Alerte à relayer ?


terrifiant. anniebannie espère que c’est un « hoax », un canular

Verichip

Verichip

En langage nerd, on appelle ça une « killer application » – un truc mortel, l’application qui tue. Et pour le coup elle porte bien son nom.

Il s’agit d’une «puce tueuse» commandée à distance par satellite… Le procédé, décrit il y a trois semaines dans quelques dépêches, paraît simple comme bonjour: une puce électronique contenant un émetteur GPS, un composant assez minuscule pour être injectée sous la peau, et qui permettrait de suivre à la trace un individu afin par exemple qu’il ne dépasse pas certaines limites géographiques.

A ce stade là, rien de bien nouveau. En matière de géolocalisation judiciaire, le principe du bracelet électronique mobile, inscrit depuis presque 3 ans dans le code de procédure pénale français, revient à peu près au même résultat.

Mais si cette invention a, parait-il, été retoquée par l’Office allemand des brevets, le DPMA, c’est pour son application finale: le dispositif contiendrait une capsule de poison – du cyanure, par exemple -, et une fois qu’un certain périmètre serait dépassé, la puce serait capable de libérer une dose létale afin de foudroyer sur le champs le contrevenant…

SUITE

Venez tester grauitement votre cocaïne


Un peu limite ce projet, à mon humble avis; tant qu’on y est, pourquoi ne pas analyser l’héroïne et l’herbe? La coke est une drogue de riches.

05.05.09 – 09:43 Un projet-pilote est lancé par la ministre de la Santé pour permettre aux consommateurs de drogues « festives », comme la cocaïne », de tester gratuitement la qualité de celles-ci. Il s’agit de lutter contre les empoisonnements dus à la drogue de mauvaise qualité.

Selon les quotidiens flamands « De Standaard », « Het Nieuwsblad » et « Het Laatste Nieuws », la ministre de la Santé Laurette Onkelinx va permettre aux consommateurs de drogue de tester gratuitement la qualité de leur cocaïne. Elle lance ce projet-pilote parce que de plus en plus de consommateurs subissent un empoisonnement à cause de leur drogue, dont la qualité est de moins en moins bonne. Un test de qualité pour les drogues « festives » peut donc éviter de nombreux problèmes.

Neuf centres d’aide en Flandre sont prêts à mener ces premiers tests: le consommateur confie ses pilules au médecin de service, qui les envoie au laboratoire. Peu après, le consommateur sait si la marchandise qu’il ingère est sûre ou pas. La ministre est « une grande partisane » du projet-pilote et le défendra dans deux semaines lors d’une réunion spéciale.

(Belga)

Il vend sa vie pour 383.000 dollars


Je vous en avais déjà parlé ici; j’ai vu des cas pareils, mais souvent les gens regrettent d’avoir cédé à la déprime. Dans son cas, la situation est différente dans la mesure où il recommence vraiment à zéro et change même de pays. Ian a même vendu ses amis avec le package et avec leur assentiment; puis, il est normalement parti avec ses vêtements sur le dos, son passeport vers l’aéroport pour partir n’importe où sur le premier avion. Bonne route Ian. Voyez son site.

Un homme qui avait mis « toute sa vie » aux enchères sur internet, y compris sa maison, son travail et ses amis, a annoncé dimanche qu’il avait vendu l’ensemble pour 399.000 dollars australiens (383.230 USD).

EPA

Ian Usher, un Britannique de 44 ans immigré en Australie, avait eu l’idée de vendre sa maison à Perth (ouest), sa voiture, sa moto, son jet ski et tous ses biens matériels après s’être séparé de sa femme.

Son offre, mise à prix à 1 dollar, comprenait également la possibilité de prendre son travail de vendeur de tapis et de rencontrer ses amis.

« Le prix final est de 399.000 dollars australiens », a indiqué M. Usher à l’AFP, sept jours après le début de la mise aux enchères sur eBay.

Bien qu’il gagne moins que ce qu’il avait espéré –sa maison est estimée à 420.000 dollars et contient pour des « milliers de dollars » de biens électroniques- –, il a dit se sentir « plutôt bien ».

« Je pensais que les mises seraient un peu plus hautes sur la fin. Mais c’est une vente », a-t-il déclaré.

A la fin de la première journée d’enchères, le 22 juin, des acheteurs potentiels avaient surenchéri jusqu’à 2,2 millions de dollars, avant que M. Usher ne réalise que le système d’inscription pour le dépôt d’offres n’avait pas été activé et que ces propositions élevées n’étaient pas sérieuses.

De sa vie passée, M. Usher ne souhaite désormais conserver que son passeport, son portefeuille et les vêtements qu’il porte. Il n’a pas indiqué où il avait prévu d’entamer sa nouvelle existence.

SOURCE

La caravane amoureuse


Le titre a l’air cucu, mais c’est une chouette idee.
Je vous renvoie a leur site, car je n’arrive pas a faire un copier coller avec leur matiere premiere<
Toujours est-il qu’ils seront a Bruxelles, a la Place du Jeu de balle, le 23 mai des 17 heures.
Leur site

« En vingt années, j’ai parcouru plus de 150 000 kilomètres sur les routes et chemins de plus de cinquante pays avec mon piano à queue. Evidemment, tout cela, ça en fait des histoires à raconter. Ainsi, chaque fois que j’évoquais mes aventures pendant les concerts, il y avait toujours quelqu’un du public pour me dire : « J’aimerais tant me transformer en petite souris et me cacher dans votre piano pour venir avec vous ! ». Cette envie était tellement récurrente que je me demandais comment exaucer le désir de ces gens. En avril 2002, alors que j’étais dans un vieux bus de la Citram Aquitaine, offert pour le raid « Bordeaux Dakar en piano », l’idée me vint de demander d’autres autobus à notre partenaire. Intérieurement, je me disais, pour emmener ces personnes, voilà la solution ! J’allais voir donc Monsieur Perre, le directeur de la Citram. Il avait été passionné par notre voyage tant et si bien, que lorsque je lui exposais mon projet de caravane amoureuse, d’emmener des gens avec moi pour dire je t’aime au monde, il n’hésita pas une seule seconde. Conscient des souffrances qu’endure notre terre et convaincu que la caravane amoureuse pourrait apporter un peu d’espérance, il me demanda : Tu veux combien de bus ? Incrédule, je lui dis, trois, c’est possible ? Trois, c’est possible, me fit-il avec un grand sourire. C’est ainsi que naquit la caravane amoureuse ».

Vendre sa vie sur e-Bay


20 mars 2008 – 11h02

Désireux de changer de vie, un Australien va vendre sur le site d’encan tout ce qui se rapporte à son quotidien actuel, dont sa maison équipée, son automobile et même son travail.

                 

Ian Usher a aussi inclus sa moto, son jet-ski et son spa dans l’encan d’une semaine qu’il lancera sur le site eBay à partir du 22 juin prochain.

L’encan commencera à un dollar. Le gagnant remportera l’ensemble des items, y compris une période d’essai de deux semaines chez l’employeur de M. Rusher.

Après 12 ans de mariage, le vendeur veut se débarrasser de tout ce qui lui rappelle son ancienne vie quotidienne.

Ian Usher a ouvert le site Alife4sale.com pour exposer les items et expliquer les raisons de cette vente.

LIRE ICI

Est-ce qu’il vend aussi sa femme et ses enfants ? Pourquoi pas, tant qu’on y est ! Non, le pauvre, il est séparé de sa femme et il veut oublier son bonheur passé.

Le mosquito


Le répulsif anti-jeunes fait débat en Belgique

mosquito.jpg

C’est à Aywaille (près de Liège, entendons-nous) qu’on l’a découvert, il y a deux semaines.Un petit boîtier planqué sur la façade d’une banque, à deux pas d’une école secondaire. Et qui émet des ultra sons audibles uniquement par les moins de 25 ans (au-delà de cet âge, la majorité d’entre nous ne perçoit plus les fréquences supérieures à 15 000 hertz). Au bout de 10 minutes, les ados sont censés péter les plombs. Un parfait répulsif anti-jeunes en somme, que le gérant du Crédit Agricole d’Aywaille comptait utiliser pour dissuader les élèves de l’école voisine de s’attarder au pied de son établissement. L’outil s’appelle le « Mosquito », référence au bruit des insectes piqueurs.

LA SUITE

Moi : nos enfants, on les élève mal ou pas du tout, puis on leur fait payer cette négligence à coups de techno. On les traite comme des insectes. En Syrie, les enfants étaient bien élevés et leurs parents les aimaient.