garantisse le libre accès au territoire palestinien occupé, pour les touristes comme pour les internationaux travaillant dans ces territoires,

(Nous attendons confirmation pour un second rassemblement qui pourrait se tenir lundi 22 février au Rond Point Schuman !)

Info : 02/223 07 56

Association belgo-palestinienne – Wallonie/Bruxelles asbl

quai du commerce, 9 – 1000 Bruxelles

tél: +32 (0)2 223 07 56 – fax: +32 (0)2 250 12 63

mail : abp. eccp @skynet.be

http://www.association- belgo-palestinie nne.be

Marche pour GAZA


Cheikh Meskine, membre du Conseil des Imams de France, Yoram Federmann, de la communauté juive de Strasbourg, et Mgr Jacques Gaillot, ancien évêque dEvreux, ont apporté vendredi leur soutien à une marche internationale organisée à Gaza à partir du 27 décembre.

To shoot an elephant


« Mon film vous fait participer à la réalité de Gaza » : Alberto Arce, réalisateur de To Shoot an Elephant

Adri NIEUWHOF

Isabelle Rousselot

Réalisé par Alberto Arce et Mohammed Rujailah, To Shoot an Elephant (1) est un film documentaire qui offre un témoignage sur les attaques d’Israël de l’hiver dernier depuis la bande de Gaza. Pendant les attaques, alors que l’armée israélienne interdisait aux journalistes étrangers d’entrer dans la bande, Arce a réussi à rester à Gaza et a filmé comment les équipes médicales et les hôpitaux étaient pris pour cibles par les forces israéliennes alors qu’ils étaient en service. Un jour après avoir reçu le Prix du Journalisme de la fondation Anna Lindh pour ses reportages du conflit dans ses articles sur Gaza publiés par le quotidien espagnol El Mundo, Arce a obtenu le prix du meilleur réalisateur au Festival du Film des Peuples à Florence le 7 novembre 2009. Adri Nieuwhof a rencontré Arce et l’a interrogé sur ses motivations pour faire ce film.

suite

Des députés européens empêchés par Israël d’aller à Gaza


Des députés européens empêchés par Israël d’aller à Gaza 09/12/2009
Le Parlement européen a indiqué mercredi avoir demandé des explications aux autorités israéliennes qui ont empêché une délégation de députés européens de se rendre dans la bande de Gaza.
« Israël a accordé hier (mardi) une autorisation à tous les membres de notre délégation (…) Mais trois heures plus tard, l’entrée a été annulée +pour des raisons de sécurité+, sans plus d’explication », indique un communiqué du Parlement européen transmis par le bureau de l’Union européenne à Jérusalem.
« Nous réclamons une explication complète sur les risques sécuritaires invoqués par Israël », poursuit le texte.

« Il est très curieux, ajoute le communiqué, que l’annulation soit intervenue quelques heures après l’annonce de la déclaration du Conseil de l’Union européenne réaffirmant la position forte de l’Europe en faveur d’un Etat palestinien basé sur les frontières de 1967 et de la fin des implantations en Cisjordanie, y compris Jérusalem-est ».

Interrogé par l’AFP, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a expliqué que « l’entrée de responsables étrangers dans la bande de Gaza sera exploitée par cette organisation terroriste (Hamas) afin d’obtenir une respectabilité et poursuivre sa politique de terreur contre les Palestiniens et les Israéliens ».

L’UE a adopté une déclaration mardi dans laquelle ils appellent à faire de Jérusalem la « future capitale de deux Etats » dont le statut final doit être réglé par la négociation.
La délégation de l’UE était composée de huit parlementaires de Chypre, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, France, Allemagne et Grèce.
(AFP)

Marche Pour Gaza : conférence de presse (vidéo)


Publié le 1er-11-2009

marchedelaliberte

Cheikh Meskine, membre du Conseil des Imams de France, Yoram Federmann, de la communauté juive de Strasbourg, et Mgr Jacques Gaillot, évêque de Partenia, ont apporté vendredi leur soutien à une marche internationale organisée à Gaza à partir du 27 décembre. Ci-dessous des extraits de leurs interventions lors de la conférence de presse organisée à cette occasion.

voir la video ici

voir aussi cet article