La colonisation, cancer mortel pour la paix


Baudouin Loos bl

Palestine et colonisation: à propos du projet de loi concocté en Israël pour légaliser même les colonies juives illégales aux yeux de la loi israélienne, j’ai commis ce commentaire ce 15 novembre dans Le Soir.

La colonisation, cancer mortel pour la paix

Une loi qui légaliserait des milliers d’unités de logement situées dans des colonies juives qui sont illégales même aux yeux de la loi israélienne ne constituerait pas seulement une énormité en terme juridique – aucune instance judiciaire suprême, israélienne ou internationale, ne pourrait la cautionner: elle confirmerait, si besoin était, que la majorité des partis politiques israéliens entendent bien fouler au pied les droits nationaux palestiniens.

La fiction qui consiste donc à proclamer depuis des décennies qu’on promeut la paix avec le voisin palestinien occupé vole ainsi en éclats devant les yeux distraits et fatigués de la communauté internationale. La majorité parlementaire de droite et d’extrême droite chère à Binyamin Netanyahou cherche, contrairement à ce que prétend mollement son chef, à annihiler tout espoir d’avènement d’un Etat palestinien digne de ce nom, qui est pourtant une exigence partagée par le monde entier.

La bande de Gaza reste complètement encerclée et assiégée (par Israël mais aussi l’Egypte) malgré les appels réitérés de la communauté internationale, Jérusalem-Est est grignotée jour après jour par une colonisation de plus en plus agressive, alors que la Cisjordanie ressemble à une peau de léopard, avec quelques îlots peuplés de Palestiniens qui ont reçu, en legs misérable du «processus de paix», une autonomie très restrictive.

Autrement dit, la vision d’une paix fondée sur la coexistence de deux Etats, Israël et Palestine, vivant pacifiquement côte à côte, s’effiloche sans grand bruit, à mesure que progresse la colonisation comme un cancer produit des métastases létales. De plus en plus rares se font d’ailleurs les observateurs encore assez naïfs pour assurer que la paix reste possible, que le partage de cette terre trop sainte demeure une option réaliste.

Tous les gouvernements israéliens depuis la conquête des territoires de 1967 ont participé à l’entreprise de la colonisation. De gauche comme de droite. Peres ou Barak comme Begin, Shamir, Sharon ou Netanyahou. Seul Rabin, entre 1994 et 1995, pendant les mois qui précédèrent son assassinat par un extrémiste israélien, avait osé ordonner l’arrêt des constructions pour colons. On connaît la suite.

La communauté internationale sait tout cela. Condamne cela. Et reste les bras ballants.

BHL affirme que le BDS est un « mouvement fasciste »  


BHL affirme que le BDS est un « mouvement fasciste »

Manifestation contre Israël à Paris, France, 28 Mars 2009. EPA/LUCAS DOLEGA

Bernard-Henri Lévy, alias BHL, alias Bernard, alias le philosophe en chemise blanche, était invité le 27 septembre dernier au Parlement européen pour participer à une conférence intitulée “L’avenir des communautés juives en Europe”.

Une intervention d’une quinzaine de minutes, passée relativement inaperçue, au cours de laquelle le libérateur de la Libye a tenté de donner un aperçu de la situation des Juifs en Europe et des “nouveaux visages” de l’antisémitisme.

Et comme de bien entendu, BHL n’a pu s’empêcher de reprendre à son compte l’antienne selon laquelle “l’antisionisme est la forme nouvelle de l’antisémitisme”, amalgamant sans aucun scrupule l’extrême-droite la plus abjecte et le mouvement de solidarité avec les Palestiniens.

Le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) a fait les frais de ces amalgames, au cours d’une grandiloquente envolée dont BHL a le secret :

Je suis le premier à me mobiliser sans le moindre quartier contre le mouvement BDS dont je pense que c’est un mouvement fasciste, né au moment du fascisme, organisé à partir d’anciens nazis recyclés dans certains pays arabes en 1946-47.”

Oui, vous avez bien lu : “un mouvement fasciste, né au moment du fascisme, organisé à partir d’anciens nazis”.

J’exagère ? Non :

En 2013, BHL publiait un livre intitulé Les Aventures de la vérité. De toute évidence, la vérité historique ne semble guère intéresser l’aventurier BHL.

Pour mémoire :

1) Le mouvement BDS est “né” d’un appel signé par plus de 170 organisations de la société civile palestinienne le 9 juillet 2005, un an après l’avis de la Cour internationale de justice exigeant d’Israël qu’il détruise le mur construit en Cisjordanie. Soit 60 ans après la chute du nazisme.

2) La liste des membres de l’instance dirigeante de BDS, le Boycott National Committee (BNC), est publique, et il ne figure en son sein aucun “ancien nazi”.

3) “Au moment du fascisme”, l’État d’Israël n’existait pas, et il aurait donc été malaisé d’appeler à le boycotter.

4) Le mouvement BDS n’a jamais tué personne. Contrairement au fascisme. Et à l’État d’Israël.

Il est de notoriété publique que BHL est un énergumène malfaisant, et d’aucuns pensent que relever ses outrances est une perte de temps.

Mais BHL continue d’être un invité récurrent des plateaux de télévision et des antennes de radio, où l’on s’acharne à le présenter comme un “intellectuel”, un “philosophe”, un “penseur”.

Si les “grands médias” veulent réellement, comme ils le proclament, reconquérir une once de crédibilité, il est plus que temps que cette mauvaise plaisanterie cesse.

PS : Pour mémoire (bis), selon l’article 29 de la loi sur la Liberté de la Presse du 29 juillet 1881, “toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation” et peut être punie d’une amende de 12.000 euros.

Par Julien Salingue | 28 octobre 2016

 

Des centaines de militants du Balad Arretes/ Retour de l’Administration Militaire


Le temps de l’Administration Militaire semble de retour. L’Administration Militaire était le régime sous lequel a vécu la minorité palestinienne d’Israël entre 1948 et 1965, quand les Services de Sécurité (Shin Bet) régissait leur vie communautaire et individuelle, quand toute personne soupçonnée d’activité politique était réprimée (assignation a résidence, détention administrative), quand les provioseurs et les instituteurs etaient nommes en fonction de leur docilite et non de leurs diplomes. Depuis 1967 la repression s’est surtout concentree dans les territoires nouvellement conquis, et la population palestinienne a pu commencer a jouir des libertes publiques qu’elle était en droit de recevoir dans un pays qui se veut democratiques. Avec des exceptions notoires: le massacre de la Journee de la Terre 1976, et le massacre d’Octobre 2000.

Septembre 2016: des centaines de militants ou supposes tels (dont le President du parti, Awad Abed-el-Fatah) du Rassemblement National Democratique (Balad) – un parti qui appartient a la Liste Arabe Unie et a trois elus a la Knesset – sont arretes au milieu de la nuit dans ce qu’on ne peut qu’appeler une rafle, et interroges par la police et le Shin Bet. Comme nous sommes a l’ere du neo-liberalisme, on ne les soupconne pas de terrorisme, mais… de blanchissements de fonds. Cette semaine, les deputes du Balad sont convoques par la police pour etre interroges sur un soit-disant « financement illegal du parti ». C’est la premiere fois que c’est le parquet qui enquete sur le financement d’un parti, et non le Controleur General de l’Etat, dont c’est une des taches.

Cette attaque planifiee contre un important parti de la communaute palestinienne d’Israel doit etre percue dans son double contexte: celui de l’offensive du gouvernement d’extreme-droite contre la minorite palestinienne dans son ensemble, et celui de la remise en question des libertes democratiques qui ont existe en Israel, ce que certains denomment « la fascisation rampante » de l’Etat d’Israel.

C’est aussi l’heure ou les rats sortent de leur trou, comme l’ancien ministre des minorites du gouvernement Sharon, Salah Tarif. Ce Palestinien (de religion druze) a fait ses armes dans l’armee juive, et servi avec devotion dans le role du « bon arabe » dont le pouvoir israelien a toujours eu besoin, Dans une tribune publiee par le quotidien Haaretz du 6 Octobre, il annonce pompeusement: « Ils ne nous representent plus ». « Ils », c’est a dire les deputes de la Liste Arabe Unie, qui ont, unanimement, refuses de participer au funerailles nationales de Shimon Peres. Et d’ajouter: « Je n’ai que mepris pour ces deputes laches, demagogues et sans morale qui conduisent leur peuple au desastre ». Reconnaissons que Salah Tarif parle de « leur » peuple, reconnaissant par la qu’il a depuis longtemps deserte de son peuple pour prendre le role de collaborateur du regime. Dans les ghettos et les camps ont appelait des personnages comme Tarif des Kapos. Le retour des Kapos signifie-t-il le retour de l’Administration Militaire pour la minorite palestinienne d’Israel?

Pour que cela ne devienne pas le cas, il est imperatif de mobiliser l’opinion internationale et la communaute internationale qui ont les moyens de faire reculer Netanyahou et sa bande. En commencant par exiger de cesser la repression contre le parti Balad, ses elus et ses militants. C’est le sens de l’appel lance par le Balad aux representations diplomatiques etrangeres, et que nous reproduisons ici.

National Democratic Assembly (NDA- BALAD)
التجمع الوطني الديمقراطي
September 26, 2016
Your Excellency,

As elected members of Knesset representing the National Democratic Assembly Party (NDA-BALAD), we write to share with you our deep concern and dismay for the latest waves of arrests against the leadership and members of the party over the last week.
On September 18, in the very late night hours, Israeli police forces raided the homes of the political leadership of the Palestinian Arab NDA-Balad party (Joint List), and arrested 21 members. Head of the party and other activists – all Palestinian Arab citizens of Israel – were arrested in the overnight raid. This was followed by another wave of arrests four days later, and was coordinated with investigations with hundreds of the party’s members.

From the little that has since been revealed, the police claims that the NDA -Balad members were arrested for allegations related to money laundering on behalf of the party and for violations of the Law for Party Funding. The Israeli court has extended the remand of some of those arrested for a third time leaving them in jail now for over a week, including the Chairman of the party Mr. Awad Abdelfattah, while others have been released to house arrest under strictly-limiting conditions. The details of the allegations remain secret and are still being withheld from the public, the arrestees themselves and their attorneys.

Never before in the political history of Israel have the leadership and members of a political party been targeted by police in a wave of arrests for similar allegations. Other (Jewish) political parties that have in the past been charged with similar violations of the Party Funding Law have only been fined various amounts. This was done after an examination of the State Comptroller and through his office only. No police intervention was sought and no members of those parties have been arrested.

These unjustified and unprecedented arrests therefore reek of political persecution, and come close in the wake of Israel’s recent move to outlaw the Islamic Movement-Northern Branch. It is also directly linked to recent racist legislation approved by Israeli lawmakers, such as the Expulsion Law, designed to target the Palestinian Arab political representatives from within the Knesset. Such acts of intimidation seek to de-legitimize Arab political activism and even to eliminate such activism. This series of nighttime arrest raids, targeting the leadership of a political party represented in the Israeli parliament, marks a disproportionate and dangerous turning point in the relationship between the state of Israel and its Palestinian Arab citizens. The state is gradually but systematically implementing a strategy intended to
criminalize and eliminate all political opposition that does not abide by the Zionist hegemonic consensus, including political leadership and (Arab and Jewish) NGOs.
We urge you to express your deepest concern to the Israeli government for this political persecution, intimidation acts and silencing attempts. The right to free political organization is one of the chore pillars of democracy and we seek your help in making sure it stays as such.
Respectfully yours,

MK Jamal Zahalka
MK Haneen Zoabi
MK Bassel

« Israel veut imposer le silence sur l’occupation » par Gideon Levy


« Israel veut imposer le silence sur l’occupation » par Gideon Levy

Yaïr Lapid, dirigeant du Yesh Atid)

Yaïr Lapid, dirigeant du Yesh Atid)

Le journaliste israélien répond aux attaques et calomnies du gouvernement israélien contre les ONG israéliennes, telles que « Breaking the Silence » qui tente de faire connaître la réalité de l’occupation israélienne.

Par Gideon Levy

« Tous les Israéliens qui brisent le silence sur l’occupation et les autres crimes accomplissent leur devoir patriotique, humain et moral. C’est la raison pour laquelle le leader de Yesh Atid, Yaïr Lapid, les craint tellement

Ce n’est qu’à l’étranger que l’on peut mener le débat sur l’occupation. Ce n’est en effet que dans une société libre et démocratique où la population sait ce qui se passe qu’un tel débat est possible. Il ne peut donc se dérouler en Israël, pas plus qu’on ne peut discuter des Yazidis en Irak ou de l’homosexualité ou des journalistes en Russie.

Israël règne sur deux sociétés qui sont l’une et l’autre incapables de débattre de l’occupation. Il y a, d’un côté, la société juive qui vit dans le déni et la répression, qui n’est au courant de rien et ne veut rien savoir, et, de l’autre, la société palestinienne qui est au courant de tout ce qui concerne l’occupation, mais qui est privée de droits.

Dans ce contexte où il y a, d’un côté, une société qui détient le pouvoir mais ne reconnaît pas la situation réelle et, de l’autre, une société qui connaît cette situation mais à qui personne ne demande son opinion, il est impératif de faire sortir le débat, de faire en sorte que le monde sache à quoi ressemble l’occupation israélienne et connaisse ses crimes. C’est la seule manière d’y mettre un terme.

L’argument selon lequel ce serait là une mesure anti-démocratique est l’un des plus éhontés et des plus hypocrites qui aient jamais été exprimés en Israël. Il ne semble plus y avoir de limites à l’hypocrisie et à l’effronterie.

Yair Lapid, le dirigeant de Yesh Atid, veut régler les choses à l’intérieur, comme on le fait dans une cour hassidique de Gour [la dynastie hassidique la plus importante en Israël], comme on le faisait autrefois dans les kibboutz et comme on le fait dans les familles du crime organisé.

Lapid a écrit sur Facebook : « Breaking the Silence [initiatives de soldats apportant des témoignages sur les crimes de l’occupation] n’est pas intéressé à influencer la société israélienne depuis l’intérieur et préfère nous calomnier à l’extérieur. »

Il estime que l’édition anglaise de Haaretz est un partenaire dans ce crime de diffamation. Yair McCarthy mène d’ailleurs une guerre sans limites contre l’édition anglaise de ce journal ; il met même en cause la nomination de la prochaine éditrice de l’édition anglaise sous prétexte que son mari fait partie de Breaking the Silence. Accusé de sexisme, il a modifié une petite partie de sa déclaration.

Les soldats et les vétérans de Breaking the Silence ont le devoir de renseigner tout le monde – et Haaretz a le devoir de le transmettre à tout le monde – en Israël, mais surtout ailleurs dans le monde. Les crimes de l’occupation doivent être connus partout. Les choses ne peuvent pas être « réglées entre nous », « chez nous », parce que chez nous il y a un système de lavage de cerveau et de blanchiment des crimes qui atteint de nouveaux sommets. Maintenant on prétend non seulement qu’il n’y a pas de crime, mais en plus qu’il n’y a pas d’occupation. On ne peut pas débattre avec des gens qui sont autant coupés de la réalité, de cette réalité qui est que les crimes de l’occupation sont horribles et ne font qu’empirer.

Le monde devrait être informé de chaque exécution, de l’apartheid dans la distribution de l’eau, des arrestations de masse – 4800 personnes ont été arrêtées lors de la récente vague de violence, dont 1400 enfants. Au cours de la deuxième Intifada 80’000 Palestiniens ont été emprisonnés et on a distribué 24’000 ordres pour emprisonner des dizaines de milliers de personnes sans procès.

Comment pourrions-nous ne pas informer tout le monde ? Comment le dire aux Israéliens qui voient dans chaque Palestinien un terroriste et dans chaque terroriste quelqu’un qui doit mourir ? Comment ne pas alerter le monde du fait qu’au moins un million de Palestiniens ont été emprisonnés en Israël depuis le début de l’occupation ? Comment ne pas dire que 60 parlementaires palestiniens ont été arrêtés dans ce pays qui soi-disant ne procède pas à des arrestations pour des raisons politiques ? Un pays où les gens sont séquestrés dans leurs lits toutes les nuits, sans décision de justice et parfois sans aucune raison. Si nous ne dénonçons pas tout cela, qui sera au courant ? Et si personne n’est au courant, comment tout cela prendra-t-il fin ?

L’invasion de l’Ukraine par la Russie n’était pas une question de politique intérieure, pas plus que l’apartheid en Afrique du Sud, dont les opposants ont voyagé à travers le monde pour dénoncer les crimes. Diffuser ces informations est une manière de mobiliser la communauté internationale, ce qui est parfois le dernier recours.

Toutes ces personnes qui brisent le silence en Israël font leur devoir patriotique, humain et moral. Lapid sait que Breaking the Silence et Haaretz n’existeraient pas si ce qu’ils rapportaient n’était pas vrai. Les Lapid savent que ces informations sont vraies ; c’est pour cela qu’ils en ont tellement peur et pourquoi ils les combattent aussi férocement.

Mais on a au moins réussi une chose : le simple fait de savoir que quelque chose brûle sous les pieds des Lapid – ou plutôt au-dessus de leur tête – nous donne une petite lueur d’espoir. »

Gideon Levy, journaliste à Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine

 

Netanyahu: « allez vous faire voir… mais n’oubliez pas le cheque a la sortie… »


Michael Warschawski

Le culot israelien est une image de marque de notre societe, et il a rarement de limites. Apres avoir affublé l’administration américaine de tous les noms d’oiseaux possibles et imaginables, apres avoir quasiment traite le Président Obama d’idiot du village, travaille activement a sa non-réélection et tente de saboter le traite avec l’Iran, le gouvernement israélien négocie aujourd’hui avec cette même administration le montant de l’aide militaire pour la décennie a venir.

Jusqu’à present, a hauteur de 3.5 milliards de dollars par an, les Israeliens voudraient augmenter l’aide a 4 milliards. Les relations tendues entre Tel Aviv et Washington se reflettent dans ces negociations, a la fois en ce qui concerne le montant de l’aide militaire et les modalites de paiement. En effet, Israel est censé depenser les milliards de dollars que lui octroient les Etats-Unis dans l’achat d’equipements americains, ce qui fait de l’aide a Israel egalement une aide indirecte a l’industrie militaire etats-unienne. Netanyahu dont, comme dit, le culot n’a pas de limite, voudrait aujourd’hui changer les regles du jeu et investir l’aide americaine dans la production d’armes et d’equipements « made in Israel ».

Les commentateurs israeliens accusent Netanyahu d’avoir obtenu moins que ce qui semblait etre possible a cause de son attitude arrogante et denuee de toute civilite vis-à-vis d’Obama et de son administration. Ceci dit, le soutien americain et l’alliance strategique entre les deux pays ne sont pas remis en question, ni par Israel pour qui c’est une question existentielle, ni par les Etats-Unis… pour qui cette alliance est en fait une bonne affaire. En effet, avec l’Etat d’Israel Washington dispose de ce qu’on peut appeler un porte-avion operationnel qui lui revient beaucoup moins cher qu’une 8eme flotte, et dans la mesure ou des soldats doivent y laisser leurs vies, ils ne seront pas americains. Somme toute, meme quatre milliards restent une bonne affaire pour les Etats-Unis.

Ce n’est donc pas l’efficacite des lobbyes – evangeliste ou juif – qui se trouvent a la base du soutien americain a Israel, mais de interets strategiques americains bien compris. A court et moyen terme en tout cas. Car a plus long terme, Israël et sa politique jusqu’au boutiste peut devenir un boulet pour les américains: deux chercheurs israéliens, Elie Podeh et Nimrod Goren ont récemment publie un article (Haaretz, 22.6.2016) ou ils énoncent les cinq « non » du gouvernement israelien actuel aux diverses initiatives visant a mettre fin au conflit en Palestine, du Plan de Paix de la Ligue Arabe a l’initiative francaise (reprise par l’Union europeenne) d’une conference de paix internationale, initiatives soutenues plus ou moins ouvertement par les Etats-Unis.

Ce que les deux chercheurs mettent en evidence, ce n’est pas simplement le rejet israelien de toutes ces initiatives, mais l’arrogance et le mepris qu’expriment les dirigeants israeliens dans leur refus. Ils écrivent: « les réactions négatives israéliennes aux initiatives internationales sont préoccupantes nont seulement dans leur contenu, mais aussi dans leur style. D’une facon generale elles sont redigees dans un langage sans finesse, et dans de nombreux cas elles sont vexantes et arrogantes. Et ce, malgre le fait que ces intiatives proviennent souvent d’Etats qui sont des amis d’Israel. »

Combien de temps encore la dite communaute internationale continuera a supporter l’arrogance et la grossierte des dirigeants israeliens? La question merite d’etre posee, mais il y’a peu de chances que le trio Netanyahu-Lieberman-Benett se la posera.

BDS : la municipalité de Bondy (Seine-Saint-Denis) vote le boycott des produits des colonies


(ci-dessus, une photo d’archives choisie par le quotidien israélien Jerusalem Post pour illustrer son article sur le vote de Bondy)

(ci-dessus, une photo d’archives choisie par le quotidien israélien Jerusalem Post pour illustrer son article sur le vote de Bondy)

La municipalité de Bondy (Seine-Saint-Denis), a décidé de ne plus acheter de marchandises en provenance des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés.

Cette décision a été adoptée jeudi dernier par le conseil municipal à l’unanimité moins 5 voix contre, précise l’Association France-Palestine Solidarité (AFPS) dans un communiqué.

Bondy est une ville de 50.000 habitants de la banlieue est de Paris, dont la maire, la socialiste Sylvine Thomassin, s’appuie sur une majorité une coalition PS/PC/EELV.

Voici maintenant le texte intégral du vœu municipal :

« Vœu du Conseil municipal de Bondy, vendredi 24 juin 2016

C’est un droit citoyen légitime que de pouvoir accepter ou refuser d’acheter une marchandise en fonction de son origine. Et c’est un devoir pour une collectivité locale de vérifier la traçabilité des produits et des services qu’elle propose à sa population.

Or l’origine affichée de certains d’entre eux constitue une tromperie manifeste induisant les consommateurs et les municipalités en erreur. Elle porte atteinte à leur liberté de choix.
Plus précisément, les marchandises produites dans les colonies israéliennes en Palestine, reconnues par le droit international comme illégales, sont proposées sur le marché français comme venant d’Israël.

C’est évidemment faux, la Palestine n’est pas Israël, et les colonies installées en violation des règles internationales par la puissance occupante, n’ont aucun droit de se prévaloir comme étant partie intégrante de l’État israélien.

En conséquence :
Considérant que les colonies israéliennes sont illégales selon le droit international et sont assimilées comme un crime de guerre conformément à l’Article 49-6 de la Quatrième Convention de Genève et conformément à l’Article 55 du Règlement de la Haye ;

Considérant les Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU exigeant qu’Israël se retire entièrement des territoires qu’il occupe ;

Considérant la Résolution 465 (1980) du Conseil de Sécurité de l’ONU appelant tous les États à ne fournir à Israël aucune assistance ayant un lien avec les colonies dans les territoires occupés ;

Considérant que la Cour Internationale de Justice a confirmé en 2004 que les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés (dont Jérusalem-Est) ont été fondées en violation du droit international ;

Considérant que L’Assemblée Générale des Nations Unies, ses organes conventionnels des droits de l’homme, ainsi que pratiquement tous les états membres de l’ONU et les autres acteurs internationaux ont constamment confirmé l’illégalité des colonies conformément au droit international et ont appelé Israël à arrêter leur construction ;

Considérant la notice interprétative de novembre 2015 publiée par la commission européenne demandant l’étiquetage des produits fabriqués dans les colonies en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et sur le Plateau du Golan, occupés par Israël depuis 1967 ;

Le Conseil Municipal de Bondy se prononce pour l’application du droit international aussi bien dans son esprit que dans sa lettre qui déclare les colonies israéliennes en Palestine illégales et décide de ne fournir à sa population que des marchandises et des services conformes à ce droit.

Il demande l’application de la directive européenne sur l’étiquetage des produits fabriqués dans les colonies.

Décide en conséquence, de ne plus acheter de marchandises en provenance des colonies israéliennes et tant que la notice interprétative n’est pas appliquée en France, de rechercher avant achat, l’origine des produits qui ne précisent pas clairement leur provenance.

Estime que puisque l’Europe et la communauté internationale reconnaissent l’illégalité des colonies en Palestine, la France doit stopper les importations des produits qui y sont fabriqués ».

CAPJPO-EuroPalestine

 

Amin Maalouf parle culture sur une chaîne israélienne : nos lecteurs contribuent au débat


L’ORIENT LE JOUR

Amin Maalouf. Marwan Naamani/AFP
POLÉMIQUELe 2 juin, Amin Maalouf était l’invité de l’émission « Culture » de la chaîne israélienne francophone i24. Dans une interview préenregistrée, l’écrivain et académicien franco-libanais parle de son dernier roman, « Un fauteuil sur la Seine » (Grasset), de quatre siècles d’Académie française et des 18 Immortels (nom donné aux membres de cette Académie) qui l’ont précédé. Il évoque le travail de l’Académie sur les mots et, plus largement, l’attachement à la langue et à l’histoire. L’écrivain, lauréat du Goncourt, n’aborde en revanche pas de questions d’ordre politique.
Alors que le Liban et Israël sont encore en état de guerre, cette intervention a suscité de vifs débats au pays du Cèdre, voire de vives polémiques.
La rédaction de « L’Orient-Le Jour » a souhaité vous donner la parole, à vous lecteurs, afin de contribuer, de manière rationnelle, au débat.
Nous vous avons donc demandé, via un appel à contribution lancé le week-end dernier sur notre site, ce que vous pensiez de l’intervention de M. Maalouf sur une chaîne israélienne dans ce cas de figure précis. Voici vos réponses.
OLJ
14/06/2016
Voir le débat ici mais vu que le site semble difficile d’accès, voici les commentaires :

Une polémique stérile
La polémique autour de l’interview d’Amin Maalouf me semble stérile et inutile. J’ose espérer que nos « dirigeants » et chers leaders libanais sont conscients que de nombreux intellectuels binationaux, et encore plus de Libanais, travaillent et collaborent avec des intellectuels israéliens et prennent du plaisir à le faire. Avons-nous le droit, en tant qu’individus dans un pays qui se dit démocratique, de refuser cette soi-disant « guerre » ? Nous avons bien plus que des points communs avec nos voisins israéliens, et notre force sera de construire avec eux la paix de demain. Mais cela ne doit pas se dire au Liban… Je propose que l’État libanais vote la déchéance de nationalité pour tous les Libanais d’origine qui ont travaillé ou collaboré avec un Israélien… On rigolera bien.

Pr Jean Ralph ZAHAR



Une occasion manquée
Intervenir sur une chaîne israélienne ne me gêne pas. Tous les Libanais qui vivent en France peuvent rencontrer, volontairement ou non, des Israéliens. Car eux aussi ont la double nationalité. Là où le bât blesse, c’est que les Israéliens défendent bec et ongles leur version de la terre promise, qui est historiquement une fumisterie, alors que la plupart des Libanais ont honte (je ne vois pas d’autre raison) de dire leur vérité : Israël est un pays agressif qui a occupé notre pays militairement, a tué des Libanais, et qui continue à avoir des visées expansionnistes sur le Liban-Sud. Il occupe et annexe une grande partie de la Palestine. Certains pensent même que c’est le seul pays qui pratique l’apartheid. Tout cela est historique, donc culturel. Il est dommage qu’un éminent intellectuel libanais, qui a eu la possibilité de rappeler aux Israéliens, chez eux, certaines vérités plus ou moins partagées par certains Israéliens d’ailleurs, n’en ait pas dit un mot. Les intellectuels israéliens ou simplement juifs sionistes, tels que BHL ou Alain Finkielkraut, ne se gênent pas pour défendre les points de vue culturels et même politiques du gouvernement israélien publiquement. On n’en demande pas tant à Amin Maalouf. Il n’y a pas de honte à dire qu’il y a une injustice en Palestine, que le peuple palestinien se trouve sous occupation militaire israélienne et qu’il en souffre. Il pouvait même ajouter que les Français, et parmi eux se trouvent beaucoup de juifs, connaissent bien les souffrances de l’occupation qui datent de l’époque nazie. Dommage ! Une occasion manquée… Je suis sûr que notre illustre Amin Maalouf trouvera une autre occasion pour rectifier le tir.

Dr A.R.HIJAZI


 

Isolement intellectuel
Les objections à l’entrevue avec la chaîne i24 montrent simplement l’isolement politique, intellectuel et la faiblesse quand il s’agit de vaincre l’ennemi dans le grand champ des relations publiques. Triste.

Fawzi KFOURY


 

Il nous doit une explication
Connaissant Amin Maalouf, il ne pouvait ignorer la portée de cette malencontreuse interview. À mon sens, il nous doit une explication. Nous autres Libanais, toutes confessions confondues, avons trop souffert et souffrons de la présence israélienne à nos frontières. Alors ? Provocation ? Bêtise ? À vous, monsieur Maalouf, de trancher.

Liliane M. CHÉMALI


 

Noble cause
Si l’immortalité donne des privilèges à l’Immortel, alors M. Maalouf fait bien d’user de ses privilèges dans le soutien d’une si noble cause. Le média n’a vraiment aucune importance.

Zaki KHLAT


 

Courageux
Je suis favorable à tout débat, surtout s’il permet à deux peuples de pays en guerre de mieux se connaître et de peser sur les choix de leurs dirigeants. Et il y a de quoi faire avec le Premier ministre Netanyahu. Alors Amin Maalouf à la télé israélienne, ce n’est que du positif : c’est bien que la chaîne israélienne l’ait invité, c’est supercourageux qu’il ait accepté.

M.N.O.


 

Parler avec l’ennemi
À moins de vouloir la violence, oui, il importe de parler avec l’ennemi, car c’est avec lui qu’il faut négocier la paix.

Jacques BEAUCHARD


 

Bravo
Je pense qu’il a très bien fait et qu’il a tous les droits de parler avec qui bon lui semble. Si notre État est ridicule et borné, pas besoin que le peuple le soit. La culture est ouverte à tous les pays du monde et à tous les peuples. Bravo Amin Maalouf.

Danièle Georges ZEHIL


 

Aucune contrainte n’est possible
Amin Maalouf a quitté le Liban à 27 ans dans les soutes d’un navire vers Larnaka il y a tout juste 40 ans. Avec pour seuls bagages ses habits, ses diplômes et ses souvenirs. En France, qui l’a adopté, il s’est construit un immense empire culturel mondial. Le Liban et la culture arabo-orientale y sont omniprésents. Il est devenu membre de l’Académie française. Dans cette position, comme dans celle des grands patrons franco-libanais ou binationaux de l’industrie, aucune contrainte n’est possible (on en a vus qui ont même rencontré les dirigeants d’Israël sans réaction des médias). Il est de nationalité française, réside en France, suit ses lois et est dans son droit. Le Liban lui a permis de naître, il ne lui doit que ça et pourrait s’en passer s’il n’y était attaché. Au contraire, c’est le Liban qui lui doit absolument tout. Ceux qui doivent plutôt s’excuser ou se taire sont ceux qui le dénigrent.

Joseph ZOGHBI


 

Regrettable !
C’est regrettable ! Le Liban est officiellement en guerre avec ces criminels occupants. Amin Maalouf, qui est libano-français et non pas le contraire, devrait en tenir compte. En parlant à cette chaîne de ce pays criminel et occupant, il a hélas manqué de sensibilité étant donné le caractère sensible de la question et blessé beaucoup de Libanais, d’Arabes, d’antisionistes et anticriminels dans le monde. Il a ainsi contribué à donner une sorte de légitimité à ces tueurs. C’est très regrettable et blessant! Je me demande s’il n’est pas simplement tombé dans le panneau de ces criminels judéo-sionistes… Ou peut-être ne se considère-t-il plus libanais. Il nous doit dans tous les cas une explication.

Ali FARHAT


 

Encourager l’échange
Il n’y a rien à penser (de cette entrevue, NDLR). La culture et l’intelligence n’ont pas de limites, et certainement pas terrestres ! Au contraire, il faut encourager l’échange de culture très bénéfique car qui connaît très bien l’histoire saura en fait que le monde n’a réussi à subsister jusqu’à maintenant que grâce à la mixité des cultures et à leurs échanges.

Berytus


 

Questions sur une chape de plomb
Boycotter le quidam israélien va-t-il libérer la Palestine ? Parler aux Israéliens fera-t-il reculer les chances de la paix ? Ou faudra-t-il à jamais vivre en guerre, pour assurer à jamais le confort de nos dictatures héréditaires ? Les Palestiniens qui passent leur temps à parler aux Israéliens sont-ils des traîtres à pendre ? Pourquoi interdisons-nous la traduction d’un livre israélien, alors que nos marchés de Beyrouth, de Amman ou du Caire pullulent de produits israéliens ?
Lire un roman israélien doit-il nous conduire à la grande prison promise par nos inquisiteurs, alors que nous y sommes déjà ? Le boycott d’un chanteur rock de la scène musicale de Tel-Aviv a-t-il rendu les Israéliens plus conciliants à l’idée de vivre à quelques kilomètres de l’État islamique ? Croit-on vraiment que les Israéliens meurent d’envie de parler à nos ridicules fonctionnaires de la pensée ? Et si un scientifique israélien inventait un remède contre le cancer, devrait-on aussi boycotter sa découverte ? N’y a-t-il pas des Israéliens qui, au cours des quarante dernières années, ont prouvé à maintes reprises qu’ils sont infiniment plus soucieux des droits des Palestiniens que nos corbeaux de malheur ?
Celui qui mène tambour battant la campagne haineuse contre Amin Maalouf se nomme, ô ironie de l’histoire, Samah (mansuétude), sa mère n’aurait-elle pas mieux fait de l’appeler Torquemada ?

Ziad HASSAN


 

Procès d’intention
S’il fallait faire l’inventaire de toutes les interviews et des contacts officieux et officiels avec Israël ! La querelle d’aujourd’hui me surprend, et tant mieux si c’est de la pub pour Amin Maalouf. Pour rappel, à la Foire du livre de Bruxelles en 2013, Amin Maalouf et David Grossman (dont le fils est mort au Liban durant la guerre de 2006) participaient à un entretien sur le thème « Gardiens de la mémoire ». Un entretien public, et si ma mémoire est encore bonne, aucune protestation ne s’est produite, aucun tollé n’a été signalé et pas une tarte à la crème n’a été lancée à la figure de qui que ce soit. J’assistais à cette rencontre, je l’ai enregistrée, et j’ai été très déçu par la qualité de l’entretien… On peut voir les choses de plusieurs façons. Pour moi, l’académicien Maalouf faisait la promotion de son livre, édité en France et essentiellement destiné au public francophone. Israël compte 600 000 francophones, sans être membre de la Francophonie bien sûr, et ils sont originaires en grande partie de France, pays d’adoption de l’écrivain. Maalouf a des lecteurs partout dans le monde. Un nouveau sacre pour notre compatriote, dont les livres sont lus par nos ennemis. « Dans ce cas de figure précis », il s’agit d’un procès d’intention…

C.F.


 

Faux pas
Amin Maalouf a participé en tant que Français à cette émission. Il est libre de le faire. À mon avis cependant, il ne servait à rien d’y participer. S’il s’agissait de parler de culture, il y a sûrement des dizaines d’autres occasions de le faire dans des émissions non israéliennes. Si le but est de faire preuve d’ouverture envers un État ou un peuple avec lequel nous sommes en conflit, je ne pense pas du tout que cela favorise le dialogue. En fait, il ne sera qu’exploité par certains médias israéliens pour prouver qu’Israël est accepté par les intellectuels. Cette politique de la part d’Israël est connue et bien rodée. Je ne vois que des désavantages (à cette participation, NDLR). Et à cela, il faut ajouter que malheureusement, un nombre non négligeable de Libanais et d’Arabes verront d’un mauvais œil cette initiative. Peut-être qu’Amin Maalouf n’en a que faire. De mon côté, j’apprécierai toujours le grand écrivain Amin Maalouf, mais à mon avis c’est un faux pas, ou tout au moins une initiative inutile.

Un lecteur assidu d’Amin Maalouf


 

Ambassadeur culturel
Je ne vois pas ce qui empêche Amin Maalouf ou ses équivalents de discuter d’une question culturelle, et même pourquoi pas politique, sur une chaîne israélienne, lui, l’auteur des Identités meurtrières.
Un homme aussi cultivé et sage aura l’avantage :
1 – d’être un ambassadeur culturel et un représentant libanais ou arabe par excellence;
2 – de faire ressentir aux Israéliens qu’ils ne possèdent pas le monopole du savoir ;
3 – de les faire douter par conséquent de leur supériorité ;
4 – de diminuer ainsi leur arrogance ;
5 – et pourquoi pas de rapprocher ainsi tous les peuples pour accéder à la paix, car tous les peuples comme tous les hommes sont égaux.
Au lieu de former des fanatiques comme les colons juifs ou ceux de l’État islamique, il vaut mieux enseigner le livre d’Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, dans toutes les écoles du monde, pour accéder à la paix en créant un lien et une harmonie entre les peuples.

Dr Ghassan LOUTFI


 

Deux poids, deux mesures
Avant j’aurais été contre (une telle intervention sur un média israélien). Mais depuis l’invasion iranienne de quatre pays arabes, je trouve cette intervention équivalente, d’un point de vue moral et national, à donner une interview à une chaîne iranienne comme el-Alam ou même al-Manar. Je suis contre le deux poids, deux mesures.

Mohammad Ahmed SAMAWI


 

Ramener à la raison
Il est regrettable que certains intellectuels arabes lancent à chaque fois leurs croisades contre les meilleurs d’entre nous à l’aide du même discours identitaire imbibé des mêmes slogans. Interdire, dénoncer, diaboliser au nom de la nation arabe… Et tout cela parce que Amin Maalouf a osé dire la « langue » et donner sens à l’« histoire » à travers un média israélien… La forme ne fera que rarement le contenu et les contributions et les écrits de Maalouf ne peuvent, j’ose espérer, que ramener à la raison ceux et celles parmi les Israéliens qui n’ont plus de raison, mais seulement la force et le mépris des droits les plus élémentaires du peuple palestinien.

Noureddine MNASRI


 

Mascarade
Amin Maalouf est franco-libanais, n’oublions pas cela. Ce n’est pas pour rien qu’il a demandé la nationalité française. S’il ne vit pas au Liban aujourd’hui, il doit y avoir une bonne raison, et elle est sans aucun doute liée au fait que le Liban est en guerre avec pratiquement tous ses voisins. Al-Akhbar a pour seule raison d’être de dénoncer les artistes, les intellectuels, les simples citoyens, les ombres même de ceux-là, soupçonnés d’avoir un lien avec Israël. Cessons cette mascarade. Un jour, comme l’Égypte et la Jordanie, nous vivrons en bonne intelligence avec notre voisin du Sud.

Emmanuel RAMIA


 

Un choix risqué
Je ne suis ni libanais ni israélien. Juste un Belge pensant que le conflit israélo-palestinien est en train de pourrir toute la vie au Proche-Orient et que cette injustice révolte. Je n’ai ni lu ni entendu ce que Maalouf a raconté et débattu.
La démarche de Maalouf me semble aussi risquée et peu défendable que celle de certains écrivains français qui, en 1942 ou 1943, ont accepté de se rendre en Allemagne pour rencontrer leurs homologues du Reich. Avec cette différence que l’état de guerre au Liban résulte de la non-conclusion d’un traité de paix si je ne me trompe, et qu’il n’y a plus d’occupation du territoire.
J’imagine que le désir secret de Maalouf a été de montrer que les Libanais (et les autres peuples du Proche-Orient à l’exception d’Israël) valent beaucoup plus que ce qu’en dit la propagande ennemie. Si tel est le cas, son choix est risqué, discutable, mais peut-être pas totalement condamnable. Ma crainte, c’est que cela divise encore plus le peuple libanais : et il n’en a pas besoin…

Paul BOURGEOIS


 

Le droit d’entendre
Un académicien écrivain est un être universel. Le public francophone dans le monde entier a le droit d’entendre ce qu’il a à dire, que ce public soit au Liban, au Québec, en Belgique, en Suisse, en Afrique francophone, au Moyen-Orient francophone ou ailleurs où on parle le français. Ce n’est pas à nous de lui dicter « nos sentiments ». En Israël, il existe une grande communauté francophone, et Israël existe, que nous le voulions ou pas !

Lucie AKIKI


 

La force de la pensée
Amin Maalouf est l’un des rares écrivains libanais contemporains de calibre international, et le premier à occuper un siège à l’Académie française. Il est mondialement réputé pour la justesse de ses pensées, son bon sens, sa mesure, la beauté de sa plume et sa riche imagination.
Le fait qu’un tel personnage accepte d’accorder une entrevue à une chaîne israélienne, s’il montre quelque chose, est bien son ouverture d’esprit. C’est l’ouverture de l’esprit libanais qui permet à notre peuple de s’adapter si facilement aux quatre coins de la terre et de réussir dans tous les domaines au sein des collectivités des pays hôtes.
La pierre angulaire de l’esprit libanais est l’ouverture d’esprit que nous devons encourager et favoriser. Merci Amin Maalouf d’avoir accepté de parler à l’ennemi, car c’est par la force de la pensée – et non des armes – qu’il peut y avoir espoir de dialogue et de paix.

Chaouki ABINAKHLÉ


 

Marre de ces conflits stériles
Je n’ai aucune idée du contenu de l’intervention d’Amin Maalouf, mais enfin, je pense que l’étroitesse d’esprit n’a jamais servi personne, et il faut savoir quand parler à un Israélien « relève du crime absolu » et quand cela est une preuve d’ouverture.
On jette la pierre à une Miss Liban qui pose à côté de Miss Israël, mais les peuples en ont marre de ces conflits stériles qui n’en finissent plus. On n’est quand même pas en train de signer un accord commercial ou autre avec Israël !
Et si l’on essayait d’être intelligent pour une fois, de voir les choses sous un autre angle et de se dire que c’est un honneur pour nous en fait, qu’en dépit du contexte, une chaîne israélienne ait une si haute idée d’un Libanais, et dans ce cas d’Amin Maalouf, qu’elle le prend comme référence pour une question purement culturelle…

Soraya NAUFAL

 

Lire aussi
Culture de la terreur, l’édito de Michel Touma