Comment Gaza a été réduit à une enclave invivable


Palestinians take part in a protest against the Gaza blockade, near Israeli Erez crossing in the northern Gaza Strip January 5, 2017. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa – RTX2XME1

Par Michael Lynk
Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967
Il enseigne également à la Faculté de droit de l’université de Western Ontario (London, Ontario, Canada)

Comment peut-on vivre dans un endroit où on a l’électricité seulement quelques heures par jour, et l’eau seulement huit heures tous les quatre jours ?

Gaza et Tel Aviv se trouvent à seulement 75 kilomètres l’une de l’autre. Les deux villes partagent le même sol sablonneux et les mêmes étés brûlants du Levant. Mais les similitudes s’arrêtent là. Si on prenait la nuit une image satellite de la Méditerranée orientale on verrait sur Tel Aviv un flamboiement de lumière incandescente, et seulement quelques petites lumières pâles, un peu plus loin, sur le rivage de Gaza.
Gaza arrive dans son troisième mois de la restriction, imposée de l’extérieur, de son accès déjà insuffisant à l’électricité.
L’enclave de deux millions de personnes nécessiterait normalement environ 450 mégawatts (MW) d’électricité par jour pour avoir de l’électricité 24 heures sur 24. Cependant, au cours de la dernière décennie, du fait du rigoureux blocus israélien de Gaza, sa fourniture d’énergie est passée à quelque 200 MW, ce qui a entraîné des pannes de courant continuelles. Mais au cours des derniers mois, selon l’organisation israélienne des droits humains Gisha, la fourniture d’électricité de Gaza a varié chaque jour entre 140 MW et 70 MW, rallongeant d’autant les pannes et les souffrances de la population.
La première cause de la pénurie d’électricité réside dans le différend entre l’Autorité palestinienne (AP) et le Hamas sur la taxation des carburants. Cela a incité l’Autorité palestinienne à demander à Israël de réduire les 120 MW qu’il vendait quotidiennement à Gaza, à environ 70 MW, et Israël l’a fait.
Une deuxième source d’électricité de Gaza est l’unique centrale électrique de Gaza, qui ne peut produire que 50-55MW par jour (et seulement, quand il est possible d’importer du carburant d’Egypte). La centrale électrique a été gravement endommagée par les bombardements israéliens en 2006 et à nouveau en 2014, et Israël a limité l’entrée de pièces de rechange à Gaza. Si l’usine était entièrement opérationnelle, elle pourrait produire environ 140 MW.
La troisième source d’approvisionnement en électricité de Gaza provient de l’Égypte, qui fournit environ 28MW par jour, avec actuellement beaucoup de coupures. Et la quatrième source est constituée de panneaux solaires individuels et de générateurs que seuls les plus aisés peuvent s’offrir.
Les conséquences sociales de cette terrible pénurie d’électricité sont graves. Les ménages sans générateurs ou sans panneaux solaires – la grande majorité des Gazaouis – ont entre 4 et 6 heures d’électricité par jour dans le meilleur des cas, suivies de 12 à 16 heures de coupure. Les hôpitaux sont obligés d’avoir d’énormes générateurs et de rationner l’électricité. Les commerces et les entreprises sont obligés de fermer. Plus de 100 millions de litres d’eaux usées non traitées se déversent quotidiennement dans la Méditerranée, polluent les plages et les lieux de pêche. Il faut acheter la nourriture au jour le jour et la consommer rapidement. Le service Internet – le seul lien de presque tous les Gazaouis avec le monde extérieur – est sporadique. Et il y a peu d’électricité disponible pour la climatisation et les ventilateurs permettant de lutter contre la chaleur étouffante de l’été.

Le contexte de la pénurie à Gaza

L’équipe de pays des Nations Unies (UNCT) dans le territoire palestinien occupé a récemment publié un rapport sans concession, sur l’impact humanitaire des 10 ans de blocus israélien de Gaza et des divisions politiques internes des Palestiniens. Ses conclusions sont terribles : l’appauvrissement de Gaza est entièrement dû à des décisions humaines, et non à des causes naturelles.
L’année 2007 a été le début de la fin pour Gaza.
En juillet de cette année-là, Israël a imposé un blocus total à la bande de Gaza en déclarant qu’elle était une « entité ennemie ». La vie avant 2007 à Gaza était déjà très difficile, mais depuis elle est devenue catastrophique et sans espoir. Gaza, dont on a pu dire autrefois qu’elle était la future « Singapour du Moyen-Orient », est devenue le symbole de la misère la plus horrible.

Selon le rapport de l’ONU, entre 2006 et 2016, le produit intérieur brut (PIB) de Gaza par habitant a diminué de 5,3 %, alors qu’il a progressé de 48,5 % en Cisjordanie occupée.
En 2004, 30% de la population vivait déjà sous le seuil de la pauvreté et il y en a 40% aujourd’hui.
Gaza souffre de l’un des taux de chômage les plus élevés au monde, soit 41% fin 2016.
Plus de 60 % des Gazaouis qui ont entre 20 et 24 ans sont sans travail et le taux de chômage des femmes a augmenté de 35% à 64% entre 2006 et 2016.
En 2017, plus de 60% de la population dépend partiellement ou totalement de l’aide humanitaire. Selon d’autres rapports, la violence sexiste, les divorces, les suicides et la consommation de drogues sont en augmentation régulière.
Les secteurs économiques traditionnels de Gaza se détériorent. L’agriculture, l’exploitation forestière, la pêche et la production industrielle sont tous en déclin et la principale source de croissance provient, tragiquement, de la reconstruction des quartiers détruits lors des trois agressions israéliennes des neuf dernières années.
Israël contrôle tout ce qui rentre et sort de Gaza ; le nombre moyen de camions de marchandises sortant de Gaza au cours des cinq premiers mois de 2017, n’est même pas le tiers de ce qu’il était au cours du premier semestre de 2007.
« La dégringolade économique de Gaza au cours de la dernière décennie », indique le rapport de l’ONU, « est le signe incontestable du recul du développement de la bande de Gaza. »
La situation de l’eau potable à Gaza est désespérée. La surexploitation destructrice de l’aquifère côtier a provoqué des irruptions d’eau de mer, et 96 % des eaux souterraines sont maintenant impropres à la consommation humaine.
La moitié de la population a accès à l’eau pendant seulement huit heures tous les quatre jours et 30 % des habitants ont de l’eau pendant huit heures tous les trois jours. L’eau des camions citernes est 15-20 fois plus chère que l’eau du réseau, et elle n’est pas de bonne qualité. Comme pour tous les produits rares, ce sont les pauvres et les personnes en état de faiblesse qui sont les plus touchés. Un nouvel accord sur l’eau entre Israël et l’Autorité palestinienne, annoncé récemment, pourrait soulager un peu la population, mais pour bien faire, il faudrait que Gaza parvienne à l’autosuffisance grâce à des usines de désalinisation et à une production d’électricité sécurisées.
Le rapport de l’ONU rappelle au monde entier qu’Israël demeure la puissance occupante à Gaza, car il contrôle ses frontières terrestres, maritimes et aériennes, même s’il n’a plus de « bottes au sol ».
En tant que tel, il a l’obligation juridique d’assurer la santé, la dignité et le bien-être de la population.
Le rapport souligne en particulier, que « les nombreuses restrictions imposées par Israël à la fois sur les mouvements des personnes et sur les biens entrant et sortant de Gaza violent toute une série de droits humains élémentaires tels que le droit à la liberté de mouvement et le droit à la santé, à l’éducation, à un travail, à un niveau de vie décent et à une vie de famille ». Les autres acteurs qui sont responsables de Gaza – le Hamas, l’Autorité palestinienne et l’Égypte – ont également le devoir légal de respecter les standards humanitaires et les droits humains, ce qui n’a pas toujours été le cas au cours des dernières années.
En 2012, l’ONU a publié un rapport intitulé « Gaza en 2020 : pourra-t-on encore y vivre ? ».
Ce rapport était inquiétant, mais le dernier rapport de l’ONU est désespérant. Il conclut que Gaza, en cinq ans, a été victime d’une « spirale descendante de développement », qui a enfermé les habitants de Gaza dans un cercle vicieux de crise humanitaire et de dépendance perpétuelle à l’aide humanitaire. »
Il ne reste que trois ans avant 2020, et le rapport souligne que, s’il n’est pas mis fin à la situation actuelle, Gaza deviendra encore « plus isolée et plus désespérée » avec le risque de conflits encore plus dévastateurs et d’une économie encore plus exsangue.
Si rien n’est fait, il vaut mieux cesser de nourrir l’espoir d’une réconciliation politique entre les Palestiniens et d’une paix durable entre Israël et la Palestine.
Alors, est-ce que les images satellites de la nuit à Gaza montreront bientôt quelques lumières?

Michael Lynk (9/08/17)
Traduction : Chronique de Palestine – Dominique Muselet

Publicités

S.O.S Gaza


Chères amies, Chers amis,

Quand on reçoit de nos amis de Gaza des messages disant : « Mourir sous les bombes ou par manque d’électricité, c’est le seul choix qui nous reste, et c’est de cela que nous discutons entre nous», nous ne pouvons rester indifférents ni inactifs.

Haidar Eid, professeur agrégé de littérature anglaise à Gaza, a écrit :

« Comme partout ailleurs dans le monde, l’électricité à Gaza donne accès à l’eau potable et aux soins médicaux. Avec elle, nous pouvons mettre les aliments au réfrigérateur en été, avoir de la chaleur en hiver et être relié les uns aux autres et au monde extérieur. Or, l’électricité a été coupée à Gaza, et c’est une condamnation à mort pour les 2 millions de Palestiniens qui vivent comme moi dans ce territoire sous blocus israélien. »

Et il ajoute : « Pour ceux qui ne connaissent pas bien la situation, aujourd’hui, le débat entre les Gazaouis est de savoir si une attaque militaire directe – bombardements israéliens – est une meilleure façon de mourir que par un génocide progressif, avec l’intensification du blocus qui est imposé à notre minuscule bande de Gaza depuis 10 ans. Pensez-y : Y a-t-il des citoyens, dans un autre pays du monde, qui débattent de leur meilleure façon de mourir ? »

« La communauté internationale, conclut-il, a été totalement incapable d’assumer ses responsabilités. Nous n’avons qu’une lueur d’espoir, la même que celle des Sud-Africains lors de l’apartheid : une campagne soutenue de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israël, jusqu’à ce qu’il respecte le droit international » (article intégral : http://www.europalestine.com/spip.php?article13121).

De son côté le courageux journaliste israélien Gideon Levy, qui appelle également au boycott de son pays, redoute une nouvelle attaque sur Gaza : « Ce qui est en cause actuellement, c’est le risque d’un nouveau massacre dans la Bande de Gaza. Contrôlé, mesuré, pas trop massif, mais malgré tout c’est bien d’un massacre qu’il s’agit. Quand des officiers, des politiciens et des commentateurs israéliens parlent du “prochain round”, ils parlent du prochain massacre. »

Il explique qu’en réduisant encore la fourniture d’électricité à Gaza (moins de 4 heures par jour en ce moment), en poussant à bout les Gazaouis, en les privant d’eau potable, de médicaments, de pièces de rechange pour le matériel médical, en provoquant la mort des malades sous dialyse, des nouveaux-nés en couveuses, des patients cancéreux ou atteints de mucoviscidose qui ne reçoivent plus de traitement, en empêchant l’assainissement des eaux d’égout qui se déversent dans la mer et menacent de maladies infectieuses, Israël espère une riposte.

« Une heure de plus chaque jour sans électricité à Gaza, et ce sera le signal : des roquettes Qassam. Israël une fois encore sera la victime, et le massacre commencera », prévient-il.

Et, dénonçant cette expérimentation barbare sur les 2 millions d’habitants de Gaza, ainsi que le silence qui l’entoure, il expose clairement : Ils sont les sujets d’une expérience : peuvent-ils survivre avec une heure d’électricité par jour ? Est-ce que 10 minutes ne suffiraient pas ? (Article intégral : http://www.europalestine.com/spip.php?article13120)

Et nous, que pouvons nous faire face à ce génocide à petit feu perpétré avec la complicité de nos gouvernants ?

Boycotter Israël, comme les Palestiniens et les opposants israéliens nous le demandent.

Certes, mais il faut aussi s’exprimer par tous les moyens, et informer autour de nous sur cette situation dont se gardent de parler les médias. L’ignorance est la principale source d’indifférence. Peu de gens imaginent ce qui est fait, de manière volontaire — car il ne s’agit pas de catastrophe naturelle — à d’autres êtres humains en ce moment à Gaza.

N’attendons pas de nouveaux massacres pour réagir !

Parlez-en autour de vous. Faites circuler les articles qui décrivent cette expérimentation innommable dans le camp de concentration de Gaza.

VENEZ NOMBREUX AU RASSEMBLEMENT CONTRE LE BLOCUS DE GAZA

CE SAMEDI 24 JUIN

PLACE DE LA FONTAINE SAINT-MICHEL À PARIS

DE 15 H 30 À 18 H 30

Métro St Michel : ligne 4, RER B, RER C

source : Infos CAPJPO-EuroPalestine du 22 juin 2017

27 Décembre 2015 à Bruxelles  » GAZA, ON N’OUBLIE PAS ! / / GAZA, NOOIT VERGETEN ! « 


Bruxelles

Dimanche 27 Décembre 2015 à 13h00

Avenue de Stalingrad au niveau du Mégaphone Géant ( Gare du Midi )

banniere_palestine_6_septembre_0

Sept ans après l’agression militaire israélienne:

Actions de commémoration et de soutien

GAZA, ON N’OUBLIE PAS !

Il y a sept ans, Israël a déclenché son assaut meurtrier contre la bande de Gaza alors même qu’il l’occupait et lui imposait son blocus. Plus de 1.400 Palestiniens, la plupart des civils, ont été tués.

De nombreuses organisations des droits de l’homme aussi bien qu’une mission spéciale des Nations Unies, dirigée par le juge sud-africain Richard Goldstone, ont accusé Israël d’avoir commis des crimes de guerre. Ces attaques ont provoqué des manifestations tout autour du monde en solidarité avec les Palestiniens gazaouis.

Sept ans après cette agression militaire dévastatrice, la perpétuation de ce blocus illégal constitue une punition collective de la population et sape la crédibilité du droit international humanitaire.

Dans le cadre d’une action citoyenne et pacifique, nous organisons une marche symbolique et une veillée de commémoration à Bruxelles, pour :

• La fin du blocus de Gaza
• La démolition du Mur de l’apartheid
• La fin de l’occupation israélienne illégale de toute la Palestine!
• Le droit de retourner en Palestine pour tous les Palestiniens!
• Le soutien à la résistance du peuple palestinien
• La libération de tous les prisonniers palestiniens
• Le soutien à la campagne « Boycott Désinvestissement et Sanctions »

Dimanche 27 décembre 2015 à 13h00 Avenue de Stalingrad

https://www.facebook.com/events/1503185506649515/permalink/1504073216560744/

Premiers signataires : Mouvement Citoyen Palestine, Le Comité Verviers Palestine, ESG asbl, Fewla, Bruxelles Panthères, Comité des parents contre les violences policières à Molenbeek, Nouvelle voie anticoloniale, Ligue Communiste des Travailleurs  (LCT),  Jeunes Organisés et Combatifs  (JOC), . . .

 

Zeven jaar na deze verwoestende militaire agressie duurt de illegale blokkade van Gaza voort. Ze betekent een collectieve bestraffing van het volk. Ze doet elke geloofwaardigheid van het internationaal humanitair recht teniet.

In het kader van een vreedzame en civiele actie, organiseren we een symbolische mars en een herinneringswake in Brussel voor :

– Het stopzetten van de blokkade van Gaza

– Het slopen van de muur van de Apartheid

– Het einde van de illegale, Israëlische bezetting van heel Palestina

– Het recht op terugkeer naar Palestina voor alle Palestijnse vluchtelingen

– Steun aan de weerstand van het Palestijnse volk

– De vrijlating van alle Palestijnse gevangenen

– Steun aan de campagne BDS, « Boycot, desinvestering en sancties. »

op zondag 27 december 2015 13h00 Avenue de Stalingrad

gaza3

Posté par MCPalestine à Commentaires [0] – Permalien [#]
Tags :

PALESTINE – Nos vacances à Gaza


Tandis que la colonisation juive progresse en Cisjordanie et que les colons y assassinent des enfants dans les villages arabes, la vie quotidienne sous blocus et la menace israélienne permanente pèsent sur plus de 1,8 million de Palestiniens coincés dans la bande de Gaza. Au début de chaque été, les Gazaouis s’interrogent cependant, un peu ironiquement ; ils se posent toujours la même question : « Où va-t-on passer les vacances, cette année ? » Des « vacances » 2015 assombries par l’attentat qui a coûté la vie au petit Ali…

Cette question est posée depuis l’an 2000, depuis la fermeture des frontières ; et notamment en 2006, lorsque le blocus total a commencé, imposé par les forces d’occupation israéliennes. Depuis lors, en effet, le déplacement des Gazaouis vers la Cisjordanie ou les voyages pour quelque destination à l’étranger que ce soit sont pour ainsi dire complètement impossibles pour la plupart des résidants de la bande de Gaza.

Bien sûr, les habitants de Gaza ont d’autres préoccupations… Le sujet semble incongru. Mais les habitants de Gaza essaient de donner une vie « normale » (que peut être une vie « normale » à Gaza ?) à leurs enfants ; ils voudraient qu’ils puissent avoir aussi le droit de passer quelques moments de détente, pendant les mois de vacances scolaires.

Pour la majorité d’entre eux, la plage de Gaza est le seul endroit où passer quelques heures par jour, pour d’oublier un peu les difficultés quotidiennes et le souvenir qui plane sur la ville des deux mille personnes tuées, l’été dernier, par les bombardements israéliens.

La plage attire les familles et les jeunes de toute la bande de Gaza ; ils y fuient la chaleur et les coupures d’électricité. Il y a bien quelques coins de campagne, dans les villages situés dans le sud ou tout au nord de la bande de Gaza ; mais ils sont limitrophes des zones tampon imposées par Israël, et ils sont souvent pris pour cible par les tirs de l’armée.
La plage est donc bien le seul lieu où trouver un peu d’espace ; d’autant qu’il n’existe pour les enfants de Gaza aucune association de loisir, ni aucune structure éducative d’été. Seules quelques associations essaient d’en prendre en charge un maximum ; et quelques bibliothèques publiques également, celles qui n’ont pas été détruites par les bombardements, comme l’ont été la plupart des terrains de sport… Les petits passent le temps devant la maison ; dans des quartiers souvent surpeuplés.

Quant aux plus grands, qui souffrent du chômage et de l’absence de perspectives, ils traînent dans les cafés ou dans les rues, à échanger sur un avenir sombre ; ou bien ils se retrouvent eux aussi sur la plage.

Mais l’accès à ce seul endroit de loisir  est quelquefois rendu difficile, par la présence de la marine israélienne ; par ailleurs, aucune infrastructure d’accueil n’existe et les problèmes sanitaires se multiplient sur la plage…

Heureusement, toutefois, que la mer borde la bande de Gaza, sans quoi  les habitants étoufferaient.

Mais ces « vacances » 2015 ont été brusquement assombries, par des colons israéliens, qui ont tué, le vendredi 31 juillet, un bébé palestinien de 18 mois, lors d’une attaque  préméditée, une attaque qui a volontairement provoqué l’incendie de deux maisons, à coups de cocktails Molotov, dans la bourgade de Doma, près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.

Il s’appelait Ali Dwabcha, brulé vif, tandis que ses parents ont été sévèrement blessés et que sont frère, Ahmad, âgé de 4 ans, souffre de graves brûlures.

Ce n’est pas la première fois que ce petit village est attaqué par des colons sionistes extrémistes, par les habitants des colonies de peuplement illégales qui l’entourent –les observateurs des Nations unies ont répertorié 120 attaques, depuis janvier 2015, menées contre des agglomérations palestiniennes de Cisjordanie par des colons israéliens-, des attaques terroristes, souvent appuyées et couvertes par l’armée israélienne, et qui demeurent impunies –le plus souvent, aucune enquête n’est même diligentée, et les plaintes sont classées sans suite ; cette fois-ci, cependant, le symbole est trop puissant : la mort de ce bébé a fait vibrer la presse internationale, et le gouvernement israélien, peut-être, sera obligé de poursuivre jusqu’au bout les coupables.

Ali a été pris au piège dans la maison en flammes, dont il ne reste aujourd’hui que les murs, couverts de graffitis racistes et haineux, écrits en hébreu.

Les deux habitations se trouvaient à l’entrée du village : les colons se sont rapidement enfuis, en direction de la colonie de Maale Efrayim (plus de 500 000 colons juifs peuplent les colonies de Jérusalem-est et de Cisjordanie occupée –rappelons-le : en violation du droit international et de la résolution 242 des Nations unies en particulier- ; et le gouvernement israélien autorise chaque année leur expansion).

Des vacances atroces, dont Riham, la mère du petit Ali et de son frère Ahmad, se souviendra toute sa vie durant.

Saad, leur père, lui, a succombé à ses blessures quelques jours après l’attentat…

source

GAZA PLAGE : La voix de la Palestine


Le monde entier nous a vus et entendus, et nous a donné raison, Madame Hidalgo. En Français, en anglais, en arabe, nous avons dit tout haut ce que pense la grande majorité de la population. (Il n’est qu’à voir le résultat du sondage de BFM TV — pourtant peu suspect de sympathie pour la Palestine— auquel plus de 70 % des personnes interrogées se sont dites « choquées » par votre collaboration avec l’occupation israélienne).

[youtube https://youtu.be/9xmfp5gjagQ?]

 

[youtube https://youtu.be/6e-ZamnQV8I?]

 

Interview du Dr Christophe Oberlin


07 juillet 2015
[youtube https://youtu.be/tIIRB-oO3nk?]

 

L’ONG palestinienne Maan Development Center dresse un bilan chiffré de la situation dans le grand camp de concentration de Gaza. C’est peut-être un « modèle de civilisation » pour Manuel Valls, mais pas pour nous. Un an après les terribles massacres de l’été dernier, qui ont fait plus de 2200 mille morts et de 11.000 blessés, et qui ont laissé sans abri des milliers de familles, la bande de Gaza est toujours prisonnière d’un siège barbare, qui affame la population la prive de travail, de soins et de contacts avec l’extérieur. Comment agir ?

  • JPEG Hamza, 5 ans, brûlé par les bombardements israéliens l’été dernier.

Dans un rapport intitulé « Déni et Privation continuels », l’association dresse le bilan suivant :

« Le blocus asphyxiant de Gaza par Israël entre maintenant dans sa neuvième année, avec un impact dévastateur croissant sur les vies des 1,8 million de Palestiniens. Le blocus de Gaza a créé une situation humanitaire précaire que la fermeture du passage frontalier de Rafah contrôlé par l’Égypte, la porte de sortie principale vers le monde extérieur, aggrave. Les chiffres ci-dessous, ainsi que les histoires des Gazaouis ordinaires, illustrent quelques-uns des effets désastreux du blocus :

Restrictions à la libre circulation des personnes :

  • 535 patients palestiniens, dont 86 enfants, n’ont pas été autorisés à recevoir un traitement médical à l’extérieur de Gaza en 2014. 160 autres patients, dont 16 enfants, ont subi le même refus en 2015.1
  • Environ 550 étudiants n’ont pas été autorisés à passer par Erez pour aller poursuivre leurs études dans des universités étrangères depuis 2014.
  • Le terminal de Rafah entre Gaza et l’Égypte n’a été ouvert que 5 jours au cours des quatre premiers mois de 2015. Environ 30.000 Palestiniens, dont des patients et des étudiants, attendent de traverser en Égypte.

Entrave à l’entrée de matériaux :

JPEG

− Israël limite sévèrement l’importation à Gaza des agrégats, des barres de fer et du ciment, qui sont essentiels à la construction. Environ 800.000 camions de matériaux de construction sont indispensables pour construire maisons, écoles, structures sanitaires et autres infrastructures qui ont été détruites ou endommagées : le taux d’entrée de matériaux de construction n’est que de 0,2 pour cent. A ce rythme, il faudra plus d’un siècle pour reconstruire Gaza.

JPEG
Université de Gaza détruite par les bombardements israéliens

  • 17.600 familles sont toujours sans abri du fait de la destruction de leur maison pendant l’attaque israélienne de 20147. Parmi elles, 1.031 familles sont hébergées dans ces centres collectifs de l’UNRWA et 481 autres dans des caravanes8 en attendant la reconstruction de leur maison.

JPEG

Effondrement économique :

  • 72%des usines de Gaza ont fermé depuis 2007 à cause des restrictions sévères sur les importations, la quasi totale interdiction sur les exportations et les destructions causées par les opérations militaires israéliennes. Le secteur des exportations de Gaza a pratiquement disparu et le secteur manufacturier connaît une réduction allant jusqu’à 60 %.
  • Le taux de chômage à Gaza est le plus élevé du monde, à 44 pour cent.12
  • L’accès des fermiers à leurs terres dans les « Zones d’accès limité » ( Access Restricted Areas, ARA), en particulier à l’intérieur des 300m depuis la clôture avec Israël, est interdit par l’armée israélienne et empêché par la force létale. Les ARA prennent jusqu’à 17 % de la terre totale de Gaza. En effet, 35 % des terres arables disponibles à Gaza sont d’une utilisation dangereuse pour les Palestiniens. Les zones les plus proches de la clôture frontalière ont les accès les plus limités. 5 civils palestiniens ont été tués et 131 ont été blessés dans les ARA en 2014. 17 autres personnes ont été blessées depuis le début de 2015.

JPEG
Et pour faire bonne mesure l’armée israélienne asperge les cultures palestiniennes de produits toxiques

  • Les pêcheurs sont autorisés à accéder à 6 miles nautiques sur les 20 miles nautiques de la zone de pêche qui leur a été allouée par les Accords d’Oslo de 1993. Cette restriction empêche les pêcheurs d’accéder aux zones de pêche les plus riches, ce qui diminue les prises et les revenus. La marine israélienne a détenu 58 pêcheurs à l’intérieur de la limite des 6 miles en 2014 et 13 autres pendant les quatre premiers mois de 2015. Les forces navales israéliennes ont confisqué 27 bateaux et endommagé 7 autres à l’intérieur de la limite des 6 miles en 2014. Au cours des quatre premiers mois de 2015, 4 bateaux ont été confisqués et 6 endommagés. JPEG JPEG Environ 1.400 tonnes de poissons sont perdues chaque année à cause des restrictions sur la zone de pêche de Gaza, ce qui prive l’économie de 26 millions de dollars par an. Le nombre de pêcheurs à Gaza est de 3.500,18 mais en pratique seuls 1.200 pêcheurs peuvent pêcher.
  • 57 % de la population de Gaza souffre d’insécurité alimentaire et près de 80 % ont besoin d’une aide alimentaire.

Effondrement de l’infrastructure d’eau et d’assainissement :

  • 90 millions de litres d’eaux usées et partiellement traitées sont rejetés dans la Mer Méditerranée depuis Gaza à cause des coupures d’électricité et du manque de matériaux de construction, dont les pièces détachées, pour les installations de traitement des eaux usées.
  • 97 % de l’eau fournie par les réseaux municipaux est impropre à la consommation humaine. JPEG

Source : Ghada Snunu | Advocacy, Communication and Reporting Officer

Maan Development Center | Gaza, OPT

Mobile : (+972) 598910834| – Office Tel : (+972) 8 28237112| Fax : (+972) 8 28237112 – www.maan-ctr.org

Bien entendu, les associations caritatives sérieuses, comme le CBSP ou le secours islamique, qui recueillent de l’argent pour venir en aide à la population de Gaza font un travail précieux.

Mais il faut aussi lutter ensemble pour que cesse cette situation barbare, provoquée par l’occupant israélien, en collaboration avec le dictateur égyptien Sissi et la complicité de nos dirigeants, qui au lieu de prendre des sanctions contre Israël — comme ils savent le faire contre bien d’autres pays— punissent les victimes, placent le Hamas sur la liste des associations terroristes et font du commerce, y compris d’armes, avec les terroristes israéliens.

Portfolio

Posté par MCPalestine à

Max Blumenthal, sur les guerres de la bande de Gaza dans son passé – et dans son avenir


« Tuer, et tuer, et tuer.
Toute la journée,
tous les jours »
.

*****

 

« La question, c’est juste, quand » :

 

Elias Isquith – 27 juin 2015 – Salon

 

L’auteur de « La guerre de 51 jours : ruines et résistance à Gaza » a raconté à Salon ce qu’il a vu dans les décombres d’un pays en état de siège.

Illustration de la première de couverture du livre « La guerre de 51 jours : ruines et résistance à Gaza » (Photo : Nation Books)

Illustration de la première de couverture du livre « La guerre de 51 jours : ruines et résistance à Gaza » (Photo : Nation Books)

Si pour une raison quelconque, vous êtes l’une de ces très rares personnes sur cette Terre à vouloir y aller, plutôt que d’en partir, de la bande de Gaza, vous pourriez vouloir savoir à quoi vous attendre.

Parce que, bien qu’il se soit passé presque un an depuis que le conflit israélo-Gaza de 2014 – l’ « Opération Bordure protectrice » comme les Forces de défense israéliennes l’ont appelé – s’est interrompu, vous ne devez pas vous attendre à trouver une société reconstruite. Non, selon « La guerre de 51 jours : ruines et résistance à Gaza », le nouveau livre de Max Blumenthal, journaliste, déjà auteur de l’incendiaire « Goliath : vie et haine dans le Grand Israël », ce que vous y verrez, ce sont des montagnes de décombres, à peine moins qu’il n’y en avait à la fin de la guerre.

Sur la base de ses contacts à Gaza aussi bien que de son propre reportage, de première main, le livre de Blumenthal apporte deux choses, aucune n’étant particulièrement bien accueillie dans le monde politique états-unien et les médias du courant dominant. Non seulement Blumenthal fournit une ventilation méthodique de la période précédant le conflit – qui diverge dans ses aspects essentiels des récits les plus courants que l’on trouve dans la presse américaine –, mais encore il propose une comptabilité plus détaillée de ce qu’il s’est passé derrière le brouillard de la guerre. Il essaie aussi de répondre à certaines des questions toujours gênantes concernant la guerre : Pourquoi a-t-elle duré si longtemps ? Pourquoi tant de victimes civiles ? Et qu’est-ce qui a même été accompli ?

Récemment, Salon s’est entretenu au téléphone avec Blumenthal pour discuter de son livre, de l’histoire de Gaza dont beaucoup d’Américains ne savent rien, des raisons qui lui font penser que la guerre a été une conséquence presque délibérée d’une politique israélienne de longue date, et croire qu’elle ne sera pas la dernière. Ci-dessous, vous trouverez notre entretien, revu pour plus de clarté et dans sa longueur.

Vous soutenez que la guerre de l’été dernier ne peut pas être comprise isolément, qu’il faut la voir dans un contexte plus large. Par exemple, pourquoi pensez-vous que la situation aujourd’hui est une conséquence  du « désengagement » de Gaza par l’ancien Premier ministre Ariel Sharon, en 2005 ?

Le retrait des colons nationalistes religieux israéliens (qui étaient environ au nombre de 9000) de la bande de Gaza a été fêté par les libéraux, parce qu’ils y voyaient ces fanatiques forcés par les troupes israéliennes de quitter une région qu’Israël (avait) occupée. Ce retrait unilatéral relevait en réalité d’un scénario auquel quiconque qui se souciait de la population de la bande de Gaza aurait dû s’opposer, parce que l’ordre du jour en était très clair et très visible. Il s’agissait de libérer (Israël) de ses obligations émanant de la Convention de Genève concernant la bande de Gaza, et de prétendre qu’il ne l’occupait plus.

Qu’a permis la nouvelle situation à Israël ?

Il lui a été possible d’établir un système de style panoptique, où il contrôle l’extérieur, le ciel, la mer, et où il peut placer la bande de Gaza sous un siège très sophistiqué, un siège assuré par des robots. Deuxièmement, cela a permis à Israël de restreindre son contrôle des grands blocs de colonies autour de Jérusalem-Est. Ils ont reçu une lettre de George W. Bush (leur demandant) le retrait unilatéral de la bande de Gaza, et leur garantissant que ces colonies gigantesques sur l’aquifère palestinien – colonies qui s’enfoncent profondément au cœur de la Cisjordanie et qui sépareront finalement la Cisjordanie de lui-même – resteront en permanence aux mains d’Israël dans tout accord américain pour une paix négociée. C’est le point numéro deux.

Et le point numéro trois ?

Le point numéro trois, c’est que ce retrait, selon les propos mêmes du chef du Shin Bet de l’époque, Avi Dichter, permet à l’armée plus de « liberté d’actions » dans la bande de Gaza. S’il n’y a plus aucun Israélien juif dans la bande de Gaza, cela vous permet de commencer à utiliser des obus d’artillerie de 150 mm pour les tirs de barrage aux régions frontalières ; cela vous permet d’utiliser des bombes à fragmentation de 2000 livres. Aussitôt que le retrait aura eu lieu, vous verrez l’utilisation d’armes expérimentales, pour un armement à coût réduit. Gaza va devenir un laboratoire pour l’industrie israélienne d’armement, et pour l’ensemble du mécanisme de contrôle qu’Israël essaie de commercialiser et d’exporter vers le monde comme étant déjà testé sur le terrain.

Je veux juste ajouter un point : nous devons comprendre ce qu’est la bande de Gaza, en considérant la situation dans son ensemble – pas seulement depuis 2005, mais depuis 1948.

Que voulez-vous dire ?

Ils sont 72 à 80 % dans la population de la bande de Gaza à être qualifiés de réfugiés. Cela signifie que ceux-ci sont les descendants de la population qui, durant la Nakba, entre 1947 et 1948, a été expulsée par la force hors de ce qui actuellement est Israël. Ces gens ne sont pas autorisés à rentrer dans leurs foyers comme le leur garantit le Droit au retour – en vertu de la Résolution 194 des Nations-Unies – parce qu’ils ne sont pas juifs. S’ils revenaient, la majorité démographique juive d’Israël serait compromise.

Voilà comment les dirigeants d’Israël, qui règnent aussi sur tous les Palestiniens, les voient. Ils voient la population de la bande de Gaza comme une menace démographique. La bande de Gaza est donc un entrepôt humain, pour une population en excédent – c’est anachronique dans un monde moderne. Une population est entreposée parce qu’elle est de la mauvaise ethnie. Voilà pourquoi la bande de Gaza résiste. Pour moi, c’est là, vraiment, l’essence de la crise.

Votre référence à l’angle démographique m’amène à Aron Soffer, que ses collègues ont surnommé « le compteur d’Arabes ». Qui est-il ? Pourquoi est-il important ?

Armon Soffer est un conseiller en chef en ingénierie démographique – c’est-à-dire, comment manigancer une majorité juive dans les régions sous contrôle israélien –, et il le fut dans les gouvernements israéliens successifs. Il a conçu non seulement le désengagement unilatéral de Gaza, mais également le mur de séparation. Dans chaque cas, il a annoncé qu’ils n’apporteraient pas une plus grande sécurité nationale pour Israël, mais qu’ils conduiraient au maintien de la majorité (démographique) juive. Il est obsédé par le maintien d’un seuil à 70 %. Son nom de famille, Soffer, signifie « compteur » en hébreu ; aussi, ses collègues à l’université de Haïfa se réfèrent à lui comme à « Arnon, le compteur d’Arabes ».

Il a anticipé que ses recommandations politiques réduiraient la sécurité nationale d’Israël, tout cela au nom du maintien d’une majorité démographique ?

Écoutez ce qu’il dit. Alors qu’il expliquait la nécessité du désengagement unilatéral de Gaza, il a déclaré : « Quand 2,5 millions de personnes vivront dans une Gaza fermée à l’extérieur, ça deviendra une catastrophe humaine. Ces gens seront plus encore des animaux qu’ils ne le sont aujourd’hui, aidés en cela par un Islam démentiel, fondamentaliste. La pression à la frontière sera horrible ; ce sera une guerre épouvantable. Si nous voulons rester en vie, nous devrons tuer, et tuer, et tuer. Toute la journée, tous les jours ».

Il a déclaré cela au Jerusalem Post – alors il était un proche conseiller de Sharon. Sharon a attribué à Soffer de l’avoir convaincu du désengagement (de la bande de Gaza). Le journal a été imprimé en Israël, mais pas aux États-Unis. Je n’approuve pas le langage ou l’idéologie raciste de Soffer, mais ce qu’il a dit est devenu réalité. Ce que nous avons vu l’été dernier avec l’Opération Bordure protectrice était l’accomplissement de sa prophétie sanglante : « Tuer, et tuer, et tuer tous les jours ». C’est ce que l’armée israélienne a fait pendant 51 jours.

Quelle est la cause du conflit de l’été dernier ? Qu’est-ce qui a allumé l’étincelle et provoqué cette guerre de 51 jours ?

La guerre était un prolongement de la campagne continue visant à anéantir le mouvement national palestinien. C’est ce que le sociologue israélien, Barruch Kimmerling, a appelé un « politicide », c’est-à-dire la destruction d’une identité politique tout entière. Il extrapolait à partir du terme « génocide », qui signifie la destruction d’un peuple entier. Je pense que c’est un condensé vraiment exact de la stratégie à long terme d’Israël.

De quelles façons ?

Je ne pense pas qu’Israël ait la moindre intention d’exterminer physiquement les Palestiniens par centaines de milliers. Il veut simplement les éliminer en tant que mouvement national, et en faire des Arabes errants, qui seront soit confinés dans des bantoustans en Cisjordanie, ou dans un entrepôt dans la bande de Gaza ; soit des citoyens de quatrième classe, fournissant une main-d’œuvre subalterne en Israël même ; soit disposant tout simplement d’un statut de simples réfugiés. Mais sans aucune direction politique, ni aucun objectif nationaliste….

 

 

http://www.salon.com/2015/06/27/the_question_is_just_when_max_blumenthal_on_war_in_the_gaza_strips_past_%E2%80%94_and_its_future/

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine